Tous les articles par Julie T

Présence

(cc) JulieT (06/12/14)
(cc) JulieT (06/12/14)

 

Je me rends compte maintenant, alors que le temps de refaire une photo me manque, que j’ai mal compris les consignes : reflets, atelier de travail : éviter le Photoshop, etc. Cela m’a totalement bloqué! J’avais beaucoup d’idée de photos pour ce cours sur le conceptuel mais aucun ne convenait aux consignes données. Et puis je vois les photos de mes collègues, je me rends compte que je me suis enfermé moi-même dans des consignes que j’ai trop pris à la lettre et qui m’ont ôter toute envie de faire ce billet.

Je voulais illustrer que toute personne laisse une trace derrière son passage. L’installation était bien trop compliquée et je n’avais pas ce qui me fallait. Alors le concept et l’idée ont dérivé. J’ai repensé à mon enfance où j’ai acquis la certitude qu’ouvrir un livre, c’était ouvrir un monde, une émotion. Alors j’ai pris mon livre du moment, je me suis assise sur mon lit. Le bleu et les motifs font penser à la mer dans laquelle on se noie. Et derrière moi apparaît l’émotion du livre : la peur, l’angoisse. Cette présence noire sans contour qui passe au-dessus des coussins et qui comme le visage est floue : elle en vient, elle y va, chacun choisis.

Ce billet ne comporte ainsi pas toutes les informations du système de prise de vue, car il est très simple. A la réflexion une série sur la présence de l’imaginaire pourrait être intéressante mais prise seule cette photo apporte peu.

 

E=m.c2

(cc) Julie TORCHET (14/11/2014)
(cc) Julie TORCHET (14/11/2014)

En rattrapant le cours de photographie, je suis tombée sur les photos de Sophie Calle dont la multitude et la simplicité m’ont touché. Je voulais faire comme elle, un triptyque sur le quotidien. Le quotidien peut apporter un bien-être : c’est une machine bien rodée qui libère l’esprit, la marque du temps passé, d’un changement, d’un tic et d’un toc. Les gens sont beaux dans leur naturel et leurs manies. J’ai donc voulu photographier mon quotidien. Beaucoup de choses se présentaient à moi, mais savoir ce qui serait intéressant pour autrui à vraiment réduit le champ.

Mon choix s’est arrêté sur un quotidien commun à tous : les courses ! C’est une obligation, une habitude que nous avons tous, mais que nous exécutons de manières différentes. Ne pouvant pas faire de triptyque, j’ai choisi une autre méthode pour montrer le quotidien qui se répète. J’ai placé l’appareil photo en face de la cuisine. L’angle est large pour garder l’impression de capter le réel et pour que techniquement, les sujets ne soient pas coupés. La vitesse d’obstruction est lente pour créer cet effet de mouvement : le sujet devient un flou coloré.

Les courses rangées, une photo est ressortie, celle-ci. Pourtant avec le recul il y a tellement de choses que je changerais, mais le cliché deviendrait trop travaillé : le quotidien serait trop mis en scène et ce n’est pas le but voulu. Dans cette image, je suis la seule en mouvement : une comparaison se fait instinctivement entre les deux sujets. Ce mouvement représente beaucoup de choses : mon compagnon travaille, se fixe sur Bordeaux, il est posé dans son quotidien ; tout au contraire, je suis étudiante, je n’ai pas d’horaires, mon avenir est incertain, mon quotidien n’est que les bribes de celui que j’avais chez mes parents et de celui que je me crée. Pourtant, les courses sont devenues notre quotidien commun : que veux-tu manger ce soir ? Nous avons donc chacun notre quotidien et un quotidien, celui du couple qui mixe les deux en un compromis plus ou moins équitable. Le quotidien est comme le temps, il est relatif.

Julie T.

No Found

(cc) 16/10/2014 Julie TORCHET
(cc) Julie Torchet (16/10/2014)

Cette photo n’était pas celle prévue. Mais avant de dire pourquoi, il faut savoir une chose quand je me balade sans mon appareil je vois des photos partout et quand je prends mon appareil les photos me fuient ! Non je ne suis pas folle et j’en ai une preuve. Photo en extérieur et collective, mon esprit s’égare et un fait banal me revient en tête : la queue d’étudiants qui attendent 30 à 45 min pour aller manger au RU ! C’est une attente que je n’ai jamais supportée et je l’évite toujours ! Je suis pourtant une habituée des chocolats du Vera Cruz. Je décide de prendre cette photo aujourd’hui, j’ai tellement de choses à faire que je veux faire cette photo rapidement. J’avais même le titre : le mangeoire. Mais voilà j’arrive un peu avant 12h30, l’heure fatidique de la cohue et oh surprise le Vera Cruz est fermé ! On est pourtant jeudi. Quand je vous dis que les photos me fuient quand j’ai mon appareil avec moi ! Je ne me laisse pas abattre et sors à la pause de 16h avec mon appareil en me disant que prendre la sortie H telle une bouche qui s’ouvre et laisse sortir un flot d’élèves pourrait être intéressant. Là encore l’université me paraît si vide, la photo ne reflète rien.

On se détend entre amies, elles ont faim, elles rêvent de Kinder bueno. Et là de l’autre côté de la place arrive un homme vêtu de blanc offrant à qui veux des Kinder Mini, coup de pub parfaitement timé. Il attire les étudiants qui passent comme un pot de miel attire les abeilles. Je traverse la place pour prendre ce mouvement et là le voilà qui traverse cette même place dans l’autre sens. Je sens encore la photo fuir, j’en ris, je commence à avoir l’habitude. Le vendeur s’arrête devant les filles. Je n’ai pas le temps de trop refaire les réglages. Le diaph est de 5, les ISO de 200 mais ce n’est pas assez, l’appareil que j’ai laissé en mode Av décide de lui-même de modifier la vitesse à 1/250. Je mitraille, le numérique a cette magie. J’aime être avec le sujet. Je resserre, la focale est non loin de 100 mm. Je veux être avec eux mais je ne peux prendre le temps de me rapprocher.

Je mitraille, les gens passent et s’arrêtent. Quand l’enthousiasme des filles à côté de moi s’arrête, la scène se vide de son éclat. Mais je l’ai vu dans le viseur, la photo qui reflétait ce moment. Elle ne vient pas des visages mâchonnant les kinders gratuits. Elle vient du slogan brodé sur la doudoune du vendeur et du sourire blanc qui éclaire le visage de ce garçon sombre. On sent le partage, on sent le plaisir. La photo est légèrement surexposée mais au final cela rend plus probant le petit bonheur éphémère qu’apporte le vendeur. Ce n’était pas la photo prévue, c’est une photo de l’instant. Peut-être est-ce ça, arrêter de chercher la photo pour prendre celle qui arrive.

Julie T.