Tous les articles par lisadelpech

Dissimulation

(cc) Lisa Delpech (15/03/2014)
Dissimulation. (cc) Lisa Delpech (15/03/2014)

Tout d’abord je me suis inspiré des travaux d’Andy Warhol. Andy Warhol est un artiste pionnier du Pop art qui déclinait en série de portrait des artistes et personnalités célèbres des années 60. Ces déclinaisons étaient à la fois le reflet de la société de consommation naissante et aussi une critique de la célébrité. En m’inspirant alors de ces portraits, j’ai moi aussi dupliqué en plusieurs images colorées, par Photoshop, un premier portrait. Mais ce collage n’était pas assez parlant. Je me suis alors rappelé du travail de Jordan Clarck qui me plaisait beaucoup. Jordan Clarck est un artiste contemporain connu pour son travail sur les portraits, dans lesquels il découpe et recompose le visage. Comme lui, j’ai choisi un second portrait sur lequel j’ai décomposé le visage puis j’ai remonté les pièces en désordre sans signification.

Comme pour mon premier billet, je n’ai jamais été très à l’aise avec mon image. Dès que je me trouve devant l’objectif, je me cache derrière des poses idiotes et un sourire forcé. Malgré moi, mon manque d’assurance transparaît. Voilà pourquoi, lorsque je dois présenter un collage avec mon portrait, je ne peux pas l’exploiter tel quel mais plutôt le détourner. Un portrait se moquant de la superficialité de mon image et un second portrait représentant la dissimulation.

Lisa DELPECH

Éclosion

(cc) Lisa Delpeech (01/03/2014)
(cc) Lisa Delpech (01/03/2014)

En tout premier lieu, j’ai décidé de faire un montage de mes trois images: l’univers de la rue, Double Je et La muse. Ensuite, j’ai dû choisir dans quel ordre je souhaitais réaliser mon montage. En effet, l’ordre de superposition des photos donnait des résultats complètement différents. J’ai finalement opté pour Double Jeu en fond auquel j’ai ajouté un filtre de solarisation transformant les couleurs puis le filtre ondulation pour changer la texture de l’image. De plus j’ai fusionné l’image La Muse en différence, ce qui modifia encore les couleurs. Par-dessus, j’ai joint en fusion la photo l’univers de la rue en lumière tamisé. A ce moment là j’ai remarqué une forme que je trouvais intéressante. J’ai alors décidé de pousser la saturation des couleurs au maximum pour donner ce résultat.

Cette forme donnait l’impression au milieu de l’image d’une fleure multicolore. Après avoir agrandi cette partie, le montage donne plus l’impression d’un tableau sur lequel le peintre aurait fait des aplats de couleurs. Et en regardant plus précisément, on remarque une silhouette. Finalement cette image fait penser à une photo qui se serait dégradée avec le temps.

Lisa Delpech

« Satisfaction garantie » – séquence 14a

Résumé : Sur les conseils de Tony, Claire se rend à US Robots voir le Dr Calvin afin de demander des fonds pour les travaux qu’elle entreprend de faire dans sa maison.

Passage illustré : « Claire se retrouva dans la rue, porteuse d’un crédit illimité sur le compte de l’U.S. Robots. L’argent peut réaliser des miracles. Avec tout le contenu d’un magasin à sa disposition, les ukases d’une vendeuse n’étaient pas nécessairement redoutables; les sourcils haut levés d’un décorateur ne portaient pas la foudre de Jéhovah. Et à un certain moment, lorsque l’une des Autorités les plus Imposantes, trônant dans l’un des plus hautain sur la liste des articles qui devaient composer sa garde-robe et prononcé des contestations sur un ton dédaigneux, elle appela Tony au téléphone… »

(cc) Lisa Delpech (14/02/2014)
(cc) Lisa Delpech (14/02/2014)

Les séquences dessinées ont été choisies pour leur importance dans le récit. Ce sont uniquement des plans d’ensemble, mais se déroulant chacun sous points de vue différents. Tout d’abord, celui de Claire, puis du vendeur dans la dernière image.

En tout premier lieu, nous voyons, dans la première vignette, Claire, de dos, qui se dirige vers un magasin. Elle a en main une carte de crédit d’U.S Robots montrant qu’elle a suivit les conseils de Tony en allant, dans un premier temps, voir le Dr Calvin. J’ai décidé de ne pas adapter ce moment où Claire va à l’U.S. Robots rencontrer le Dr. Calvin, car ce passage me paraissait moins important dans le déroulement de l’intrigue. Au début du plan, la caméra fera le point sur la carte, puis la mise au point basculera sur le magasin. Ensuite, comme illustré par le second dessin, la caméra suit Claire en traveling. Elle entre dans le magasin et se dirige vers le vendeur. Celui-ci refuse de lui apporter ce qu’elle veut. La dernière vignette montre Claire qui se tourne alors et s’éloigne un peu pour téléphoner à Tony. A ce moment là, la caméra opère un traveling circulaire et nous aurons au premier plan le vendeur de dos, en semi-subjectif. A l’arrière plan, Mme Claffern entre dans le magasin, offrant ainsi une transition logique et fluide avec la suite de la séquence, (« séquence 14b »).

Lisa Delpech

La muse

(cc) Lisa Delpech (27/01/2014)(cc) Lisa Delpech (27/01/2014)

Pour un artiste le processus de création est parfois semé d’embûches. Il suffit pourtant d’une idée, d’une étincelle ou d’un murmure pour avoir le déclic. Celui-ci arrive de nulle part comme si il avait été soufflé à notre oreille par quelqu’un d’autre. Cela nous laisse penser que l’on serait inspiré par une muse qui nous suivrait partout. Celle-ci apparaîtrait comme par enchantement, de manière furtive. Pour moi elle se manifeste quand je ne m’y attends pas, elle est un esprit reflet de mon subconscient.

Tout d’abord j’ai voulu mettre en scène un bureau d’artiste. J’ai disposé différents accessoires de dessin et peinture de manière désordonnée. Le bureau est éclairé par une seule lampe pour mettre en avant l’espace de travail. Pour faire apparaître ma « muse », j’ai utilisé un miroir qui reflétait le modèle positionné en face, donnant l’impression qu’elle est posée sur le bureau. Pour donner l’effet de transparence j’ai utilisé un temps de pose de 4 secondes, le miroir étant positionné pendant 2 secondes reflétait le modèle. Enfin il est retiré rapidement pour laisser place au décor. L’appareil photo était posé sur une surface plane afin d’avoir une image nette et laisser se manifester la magie.

J’ai voulu traduire une ambiance particulière sur ce cliché. La lumière joue un rôle particulier pour poser l’atmosphère. En effet je voulais donner l’impression qu’un artiste, lors d’une soirée aurait laissé ses travaux en suspens. Sa muse est toujours là à l’attendre sur son bureau. Nous nous trouvons entre rêve et illusion.

Lisa Delpech

Rengaine

L’amour est comme une chanson, on y trouve un refrain qui se répète et des couplets singuliers. Cette rengaine est toujours la même, ce qui importe est l’amour. Sur fond de musique, les enfants mettent en avant tous les aspects de l’amour. En effet, cela peut être beau, moche, gai, triste, on peut être heureux ou malheureux en amour.
L’instrumentation de la chanson « Clint Eastwood » de Gorillaz me donne un sentiment à la fois d’entrain et de mélancolie. Le fait de la répéter encore et encore donne un ton monotone à la mélodie ; Mettant en avant plutôt les paroles des enfants.

Pour commencer j’ai écouté les différentes pistes sur l’amour. Je pensais que se serait un sujet amusant à traiter. Finalement, après avoir entendu les enfants en parler, j’ai eu l’impression qu’ils disaient tout et son contraire. Ce qui imageait finalement parfaitement la complexité de ce sentiment. J’aimais l’idée de mettre en opposition directe les paroles des enfants et d’apporter un côté répétitif en multipliant toujours les mêmes paroles. Puis pour faire ressortir l’idée la plus importante, j’ai décidé de la placer en dernier sans musique.

Lisa Delpech