Tous les articles par morganekerarvran

Angoisse du matin

Tout a commencé dans ma salle de bain. Rien n’est plus agréable, surtout en ces temps hivernales, qu’une douche chaude afin d’oublier une température ambiante avoisinant les moins cent degrés. C’est le lieu que je chéri le plus en ce moment. Plus que de réchauffer les corps, elle permet à chaque chanteur inavoué un épanouissement certain. J’étais donc partie, dans cette salle bénie des dieux, avec mon micro. Mais voilà, à l’écoute du résultat, j’ai été déçu. Cela ne donnait rien, je ne voyais pas comment partager mon bonheur grâce au son. D’un coup, j’ai été prise de panique. Que faire alors ? Aucune idée à l’horizon. Ma tête c’est mise à tourner, mes tympans tremblaient et tout est devenu claire, c’est cette sensation qu’il fallait retranscrire, ces deux secondes de vertige. Ce moment où tout paraît flou, où le cerveau déraille.

Dans l’optique de recréer cette ambiance, cette impression, j’ai tout d’abord chercher à fabriquer un son rauque, lent, un leitmotiv sonore angoissant et perturbant. Apres plusieurs recherches d’assemblages divers, j’ai choisi de modifier une seule chanson. Le son en arrière plan est extrait de « God is aways of buisness » de Tom Waits. J’ai coupé les dix premières secondes et les ai ralenties au maximum. Cela donne l’impression d’une marche lourde, assourdissante, qui empêche de penser. J’ai ajouté des respirations saccadées, apeurées, je les ai superposé, alterné la stéréo,  créant ainsi un brouhaha sonore traduisant une angoisse momentanée et soudaine et dilatée.

Morgane Kerarvran

L’histoire de TETG

 

Que voit-on sur une photographie ? Ce qui est montré, évidemment. D’accord, mais qu’est-ce qu’on nous montre ? Personnellement, j’ai souvent eu à me battre lors d’expositions ou lors de conversations entre amis. D’une discussion intelligente et pleine de bons sentiments nous passons souvent à des tempêtes d’insultes et à des crises de nerfs. J’exagère légèrement, mais c’est pour illustrer le problème. Je crois que c’est une question d’interprétation. Personne n’a les mêmes références, chacun a son répertoire d’images, son vécu, sa représentation du monde. C’est pour cela que j’ai choisi de faire un cadavre exquis sonore. Je voulais monter un récit pour mettre tout le monde d’accord, pour une fois.

J’ai contacté quelques uns de mes amis, pour qu’ils viennent me raconter l’histoire de cette photographie. Les quatre personnes choisies viennent toutes de milieux assez différents. Il ne fallait pas qu’elles évoluent dans le même domaine et elles ne devaient pas se connaître. Grâce à une seule et même consigne, elles devaient  décrire l’image et inventer une histoire, sans que les autres ne l’entendent. J’orientais parfois la description sur un élément précis (le scooter, les gens du fond). Lors du montage, je me suis rendue compte que le temps imparti pour la réalisation était trop court, je me suis donc limitée à entrecroiser les voix pour faire une description de l’image presque univoque. Même si tout le monde s’accorde un minimum, c’est dans la pluralité des idées, des tiques de langage, des expressions et des imaginaires, qu’un discours, qu’un monde se dessine autour d’une œuvre.

Morgane Kerarvran

Un instant

IMG_0429
“Souffle” (cc) Morgane Kerarvran (11/11/3013)

Pour ce nouvel atelier, on m’a demandé de représenter un lieu qui m’inspire. Pour une fois je n’ai pas eu à sonder les tréfonds de ma mémoire pendant une heure. J’ai toujours été captivé par la ville, pour les milliers de gens qu’elle accueille, pour les millions de formes qu’elle nous offre. Dans ses rues et ses quartiers s’animent des corps, des histoires. Chaque centimètre porte la marque d’instants fugaces, chaque rue a été le témoin d’histoire et d’aventures. La ville est une fourmilière ou tout s’anime, se croise et s’agite.

J’ai donc réalisé un travail à l’aide d’acrylique et de pochoirs. J’ai découpé des blocs, en formes de carrés et de rectangles, afin qu’ils rappellent grossièrement l’apparence d’immeubles. Je les ai enduits de peinture et les ai rapidement déposés sur ma feuille, afin que la matière picturale ne laisse qu’une trace de son passage. Ensuite, j’ai dessiné des personnages, car je ne conçois et n’imagine jamais rien sans eux. J’ai recouvert les silhouettes de bleu en dépassant un peu pour qu’il ne reste plus que l’empreinte des figurants. J’ai choisi cette technique car elle permet de montrer une impression, celle d’un lieu rempli de signes et d’ombres. Les motifs et les couleurs restent sobres, afin de briser la figuration et de laisser plus de place au signe.

Morgane Kerarvran

Chut

La Chute (cc) Morgane Keravran (20/10/2013)

Prendre une photo ayant  comme thème « le regard » semble être une tâche facile. On pourrait croire qu’il n’y a qu’à prendre son appareil photo et arpenter les rues afin de saisir l’image de nos rêves. Mais quand on s’avance un peu, on s’aperçoit que ce qui paraissait n’être qu’une simple histoire de déclencheur est en fait une vraie épreuve. Optimiste, je sors de chez moi et me dirige vers l’inconnu. Soudain, un homme passe devant moi et je veux le prendre en photo, juste pour essayer. Le temps que je sorte l’appareil de mon sac, que je l’allume, que je fasse quelques réglages et l’objet de ma convoitise a déjà disparu. Tant pis, je continue ma quête à la recherche du moment clef. Après une vingtaine de photos prises à la dérobée et floutées par mes hésitations, je me rends compte qu’il m’est très difficile d’obtenir ce que je cherche. J’ai l’impression d’être une sorte d’espion, indiscret et voyeur, mais je n’arrive pas  à faire autrement, je suis incapable d’aller vers les gens et de créer un lien avec eux.

J’ai tout de même réussi à prendre une photo. Je me reposais dans l’herbe lorsque mon attention fut retenue par un cri. Un enfant apprenait à faire du vélo avec son père. J’ai choisi de ne pas me servir de mon appareil tout de suite. J’ai voulu m’intégrer à leur aventure, à ma manière. Même si je ne leur ai pas adressé la parole, j’ai pris le temps d’observer la scène et de m’attacher à ces personnages. Sur cette photo tous les regards, dont le mien, se dirigent vers le garçon. Je fais partie de l’histoire, en hors champs. L’apprenti vacille et tout le monde retient son souffle, conscient de la chute à venir.  L’action est inachevée et en suspens.

Morgane Kerarvran

Morgane l’a fait

Morgane l'a fais. (cc) Morgane Kerarvran (06/10/2013)
Morgane l’a fait. (cc) Morgane Kerarvran (06/10/2013)

Morgane, fille née de la mer. Morgane, la fée Morgane. Deux origines éloignées mais proches, qui ont rythmé l’idée que je me suis toujours faite sur mon prénom. J’aurais bien aimé que mes parents me nomment «La Fille », comme moi j’ai appelé mon chat « Le Chat ». C’est plus simple et sans conséquence. Je m’appelle Morgane. Morgane, comme la cousine d’un tel, Morgane comme la copine d’un autre. Ce qui est censé me définir, caractérise et symbolise des centaines, des milliers, des millions d’individus aux personnalités différentes.

Définir « Morgane » reviendrait à me définir moi et toutes les autres. J’ai choisi de  découper puis de coller au hasard des images. Je les ai organisé et  replacé, à l’infini pour me construire un visage, hybride et inachevé. Pour cela j’ai découpé des bouts de femmes de manière aléatoire, sans vraiment réfléchir. Je les ai ensuite posé sur ma table, puis j’en ai sélectionné quelques uns  afin de me  recréer une figure inédite et atypique. Les fleurs remplacent les cheveux, car selon la légende Morgane est une créature divine et mystérieuse, et c’est la seule chose que je veux retenir sur mon prénom : Morgane la fée.

 Morgane KERARVRAN