Tous les articles par maelysgosset

Ambiance venue d’un autre monde

Pour éviter de créer une ambiance sonore digne des plus belles publicités d’agence de voyage, j’ai choisi de me plonger dans un marché de bord de mer et de laisser tomber l’idée de multiplier les lieux et les ambiances. J’ai trouvé que le plus difficile était alors de  proposer de la matière sans tomber dans l’excès tout en valorisant les sonorités tonales (ambiance « mer » et ambiance « marché ») et les signaux sonores (klaxons, aboiements…). Pour essayer de dépasser cette difficulté j’ai créé 21 pistes afin de pouvoir jouer sur les niveaux et la stéréo des différents sons utilisés. Pour donner vie à mon projet, j’ai sélectionné des extraits que j’avais enregistrés là-bas. Ils comportent la signature acoustique originale et si particulière qui caractérise le lieu. Néanmoins je ne disposais pas de matériel très sophistiqué donc la qualité laisse à désirer, le bruit est très important. J’ai donc utilisé un effet « equalizer » afin de garder les aigus et de baisser les graves. Cela diminue un peu les bruits de fond. J’ai essayé de proposer une ambiance riche et diversifiée tout en gardant une certaine homogénéité. Une ambiance dépaysante et enivrante… je l’espère !

 Maelys GOSSET

Un ailleurs hors du temps

Je rentre de voyage et cette expérience a été très marquante pour moi. J’ai déjà voyagé et découvert de nouvelles cultures, de nouveaux paysages, de nouvelles personnes. Mais cette fois-ci a été très particulière. Quelque chose d’inexplicable, de curieux et de mystérieux à la fois m’a profondément marquée, touchée et même changée. Une partie de moi est toujours là-bas. Comme si j’étais revenue seulement pour quelques jours mais que ma place était là-bas. Alors toute occasion est bonne à prendre pour rester plonger dans cet ailleurs hors du temps.

J’ai recueilli des sons, des ambiances que j’aime réécouter. C’est une autre façon de replonger dans cet univers que les photos. Lorsque je les écoute je revois des images, je ressens des odeurs. Tout reprend forme. Tout est de nouveau à sa place. Le retour est très difficile. Je ne pensais pas qu’il le serait autant. Alors ce billet son est une manière de partager cette sensation et de vous emmener dans cette aventure. En mêlant des sons, des ambiances que j’ai moi-même recueilli à un chant traditionnel j’ai essayé pendant un instant de recréer, ici et maintenant, un peu de cet ailleurs, ce petit bout de terre à l’autre bout de la Terre. J’ai essayé de jouer sur la stéréo pour avoir cette sensation d’être immergée dans cet univers. Plusieurs ambiances s’entremêlent avec comme ligne directrice le chant traditionnel.  Le plus difficile est de doser les différents sons qui jaillissent pour ne pas en faire trop et noyer l’essentiel …

Maelys GOSSET

Bagarre en couche culotte : Dora VS Nounours

Des générations qui défilent. Et pourtant, une bataille demeure, aussi cruelle qu’intemporelle, celle du coucher ! Avant c’était Nounours, aujourd’hui DORA, demain sûrement Babouch… Mais lorsque l’on fait du babysitting peu importe leurs noms, ils deviennent nos pires ennemis !

J’ai décidé de reconstituer une scène plutôt fréquente lorsque l’on garde des enfants : celle du coucher. Un délicieux moment entre colère, pleurs et cris. J’ai commencé par écrire le dialogue puis à l’enregistrer avec mon iPhone. Sur Reaper,  j’ai utilisé l’effet super pitch pour moduler ma voix et ainsi créer deux personnages. Je les ai donc insérer sur deux pistes différentes afin de les régler à ma guise. J’ai également utilisé un effet de Réverbe pour améliorer la transition entre l’ambiance sonore de l’univers imaginaire des monstres et celui de la réalité avec « Camille » qui s’exclame avec colère. Le plus difficile étant de laisser les voix prendre la place principale dans le son et en même temps donner à voir par les sons, les bruitages, les mélodies et les ambiances. Je voulais donner du relief au dialogue sans le noyer dans un flot de bruit. J’ai ajouté des bruits issus de soundfishing pour ponctuer le son et ainsi donner à entendre différentes actions : claquement de porte, TV que l’on éteint, désenchantement, destruction d’objets…. Pour immerger l’auditeur dans le monde imaginaire et terrifiant du père fouettard je devais créer une ambiance suffisamment solide et envoûtante. J’ai donc créé plusieurs pistes en superposant à la fois des ambiances Halloween (soundfishing) et des rires, des grognements de monstres. Je voulais que cette ambiance ait une certaine profondeur. J’ai également donné de l’importance au volume des voix pour ainsi aider l’auditeur à suivre les déplacements des personnages. Au début la baby-sitter entre dans la pièce. Sa voix se rapproche peu à peu. Et lorsque Camille quitte la pièce et s’enferme dans sa chambre, sa voix se fait plus lointaine et étouffée.  Par de petits détails comme ceux-là, je voulais vraiment donner à entendre ce que l’on ne peut voir.

Maelys GOSSET

Evasion

(cc) Maelys Gosset (22/01/2015)
(cc) Maelys Gosset (22/01/2015)

C’est à tâtons que j’ai essayé d’imbriquer mes trois photographies. Ma première idée était d’appliquer le mouvement circulaire de l’une d’elles aux trois autres. J’ai commencé par les importer sur Gimp comme des calques. Cela m’a paru évident que celle des embouteillages servirait de support aux deux autres. Je l’ai rognée puis retouchée avec un filtre artistique « photocopie ». Je l’ai légèrement déformée avec l’outil « courber ». J’ai décidé d’appliquer un flou pour qu’elle ne contraste pas trop avec la dimension plus poétique de ma photo conceptuelle. Puis, pour celle plus intime, j’ai décidé de la transformer complètement et donc de lui appliquer une distorsion « Tourner spirale » ainsi que le même filtre artistique « photocopie ». Ainsi, elle servirait d’intermédiaire entre le fond (les voitures) et la forme du premier plan. Pour cette forme, j’ai sélectionné avec l’outil « baguette magique » les contours de l’oiseau imaginaire de ma photo conceptuelle, puis inverser la sélection et couper le fond. Enfin, j’ai fini par jouer avec les « teintes et saturation » des couleurs pour lui donner une teinte particulière de façon à ce que cette forme au premier plan se détache et sorte de l’image. J’ai « copier/coller » l’oiseau de manière à répéter la forme et à les superposer pour accentuer son importance par rapport au fond. J’ai fusionné les calques en jouant sur l’opacité de chacun. Et je me suis arrêtée là… La fusion des trois me paraissait enfin homogène. Comme si, naturellement, chacune avait pris sa place dans le cadre.

Entre des embouteillages et la silhouette de ma mère, il n’y a rien de plus terre à terre.  Alors en ces longs mois d’hiver, on a envie de prendre un peu de hauteur. Envie d’évasion… Et comme le dit si bien Oscar Wilde, « Les folies sont  les seules choses qu’on ne regrette jamais ». En un battement d’ailes, on s’extirpe de l’enfer du quotidien, de ce tourbillon de l’oppression, pour atteindre des sommets bien plus colorés. Comment refuser un peu de poésie dans la confusion du chaos ? Alors…Suivons l’oiseau !

Maelys Gosset

Cauchemar au volant!

Conduire c’est un premier pas vers la liberté. Alors on vide ses poches à l’auto-école. On s’exerce au code de la route. Et puis, on apprend la conduite. Enfin… la première chose que l’on sait faire, c’est caler ! Et puis les heures passent, les cris fusent, les coups de frein pleuvent. Et finalement, petit à petit, on arrive à intégrer certains réflexes. Le levier de vitesse n’est plus notre ennemi. L’embrayage  n’est plus aussi susceptible qu’au premier jour. Et nous voilà, quelques mois plus tard, sur les routes ! C’est fou comment avec 4 roues et un volant on a l’impression d’être le roi du pétrole ! Mais la réalité nous rattrape. Les folles escapades laissent place aux joies des embouteillages !

J’ai voulu exprimer la montée d’adrénaline que l’on ressent lorsqu’on passe son permis de conduire. Le sentiment de liberté, l’envie d’évasion quand on a 18 ans. Mais finalement ce qu’on connait le plus souvent ce sont les bouchons ! Quand la réalité nous rattrape … la déception est grande.  J’ai écrit un court texte à ce sujet. Je me suis enregistrée avec le dictaphone de mon Iphone en essayant d’articuler. Pour traduire cette montée d’adrénaline accompagnant le texte j’ai sélectionné le début de la mélodie « Pirates of the Caribbean Theme Song » que j’ai répété plusieurs fois en fusionnant la fin de chaque partie avec le début de l’autre pour créer un effet de continuité. J’ai choisi un autre extrait de cette musique lorsqu’elle atteint son climax. Et d’un coup, tout retombe.  Le sentiment de liberté, d’aventure est stoppé net. Comme si le rêve devenait un cauchemar. Seule ma voix prend le relais. Un fond sonore prend place peu à peu et fini par remplacer ma voix. J’ai enregistré directement sur la rocade les ambiances sonores de la route.  Je me suis retrouvée, entre deux klaxons, avec de longues plages sonores  de bourdonnements de moteurs. Avec Reaper, j’ai isolé un klaxon que j’ai répété sur différentes pistes et fusionné  plusieurs fois sur une même piste. Cela m’a permis de traduire l’image d’une circulation embouteillée. Enfin après avoir soigné les transitions fondues entre les extraits et fusionner les extraits sur chaque piste, j’ai réglé leurs niveaux sonores.

J’ai essayé de donner du sens au son. De lui donner un rythme et des hauteurs différentes pour porter mon histoire. Entre aventure et déception, l’écriture sonore de ce billet joue avec les répétitions, les accumulations et les transitions pour donner cette pointe d’humour à une situation banale et quotidienne : les embouteillages !  Les moteurs bourdonnent, les klaxons fusent, la réalité est là. Et pour le final, ma voix résonne. Je fais alors partie de cet environnement bruyant, stressant et comme tout le monde, je m’énerve au volant !

Maelys Gosset