Tous les articles par manonharsigny

“Satisfaction garantie” – séquence 23

 

(cc) Manon Harsigny (23/03/2014)
(cc) Manon Harsigny (23/03/2014)

Afin de rendre compte au mieux des plans pour cette adaptation de nouvelle, j’ai choisi la sobriété du noir et blanc et me suis peu attardée sur les décors et accessoires. Endossant ambitieusement le rôle de future réalisatrice, j’ai ainsi fait le choix de focaliser mon attention sur les plans, leur cadrage, leur composition, les profondeurs de champ et le mouvement des personnages. Il m’a en effet semblé plus probant de définir par la suite le style des décors, accessoires et personnages, dans des planches de tendances annexes élaborées avec le chef déco et le directeur photo de cette future production. Il m’est également paru intéressant de juxtaposer à ces vignettes la scénarisation de “Satisfaction garantie”, avec les répliques associées à l’image et les précisions de cadrages.

Mes intentions pour la décoration se limitent donc à un laboratoire aseptisé, clair et froid, pour les 4 premières cases, et une chambre chaleureuse, aux couleurs chaudes et matières molletonnées, pour la dernière. Il s’agit de la chambre de Claire. Mes premières propositions de cadre restent “traditionnelles”, un gros plan et une vue semi-subjective de Susan lorsque la porte claque, puis un plan moyen sur Peter, lié au contre-champ suivant par un rapprochement de celui-ci vers Susan. Le plan suivant s’éloigne, quant à lui, de la discussion en masquant partiellement les interlocuteurs derrière un large bureau, il prépare à un changement de lieu progressif. Ainsi donc, le bureau du scientifique laisse place à un lit coloré et les jambes de Claire remplacent celles de Susan et Peter. Le son fait ici office de liant entre les plans puisque la discussion entre les deux chercheurs se prolonge d’un plan à l’autre, pour finir en off. On fuit du laboratoire comme Claire fuit son foyer, laissant dès lors entrevoir une fin “satisfaisante” en écho au titre. Le fait de ne dévoiler le visage de Claire qu’après plusieurs plans montrant son départ, accentue par ailleurs l’effet de suspense vers le dénouement du film. Le changement de lieu et de personnage est également facilité par cette dissimulation des identités (du plan 4 au plan 5). Concernant les personnages, j’ai opté pour une Susan ferme et soignée, en la coiffant d’un chignon lisse et pour un Bogert aux traits durs mais séduisants pour créer une ambiguité intéressante entre les deux chercheurs. La Claire de la fin sera quant à elle plus désinvolte et décoiffée, ce qui se ressentira dans la fermeture de sa chemise, sa coiffure et sa gestuelle. Histoire à suivre donc…

Légende :

[PR] = plan rapproché
[PA] = plan américain
[PM] = plan moyen
[PSE] = plan de semi-ensemble

Travail de recherche en amont du storyboard finalisé :

(cc) Manon Harsigny (17/03/2014)
(cc) Manon Harsigny (17/03/2014)

Manon H.

Réflexion étudiante

Quand l’Université, lieu de réflexion par excellence,
réfléchit les silhouettes anonymes d’étudiants de passage…

(cc) Manon Harsigny
(cc) Manon Harsigny
(cc) Manon Harsigny
(cc) Manon Harsigny
(cc) Manon Harsigny
(cc) Manon Harsigny
(cc) Manon Harsigny
(cc) Manon Harsigny
(cc) Manon Harsigny
(cc) Manon Harsigny
(cc) Manon Harsigny
(cc) Manon Harsigny

Chaque photo est le prétexte à une mise en abîme mettant en scène les silhouettes furtives des habitants éphémères de l’Université. À travers des jeux de reflets et de perspectives, la faculté est mise en scène comme un lieu propice à la réflexion.

Série photographique réalisée par Manon Harsigny à l’Université Bordeaux-Montaigne.

Combustion spontanée

 

(cc) Manon Harsigny (20/02/2014)
(cc) Manon Harsigny (20/02/2014)

À la manière de Len Lye grattant sa pellicule au siècle dernier, je m’aventure aujourd’hui dans la manipulation de photographies dématérialisées et leur applique en toute innocence un lot de filtres numériques hasardeux. L’acte reste semblable, je modifie l’image au gré de mes envies, ne me fiant à nul autre que mon instinct. C’est de l’expression spontanée, de la photographie expérimentale. En m’efforçant de ne rien calculer, je commence par modifier les échelles de ces trois photos – publiées dans mes précédents billets -. Pour la première (échec et mat), je ne souhaite que garder l’arrière-plan, je zoome donc sur les arches et oublie l’homme qui focalisait le regard au centre de l’image. Pour la deuxième photo (entrez !), j’essaie plusieurs cadrages puis m’arrête sur le bas de la porte, j’aime les perspectives et les lignes que la lumière souligne. Pour la troisième photo enfin (sur la route), je reste sur l’échelle de base et constate en superposant les trois que les lignes s’agencent harmonieusement. S’ensuit une série de filtres que j’applique et annule suivant les rendus satisfaisant plus ou moins ma vue. Le filtre découpage de Photoshop donne un aspect de ruines délabrées à l’architecture de la première image, j’approche de quelque chose mais quoi? En augmentant la saturation de la troisième photo, je progresse encore mais l’issue reste incertaine. Je trafique la seconde photo sans bien savoir quel filtre j’applique puis mon travail se précise. Je pose un dernier filtre Noir/Blanc puis ajoute une texture de grain photo et m’y voilà ! Je ne peux plus toucher. C’est ce vers quoi je tendais sans trop le savoir, un mix de mes trois photographies aux allures de négatif brûlé.

Le résultat semble être le produit d’un développement argentique raté, une photographie brulée par l’acide, un négatif retrouvé dans les cendres d’un vieil incendie. J’aime ce rendu, il m’interpelle, me saisit, m’angoisse même un peu. Les histoires se bousculent dans mon esprit, tentant d’expliquer l’existence de cette photographie dont je suis pourtant l’unique créatrice. Ce qui me séduit particulièrement dans cette image trompeuse, c’est qu’elle évoque le travail de la matière photographique alors qu’elle n’est issue que d’un trucage numérique. Je la nomme ainsi “combustion spontanée” en écho à l’acte impulsif de modification de l’image et à son rendu final, illusoire.

Manon H.

Sur la route

(cc) Manon Harsigny (09/02/2014)
(cc) Manon Harsigny (09/02/2014)

Sur le chemin de retour de la montagne, je peine à garder l’oeil ouvert. La route défile toujours plus monotone et m’éblouit dès qu’une autre voiture croise notre chemin. Je suis sur le point de m’endormir mais les irrégularités de la chaussée ne cessent de me tirer de ma torpeur. Mon amie au volant paraît également hypnotisée par cette double voie sans fin. Elle semble tracer la route au fur et à mesure de sa progression, ses phares la dessinent à chaque mètre franchi et seconde écoulée. Lorsque je m’attarde sur son regard, je distingue la route se réfléchir dans ses yeux et éclairer le haut de son visage. Les lumières tantôt rouges, tantôt jaunes clignotent sur sa peau au gré du voyage.

J’ai souhaité rendre compte de cette épilepsie hébétante à travers une photographie conceptuelle. J’ai ainsi sorti mon bridge et ai commencé à varier la vitesse d’obturation ainsi que la focale pour faire apparaître la route sur le capteur. Cinq secondes suffisent amplement à la dessiner et à outrepasser l’obscurité nocturne. Je désire ajouter à cette couche de route claire, le visage de mon amie qui tient le volant depuis déjà plus de deux heures. C’est donc à l’aveugle que je fixe mon objectif sur elle d’abord quelques secondes puis 10 et finis par réimprimer l’autoroute durant les 3 secondes restantes. J’intervertis ensuite le mécanisme en me focalisant en premier lieu sur la route puis plus longuement sur ma conductrice. Son visage est parfois trop centré, je m’efforce alors de la faire apparaître, toujours à l’aveugle, dans la moitié gauche de la photo afin d’aligner la voie sur son regard. J’y ajoute un mouvement latéral un peu saccadé et les lignes se dessinent, plus irrégulières. Je m’exalte à chaque prise de vue ! Je ne prends plus une photo en me fiant à l’aperçu du viseur mais j’anticipe un rendu incertain selon le temps d’exposition, mes gestes, le passage des voitures et les tremblements de l’autoroute.

J’ai longuement hésité sur le choix de la photo exprimant le mieux cette expérience de photographie nomade nocturne. J’ai finalement opté pour l’une des plus sobres du lot afin de rendre compte plus sincèrement de mon état de semi-veille hypnotique. Ici le visage de mon amie apparaît flou, spectral, il surplombe la voie et pointe son regard vers l’horizon. Plus clair en haut, il s’efface ensuite pour laisser place à la route lumineuse. Ses lignes initialement droites deviennent irrégulières vers un point de fuite invisible. Elles symbolisent à mes yeux la fatigue de la conductrice qui, peinant à distinguer la route lointaine, voit sa vision se dédoubler et se troubler là où l’obscurité de la nuit se heurte à la clarté de la chaussée. Cette juxtaposition de plans horizontaux contrastés pourrait d’ailleurs donner à voir un clignement de paupière révélateur d’un sommeil menaçant. Les rayons lumineux semblant émaner des yeux de la figure féminine illustrent la focalisation de son regard sur l’horizon et évoquent les tracés de la route, ils instaurent un parallèle entre les yeux de la conductrice et les phares de sa voiture. Ces rayons aux allures de sommets montagneux accompagnent notre regard dans la photo, soulignant ainsi un sens de lecture naturel en “Z”. Il part du visage de profil, se perd dans l’obscurité et se recentre sur la route qui s’échappe. La pose longue a permis de mettre en valeur ce défilement spatial et temporel en imprimant notamment sur le capteur l’image multiple du panneau de signalisation. La différence d’échelle entre le visage et la route marque l’étrangeté du cliché et suppose soit l’existence d’un reflet dans le pare-brise soit une imbrication de plans plus travaillée, exprimant dans les deux cas l’impression fantomatique d’un rêve itinérant.

Manon H.

La page blanche

La page blanche
La page blanche. (cc) Manon Harsigny (26/01/2014)

Fascinée depuis fort longtemps par le métier de scénariste, je me confronte aujourd’hui à la réalité de cet exercice de style. Ecrire, déconstruire, réécrire jour et nuit. […] Respirer […]. Recommencer et se heurter à la page blanche ! Froide et vide, elle me renvoie à ma solitude, me confronte à mes angoisses et me pousse à mettre de ma personne dans le scénario auquel je m’attaque. L’enjeu est finalement de ne pas se perdre dans les méandres de cette feuille faussement limpide.

Il m’est apparu pertinent de faire mon autoportrait d’apprenti scénariste en reprenant le concept de la page blanche à travers un collage. Ma base en est d’ailleurs sa première évocation. Il s’agit en effet d’un large support blanc que mon collage laisse généreusement entrevoir. La seconde couche est un cadre en aluminium évoquant le miroir de la page blanche et ainsi le reflet de l’auteur – en l’occurrence moi – qui, confronté à son image et rien d’autre que celle-ci, doit trouver de quoi alimenter son histoire. Cette feuille métallique plissée constitue ici le miroir de l’âme du scénariste qui transparait de façon plus ou moins subtile et complexe dans ses scenarii mais elle réfère aussi directement au 7ème Art via la lumière qu’elle réfléchit de tous bords. Le cadre volontairement désaxé et les pages de scenario arrachées évoquent également ce tourbillon introspectif qu’est l’écriture scénaristique. Elles mettent l’emphase sur les allers retours indispensables à ce type d’écriture éprouvante. Le jeu d’ombres et de lumières, réfléchit par l’aluminium, achève de renvoyer au cycle temporel long et répétitif qui entoure la rédaction du script. Mon portrait est en noir et blanc afin d’évoquer l’étonnante sobriété du document à l’origine d’œuvres paradoxalement ultra subjectives et colorées. Une masse de dialogues vient scinder les deux parties de mon visage et dissocie dès lors ma vue/mon imaginaire de mon goût/mon expression. Dans cet autoportrait, les mots du scénario quasi prémâché nourrissent l’auteure que j’aspire à devenir et qui recrachera peut-être un jour son propre scénario digne d’être porté à l’écran.

Françoise H.

Manon HARSIGNY