Tous les articles par marionsouquet

Soirée d’Automne

(cc) Marion Souquet (18/11/2014)

Ce que je voudrais c’est quelque chose de simple, d’intime, de mon quotidien. En fait je crois que ce qui raconte vraiment quelque chose de mon environnement, ce n’est pas uniquement ma colocataire mais surtout ce qui est au premier plan. Les deux assiettes vides, c’est le repas qu’on s’est préparé avec les restes du frigo, on a réussi à faire quelque chose de pas mal grâce à un vieux bout de vache qui rit. Les deux verres de vin c’est les restes d’une soirée, une bouteille qui traîne depuis quelques jours, pas mauvaise. Une petite cigarette avec ça, et pour terminer une barre chocolatée avec du caramel, dont on aperçoit l’emballage. J’ai mon appareil photo dans les mains, je prends ma colocataire en photo pendant qu’on mange, qu’on boit, qu’on discute.

Pas évident pour elle, elle me regarde moins et évite l’objectif. On a fini de manger, elle allume une cigarette et je prends trois photos. La première est trop sombre et la dernière trop floue, mais celle au milieu, celle-là il y a de la lumière. C’est peut-être un peu cliché, un visage éclairé par un briquet, mais je pense que ça fonctionne. Et puis il y a d’autres lumières, celle de la télévision en face qui fait refléter son ombre sur le mur et celle du réverbère de notre rue. L’atmosphère de la photo ne semple pas très gaie au premier abord, Tiphaine est seule, dans le noir, face à des assiettes et des verres vides. Sauf que je suis avec elle, elle n’est pas seule et ça change tout, ce n’est pas de la solitude.

Ce que m’évoque cette photo c’est le partage d’un bon moment. Ça parle à beaucoup de gens une situation comme celle là, ça fait appel à des références, la plus connue étant sans doute celle de L’Auberge Espagnole de Cédric Klapisch. D’ailleurs on aperçoit l’affiche du troisième volet, Casse Tête Chinois, sur la droite et ce n’est pas un hasard si on la retrouve dans notre salon. Cette bande de copains qui se découvrent  à un endroit, qui vivent leurs vies et qui se retrouvent, j’ai envie de croire qu’on sera comme ça aussi.  On se raconte nos journées, on s’amuse ensemble, on s’ennuie ensemble, on partage chacun un peu de nous, de notre intimité, de notre quotidien. C‘est mon chez-moi, mon environnement, simple,  rassurant.

Marion Souquet

Drôle de métier

 

MarchedesLys
(cc) Marion Souquet (21/10/2014)

Je suis allée à Rennes le weekend dernier. A Rennes, il y a deux endroits où je suis sûre de voir plein de gens dans la rue : le vendredi soir dans la  rue Saint-Michel, la « rue de la soif », et le samedi matin au marché des Lys. J’avais envie de prendre une photo de jour, et puis il y a toujours plein de couleurs et de choses à voir sur un marché : un stand de nourriture alléchante, un vendeur entouré de saucissons, des mamies avec des caddies à roulettes… Je me suis dit que j’allais forcément trouver. J’ai pris cette photo à la fin du marché. Parmi celles que j’ai prises ce jour-là, celle-ci est loin d’être la meilleure techniquement.

Je l’ai prise avec un appareil photo numérique, pas de très bonne qualité. Je n’ai fait aucun réglage avant de la prendre et elle est surexposée, pourtant si je l’ai choisie c’est parce qu’elle est pour moi la plus « parlante », la plus colorée. Derrière cette photo j’ai envie de raconter l’histoire, le personnage est intriguant. Je n’ai pas vu son visage, ou partiellement, on voit qu’il n’a pas la tête entièrement maquillée. Je l’imagine avec un maquillage de clown très sobre, du rouge sur les joues et le nez, c’est tout. Au début, je n’arrive pas bien à capter en image ce que je ressens lorsque je me promène dans ce marché. Mes photos ne reflètent pas toutes les couleurs et le brouhaha ambiant, c’est flou et brouillon, je cherche quelque chose de stable à prendre en photo.

Je photographie des commerçants, des acheteurs, des passants, et je vois cet homme qui souffle dans des ballons. Il doit y avoir quatre ou cinq  gosses autour de lui, il rit, parle fort, ça créé un petit attroupement avec les parents derrière. Je me mets derrière lui discrètement, je ne veux pas qu’il sache que je suis là. Je prends quelques photos. Les gens s’arrêtent quelques secondes,  ça amuse aussi les grands. Et puis les enfants s’en vont, les autres aussi et le clown reste au milieu de la rue. Les gens passent, un sac qui s’en va sur la gauche, un pied qui part sur la droite. Lui attend. Il pose sa main sur son « chariot », il ne bouge pas, il a perdu de sa prestance. A présent il me paraît ridicule, tout seul. Je prends cette dernière photo à ce moment-là, la dernière de la journée.

Marion Souquet