Tous les articles par manonharsigny

Entrez !

(cc) Manon Harsigny (12/01/2014)
(cc) Manon Harsigny (12/01/2014)

Intimité. Une porte fermée. Une lumière tamisée. Un secret gardé. Un corps dissimulé. Une identité préservée. Un mystère ouaté… Tout ceci et bien plus encore m’évoque l’intime ou ce que l’on souhaite dissimuler au monde extérieur. C’est pourtant quand l’intimité se voit ébranlée que l’intérêt grandit. J’ai donc choisi de mettre en péril l’intime dans ce billet photographique, en ouvrant littéralement une porte sur une femme mise à nue mais paradoxalement toujours anonyme. La porte symbolise en effet la frontière physique, l’enveloppe opaque derrière laquelle nous nous préservons d’autrui, ici je décide de l’entrouvrir et de mettre en lumière un corps nu, symbole ultime de l’intime tout en gardant l’identité de mon sujet intacte, choisissant en effet de ne pas exposer son visage à l’objectif.

Pour évoquer cette intimité, j’ai donc souhaité exprimer l’idée d’un instant volé, le passage furtif d’une femme nue derrière une porte entrouverte. En jouant sur la vitesse d’obturation, j’ai pu exprimer la fugacité du moment et du déplacement mais également préserver un semblant de pudeur en n’exposant que de façon floue ce corps nu. La porte poussée au moment du déclenchement participe aussi à l’aspect fugitif du moment immortalisé. J’ai opposé l’ombre du premier plan au rai de lumière émanant du second plan pour diriger le regard vers la claire silhouette de cette femme déambulant vers l’arrière-plan plus obscur. Le panneau de signalisation « route barrée » placé au fond du couloir devait évoquer un interdit, celui de pénétrer dans cet espace privé entrouvert, mais les déambulations capturées par l’objectif ont finalement masqué ce texte peut-être trop suggestif pour la scène. Le corps, lui, se dérobe suivant les lignes de fuites figurées ici par la porte et la lumière. Le tout donne ainsi une impression délibérée de voile à moitié levé sur l’intimité de cette inconnue.

Puis la magie du hasard opère et l’on découvre des éléments renforçant le sens de la photo. Ce fauteuil rouge tout d’abord, placé là par intuition pour nourrir le premier plan et contraster avec la clarté du second, apporte finalement une portée supplémentaire à la photo. Il est un clin d’œil au fauteuil de cinéma et au spectateur qui, face à cette part d’intimité photographiée, prend involontairement la posture de voyeur, tapi dans l’ombre. Les lignes, tantôt horizontales, verticales et diagonales, structurent la photo et s’opposent aux courbes de la silhouette mouvante, imperceptible. Enfin, les deux silhouettes capturées par la pose longue se positionnent parfaitement dans la lumière projetée au sol suivant ainsi le chemin de cette femme se dérobant à l’objectif et évoquant innocemment le Nu descendant un escalier de Marcel Duchamp tant par la nudité, la décomposition du mouvement et la prédominance de jaune et de rouge, couleurs chaleureuses, intimes.

 

 

Manon H.

Devoir sur table

Mardi 10 décembre – SCAV – Université Bordeaux 3

J’ai beau fêter mes 24 ans aujourd’hui, le devoir auquel je me prépare depuis (…) la veille me renvoie pourtant aux années lycée. J’ai préparé des fiches, j’ai révisé dans les transports et j’ai la désagréable impression que mon peu de connaissance est sur le point de s’évaporer. Trop tard, je ne peux plus réviser davantage, la question est posée, il faut se lancer ! Silence dans la salle, tout le monde retient son souffle et démarre. J’aurais dû m’agripper à cette exaltation groupée, suivre la cadence mais, comme souvent en examen, j’ai loupé le coche et fixe les autres s’animer autour de brouillons physiques ou imaginaires. Les regards fixent un savoir dématérialisé qui persiste à m’échapper. Chaque bruit est un prétexte à la déconcentration et rompt mes faibles ébauches de raisonnement. Le temps file à folle allure, j’ajoute quelques mots à ma feuille pour mieux fixer ma pensée, empêcher mon esprit de divaguer et déjà les premiers remballent leurs affaires et quittent la salle.

 C’est à travers un montage sonore que j’ai souhaité rendre compte de ce moment d’angoisse et illustrer par le son la fragilité de ma concentration et l’ambiance particulière d’une salle de cours durant un devoir. J’ai donc entrepris d’enregistrer différents moments de la fin d’un contrôle et de les assembler pour faire émerger cette atmosphère source de stress. Après avoir énoncé la question sujette à évaluation et avoir posé un temps d’arrêt sur ses mots, les stylos alentours commencent ainsi à gratter, toujours plus fort et plus nombreux et grondent bientôt comme un troupeau qui charge. Je n’entends plus qu’eux et c’est finalement le son d’une page tournée qui me rappelle à la réalité et casse l’entrain menaçant de ces stylos. Les bruits de blanco, chuchotis, passages extérieurs, feuilles et autres mouvements s’enchaînent dès lors et m’agressent un par un, me sortant toujours et encore de ma réflexion. Je tousse, manifeste ma présence pour mieux me recentrer sur mon problème, rien n’y fait ! Le départ bruyant de ma voisine résonne comme un coup de grâce et entrouvre la brèche qui isolait cette salle close du monde extérieur, emportant ainsi le peu de concentration dont je disposais.

Manon H.

Vagabonds

Sergio Larrain
Sergio Larrain

 

Un vagabond… Nous nous imaginons tous plus ou moins le même homme, ce sans-abris que nous croisons tous les jours et ignorons avec une facilité déconcertante. Et pourtant… Ne serait-ce pas nous, les vagabonds? Nous qui traversons sans cesse ces mêmes rues, cette ville, nous qui ne prenons jamais vraiment la peine de nous arrêter au milieu de ce brouhaha entraînant? Et si cet homme que nous apercevons quotidiennement figé sur un carton incarnait au contraire la sédentarité? Le monde en perpétuelle révolution ne semble pas avoir de prise sur lui, il tourne, s’agite et se retourne tandis que le mendiant s’ancre toujours plus dans le bitume (cf. publicité pour le samu social ci-dessous) et observe son environnement graviter autour de lui.

Homelessness awareness  campaign
Homelessness awareness campaign

C’est à l’aide d’un court montage sonore que j’ai souhaité raconter l’histoire d’un de ces sans-abris. Les premières secondes de la piste plante donc le décor : la rue et son froid hivernal puis sans attendre le protagoniste intervient et s’identifie à travers un enchaînement de sons évocateurs. Il marche tout d’abord et accompagne l’auditeur jusqu’à son fief, là même où il dépose son carton et passe ses journées à quémander quelques pièces. Son souffle, ses mains, son journal qu’il froisse et fourre sous sa veste évoquent les basses températures. Son gobelet et ses quelques pièces achèvent enfin d’identifier la figure humaine de cette bande son. C’est son environnement qui prend le pas ensuite et se meut de plus en plus vite autour de lui. Les sons reconnaissables des différents moyens de transport modernes s’enchaînent puis se répètent jusqu’à saturer l’espace sonore, ils incarnent une rengaine étouffante et s’opposent à la solitude et l’immobilisme du mendiant qui finit par rendre son dernier souffle au milieu de cette foule en ébullition.

Manon H.

Un air de SF

(cc) Manon Harsigny (11/11/2013)
(cc) Manon Harsigny (11/11/2013)

Il est un lieu qui longtemps m’eut inspirée et qui, même après l’avoir découvert de mes propres yeux, continue d’être une source d’émerveillement. San Francisco, la ville brumeuse au célèbre pont et multiples vallons, n’a pas la superficialité de ses congénères américaines. Elle est mystérieuse lorsque le brouillard la dissimule le matin, puis, pleine de surprises quand, au sommet d’une rue, le promeneur hasardeux découvre un panorama inespéré sur son horizon et ses quartiers colorés. Haight Ashbury, Castro, Fisherman’s Wharf, China Town, sont tant de lieux qui font les contrastes de cette ville aussi majestueuse que chaleureuse. Place de tolérance et de révolution, on s’y sent vite chez soi, sans la comprendre pour autant. Même Alcatraz, la lugubre île abandonnée, renvoie quelque chose de mystique et participe à hypnotiser quiconque s’attarde sur sa vue.

Quoi de mieux pour symboliser Frisco que sa baie plongée dans le brouillard ? Les pastels secs se chargeront donc de transmettre l’aspect énigmatique et insaisissable de cette couche épaisse de nuages, tandis que le crayon à papier dessinera finement la ligne d’horizon, ainsi que les contours de la seule pièce architecturale permettant d’identifier la ville : le sommet du Golden Gate Bridge. Les reliefs lointains et neutres symbolisent une frontière physique entre le ciel chaud de l’aurore et la brume froide du matin, un paradoxe urbain qui fait le charme de cette ville aux initiales évoquant la science-fiction. Le support, enfin, du papier kraft, est un clin d’œil au passé industriel de la ville qui a vu naître les jeans Levi Strauss.

San Francisco, ma ville muse…

Manon H.

Échec et mat

(cc) Manon Harsigny (20/10/2013)
(cc) Manon Harsigny (20/10/2013)

Toulouse – Dimanche 20 octobre 2013

Je marche timidement sur une grande place dont j’ignore le nom. Le reflex de ma meilleure amie accroché au cou, je n’ose encore m’en emparer, ne sachant pas vraiment où m’arrêter. Puis mon regard se fixe sur deux silhouettes une vingtaine de mètres plus loin. Je saisis discrètement l’appareil et change ma focale à 70 pour resserrer le plan sur ces deux vieillards face à un plateau d’échec. Le cliché est banal et flou. Il me faut approcher. Mon amie Jeanne m’y encourage, j’avance donc d’une quinzaine de mètre. C’est mieux ! Je capte des regards, des sourires. Je pense que les hommes m’ont senti arriver mais ils continuent de discuter. La pluie s’invite et en chasse un. L’autre ouvre son parasol pour s’abriter et attendre celui qui voudra bien le défier. Un pas, deux pas, je m’approche encore et change d’angle pour éviter l’arrière-plan chargé du McDonald’s. Je m’accroupis, j’y suis ! L’homme jusqu’alors indifférent à ma présence, tourne la tête et me fixe avec insistance. Je suis trop prêt, soit, j’ai ma photo, échec et mat !

Cette photographie n’est sans doute pas la plus intéressante de la série mais c’est la plus symbolique à mes yeux. Elle rend compte de ma première expérience de photo de rue, ma première rencontre à travers un objectif et ma première approche timide d’un sujet, c’est donc celle que j’ai choisi de publier dans ce second billet. La pancarte de l’inconnu — sur laquelle est écrit « qui veut jouer? » — est un défi lancé aux passants et donc au hors-champ mais aussi à la photographe amateur que je suis, qui s’est avancée avec stratégie vers ce maître du jeu aux aguets. Le noir et blanc, quant à lui, fait écho aux photographes humanistes et souligne avec plus de sobriété le regard intense et la posture de mon sujet.

Manon H.

Voici un aperçu de la suite de mon errance photographique :

(cc) Manon Harsigny (20/10/2013)
(cc) Manon Harsigny (20/10/2013)

(De haut en bas et de gauche à droite, à dos de vélo,
les zombies contre-attaquent, baiser furtif, la femme tronc & les voyeurs)