Tous les articles par Julie T

4 étages pour une soirée

Dans un premier temps, le paysage sonore auquel j’avais pensé était celui de mon week-end avant dernier : un tournage chaotique mais intéressant à la Cornubia, le point central étant la table régie où les humeurs et les discussions se démêlent alors que la journée avance. Le principal soucis était que je n’avais pu rien enregistrer de ce week-end de 30h, tout recréer sur Reaper me semblait bien trop long et complexe pour mon niveau.

Je me suis donc demandée ce que je pouvais bien faire comme paysage sonore. L’idée d’écouter un week-end, de partir de ce que je vivais de mes week-ends donnait beaucoup de corps au son. Et ce week-end je sortais pour fêter le printemps, une dépandaison de crémaillère, un nouveau départ en quelque sorte. Alors j’ai pris mon iphone et mes amies sont devenues mes cobayes, elles ont joués le jeu.

Les sons enregistrés sont mono, d’où mon impossibilité de faire un travail sur la stéréo car tous les bruitages sont sur la même piste et si je la bascule à droite ou à gauche ce n’est pas un bruitage mais tous qui basculent. J’espère donc avoir rendu cet effet de stéréo par le placement de l’iphone, à la main, au centre de l’action, se déplaçant plus ou moins prés des sources sonores. Pour ce qui est de travailler la stéréo, je l’ai déjà fait sur un autre billet et regrette de n’avoir pu avoir un dispositif, par exemple deux iphones en opposition et synchronisés pour rendre cet effet pour important encore!

Génération Disney …

 Il ne faut pas croire que je n’aime pas Walt Disney. Lui et son entreprise ont bercé mon enfance. Mon premier cinéma a été le Roi Lion. On pourrait même dire que je suis une fan, car je connais la plupart des chansons par coeur.  Pourtant, je ne suis pas dupe. Comme beaucoup de films, les dessins animés reflètent aussi une face, une représentation de la société, presque plus, car au fond tout est pensé et choisi consciemment ou inconsciemment. Avec le temps et l’âge, j’ai vu, j’ai perçu le double sens des paroles et des images de Walt Disney.

J’ai voulu dans ce billet libre montrer que parfois les propose de Walt Disney ne sont pas forcément rose et pailleté. Je n’ai pris que peu de films : Pocahontas, La petite sirène, Notre Dame de Paris, Mulan et Peter Pan. Mais il y en a tellement d’autres. Cela pourrait être intéressant de sélectionner dans tous les Walt Disney les bonnes comme les mauvaises choses, mais je n’avais pas ce temps.

Les chansons sont des versions mp3 youtube des films, la qualité n’en est pas forcément palpitante. Au début, je voulais créer des effets de mixage, de rythme,  et puis au final, laisser la chanson brute sans rien y apporter était peut-être encore plus violent, car l’auditeur ne pouvait faire porter le chapeau de telles paroles à une retouche sonore. Les transitions sont encore à travailler, peut-être un projet plus abouti à poursuivre.

Consomaction

(cc) Julie T. (23/01/2015)
(cc) Julie T. (23/01/2015)

 

Expérimental, moi faire de l’expérimental? Houlà! J’adore le voir, l’aider, échanger des idées avec mes amis qui font de l’expérimental! Mais en faire! En voilà une difficulté! Avec vos trois premiers billets … Mazette! C’est que je n’en suis pas très fière de ces trois billets … Je me retrouve donc devant Photoshop, le fameux, le célèbre, l’incompréhensible Photoshop! J’ai tout essayé et les effets préenregistrés me semblaient clichés et mauvais. J’ai donc essayé de respecter chaque photo en ne leur apportant aucune modification esthétique, juste en les superposant et en gardant d’elle ce que je voulais.

Le résultat me parlait, la photo était finie. Il peut ne pas y avoir de sens. Mais alors pourquoi? L’expérimental n’est-il pas censé interpelle? Et ce qui m’a choqué dans mes propres photos c’est la place de la consommation : l’homme aux kinders, les courses et Jurassic Park qui dénonce cette course au consumérisme. Pourtant je ne me sens pas une grande consommatrice, je me suis donc défendue en donnant ma vision de la consommation : noire.

Sunday’s blues

Ce billet n’a pas été des plus simple. Avec le thème Bonne nuit les petits, nous avions tellement de liberté que l’embarras du choix est devenu problématique. Pourtant, en attendant la consigne, j’ai tout de suite pensé à ma petite sœur qui avait petite des dimanches soirs si spéciaux ! Pour elle, la semaine commençait le dimanche soir, car il fallait se coucher tôt, car on vérifiait si tout était prêt pour le lendemain matin, si les devoirs avaient été bien faits. C’était le blues du dimanche soir. Ce moment où l’on se rend compte qu’on ne peut pas se lancer dans la saga seigneur des anneaux s’en risque de détester son réveil, où l’on ne peut se dire “on fera ça demain”. Alors, ma petite sœur avait trouvé un moyen détourné d’adoucir son dimanche soir, elle le transformait en matin : chocolat chaud, Walt Disney …

J’ai souhaité retranscrire ce blues du dimanche soir. Je n’ai pas pu enregistrer ma petite sœur expliquant pourquoi elle faisait cela. J’ai donc cherché à jouer de ma voix et à modifier cette dernière pour faire ressortir l’accent de l’enfant. De plus, j’ai de nouveau essayé de faire un maximum de bruitage par moi-même. Je crois que c’est ce qui me plaît le plus dans ces billets sons. Au-delà du montage et de l’ajustement, c’est véritablement la recherche du son que je trouve intéressante. C’est peut-être pour cela que lorsque j’imagine la construction de mes billets, je privilégie toujours les bruitages à une parole. C’est comme en vidéo, l’image peut dire des choses que la voix off ou le dialogue ne dira jamais aussi bien et rendra redondant. J’ai aussi voulu travailler la stéréo, car pour moi, c’est un outil formidable pour rendre compte d’un espace. Je trouve intéressante l’idée d’entendre quelqu’un agir chez lui et ne visualiser ses actions et ses déplacements que par le déplacement d’un son d’une enceinte à l’autre donnant, ainsi une géolocalisation. C’est ce que j’ai tenté de faire un peu dans mon billet en plaçant les objets de la cuisine dans des espaces différents : gauche ou droite.

 

Une histoire de gourmandise

(cc) 16/10/2014 Julie TORCHET
(cc) 16/10/2014 Julie TORCHET 

Cette photo symbolisait pour moi un instant. Elle a été jugée trop publicitaire. Je voyais plus que la photo, elle était agréable pour ceux qui connaissait l’histoire, l’anecdote autour d’elle. Pouvoir créer un paysage sonore qui mène à cette photographie était donc une aubaine pour raconter cet instant.

J’ai été impressionnée lors de l’écoute en salle par le documentaire sur la bouillabaisse : les sons étaient simples mais percutant. Un seul bruitage racontait l’action entière : allumer le gaz ou encore cuisiner. Je souhaitais retrouver cette simplicité et dans un premier temps je voulais raconter cette photo seulement par quelques sons simples. Toutefois, la contrainte d’y apposer ma voix a compliqué les choses. Pourtant, je voulais garder cette idée que seul le son raconte l’action en détail, donne l’environnement et l’ambiance. Alors, je suis partie sur un scénario. La prose d’un scénario est simple, au présent, sans trop de détail. Ainsi, le son prenait son importance car il constituait le corps de l’histoire. J’ai du abandonné l’idée de sons seuls successifs car cette histoire comporte 16 personnages à part entière et l’effet de groupe était une clé de compréhension essentielle.

J’ai voulu essayer Reaper mais je n’avais pas le temps de me pencher sur les menus et les commandes pour retrouver ce que j’avais sur Final Cut, alors j’ai monté sur ce dernier. J’ai chiné sur les banques de bruitages libres de droits quelques bruits. Cependant, je les trouvais en décalage avec l’ambiance que je souhaitais créer et surtout je trouvais qu’ils sonnaient faux. J’ai donc pris ce que j’avais sous la main : le dictaphone de mon iphone. Je ne suis pas une experte en son, mais le son enregistré de cette manière m’a paru convenable. Un soir j’ai donc enregistré tous les sons dont je pouvais avoir besoin. Arrivée au montage, je me suis retrouvée avec des sons stéréos (les bruitages pris sur internet) et non stéréo (les sons du dictaphone). Ne sachant pas du tout comment recréer une stéréo au montage, j’ai mêlé les deux. De cette façon j’ai pu me rendre compte que la stéréo était extrêmement intéressante pour provoquer la sensation d’immersion car j’ai pu faire la différence d’un même bruitage mono ou stéréo.