Tous les articles par laetitiastoffel

Chirurgie photographique

Chirurgie photographique (cc) Laetitia Stoffel (16/03/2014)
Chirurgie photographique. (cc) Laetitia Stoffel (16/03/2014)

Pour ce dixième billet, j’ai choisi de réaliser un collage numérique, car je suis plus créative et plus à l’aise avec un logiciel informatique, qu’avec une paire de ciseaux et de la colle. Je me suis inspirée des travaux « Age Maps » de Bobby Neel Adams qui consistent en la superposition de deux portraits d’une même personne. Ce photographe américain a centré une grande partie de son travail sur la transformation du corps humain causée par le temps et la vie. Dans les années 1980, il utilisait une technique de photomontage qu’il appelle « photo-surgery », qui consiste à modifier des portraits au travers du découpage et du collage. Le résultat est original et particulièrement bluffant dans la mesure où deux différentes périodes temporelles sont figées dans une même image, grâce à l’association de deux photographies d’une même personne, prises à deux époques différentes. C’est cette sorte de saut dans le temps immortalisé que je voulais recréer avec mon propre portrait.

Pour cela j’ai sélectionné deux photos de moi : une première très récente, et une seconde datant de mes six ans. J’ai ensuite utilisé le logiciel Photoshop pour superposer mes deux photos ; j’ai placé la seconde sur la première avant de la gommer pour ne laisser qu’une partie du visage apparente. J’ai utilisé divers outils pour incruster mon visage d’enfant dans mon visage d’aujourd’hui tout en essayant de rendre le portrait global uniforme. Le résultat donne un portrait dont le visage est constitué de deux faces temporellement différenciées. On retrouve mon visage d’enfant sur la partie gauche du portrait, et mon visage présent sur la droite. Ce portrait immortalise la transformation de mon visage au cours des 16 dernières années.

Laetitia STOFFEL

Récréation psychédélique

Pour ce neuvième billet sur le cinéma expérimental, je me suis laissée tenter par la réalisation d’une vidéo. Pour cela, j’ai sélectionné des rushes que j’avais déjà, afin de me focaliser sur le traitement de l’image. J’ai choisi des rushes avec des personnes en mouvement pour mieux percevoir les traitements appliqués. Une fois les rushes posés aléatoirement sur la timeline, j’ai essayé une grande partie des effets vidéo disponibles dans le logiciel Premiere Pro et j’ai fini par appliquer les filtres « solarize » et « posterize » sur chacun des rushes.  Pour qu’ils n’aient pas tous le même rendu, j’ai retourné horizontalement certains rushes, et ajouté l’effet « mirror » à d’autres. J’ai joué avec le degré de réflexion du miroir jusqu’à ce que l’effet me convienne. J’ai enfin appliqué l’effet « magnify » sur un rush, pour créer un rond dans l’image qui reproduit une partie de cette image en plus ou moins zoomé. J’ai enfin superposé quelques rushes en jouant sur l’opacité et j’ai augmenté les contrastes de tous les rushes. Ces derniers s’enchaînent sans ordre logique, je les ai simplement déplacés et redéplacés jusqu’à ce que l’enchaînement me plaise. En revanche, je n’ai pas pu m’empêcher de mettre des bruitages pour ajouter une ambiance sonore à la vidéo.

En regardant la vidéo quelques jours après l’avoir réalisée, j’ai pu l’appréhender de façon plus objective. Elle peut projeter le spectateur dans une ambiance angoissante au travers de couleurs et effets que je trouve assez psychédéliques. Cette vidéo donne l’impression que l’on se trouve dans une sorte de dimension parallèle. C’est comme si on espionnait des enfants qui jouent depuis une autre dimension ou depuis un autre espace temporel. On pourrait même croire qu’on les observe depuis l’au-delà, car les couleurs et les effets donnent un aspect fantomatique et spectral aux images. C’est pourquoi cette vidéo me fait également penser à la Science-Fiction. Du point de vue des enfants, elle pourrait représenter l’univers irréel et imaginaire dans lequel ils se projettent lorsqu’ils jouent.

Laetitia STOFFEL

“Satisfaction garantie” – séquence 11

Elle remarqua que Tony continuait à feuilleter les pages – vainement, aurait-on pu croire, et elle sentit monter en elle un soudain sentiment de supériorité qui lui procura un certain soulagement :
–  Vous ne savez pas lire, n’est-ce pas ?
Tony leva la tête :
–  Je suis en train de lire, madame Belmont, dit-il dune voix calme, sans la moindre nuance de reproche.
Elle désigna le livre d’un geste vague :
–  Mais…
–  J’explore les pages, si c’est là ce que vous voulez dire. Ou, si vous préférez, je les photographie en quelque sorte.
Le soir était déjà tombé ; lorsque Claire se mit au lit, Tony avait parcouru une grande partie du second volume, assis dans l’obscurité, ou du moins ce qui paraissait être l’obscurité aux yeux imparfaits de Claire.
Sa dernière pensée, celle qui vint l’assaillir au moment où elle sombrait dans le néant, fut une pensée bizarre. Elle se souvint de nouveau de sa main ; du contact de sa peau, douce et tiède comme celle d’un être humain.
Quelle habileté on déployait à la fabrique, pensa-t-elle, puis elle s’endormit.

"Satisfaction Garantie" - séquence 11 (cc) Laetitia Stoffel (16/02/2014)
“Satisfaction Garantie” – séquence 11 (cc) Laetitia Stoffel (16/02/2014)

Le story-board est la représentation illustrée d’un film avant sa réalisation. Il permet de planifier de manière technique les différents plans qui constitueront le film. J’estime que le plus important dans le storyboard, c’est le cadre et l’angle de prise de vue. C’est pourquoi je me suis particulièrement penchée sur ces deux éléments lors de mon élaboration du story-board pour la séquence 11 de la nouvelle “Satisfaction garantie”, écrite par Isaac Asimov. En revanche, j’ai laissé de côté d’autres éléments tels que la couleur ou la texture des vêtements.

Pour réaliser le story-board de cette séquence, j’ai tout d’abord choisi de dessiner un premier plan d’ensemble pour poser les personnages et les placer dans le contexte. Je me suis inspirée de différentes images sur Internet pour dessiner le salon dans lequel se trouvent les deux personnages. Pour le deuxième plan, j’ai pensé à un plan serré, afin de mieux distinguer les traits des personnages. Ce plan a été le plus difficile à faire, car je ne suis pas très à l’aise en dessin, en particulier pour dessiner les expressions du visage, qui sont particulièrement compliquées à mettre à plat sur du papier. Pour le troisième et dernier plan, je pensais tout d’abord dessiner la fin de la séquence, mais il y avait trop d’éléments pour un seul plan. Je me suis donc concentrée sur la pensée qui assaillit Claire au moment où elle s’endort, car je trouvais que c’était ce qui serait le plus facile à représenter à travers le dessin. J’ai dessiné un visage et une silhouette endormis, et pour exprimer la pensée du contact chaud de la main de l’humanoïde avec celle de Claire, j’ai dessiné deux mains entrelacées dans une bulle en forme de nuage, raccordée au personnage allongé dans le lit. Dans la réalisation concrète du film, il faudrait élaborer une transition entre l’image de Claire assoupie et la vision qui l’obsède.

Laetitia STOFFEL

La solitude n’existe pas

La solitude n’existe pas. (cc) Laetitia Stoffel (26/01/2014)

Je ne suis pas une grande fan de la foule, à laquelle je préfère la tranquillité de la solitude, car  j’estime que tous les lieux restent habités par une présence ou un esprit qui vagabonde, même lorsqu’ils sont déserts. C’est pourquoi, lorsque je me trouve dans un lieu désert, je ne me sens jamais vraiment seule, mais plutôt sereine.
J’ai toujours été attirée par le light painting, et depuis quelques temps je m’essaye à cette pratique. J’ai donc tout de suite pensé à cela pour ce septième billet axé sur la photographie conceptuelle. Je voulais faire ressortir cette idée que les lieux ne sont jamais vraiment déserts. Le light painting correspondait parfaitement à cela dans la mesure où je savais que la lumière incrustée dans l’image donnerait un aspect fantomatique à la photo.

Pour prendre cette photo, j’ai attendu qu’il fasse nuit pour sortir de chez moi armée de mon Réflex et de mon trépied. J’avais également demandé à une amie de me consacrer un peu de son temps pour appuyer sur le déclencheur, car n’ayant pas de télécommande, je ne pouvais pas déclencher la photo et avoir le temps de me placer derrière le banc pour dessiner avec ma lampe de poche. J’ai fixé la vitesse sur 13 secondes pour me laisser le temps de dessiner le bonhomme, et les ISO sur 100 pour ne pas surexposer ma photo avec un temps d’exposition aussi long. J’ai également réglé la balance des blancs sur « lumière tungstène » pour que la lumière de la lampe soit bleutée et contraste avec le jaune de l’éclairage public.

« En te voyant jouer avec ta lampe, je n’aurais jamais cru que ça rendrait ça sur la photo » m’a dit mon amie qui se chargeait de déclencher la prise de vue. À l’inverse, j’avais clairement l’image du bonhomme en tête, car n’étant pas très à l’aise en dessin, j’avais prévu de faire des traits simplistes se suffisant à eux-mêmes. De plus, je ne disposais que de 13 secondes pour le faire avant de sortir du cadre afin que ma silhouette ne s’incruste pas dans l’image. Mais une fois rentrée chez moi, en regardant ma photo, j’ai réalisé qu’elle pouvait s’interpréter différemment de ce à quoi j’avais pensé. En effet, le bonhomme a une posture très décontractée et sa couleur bleutée couplée aux traits arrondis de ma lampe, font penser à des néons et donnent un aspect électrique au bonhomme. Et comme me l’a suggéré une amie, on pourrait penser qu’il s’agit d’un bonhomme d’EDF qui se repose après avoir fini sa journée d’éclairage public.

Laetitia STOFFEL

L’amour insouciant

L’amour est loin d’être un sujet qui me passionne, mais lorsqu’il est raconté par des enfants, je le trouve particulièrement touchant. C’est pourquoi lorsque j’ai écouté les rushes constituant le contenu de ce nouveau billet sonore, c’est le thème de l’amour qui m’a le plus séduite. Néanmoins l’inspiration ne m’est pas venue de suite et j’ai fini par décider de faire un montage sonore mignon, telles que le sont les voix des enfants. J’ai ensuite eu l’idée de recréer un univers enfantin pour symboliser l’insouciance des enfants. Je voulais en effet créer une ambiance propre aux enfants, dans laquelle ils parlent crûment et se laissent aller à leurs pensées. Ce qui m’intéressait, était de transcrire simplement quelles idées se font les enfants de l’amour, ce qu’ils en pensent et comment ils se le représentent.

Pour réaliser ce montage sonore, j’ai commencé par chercher le bruitage d’une cour de récréation correspondant à l’ambiance que je voulais évoquer. J’ai ensuite choisi une musique douce et amusante destinée aux enfants, un peu dans le style d’une berceuse, pour accompagner gaiement leurs propos. Lors du dérushage, j’ai sélectionné des phrases courtes, voire nominales, ainsi que des mots seuls, pour symboliser les pensées pures et simplistes des enfants. J’ai superposé le bruitage et la musique tout au long du son, et j’ai ajouté ponctuellement les paroles des enfants, en commençant par leurs définitions de l’amour, puis la façon dont ils le caractérisent. Le résultat est un son plutôt linéaire ; je ne l’ai donc pas fait durer trop longtemps, pour ne pas que l’on s’ennuie en l’écoutant.

Laetitia STOFFEL