Tous les articles par julietauziede

Piles de vêtements.

(cc) 08/12/2013 - Julie T.
(cc) Julie T. (08/12/2013)

J’ai choisi de prendre cette photographie pour illustrer l’intimité et l’identité. Quoi de plus intime que le contenu d’un placard ? Il contient des vêtements personnels, plus ou moins bien rangés. Cela révèle l’identité de la personne. L’intention est de retranscrire le goût pour les couleurs. Bleu, rouge, rose, doré et noir. J’ai hésité entre prendre le photographie de l’intérieur d’un placard ou une collection. Le placard me semblait plus pertinent par rapport au thème de l’intimité. Personne n’ouvre vos placards quand il rentre chez vous. Ce qu’il y a à l’intérieur est caché par une porte. Cela fait partie des choses secrètes. Les vêtements sont personnels.

La photographie a été prise de face. J’ai volontairement choisi de ne pas ajouter de lumière pour conserver la réalité de la scène. La photographie est prise de près et on a envie de savoir ce qu’il y a autour en la voyant. Rentrer dans une intimité suscite de la curiosité. Presque un regard voyeuriste. Comme si l’on regardait l’intérieur d’un réfrigérateur pour savoir ce que la personne mange. Ou comme si l’on regardait l’intérieur d’une chambre pour voir où la personne dort. J’ai légèrement retouché la photographie sur le logiciel Photofiltre en rehaussant la luminosité et en forçant le contraste pour accentuer les couleurs.

Julie T.

Bastia

(cc) 23/11/2013 - Julie T.
(cc) Julie T. (23/11/2013)

Bastia. Une petite ville de Corse. Les façades colorées du Vieux-Port m’inspirent. Rose, vert, bleu, orangé, autant de couleurs qui composent ce paysage. Les montages surplombent la cité. Des ruelles où l’on aime se balader sous un ciel bleu, au bord de l’eau, près des voiliers et des barques. Après avoir voyagé sur l’Île de Beauté à sept reprises, c’est tout naturellement que j’ai songé à un paysage Corse pour réaliser ce billet. Ce peut être un dessin-souvenir, des sensations ressenties, comme une chaleur envahissante qui vous saisit. Dessiner cet endroit m’a rappelé combien l’île et ses paysages magnifiques, baignés de mer et de montagnes, me manquent. C’est donc avec un brin de nostalgie que j’ai réalisé ce croquis. C’est la sensation que j’ai en écrivant, juste après avoir fait le dessin, à chaud.

D’après une photographie, j’ai tracé les contours du dessin au crayon à papier. Puis j’ai ajouté de la couleur aux pastels. Des pastels retrouvés au fond de caisses d’affaires diverses, rangées dans un coin, dans le chalet du jardin. Les couleurs sont volontairement exagérées pour donner un style vigoureux à cette représentation. Il est composé de nombreuses formes géométriques, liées à l’architecture des bâtiments. J’ai réalisé ce dessin d’un seul élan, environ deux heures, sans interruption, pendant lesquelles j’ai sali mes doigts et mon bureau de noir. Ce dessin me fait penser à une utopie, de par ses couleurs accentuées, ainsi que par l’absence de promeneurs. Un endroit où aimerait être, installé à la terrasse d’un café, sirotant une boisson.

Julie T.

Un matin comme les autres

J’ai choisi d’illustrer le matin en montrant le côté ennuyeux des gestes que l’on répète au quotidien quand on se lève. On reconnaît les sons, cela montre le caractère familier de ces sons. Le matin est répétitif, quotidiennement je tape sur mon réveil pour éteindre sa sonnerie infernale. J’allume la télévision. Comme chaque jour c’est la même histoire ; informations, gens insatisfaits, drames, polémiques, bref tout pour être de bonne humeur. Pendant ce temps je prépare mon petit déjeuner, café bien serré et tranche de pain de mie. Puis je file à la douche dans ma salle de bains. Une douche qui s’éternise un peu, c’est le premier moment de détente de la journée et qui me réveille en même temps. Je me brosse les dents. Tous les jours c’est la même rengaine. Je monte dans ma voiture et j’écoute la musique tout en fumant. J’ai cours à 9h30. Demain matin, cela sera pareil.

Pour parvenir à souligner cet ennui, j’ai enregistré des sons très simples et facilement reconnaissables. On entend d’abord un réveil qui sonne très fort, la télévision qui s’allume et les informations du jour, l’actualité redondante, puis on entend quelqu’un qui prend son petit déjeuner (une cuillère dans une tasse et du papier froissé). Ensuite j’ai placé les sons de l’eau de la douche et du robinet qui coulent puis une personne en train de se brosser les dents. Puis enfin une chanson, pour montrer que j’écoute de la musique avant de venir à l’université comme la plupart des étudiants. D’autant plus que les paroles à un moment donné disent « the same face everyday » ; elles rappellent que l’on voit les mêmes visages chaque jour. Ce matin là est un matin comme les autres.

Julie T.

Bulle de chagrin.

IMG_2079
(cc) Julie T. 20/10/2013

J’ai pris cette photographie alors que je me baladais dans la rue avec une amie. Ce n’était pas prévu, je ne savais pas que j’allais faire cette photographie. C’est alors que j’ai croisé cette dame en train de faire des bulles géantes de savon dans la rue devant l’hôtel The Regent à Bordeaux, près de la rue sainte Catherine. On peut voir au premier plan sur les côtés de la photographie des voitures, ce qui donne une symétrie à la photographie. Au deuxième plan on voit cette dame en train de faire des bulles géantes de savon avec ses outils. En arrière plan on voit les bâtiments de la rue Sainte Catherine ainsi que des promeneurs et des voyageurs. La photographie représente mal la réalité. Sur la photographie peu de personnes prêtent attention à la femme alors qu’en réalité il y avait tout un groupe de personnes autour d’elle en train de la photographier.

Je me suis positionnée à sa droite entre deux voitures, devant l’hôtel. Je n’ai pas eu l’occasion de discuter avec elle, sa tâche demandait de la concentration, je ne l’ai donc pas dérangée. Il faut savoir qu’il y avait un agent de sécurité posté devant l’hôtel. Peu de minutes après avoir fait cette photographie, je suis repassée avec mon amie devant elle et elle était en train d’injurier l’agent de sécurité « hijo de puta », suivi de « toi tu as le droit de travailler et pas moi » tout en remballant ses affaires. J’en ai déduis qu’elle était en train de se faire virer et que sa pratique n’était pas appréciée. Des gens s’arrêtaient constamment autour d’elle, cela limitait l’accès à l’hôtel pour les taxis et les clients. Voilà une photographie qui, sans connaître le contexte, paraît banale.

Julie T.

Julie et son goût pour la vie

Julie Tauziède
Julie et son goût pour la vie. (cc) Julie T. (05/10/2013)

Elle aime la vie, le cinéma hollywoodien, Noël et ses longs repas en famille, la nuit noire étoilée, le ciel et ses couleurs grisâtres ou orangées, elle aime regarder les étoiles, les parfums sucrés, la musique douce et l’amour avec un grand A. Elle s’appelle Julie. Un mot de cinq lettres, prononçables en deux syllabes, son prénom symbole le charme et charisme. Lorsque vous la connaîtrez mieux vous vous apercevrez qu’elle est secrète et qu’elle a besoin d’être rassurée mais qu’elle est aussi méfiante et souvent trop prudente. Julie a également un sens de la créativité, ce qui, mêlé au cinéma, lui vaut sa candidature en master Création, Production et Images. Sa couleur préférée est le rouge. Bref, tout ce qu’elle aime est représenté sur ce collage.

Il s’agit d’un collage assez coloré pour représenter la diversité de ses goûts. Son prénom est centré sur ce format papier A4, disposé en version paysage parce qu’elle pense qu’un prénom est très important dans la vie. Le prénom est quotidien, à vie et reflète une personnalité. Une combinaison d’images et de mots, un cœur, une note de musique, une étoile, autant d’objets et de mots qui sont importants pour elle. Pourquoi avoir laissé du blanc apparaître sur la feuille et n’avoir pas comblé ce vide ? Tout simplement parce qu’elle peut être parfois vide, s’ennuyer, être mélancolique, mais des éléments viennent toujours égayer sa petite vie tranquille. La bande rose montre que quand elle va bien, elle voit la vie en rose et développe un « goût pour la vie » prononcé.

Julie T.