Tous les articles par maelysgosset

A l’ombre de la lumière

(cc) Maëlys Gosset 03/12/2014
(cc) Maëlys Gosset 03/12/2014

Qu’est-ce que la lumière ? Une force, une énergie, un esprit ? Nous recevons la lumière. Elle s’impose à nous. Dans la bible, la lumière est le premier élément inventé par Dieu. Forte de symbolique, l’espoir et la liberté, la lumière donne de la légèreté aux choses, de la spiritualité. Tandis que le noir, l’obscurité, rappelle leur matérialité. L’ombre et la lumière formerait alors un tout. J’ai donc voulu essayer de contrôler et enfermer la lumière en construisant un dispositif capable de contenir cette énergie tout en traduisant la puisance de celle-ci afin d’en capter sa tangibilité. La lumière, une force, une énergie incontrôlable, en perpétuel mouvement. Qu’est-ce que la matérialité de la lumière ? Comment la contenir ? Et révéler sa part d’ombre…

J’ai accroché un mobile à une passoire en inox retournée. Le mobile en spirale étant en plastique argenté, il réfléchit la lumière de manière circulaire lorsqu’il tourne.  Une lampe allogène éclaire précisément le côté convexe de la passoire. Ainsi, la lumière s’engouffre par les petits trous du panier. J’ai disposé sous le mobile un miroir afin de prendre la photo de ce qui se passe sous cette « cage dorée ».  En choisissant une vitesse de prise de vue lente et une faible ouverture, j’ai voulu mettre l’accent sur le mouvement de la lumière (image floue) et  sur la non lumière (elle est enfermée). Seuls les petits trous du panier laissent passer les rayons lumineux. Je voulais traduire à la fois l’intense symbolique d’une énergie aussi puissante et son besoin inextricable de liberté, de mouvement, pour en dévoiler sa matérialité, son essence même.

Le résultat a été plus que surprenant ! Si l’ombre traduit la matérialité des éléments, alors, dans ce cas la matérialité de la lumière ressemblerait à un oiseau, lui-même symbole de liberté et d’espoir. J’ai réalisé plusieurs clichés sur le même modèle de dispositif avec des paramètres photographiques similaires. A chaque fois, ce qui est apparu m’a subjuguée. En voulant enfermer la lumière pour en découvrir sa matérialité, c’est l’image d’un oiseau emprisonné, tournoyant dans sa cage, qui s’est révélée. Le mouvement du mobile apparaît comme celui du battement de ses ailes. Nous ne pouvons faire face à la lumière sans être ébloui, étourdi par sa puissance. En révélant sa part d’ombre, on lève alors le voile sur sa nature profonde : libre et puissante, tel un oiseau de lumière.

Maëlys Gosset

A la gloire de ma mère

(cc) Maelys Gosset 14/11/2014
(cc) Maëlys Gosset (14/11/2014)

Elle, une autre que moi. Une si différente et si semblable à la fois. De l’amour à la haine, du déchirement à l’union, de l’étouffement à la libération, de la séparation à la réconciliation. Une relation si universelle et si singulière à la fois. Adolescente et insouciante on rêve de la quitter, adulte on est terrorisé à l’idée que la vie peut nous l’arracher. Je sors de ma chambre. Dans le couloir : le bureau de ma mère. Occupée, elle me tourne le dos. Une femme, une mère, je l’observe. A chaque fois que j’entrouvre ma porte, qu’elle est là devant moi, mon reflet à ses côtés, je suis submergée par cette même sensation. Deux âmes si loin par l’esprit, chacune dans son univers et pourtant si proche dans l’image par la magie de l’armoire/miroir de ma grand-mère. La mère de ma mère. Trois générations qui semblent bouger, vivre et évoluer de manière indépendante, mais qui pour un instant, sont réunies, là. Ma mère, mon ennemie, mon alliée, mes tourments est ma fierté. L’origine d’un tout.

Cette scène est récurrente, je la vis et revis presque chaque jour avec la même sensation à chaque fois. Elle retranscrit, pour moi, la relation mère/fille dans toute sa complexité : entre complicité et rivalité. Je lui fais face mais elle me tourne le dos. Une séparation. Et pourtant un seul regard dans le miroir et le lien se reformerait. Une union, une évidence. L’ambiance de cette pièce est d’autant plus sombre qu’elle crée une atmosphère plutôt intimiste : seule une lampe de chevet sur le bureau et la lumière de la fenêtre de ma chambre illumine le couloir. Sur mon appareil photo je mets donc la priorité à l’ouverture afin de capter au maximum la lumière naturelle de la pièce. Je ne veux pas utiliser le flash qui gâcherait, selon moi, le côté intimiste de la scène. Une ouverture au maximum f/2.8 et une sensibilité maximale également (ISO1600) pour une exposition plus intense. Jouer avec l’ouverture me permet de jouer avec la profondeur de champs. Je ne suis alors qu’une silhouette en arrière-plan. Je veux centrer l’attention sur elle : elle est nette en premier plan. Je ne suis que l’élément secondaire. Celle qui observe comme l’ « élève » observant son « maître ».

Mon appareil photo n’étant pas très perfectionné, on ne peut observer clairement le contraste net/flou entre les deux personnages que je souhaitais en jouant sur l’ouverture et donc sur la profondeur de champs. De plus, une sensibilité si élevée n’est pas sans conséquence… L’image contient du « bruit ». Mais ce que je souhaitais partager avant tout c’est cette dualité qui se retrouve dans l’image. On pourrait partager verticalement l’image en deux. Le montant en bois de l’armoire divise les deux personnages pour accentuer et mettre en lumière les rapports conflictuels mère/fille tout en traduisant une certaine complicité, curiosité et admiration entre ces deux êtres. Le miroir symbolise l’identification, l’idée de s’imaginer comme, ou au contraire de différenciation, ne pas ressembler à. On a alors une alternative, un choix à faire entre ces deux possibilités. Seul le temps nous en donnera la solution…

Maëlys Gosset

Trafic à la Une

(cc) Maëlys Gosset 17/10/2014

(cc) Maëlys Gosset 17/10/2014

« France Inter, 18h, c’est l’heure du point info trafic avec Anne Fokenberg. Bonsoir. En ces départs de vacances, Bison futé conseille d’éviter les grandes villes jusqu’à 20h. A Bordeaux, de forts ralentissements sont à prévoir. Sur la rocade bordelaise intérieure dans le sens Mérignac en direction de l’autoroute de Paris la circulation sera difficile. » Vendredi soir sur la rocade, un régal ! Merci pour la prévision, c’est trop tard, je suis en plein dedans. Nous sommes des centaines d’automobilistes à subir l’oppression des bouchons, la tension est palpable dans les rangs, les moteurs chauffent. A croire que c’est l’événement national sur France Inter! Déclic ! Événement national, événement national… Le billet photo ! Je farfouille dans mon sac à la recherche de mon téléphone, allié de secours. Je n’ai pas encore le réflexe de garder mon appareil photo sur moi. Dommage…

Téléphone en main, je tente de synchroniser mon pied droit sur l’embrayage tout en réglant la prise de vue. J’essaie de jouer avec les rétroviseurs pour insister sur le flux de véhicule qui engorge les voies. Mon voisin de gauche klaxonne et me fait signe de regarder derrière. Deux motards de police, talkie-walkie à l’épaule, lunettes noires, zigzaguent entre les 3 voies. Je baisse mon téléphone. Ce n’est pas le moment de perdre 4 points…. Pour une fois, on peut dire qu’ils tombent à pic ! La police source créative : incroyable mais vrai ! Grâce à eux, je décide de prendre la photo à hauteur de poitrine, à travers le volant de ma voiture. Je fais plusieurs essais mais cela ne dégage pas grand chose si nous ne sommes pas en mouvement. Enfin on avance de quelques mètres ! Au loin je vois l’écran d’information. Parfait ! Je l’attend avec impatience… Je me rapproche. J’essaie de loin , je ne veux pas me louper. L’occasion ne se présentera qu’une fois. On roule au pas… Les feux de stop s’allument tour à tour, comme une symphonie lumineuse. Une poésie routière. Nous y voilà ! L’écran est à quelques mètres. 1ère synchro. J’avance à pas de loup. L’écran, les lumières de stop, tout est là. Clic!Clic!Clic ! Je mitraille. Concentrée sur mon écran je n’ai pas évalué la distance avec la voiture de devant qui freine subitement. Grand coup de frein. Je pile ! La conductrice de derrière panique et klaxonne. Et comme si c’était contagieux, d’autres s’y mettent. Décidément, un vrai spectacle cette rocade !

Arrivée chez moi, je découvre l’ensemble de mes essais. Certaines photos sont mal cadrées. Les clichés avec le jeu des rétroviseurs ne donnent pas l’effet souhaité. L’appareil photo du téléphone limite la prise de vue, l’angle. Il ne retransmet pas l’idée du mouvement. En revanche, celles à travers le volant laissent transparaître cette impression d’oppression des embouteillages. L’arc de cercle rétrécie le champ de vision tout en prenant en compte les éléments essentiels : les véhicules, l’écran d’information, les lumières de stop. La qualité de la prise de vue n’est pas excellente , bien au contraire. Elle est justement exécrable sur les côtés puisque ma main droite ne cessait de faire des va-et-vient entre la boite à vitesse et la route. Je ne laissais pas le temps au téléphone de faire la mise au point. Une photo prise sur le vif avec un matériel inadapté, un travail de prise de vue dans le stress (avec les forces de police juste à côté, hors de question de perdre mon permis de conduire !) et l’inquiétude (de provoquer un accident de la route !). Être concentrée sur la route et sur mon objectif : un mal pour un bien finalement !

Maëlys Gosset