Tous les articles par loup33

Brigitte et les mouettes

Capture d’écran 2015-03-29 à 16.37.50

Aucun paysage sonore ne me transporte plus que celui des vagues. Pourquoi chercher à faire compliqué alors que l’exercice de l’écriture sonore a pour but de créer une émotion lors de l’écoute? J’ai donc choisi la simplicité d’une journée de plage, les cris des enfants bercés par les vagues et le chant des mouettes. La chanson Coquillages et crustacés de Brigitte Bardot renforce la détente que provoque l’écoute (pour moi en tout cas).

Ayant totalement conscience que le rendu est très simple, j’ai essayé de jouer sur les monos et les stéréos et j’ai tenté de rajouter des effets au nom inconnu sur les différentes pistes.

Les vacances sont arrivées, je me languis de réécouter les vagues en vrai.

Louise Tressens

La douceur de l’oisiveté

Capture d’écran 2015-03-15 à 19.24.14Le sujet libre de ce billet son m’a immédiatement évoqué le bonheur et la nostalgie habituelle des souvenirs de vacances. Et puisque les vraies vacances, comme je les conçois, ne sont que détente, soleil et problèmes absolument sans intérêt, j’ai décidé de les retranscrire dans cette écriture sonore.

J’ai donc reproduit le paysage et l’ambiance sonore des mes vacances et surtout les conversations jamais très profondes qui agrémentent les journées piscine. J’ai téléchargé des sons typiques des vacances sur les sites soundfishing et soundbank et enregistré ma voix que j’ai modifié afin de simuler une conversation entre deux personnes.

J’ai également joué sur les sons Mono et Stéréo pour donner plus de densité au résultat et essayé de gérer les volumes sonores des différents pistes pour ne pas choquer l’oreille. Cependant, la réverbération de la pièce dans laquelle j’ai enregistré ma voix est présente dans le final et correspond difficilement à une réverbération extérieure.

Louise Tressens

Léon en goguette

(Cc) Louise Tressens 08/04/1991

(Cc) Louise Tressens 08/04/1991

Pour cet exercice complexe qui consiste à relier nos trois photos en une seule, je m’en suis voulue de ne pas avoir deviné le traquenard avant de les photographier. Force est de constater qu’elles n’ont aucun rapport. Pour les mélanger, j’ai donc choisi d’intégrer un élément de chaque photo sur une troisième, ayant une composition plus accueillante. La photo de la file d’attente du restaurant l’Entrecôte m’a donc servi de photo de fond à laquelle j’ai ajouté Léon (mon nounours poussiéreux), son jumeau maléfique et la tête de cerf en carton (qui domine sur mon salon). Je voulais produire un résultat humoristique et réfléchi, plutôt qu’une simple expérience de tâtonnement sur Photoshop.

D’un point de vue technique, j’ai utilisé les seules fonctions de Photoshop dont je sais à peu près me servir: le détourage.
Avec l’outil plume, j’ai sélectionné le contour de mon ours en peluche en ajoutant des points d’ancrage pour plus de précision. J’ai répété l’opération pour la tête de cerf a qui j’ai du ratiboiser les bois pour plus de cohérence dans le collage. J’ai ensuite mis la photo en noir et blanc pour la rendre plus esthétique puis collé les deux ours sur les côtés verticaux, de manière à ce que leur corps coupés correspondent à la limite du cadre.

Louise Tressens

Macabre ritournelle

 

capture REAPER

Au lieu de m’évoquer une comptine, un moment tendre de l’enfance ou le marchand de sable, la boîte à musique me fait penser à un film d’horreur. Comme une sorte d’accumulation de procédés terrifiants, cette séquence sonore est décomposée en trois temps distincts:
– Le temps de la recherche de la proie avec les bruits de pas sur un parquet qui craque, puis le grincement d’une porte avec en fond, le bruit sourd d’un violent orage. Les éléments sonores d’un film d’horreur sont d’ores et déjà posés.
– Le moment de l’arrêt, de la préparation. On entend alors la boîte à musique qui survient comme un mode opératoire du meurtrier, comme une signature qui lui est propre. Il aiguise son couteau.
– La phase de passage à l’acte à travers un cri saisissant de douleur qui s’estompe quand vient la mort tandis que le grondement de la nature reprend le dessus sur le paysage sonore.

Loin de moi l’idée de vouloir faire original, le son de la boîte à musique me fait particulièrement peur et ne m’évoque, en fin de compte, qu’une composition musicale macabre. Peut-être parce que je n’en ai jamais eu, ou alors parce que j’en ai vraiment entendu dans un film d’épouvante. Toujours est-il que le résultat de mon billet son, après moult écoutes de perfectionnement, me fait moi-même froid dans le dos: mission accomplie?

Louise Tressens

 

Recette inchangée depuis 1959

(cc) Louise Tressens 20/10/2014

(cc) Louise Tressens 20/10/2014

http://vacarme.hypotheses.org/files/2015/01/billet-son.mp3

Puisque réaliser un billet son implique un résultat forcément plus abstrait qu’une photographie, j’ai décidé de jouer sur les effets différents que l’oreille peut produire. Le premier billet photo avait pour consigne de capturer un événement collectif. La foule qui s’agglutine deux fois par jours devant le restaurant l’Entrecôte a attiré mon objectif. J’ai donc additionné le son du brouhaha d’une foule, des bruits de pas, une porte qui s’ouvre sur la rue, une musique  entrainante et ma voix (bien que je me serais bien passée de cette dernière). Mon intention était de retranscrire le succès de cette institution, fréquemment copiée mais jamais égalée. L’Entrecôte ou le fabuleux destin d’une sauce secrète.

Pour réaliser ce billet, j’ai utilisé le logiciel Reaper. J’ai téléchargé le son d’une foule nombreuse sur le site soundbank.com. J’ai enregistré  mes pas dans mon escalier avec mon Iphone ainsi que ma voix lisant la recette d’un ersatz de la fameuse sauce de l’Entrecôte. J’ai également ajouté la chanson « Violons and beats » de Yann Tiersen extraite du film le Fabuleux destin d’Amélie Poulain et retouchée en version électronique.
Pour rendre le fini plus fluide, j’ai réalisé un fondu enchainé pour diminuer la musique et mettre en exergue la lecture de la recette en canon. Ayant eu un léger souci d’utilisation du logiciel Reaper, j’ai enregistré le résultat final avec le dictaphone de mon Iphone.

A l’évocation de la consigne de ce billet son, je savais que le bruit de foule et mes pas feraient partie de mon enregistrement. C’est en lisant des articles sur le restaurant de l’Entrecôte que j’ai pris conscience de l’importance de cet établissement resté presque intact depuis 1959. De plus, la musique très rythmée que j’ai insérée en guise de simple essai a finalement créé un joli contraste avec la lecture de la recette de cuisine, que j’ai voulu lente et superposée  pour créer plus de densité lors de l’écoute. Pour une première création sonore, je suis satisfaite de résultat et compte retourner goûter cette fameuse sauce le plus vite possible.

Louise Tressens