Tous les articles par marionsouquet

Psycho patchwork from outta space

Aujourd’hui je n’avais pas envie de m’enregistrer. Pourtant à la base mon idée pour ce billet son libre, c’était d’enregistrer une fausse émission de radio inspirée du célèbre événement  radiophonique d’Orson Welles racontant la Guerre des Mondes. Je pensais en faire une version moderne en racontant que plein de gens de tout horizons avaient décidé de faire exploser la Tour Eiffel et que dans Paris se déroulait une guerre sans merci. Et puis finalement en écoutant Orson raconter son histoire, je me suis dit que j’avais bien envie de raconter une histoire d’extraterrestre. J’ai commencé à penser aux différents films avec des martiens et autres aliens, puis à d’autres films sans aucun liens dont j’appréciais les dialogues, et enfin à des musiques.

Pour ceux qui n’auraient pas tout saisi, et c’est bien normal, cette histoire raconte l’arrivée d’un être venu de l’espace (“We came in peace”) et la rencontre entre cet extraterrestre du nom de Nobody qui souhaite conquérir le monde avec un homme curieux de savoir d’où il vient. Bien sûr c’est ma propre interprétation, et je vous à la votre. Si vous n’y trouvez aucun sens, vous pouvez toujours essayer de reconnaître d’où viennent ces sons. Amusez-vous bien.

Marion Souquet

Fire in progress

Marion3photos
(cc) Marion Souquet (27/01/2015)

Au départ, j’ai pris mes trois photos de billets et je les ai superposées sur Photoshop. J’ai ensuite divisé l’image en trois parties en créant une démarcation, comme pour signifier qu’au départ il y avait trois photos et qu’elles se sont ensuite mélangées. J’ai appliqué quelques calques, joué avec la transparence, ajouté des filtres, dupliqué et modifié les images, tout cela sans idée précise. Je cherchais cependant à ce que l’on distingue toujours quelques détails importants comme les rayures du pantalon du clown, le robinet qui coule et la tête de la jeune fille. Après avoir imprimé le rendu de ces trois photos mélangées, je me suis rendu compte que l’image était beaucoup plus sombre sur papier que sur mon écran.

 J’y ai donc déposé trois bougies blanches sur les zones les plus sombres, que j’ai allumées et laissées fondre. L’avantage c’est que je ne savais pas ce que ça pouvait rendre, quelle forme prendrait la cire qui fond en s’étalant sur le papier. Après une demi-heure, une des bougies s’est éteinte, je la rallume en laissant tomber quelques gouttes sur le papier. Au bout d’une heure, une des bougies commence à s’étaler fortement sur le papier, puis elle s’éteint. Je la retire, la cire commence à durcir et j’aperçois une lune se former. Comme les bougies qui éclairent les zones d’ombres de l’image, cette lune donne l’impression d’éclairer le visage de la jeune fille en haut à gauche, de la faire ressortir grâce à ses rayons. Si j’étais candide j’y verrais presque une apparition christique.

Marion Souquet

Il est l’heure

Pour ce billet son, j’ai choisi de raconter une histoire autour de deux personnages : un enfant et une baby-sitter. Au départ, je me suis enregistrée en train de parler avec un ami, j’avais dans l’idée de prendre sa voix puis de moduler sa voix afin de la rendre plus aigue. Après avoir regardé plusieurs tutoriaux et explications sur Internet sur comment changer la voix sur Reaper je n’ai pas réussi à trouver l’effet adéquat. La voix n’était plus très naturelle avec les effets vocaux que j’avais pu trouver. J’ai donc décidé de garder la voix de « l’enfant » telle quelle, je me suis dit que cela pouvait rajouter au côté humoristique et improbable de la situation.

Pour donner du rythme à cette histoire j’ai rajouté d’autres sons pris sur des banques de sons, tels qu’une sonnerie de téléphone ou encore des bruits de pas. La difficulté était de réussir à intégrer le son de la boîte à musique tout en ne perdant pas au niveau du rythme. Mon histoire est donc une histoire que j’ai essayé de rythmer, un dialogue entre deux personnes auquel s’intègre différents «moments » sonores, différentes types de son ; une histoire, une chanson, un son de boîte à musique…

 Marion Souquet

Brouhaha mélodieux

MarchedesLys

Ma photo, c’est un clown qui joue d’un orgue de Barbarie dans un marché ouvert. Bon, ce sera un billet son assez bruyant. Mon idée c’était de créer l’ambiance sonore d’avant la photo, c’est à dire les bruits du marché, les conversations, les marchands etc. J’ai tout d’abord voulu enregistrer du son au marché des Capucins.  Tout compte fait ça ne rend pas vraiment comme je l’avais espéré, c’est un mélange de voix indistinctes dont aucune ne ressort vraiment. Ce serait quand même mieux si on comprenait au moins quelques phrases. De retour chez moi, je cherche sur Internet des sons de marché, de foule. Je finis par en trouver un bon, puis un deuxième que je superpose et auquel je rajoute ma voix et celles d’amis que j’ai enregistrées. J’y mets ensuite le son d’un orgue de Barbarie qui arrive au milieu de l’extrait sonore, ça y’est, je me rapproche de ce que je cherchais.

Je voulais que ce billet son suive mon parcours. Je passe devant un stand de poissonnerie, je m’y attarde un peu, je mets l’enregistreur près d’une des poissonnières. Il y a une longue foule à ce stand, la voix des acheteurs qui parlent à la poissonnière se mêlent à celles des autres clients. Après la transaction je continu mon chemin et me laisse guider par une musique. Je m’en approche et aperçoit un clown qui joue de l’orgue de Barbarie. Il est seul, il a l’air de s’ennuyer. Malgré le son puissant qui sort de cette inhabituel instrument personne ne semble vouloir s’attarder. Je continu mon chemin, la mélodie se perd vite dans le brouhaha ambiant du grand marché de la place des Lys.

Marion Souquet

A la source

DSCN1684good
(cc) Marion Souquet (08/12/2014)

Contrairement aux premiers billets, l’idée est arrivée avant l’image. Pour ce billet photo « conceptuel », j’avais dans l’idée de prendre une photo en apparence anodine mais qui ne l’est pas en réalité. Une photo qui trompe. J’ai donc décidé de jouer avec un miroir, afin de prendre une photo d’un autre angle, d’un endroit où je ne pouvais pas poser l’appareil photo. Ici la photo donne l’impression que je me suis mise au fond du lavabo. Je voulais également donner une atmosphère sombre à cette image. J’avais en tête le travail de Darius Khondji, qui joue beaucoup avec les ombres et la lumière jaune, et qui donne à ses photos un cachet presque angoissant.

Pour la prise de vue, j’ai fait plusieurs tests afin d’obtenir l’effet d’ombre souhaité avec le miroir. J’ai posé le miroir dans le lavabo et j’ai fait couler un mince filet d’eau dessus. J’ai essuyé les éclaboussures  autour afin que l’on ne devine pas au premier coup d’œil que l’eau coule sur le miroir. J’ai ensuite éteint les lumières autour pour ne laisser qu’une ampoule jaune derrière moi. Prendre le reflet du lavabo en contre-plongée permet de donner une impression de grandeur au robinet, qui domine au centre de la photo. J’ai demandé à plusieurs personnes ce que leur évoquait cette photo, les possibilités d’interprétation ont été larges, autant que le thème « photographie expérimentale » le permettait.

Outre la classique interprétation phallique et la suprématie du robinet, il en est sorti une idée qui me plait plus particulièrement. Cette photo  évoquerait donc l’Eglise…C’est une grande cathédrale lors d’un sermon, le savon est imposant, il est le prêtre, au dessus des gens lambda qui y assiste. Les vitraux se reflètent sur le savon, au dessus le lavabo domine et répand l’eau, c’est la source. Cela ne se remarque pas trop à l’image mais je voulais que l’on voit se refléter l’ombre de ma main que l’on devine en bas au centre. Cette main, c’est la main qui décide du débit de l’eau, c’est la main du photographe qui met en scène.

Marion Souquet