Tous les articles par lucilemoyano

Foetus

(cc)Moyano Lucile(16/03/14)
Foetus. (cc) Moyano Lucile (16/03/14)

La femme est être si changeant qu’elle se fait et se défait sans logique. Couche par couche, elle s’éparpille et se réassemble comme un patchwork constitué de minces pellicules éphémères, en perpétuelle régénérescence. Mais, si multiple qu’elle soit, ici il n’y a rien ou pas grand-chose. C’est un retour à l’épuré, traversé d’une bande qui symbolise la fissure. A côté d’elle se superpose l’image d’un homme renversé. Il masque et obscurcit le regard, tout en mettant en abîme la nudité du sujet. Deux corps collés, pourtant enfermés chacun dans leur espace, si lointains que toute fusion est impossible. Réduit et vulnérable, ici l’homme-fœtus est sans matière, comme un souvenir.

Pour ce collage autour du thème du portrait, je souhaitais exploiter un autre type de support. Il m’est alors venu à l’idée que je pouvais coller directement sur mon propre visage, afin de bénéficier du relief que celui-ci offrirait aux pièces de papier. L’aluminium semblait être le matériau le plus approprié pour épouser les contours, et la bande collée sur le coté droit de mon visage devient alors une sorte de maquillage futuriste en surimpression. Pour compléter ma composition, j’ai utilisé un cliché de Robert Mapplethorpe  intitulé Ajito. J’apprécie cette photo entre autres pour l’unité graphique qui s’en dégage, et l’opposition qu’elle crée par rapport à la bande blanche qui lui fait face. Le fait de renverser ce nu masculin renforce la vulnérabilité du modèle, tenu entre deux doigts par le sujet féminin.

Lucile MOYANO

Une Nouvelle Nuit

J’avais cette chanson de Nina Simone qui me trottait dans la tête. Plus précisément, qui flottait. Je souhaitais qu’elle fasse flotter à son tour les images que je lui apposerais, suivant un rythme lancinant que soulignerait le procédé du montage. Ces deux séries de photos ont aidé à construire mes précédents billets, puis se sont vues reléguées au rang de simple brouillon. C’est un mélange mélancolique, ou le diaporama de la deuxième chance. Avec leurs formes semblables et toutes leurs différences, je voulais créer un film. Comment faire danser ces images immobiles ? Le montage m’a permis de leur conférer un mouvement artificiel, de leur apposer un rythme afin de les faire rentrer dans la trame du temps. Grâce aux effets de couleurs et de filtres, les matières se démultiplient, les contrastes se creusent, et une photo devient plus qu’une simple photo. Il ne me restait alors plus qu’à harmoniser le tout pour hisser cet enfilement d’images à la hauteur de la mélodie qui le berce.

Feu égal feu, mouvement égal danse, et la voix qui plane rythme le temps. C’est peut-être l’histoire d’une flamme qui monte, qui crépite, et consume avec elle une vie pleine de lumière. C’est l’histoire d’une jeune fille qui doit changer de peau, luttant contre le temps. C’est l’histoire de ses souvenirs. La flamme s’éteint, le cycle se termine, et la voix qui chante un nouvelle aurore souligne la triste ironie d’un destin déjà mort. Voix sans musique, image sans mouvement. C’est l’histoire d’un manque, un vide qui va trop vite. Sans air, la flamme s’asphyxie. La femme aussi.

Moyano Lucile

« Satisfaction garantie » – séquence 5 : Le petit déjeuner

Claire est éveillée au son d’un léger coup frappé à sa porte. Prise de panique, elle se souvient aussitôt de la présence de Tony dans sa maison, et combien elle avait cherché à l’éviter jusqu’à présent.

– Est-ce vous Tony ?

– Oui Madame Bellemont. Puis-je entrer ?

Elle avait sans doute acquiescé sans s’en rendre compte, car il fut soudainement dans la chambre sans le moindre bruit, portant un plateau entre ses mains.

– Le petit déjeuner ? Interrogea-t-elle

– Si vous le permettez.

Elle n’aurait osé refuser, aussi se dressa-t-elle pour recevoir l’appétissant plateau sur ses genoux.

(cc) Lucile Moyano (10/02/2014)
(cc) Lucile Moyano (10/02/2014)
(cc) Lucile Moyano (10/02/2014)

Pour une fois, dans cette série annuelle de travaux artistiques, nous avons dû répondre à une commande et nous positionner en tant que prestataires. Notre tache : réaliser le story-board correspondant au scénario adapté d’une nouvelle d’Asimov. Ce travail est l’occasion de nous exercer à des représentations schématiques, claires et précises, et de nous familiariser avec cette tâche spécifique de pré-production cinématographique. Mon travail se présente en deux parties : un découpage, sommairement dessiné, du nombre de plans exact que j’avais à l’esprit, afin de rendre compte le mieux possible du rythme et de la dramatisation de cette séquence ; ensuite le détail de deux plans, afin de mettre en avant le décor imaginé par une mise en couleur.

La première planche a été travaillée au crayon, puis repassée au stylo, pour plus de netteté dans les traits. La deuxième bénéficie d’une couche supplémentaire au crayon de couleur. Ce travail schématique se devait tout de même de décrire précisément la mise en lumière proposée pour cette séquence, ainsi que le jeu des acteurs. J’ai pour cela tenté de dessiner des expressions claires et parlantes, grâce aux formes des yeux et de la bouche des personnages. Dans une telle séquence, les visages en disent bien plus longs que les quelques phrases banales échangées entre Claire et Tony…

Lucile Moyano

Nova

(cc)Moyano Lucile (25/01/2014)
(cc) Moyano Lucile (25/01/2014) 

Dans l’obscurité, le feu s’approprie les formes et les couleurs des objets. Il est parfois même la raison de leur existence, comme ce halo projeté au pied de la bouteille telle une traîne impalpable. Prendre une gerbe d’étincelles en photo était la promesse de fixer un instant unique dans mon image, de découvrir après coup des formes que l’œil n’aurait pas soupçonné. C’est l’eau qui a ici servi à l’alliage des éléments, les compactant dans son reflet jusqu’à ce que se dessine cet étrange corps céleste. Il irradie dans un décor si sombre, pétillant de la promesse d’un feu nouveau.

Fascinée par la lumière que produisent les flammes, j’ai décidé de prendre celle-ci à la fois comme sujet et comme unique source d’éclairage pour réaliser ma photo. Ce sont alors une simple bougie chauffe-plat, et un de ces mini-bâtons de feu d’artifice que l’on plante sur les gâteaux d’anniversaire que j’ai placé derrière une bouteille en plastique remplie d’eau. Ainsi, la lumière se déforme et semble appartenir au liquide même, projetant un fabuleux jeu de reflets sur la table. Dans le noir complet, alors que mon petit feu d’artifice crépitait à toute allure, j’ai pu prendre ma photo.

C’est en réfléchissant sur son rapport à l’espace que nous pouvons attribuer du sens à cet OVNI lumineux. Le plan inférieur, à la fois support d’ombres et de reflets, remonte jusqu’à tracer une limite graphique entre les opposés : blanc et noir, ciel et terre, vide et matière. L’objet central reproduit cette séparation en présentant deux fluides, comme refusant de se mélanger l’un à l’autre. En haut, il s’estompe et semble se fondre dans la noirceur oppressante. Le feu parviendra-il à survivre dans tout ce vide ? Tel est le mystère de ma supernova.

Radio Tangente

J’écoute les bavardages de ces petits lutins tout en vacant à diverses tâches domestiques. Comme devant le flux continu des programmes d’une station de radio, certains des propos tenus par ces marmots tombent dans mon oreille et suspendent mes gestes, le temps d’une perle. Dans ces esquisses, ces amorces et ces spéculations bafouillées, la volonté de grandir et bel et bien là, toute de contradictions vêtue. J’éclate soudain de rire au son du mot « chou fleur », et la légèreté hilarante du propos commence à dessiner la trame du futur montage dans mon esprit. Au fond, c’est cela l’enfance : le maniement des contre-sens, des illogismes et des fantasmagories, tout en demeurant farouchement persuadé de leur véracité. De là est né l’idée de Radio Tangente, la radio de l’absurde : une douce moquerie à l’égard du raisonnement enfantin et d’une mise en mots souvent sans queue ni tête… aux oreilles des adultes.

Je me suis attelée au dérushage de l’ensemble des enregistrements de ces « cafés-philo » pour en extraire les répliques les plus drôles, les plus absurdes. Ensuite, afin de concrétiser le concept radiophonique, je plantais le personnage de la présentatrice et choisis une musique appropriée. Lorsqu’enfin arriva le temps du montage, il fallut agencer les extraits entassés pêle-mêle afin de restituer un semblant logique, l’idée d’une discussion construite, tout en composant avec ces répliques décousues et, à première écoute, vides de sens.

Moyano Lucile