Tous les articles par morganekerarvran

“Satisfaction garantie” – séquence 18

La pendule sonna huit heures qui lui parurent  autant de pulsations chargées d’angoisses. Elle se tourna vers Tony:

“Ils vont bientôt arriver il ne faut pas qu’ils sachent…”

Elle le considéra un moment d’un regard fixe

“Tony” dit-elle d’une voix à peine perceptible. “Tony !” répéta-t-elle avec force, et cette fois ce fut presque un cri de douleur. Mais ses bras l’enlaçaient à présent le visage du robot était près du sien; son étreinte s’était faite impérieuse. Elle perçue sa voix au milieu d’un tumulte d’émotions où il lui semblait se perdre comme au fond d’un brouillard.

“Claire, disait la voix, il est bien des choses que je ne suis pas fait pour comprendre, et ce que je ressens est sans doute de celles-là. Demain je dois partir et je ne le désire pas. Je découvre qu’il y a plus en moi que le simple désir de vous satisfaire. N’est-ce pas étrange ?”

Son visage s’était rapproché; ses lèvres étaient chaudes mais ne laissaient filtrer aucune haleine… car les machines ne respirent pas. Elles allaient se poser sur celle de la jeune femme.

…..A ce moment la sonnette de la porte d’entrée tinta.

(cc) Morgane Kerarvran (23/03/2014)
(cc) Morgane Kerarvran (23/03/2014)
(cc) Morgane Kerarvran (le 23/03/2014)
(cc) Morgane Kerarvran (23/03/2014)

“Satisfaction garantie”, où comment les robots – créés par des hommes – ont sauvé la vie des hommes, en permettent à leurs femmes de rester gentiment au foyer, avec de beaux habits, en plus. Dommage, j’aime beaucoup cette nouvelle, quand même. Ces derniers temps je regarde cette série “Real Humans”, une fiction fantastique parlant de vrais-faux robots. A mon avis, ils se sont un peu inspirés des nouvelles d’Asimov. C’est suédois, l’ambiance y est très lumineuse, un peu comme dans les publicités Kinder (celle d’il y a longtemps, avec le petit garçon blond, pas celle avec le joueur de tennis).

Pour ce story-board, j’ai donc décidé de faire l’inverse. J’ai essayé de retranscrire une atmosphère très sombre, permettant d’être en adéquation avec les émotions de Claire. Plutôt que d’enchainer des plans où elle se tourne, marche, bouge, je voudrais que l’éclairage remplace les mouvements des personnages. Cette scène comporte beaucoup de gros plans ou de plans serrés : c’est un moment clef dans la nouvelle, celui où le robot avoue qu’il a des sentiments qu’il ne comprend pas (notons qu’il n’y a pas que les robots qui ne comprennent rien). Le seul plan “large”, vu de loin, sera celui de la porte sonnant la fin de leur union, une ouverture sur autre chose, une autre vie pour Claire et Tony.

Morgane Kerarvran

Sans fin

(cc) Morgane Kerarvran (le 01/03/2014)
(cc) Morgane Kerarvran (le 01/03/2014)

Pour ce travail, j’ai joué avec plusieurs des photographies faites lors des billets précédents. Quand je dis jouer, ce n’est pas figuratif, c’est littéral. J’ai griffonné sur chacune d’entre elles, gommant certains personnages,  bougeant les formes, modifiant la saturation, si bien qu’elles étaient toutes méconnaissables.  Finalement je n’en ai gardé que deux : la plus sombre et la plus lumineuse. Le contraste laissait présager quelque chose d’intéressant, et j’espérais créer une ambiance, une esthétique fantastique. Sans me donner d’instruction précise , j’ai découpé des morceaux d’images, et j’ai tenté de les fondre entre elles. Je n’avais fais aucun croquis, aucun schéma, je me suis laissée porter par les outils photoshop, testant, retouchant, découvrant certaines fonctions que je ne connaissais pas. Tout ce que je désirais, c’était de ne pas faire d’abstrait, pour changer.

Le résultat ci-dessus me plait. Même si le personnage n’est pas à la hauteur de mes espérances, dessiner avec un trackpad n’étant pas évident, l’ambiance est là. Tout se chevauche, s’entrelace. Je n’aurais jamais créé une “oeuvre” de ce style si j’avais dû la planifier, anticiper plus le résultat. Normalement, on écrit, on fait des esquisses préparatoires. Ici, j’ai dû y aller au “feeling”, ce qui m’a permis de découvrir des nouvelles façon d’agencer, de faire avec du déjà fait. Finalement rien n’est jamais terminé, cela me plait. Je ne sais pas exactement pourquoi je me suis arrêté à ce résultat, je trouve qu’il n’en faut pas plus et cette image représente bien l’univers esthétique que je me suis forgée ces vingt trois dernières années.

Morgane Kerarvran

Flou

2
(cc) Morgane Kerarvran (09/02/2013)

Tout a commencé alors que je prenais mon salon en photo. Je visais mon canapé et soudain, mon chat sauta dessus. Alors, par reflex, j’ai appuyé sur le déclencheur. Malheureusement, je n’avais pas eu le temps de faire la mise au point. Je regarde le résultat sur l’écran de l’appareil. Tout est flou, mais l’image me plait. Il y a quelque chose… On ne distingue que des formes et des couleurs. C’est là que mon idée est née.

Le flou, c’est une notion plutôt mal vue en photographie : « Non, mais là, c’est beaucoup trop flou, on ne voit rien, c’est n’importe quoi ». Voilà ce que j’entends, souvent. En fait, pour moi, c’est comme d’entendre « Non mais ce cadrage là, c’est nul, elle sait pas cadrer, quel mauvais film, et la mise au point, non, mais non. ». Ce que j’essaie de dire, en inventant des citations grotesques et vulgaires, c’est que tout n’est qu’une histoire d’intention et de point de vue. Dans mon cas, si j’aime le flou, c’est qu’il permet de se concentrer sur d’autres problématiques que la représentation figurative. J’ai toujours été passionnée par la peinture abstraite de Rothko, des aplats de couleurs non-figuratifs, on y voit « l’infini dans le néant ». Quelle importance qu’il n’y ait aucun personnage ? Ce que le peintre montre c’est une impression, un flash, une seconde suspendue.

J’ai réfléchis à une manière de jouer avec les couleurs. Tout de suite j’ai pensé à la lumière artificielle. En effet, projetée sur une autre surface, elle se reflète et on peut alors multiplier les sources colorées. J’ai également pensé aux vitres et à la buée, cette dernière permet de flouter naturellement une image en brouillant le contenu de l’image. J’ai trouvé mon lieu, à l’extérieur, de nuit. On voit une maison de loin, tout est allumé à l’intérieur. Les spots de la piscine et les spots extérieurs sont en marche, ils se reflètent dans l’eau très bleue. Je me place dans la cabane au fond du jardin, j’ouvre, puis referme la porte, à plusieurs reprises, ce qui créé de la condensation sur la vitre. Je me positionne et prend ma photo à ce moment là. J’ai choisis le cliché ci-dessus après avoir hésité plusieurs fois. Je reconnais les lieux car c’est chez moi, j’en ai l’habitude, et cela me dérange, c’est encore trop figuratif. Sur un autre cliché, il n’y avait pas le cadre et l’image était d’avantage floutée. Mais j’aimais cette idée de mise en abime, d’encadrement, comme si c’était un tableau.

Morgane Kerarvran

Elephant woman

(cc) Morgane Kerarvran (26/01/2014)
Elephant woman. (cc) Morgane Kerarvran (26/01/2014)

Le portrait, c’est une chose difficile. Cela me rappel Van Gogh et son oreille, qu’il a coupée suite à une crise, avec un rasoir. Suite à cet incident, résultat d’une dispute avec son ami  Gaugin, l’artiste c’est peint avec son bandage, pour donner fin à ses jours sept mois plus tard. L’auto-portrait prend tous son sens. C’est la marque d’un déséquilibre, il témoigne de l’état de l’artiste à un moment donné. Il est annonciateur et même si il décrit physiquement le peintre, il révèle beaucoup sur sa personnalité. Je voulais travailler sur ce fait.  Témoigner de mes gouts grâce à un collage et à la modification d’une photographie de moi ne m’intéressait pas. Pas question de coller un chat à droite de l’image, la Madone Sixtine de Raphael en fond et une bobine de film sur la droite. Alors que je cherchai quoi faire, je me suis rappelée de ce rêve que j’avais fais l’autre nuit où une piqure mal faite m’avait transformé en monstre.

J’ai donc pris une photographie de moi. Je l’ai modifié numériquement sur photoshop. J’ai copier et coller différentes parties de mon visage. J’ai d’abord isolé le nez, puis les yeux, la bouche. J’ai découpé mon visage en multipliant les différentes parties qui le constituent. J’ai ensuite disposé ses bouts au hasard, en essayant de créer une forme ronde. Je les ai fusionné grâce à l’outil gomme afin qu’ils se confondent et ne soit qu’un seul et unique visage. Le noir et blanc est un choix, c’est pour rappelé l’horreur et l’angoisse présents dans mon cauchemar passé. Le résultat est une masse informe plantée sur un buste. Mon visage est totalement déformé et abstrait, il me rappel celui d’Elephant Man, film que j’ai regardé juste avant de faire mon cauchemar…

Morgane KERARVRAN

L’autre en face

L'autre (cc) Morgane Kerarvran (12/01/2013)
(cc) Morgane Kerarvran (12/01/2013)

Avant tout, j’ai griffonné sur un papier, quelques mots, une espèce de définition de mon intimité. Bizarrement, je n’arrive pas à me définir,  tout ce que je sais, c’est que j’ai des yeux globuleux, des bras chétifs, une voix rocailleuse, un rire bruyant, des cernes terribles, un peu d’humour, pas mal de mauvaise humeur et des cheveux courts. Si je fais le rapprochement avec ce que disent les autres, ces adjectifs font de moi une droguée, une anorexique, une lesbienne. Depuis la cour de récré, mes “camarades” ont mis beaucoup d’énergie et ont eu beaucoup d’imagination afin de me décrire. La plupart des gens vivent à travers des clichés, des idées reçues. En fait, j’ai envie de leur crier que si j’ai les cheveux courts, c’est parce que je me trouve plus jolie comme ça, que mes yeux ne sont pas globuleux mais grands et ouverts sur le monde, que je mange trois repas par jour comme tous le monde et que je fais partie des rares personnes à se lever du pied droit le matin.

J’ai de la chance, j’ai appris à ne pas trop me soucier du regard des autres. Seulement voilà, certaines personnes vivent à travers ça, leur intimité devient un enfer à cause de l’image qu’on leur renvoie d’euxmêmes. J’avais décidé de me prendre en photo face à un miroir. Celui-ci est un des seuls moyens de pouvoir se regarder.  Je voulais que l’on me voit de dos et faire disparaître mon reflet afin de traduire l’incapacité que l’on peut avoir à se reconnaitre, se définir seul. J’ai baissé la sensibilité au maximum et mis une gélatine bleue sur le Fresnel afin de créer une ambiance fantastique, mystérieuse. Je ne voulais pas de lumière trop chaleureuse et provoquer une inquiétude, une ambiance étrange, un déséquilibre pour traduire l’incertitude.

Finalement cela n’a pas marché, on voyait toujours mon reflet dans la glace. J’ai donc joué avec, essayé d’inverser les rôles. Ainsi j’ai pu traduire l’intime, recréer mon univers en m’amusant avec les lumières, les formes. J’ai réussi à parler de mon intimité et montrer ce qui me représente. L’art a toujours été un refuge, un moyen d’expression, un exutoire. J’ai gardé ces deux photos car elles sont complémentaires: on y distingue une ambivalence, un coté sombre et un autre lumineux. On ne discerne que très peu mes traits, et les reflets semblent n’exister sans rien d’autre, comme si ils s’animaient dans la vitre pendant mon absence. C’est finalement l’idée que je me fais de mon espace, un monde d’images, de rêves, toujours actif mais inconscient.

Morgane Kerarvran