Tous les articles par Lauriane

Quatre années découpées

Quatre années passées… 2009 rappelant mon voyage à Londres où je n’étais encore que lycéenne. Fin 2013, portrait d’une étudiante presque en fin de ses études. A partir de ces portraits de quatre années d’intervalles, j’ai réalisé ce collage numérique. Celui-ci permet de regarder deux photos simultanément comme pour voir ces moments distancés par le temps mais réunis le temps d’un collage. Le découpage par bande des portraits, permet cette rencontre entre les deux années. Aucune des photos ne ressort pour laisser l’oeil se déplacer dans le collage. Les bandes de couleurs permettent d’harmoniser la lecture qui ne reste plus seulement verticale.

Les deux photos ont été désaturées afin de les mettre au même niveau d’intensité, sans qu’une photo attire l’œil plus qu’une autre par ses couleurs. Ensuite, elles ont été coupées verticalement : une bande sur deux provient de la même photo. Ce découpage rend uniquement verticale la lecture du collage. C’est pourquoi des bandes horizontales de couleurs permettent d’équilibrer l’ensemble. Ces bandes aux couleurs primaires contrastent avec le reste du collage, en niveau de gris, mais par la transparence, laissent apparaître les deux portraits pour que tout reste visible et lisible.

L.

Amour et nature

Pour réaliser cette photo expérimentale, j’ai utilisé mes trois précédentes photos. Sur le logiciel Photoshop, j’ai appliqué plusieurs traitements pour atteindre ce résultat. En désaturant chacune d’entre elle, je les mettais toutes au même niveau d’intensité, sans qu’une photo attire l’œil plus qu’une autre par ses couleurs. En augmentant les contrastes des photos et en activant des options sur le logiciel de retouche, j’ai obtenu seulement des formes de mes photos. Tout est devenu abstrait. Mais cette photo sans couleur, constituée seulement de forme, m’a paru triste ce qui m’a incité à mettre de la couleur. Après plusieurs tests, je me suis arrêtée sur ce rose avec ce cercle de tonalités différentes de verts. Ce rond, rappelant le cercle d’une des photos est placé juste à côté pour garder cet effet de courbe. J’ai décidé de m’arrêter là dans le traitement photographique car je souhaité qu’aucune des photos soient reconnaissables et que quelque chose ressorte par la couleur.

Ayant décidé de m’arrêter là dans le traitement, j’y ai vu une interprétation. Deux mondes étaient présents sous mes yeux, représentés par les 2 couleurs : le rose et le vert. Dans la couleur rose, je vois la tendresse ou l’amour. Déjà par la couleur souvent associée à ce thème mais également par les formes visibles. En effet, en haut de la photo on peut observer un cœur ou encore deux personnes qui s’embrassent. Dans le vert, couleur souvent associée à la nature, je peux trouver la présence d’un animal, la loutre. On ne peut voir que la tête presque face à nous comme si elle se trouvait dans des marécages. Le cercle central entoure la tête de la loutre et le baiser amoureux comme pour réunir les deux univers. Ce cercle me fait penser à un gong hindouiste où la culture est basée sur l’amour et et le respect de la nature.

Lauriane

« Satisfaction garantie » – séquence 6

Tony, droit et flexible comme une règle d’acier, demanda au bout d’un moment :
– Peut-être aimeriez vous mieux manger seule ?
– Oui… C’est-à-dire si vous n’y voyez pas d’inconvénients.
– N’aurez-vous pas besoin de mon aide un peu plus tard pour vous habiller ?
– Ciel, non !
Elle se cramponna frénétiquement au drap, si bien que la tasse de café pencha dangereusement, frisant la catastrophe.  Claire conserva la même pose, puis se laissa aller à la renverse sur l’oreiller lorsqu’il eu disparu derrière la porte.

Dans cette séquence, l’action se déroule dans la chambre de Claire. Elle est assise dans son lit pendant que Tony, le robot humanoïde attend pour la servir, se tenant debout près de la porte. Le dialogue commence, il lui propose de la laisser manger seule. Après ce plan d’ensemble, le champ/contre-champ permet d’avoir un plan plus serré sur le personnage qui parle : Claire, assise dans son lit, le plateau du petit déjeuner posé sur ses genoux, accepte la proposition du robot. Plan serré sur Tony : il lui demande si elle aura besoin de lui pour s’habiller. Elle lui répond que non. Il finit par sortir de la pièce pour la laisser seule. Claire fini son petit déjeuner.

Le plan d’ensemble permet de visualiser les 2 protagonistes et le décor dans lequel se déroule l’action. On voit Claire, une jeune femme dans sont lit avec un plateau apporté par Tony sur ses genoux. Le robot humanoïde est debout. Tony est représenté avec des traits droits. J’ai fait le choix de le dessiner comme littéralement « taillé en V », avec une mâchoire plutôt carrée, de manière à montrer que, même humanoïde, il reste différent d’un véritable humain. Pour visualiser que l’action se déroule dans une chambre, le décor doit être explicite : un lit, une commode, un tapis, un bouquet de fleur, des tableaux etc. ont été représentés pour que le spectateur comprenne directement où se situe l’action. Pour le champ/contre champ, il a fallut garder ce même décor et représenter de plus près les personnages avec plus de détails. J’ai réalisé mes premiers croquis au crayon à papier, puis ai repassé les traits au feutre noir pour plus de clarté.

Laurianne

Chemin lumineux

(cc) (26/01/2014)

Le chemin est tout tracé, il faut suivre la lumière. On passe les portes une à une comme si l’on changeait d’univers en suivant les lumières qui semblent infinies. On ne voit pas la fin de ce chemin qui nous laisse découvrir la suite après chaque virage. Les reflets du miroir nous fascinent et nous donnent une impression d’infinité, de multiplication continue comme si rien ne pouvait l’arrêter. Le miroir est fascinant et le devient encore plus lorsqu’il est associé à d’autres semblables. Il émerveille par son illusion d’indéfini mis en valeur par la lumière de la petite flamme reflétée quelquefois. Tout n’est que rond et courbe donnant cette atmosphère d’apaisement et de sérénité complète.

Dans cet environnement sombre, la seule lumière de cette photo est la bougie dupliquée grâce aux miroirs. Pour obtenir ce chemin de petites bougies, deux miroirs ont été disposés face à face. La bougie placée au centre des deux miroirs a permis cet effet. Les arceaux représentant le cadre circulaire d’un des deux miroirs apparaissent comme des portes sur la photo accentuant l’effet de rondeur qui se répète dans cette photo. Il a fallut ensuite placer l’appareil photo de telle sorte que son reflet n’apparaisse pas dans le champ de prise de vue.

Au départ je n’avais pas réellement de but dans cette idée de bougie et de miroir. Je voulais certainement faire apparaître le plus de reflets de bougie possible sans trop donner de sens à ce que je faisais. C’est après plusieurs tests, plusieurs photos avec 2 miroirs ou 3 miroirs, que l’idée m’est venue et surtout que le sens m’est apparu. Ce chemin qui s’en va vers l’infinité et qui tourne comme pour ne pas voir ce qui nous attend m’a tout de suite paru intéressant. Avec du recul cette photo fait également penser à du spiritisme : environnement sombre éclairé seulement par des bougies et cette présence de rondeurs répétées rappelant ces rites où des personnes se retrouvent en cercle pour appeler les esprits.

Lauriane

Les clowns ne sont pas pareil

Les clowns sont adorés par les enfants dans les cirques pour leurs pitreries. Pourtant ce personnage loufoque est plutôt très différents de nous : nez rouge, perruque, vêtements burlesques de couleur éclatante, chaussures immenses… Mais par sa façon plutôt décalée et maladroite d’agir, il fait rire les plus petits.
Dans cette écriture sonore, les enfants parlent d’un personnage très différent d’eux comme d’un étranger puisque déjà physiquement : « ils n’ont pas les mêmes cheveux », pas les mêmes vêtements et puis ils font des mauvaises blagues. Mais même s’ils ne sont pas comme nous ce n’est pas le plus important, ce qui compte c’est l’amitié et l’amour que l’on peut apporter, et pas que par rapport aux clowns…. Finalement, à travers ce montage où l’on croit que l’on parle de clown, on peut l’extrapoler sur le thème de la différence en général.

Après avoir écouté le nombre important de rushes sur les 3 différents thèmes (Famille, Amour, Différence), la petite partie sur les clowns dans le thème famille a retenu mon attention. En effet, j’ai voulu jouer sur le thème de la différence mais à travers les clowns comme si les enfants parlaient réellement de la différence entre eux et les clowns. Un montage audio a donc été de rigueur pour faire croire à ce petit jeu.
Pour bien contextualiser les dires des enfants autour du thème du clown et du cirque, j’ai mis la musique de cirque, connue de tous, en fond sonore.
Pour conclure cette écriture sonore, la petite phrase de fin de la petite fille à permis de transposer ce sujet très précis vers le sujet beaucoup plus global de  la différence.

Lauriane