Tous les articles par manonsultana

Haut les cœurs

Manon Sultana (08/12/2014) (cc)
Manon Sultana (08/12/2014) (cc)

 

Un concept, il faut que je trouve un concept. A force de faire des recherches, je me dis: « Le mieux c’est de tester! ». Alors me voilà avec des ciseaux dans une main et une tranche de pain de mie dans l’autre. Pour quoi faire me diriez-vous? Pour découper une forme de visage et grâce à une lampe faire des ombres chinoises… A vrai dire, je n’arrive pas vraiment à me convaincre. Alors je promène ma souris d’ordinateur dans des photos que j’ai prises à Grenoble. Et je me souviens d’un jour où avec des amis on avait voulu essayer les « photos lévitation ». On n’avait pas vraiment préparé quoi que ce soit, sans vraiment savoir qu’il fallait un travail préparatif. Alors qu’en fait il faut faire attention au moindre détail afin de faciliter l’illusion. Tout de suite j’ai eu envie de recommencer. Pour ce billet je voulais à la fois mettre en scène ma photographie et me mettre en scène. Comme pour me prouver quelque chose. Allô Floriane, peux tu m’aider pour ma photo?

Le 8 décembre 2014 à 18h il fait 8 degrés. En robe, une chaise sous le bras et Floriane a à mes côtés, on se rend dans un square. J’apprivoise le lieu, les lumières, les angles, les ombres, etc. Tous les détails qui pourraient nuire ou améliorer la photo. C’est bon j’ai choisi l’endroit. Je pose l’appareil et je règle les réglages : la vitesse à 1/13s, l’ouverture en F4 et l’Iso en 1000. J’essaye d’appliquer les cours de photographie tant bien que mal, je souhaite avoir un peu de profondeur avec un arrière plan net. Il faisait nuit j’ai donc adapté le temps de pose à l’ouverture. Je voulais capter le plus de lumière possible. Je choisis de prendre la photo de côté afin de renforcer l’effet de lévitation. On prend une première photo avec le décor sans la chaise ni moi. Puis il ne faut surtout pas bouger. Pieds nus, je pose la chaise sur le bloc et je me positionne dessus. Il faut que j’adopte une pose de lévitation et que je pense à ce que ma posture, mes habits, mes cheveux soient en adéquation. Il ne faut pas qu’au rendu final on remarque que j’étais assise. Vu qu’il faisait nuit, il fallait aussi faire attention aux ombres ce qui fut moins évident. Un clic, surtout sans bouger l’appareil et tout est dans la boîte. Direction la maison.

Carte SD dans l’ordinateur, il faut ouvrir Photoshop. Je ne voulais rien modifier dans les saturations ou autres, seulement rendre réel mon effet. Je positionne mes calques, le décor dessous et moi dessus. A l’aide de l’outil détourage je peux faire disparaître la chaise. Vient le moment de s’attaquer aux ombres. J’essaye comme je peux d’uniformiser tout cela. Quand je vois le miracle, que dis-je la supercherie, je suis contente: ça marche. Mon illusion est là, mais quelles émotions me provoquent cette photo? Je lévite en l’air, dans une position latente. Je suis autant en train de m’élever que de tomber. Chaque personne peut se retrouver dans cet état d’attente, à la fois léger et lourd. Une main en l’air et une autre en bas. Mais ce qui me marque c’est mon regard vers le haut. Rien de calculé, un acte manqué comme il en existe tant. Comme dit la chanson Haut les cœurs du groupe Fauve:

 » Haut les cœurs, Haut les cœurs, Haut les cœurs, Il faut se dire des belles choses, qu’on gardera pour plus tard ».

Manon Sultana

Toute une histoire

Manon Sultana 18/11/14 (cc)
Manon Sultana 18/11/14 (cc)

Le thème du deuxième billet:  » ce que mon « environnement personnel » peut raconter à tous. Une journée dans mon studio seule avec mon environnement. Je regarde dans mes cartons de déménagement et je vois tout mes souvenirs. Il y a des livres, des films, des photographies prisent avec un appareil jetable Kodak, des carnets de poèmes, des dessins, des affiches, etc. Je n’ai pas vraiment voulu sortir tout ça des cartons, comme si je gardais ma vie dans le noir. Et pourtant toutes ces choses en disent tant sur moi. Mais elles peuvent aussi en dire tant sur ce que l’on peut garder de nous dans des boites au fond de nos placards.

Par rapport au premier billet je ne savais pas vraiment ce que je voulais. Je pensais prendre toutes mes chemises ou mon lit, des choses qui me ressemblent tant. Mais rien ne me semblait être adapté au sujet. Et c’est là où j’ai fait le tour de mon studio. Ce ne fut pas long pour trouver ces boites sous mon bureau. Dans les objets qui me tiennent il y avait une lettre que je devais ouvrir à une certaine date, une « morte » mexicaine: « la muerte », une feuille vierge de correspondance, des billets de train pour Faire Grenoble/Bordeaux, un carnet de mes poèmes, une photo de Catherine Deneuve dans le film Les parapluies de Cherbourg avec le DVD du film à côté et toutes les photos prisent avant mon départ de Grenoble sur une même feuille. Puis j’ai vu ma table de chevet au « loin ». Pour moi une table de chevet c’est là où se trouve tous les objets qu’on utilise avant de dormir. Où l’on trouve tout ce qui nous rassure, nos habitudes, des photos, des films qu’on vient tout juste de terminer. Je trouvais intéressant de combiner cette table de chevet et mes « objets » les plus personnels. Comme si tout ces objets vivent toujours avec moi et hantent mes rêves.

J’ai mis en place de manière sentimentale ces objets que je garderai toujours dans ces cartons de traverses. Je ne suis pas une professionnelle de la photographie mais j’aime en faire. J’ai utilisé l’appareil photo de Floriane, qui est un Nikon. Avec l’objectif qu’elle avait mis sur l’appareil j’ai pris ma photo en plongée. Il n’y avait pas ma lumière centrale du studio, mais celle de la « cuisine ». Je n’ai pas voulu rajouter le flash car les couleurs me paressent plus naturelles ici. Je ne savais pas vraiment si j’allais prendre la photo au niveau de la table de chevet ou en hauteur. Les photos prisent au niveau n’étaient pas bonnes car on voyait le fond du studio et je ne trouvais pas ça esthétique. Par contre, avec le parquet en dessous la photo me paraissait plus chaleureuses et en adéquation avec cette idée de souvenirs. En tous les cas ces objets personnels auxquels je tiens, vous en avez aussi dans vos placards. Allez donc y faire un tour.

Manon Sultana

Madame la gare et ses aurevoirs

Billet 1
(cc) Manon Sultana (19/10/2014)

Dimanche 19 octobre 2014, environ 19h. J’aime les gares, elles ont du charme. Il s’y passe tellement de choses: des retrouvailles douloureuses, joyeuses, des rencontres inattendues, inespérées, des laissés-pour-compte sur les quais, des gens tristes sur la place 12, voiture 6. C’est un lieu parmi d’autres où on se dit au revoir, adieu, à bientôt. Un regard, un sourire et hop le train démarre. Pour l’avoir vécu et écrit dessus, je voulais capturer des adieux à la gare. Tout comme l’aurevoir déchirant de Geneviève et de Guy dans Les parapluies de Cherbourg. Tellement d’aurevoirs différents et plus ou moins longs mais si marquants. Une photo volée, un instant de transition, un départ.

Je savais que je voulais une photo d’amants à la gare. Je me suis dit qu’un dimanche vers 19h, après un weekend bien chargé, ils seraient là. Et oui, ils attendent les aurevoirs et je les attends. Dès que je rentre dans la gare je vois un train pour Tours arriver, et c’est le moment. Alors je prends l’appareil photo et je les mitraille. Je ne suis pas très discrète, des passants me remarquent mais eux non, ils sont bien trop occupés et je les comprends. J’attends que le train parte et je baisse les bras, comme la jeune femme qui le laisse partir. Je viens d’être témoin d’une scène quotidienne de gare, il y en a eu tant des histoires si singulières et pourtant ordinaires pour madame la gare. Elle s’en remettra, mais eux ?

Je voulais cette photo et grâce à eux je l’ai eue. Mais un train avant, un train après et le résultat aurait été différent. J’ai regardé toutes les photos et celle-ci me plaît. Il y a le mouvement du train qui arrive, et des futurs passagers autour. Tout le monde est en attente, mais pas eux. Ils profitent du moment, des derniers instants sous le grand toit de la gare. Comme si le toit de tuiles couvrait les amants et que le bleu de la sortie leur faisait se souvenir qu’il faut partir. Le mouvement de ceux qui partent, du train et des autres voyageurs fait contraste avec les amants et la gare qui elle reste et s’imprègne de ses visiteurs passagers. J’ai entendu une phrase quelque part, qui me fait penser à ce que les deux amants doivent se dire a ce moment-là : « C’est pas beau de manquer ».

Manon SULTANA