Tous les articles par julietauziede

Debout, traits verticaux!

(cc) Julie T. 15/03/2014
Debout, traits verticaux! (cc) Julie T. (15/03/2014)

Pour ce collage, je souhaitais prendre un portrait déjà coloré à la base, pour en faire ressortir les couleurs. Après avoir observé différentes techniques de collage d’artistes, j’ai essayé de trouver une technique inexistante, ou plutôt que je n’ai pas trouvée chez ces artistes. Le but n’était donc pas de tenter de faire la même chose, mais plutôt de créer une « nouveauté ». Une fois le travail terminé, j’ai recherché des collages qui auraient été faits ainsi : cela est confirmé, je n’ai donc rien inventé ! Outre l’idée que cela rappelle des portraits découpés de façon verticale en prenant différents visages de personnes pour n’en constituer qu’un (ce qui m’a sans doute inspirée inconsciemment), il existe bien des collages d’artistes qui utilisent la verticalité, pour autre chose que la recomposition de visage. Jelly Roll Race a opté pour cette technique dans une de ses œuvres abstraites. Cette technique verticale peut également rappeler les tableaux triptyques, développés aux XIIème et XIIIème siècles.

Le collage a alors été fait avec une « charte graphique » de lignes verticales. Après avoir trouvé une demi-douzaine de magazines, j’ai sélectionné des pages avec des couleurs dont j’allais avoir besoin. Les couleurs ont été respectées hormis la jupe, pour laquelle j’ai utilisé des bouts de magazines désunis. La quasi totalité du reste du collage comporte des morceaux de papier unis. Pour chaque élément (les cheveux, le visage, le tee-shirt, la verdure, les pierres), j’ai utilisé deux à trois couleurs différentes et proches de façon à créer un dégradé de couleurs. Alors, debout traits verticaux!

Julie T.

Mashup Picture Mix.

(cc) Julie T 02/03/2014
(cc) Julie T 02/03/2014

Mashup Picture Mix. C’est ainsi que j’ai décidé d’intituler mon dernier billet de photographie expérimentale de l’année. Pour le réaliser, j’ai utilisé de nouvelles photographies, deux d’entre elles sont relativement anciennes et la dernière est nouvelle. Les points communs des trois photographies sont la multiplicité des couleurs et le jeu sur les lumières. Avec le logiciel photofiltre, j’ai joué sur la saturation des couleurs et les contrastes afin de les accentuer. Après avoir testé plusieurs filtres artistiques, j’ai du en choisir un pour chaque photographie. Le trois photographies ont été soumises au “flou circulaire”. La saturation des couleurs a été augmentée ainsi que les contrastes, pour faire ressortir les couleurs. Après avoir réuni les trois photographies, j’ai effectué un dernier flou circulaire sur l’ensemble. 

La photographie expérimentale finale donne un résultat abstrait. Le mélange des couleurs et le flou circulaire plonge celui qui regarde dans un tourbillon coloré. On peut se demander quels objets sont à l’origine de la photographie. On ne reconnaît pas le lampadaire, les lumières qui se reflètent sur l’eau, et le feu de bois. La photographie pourrait être gaie grâce aux nombreuses couleurs mais le fond noir assombrit l’ambiance d’ensemble. Il y a un fort contraste entre les couleurs et le noir. Mais quel est le message délivré par cette image ? Deux lumières sont opposées : la lumière artificielle (le lampadaire et les lumières qui se reflètent sur l’eau) et la lumière naturelle (le feu). Le nombre de couleurs est bien plus important avec les lumières artificielles, alors que le feu n’en a que deux : le rouge et le orange. L’artificiel paraît donc plus compliqué que le naturel. 

Julie T.

“Satisfaction garantie” – séquence 17

« Devant le miroir, elle essaya une expression d’amusement condescendant et le miroir lui renvoya magistralement sa moue hautaine. »

« La pendule sonna huit heures qui lui parurent autant de pulsations chargées d’angoisse. »

« Claire, il est bien des choses que je ne suis pas fait pour comprendre, et ce que je ressens est sans doute de celles-là. Demain je dois partir et je ne le désire pas. Je découvre qu’il y a plus en moi que le simple désir de vous satisfaire. »

(cc) Julie T. (10/02/2014)

Trois vignettes pour illustrer trois moments forts du passage sélectionné de la nouvelle « Satisfaction Garantie » (I. Asimov). La première représente la femme se regardant dans le miroir. La seconde, la pendule qui sonnant 8 heures. La troisième montre la femme, Claire, face au robot, Tony. Ces trois images me semblaient en effet les plus significatives de la séquence. Pour représenter le côté rigide et peu féminin de Claire, j’ai voulu la représenter avec une coiffure carrée et des cheveux très raides. Dans la deuxième vignette la pendule sonne huit heures, une information qui tient une place dans le récit. J’ai ainsi ajouté des notes de musique à côté de celle-ci pour montrer qu’un son sort de la pendule et donc qu’elle sonne. La troisième vignette représente Claire en la présence du robot. Les formes du robot sont très géométriques afin de représenter au mieux la machine technologique.

Pour réaliser ce story-board, je n’ai pas fait de croquis préparatoire. J’ai dessiné des idées “brutes”, telles qu’elles me sont venues. Il a été tracé au crayon à papier. Je n’ai pas mis de couleurs, pour ne pas dénaturer le dessin initial, conçu comme un simple “jet”. Chaque vignette est accompagnée du texte qu’elle représente, pour faciliter la lecture et la compréhension de la continuité narrative qui s’enchaine au sein des différents billets de la promotion.

Julie T.

Détours de magie.

(cc) Julie T. (26/01/14)
(cc) Julie T. (26/01/14)

« Ce n’est pas un hasard si le mot image est l’anagramme du mot magie. » (Méliès). La magie est un art fondé sur la croyance en l’existence d’êtres ou de pouvoirs surnaturels et de lois naturelles permettant d’agir sur le monde matériel par le biais de rituels spécifiques. On parle souvent de tour de magie. C’est un émerveillement pour petits et grands. Mystères et secrets font partie de la magie. Quelque chose de magique est quelque chose devant lequel on reste étonné, surpris. C’est comme l’image, il y a quelque chose de fascinant et d’intrigant. Ce sapin de fêtes de fin d’années représente la magie des fêtes de Noël. La magie de se retrouver en famille, les lumières des guirlandes.

Je voulais choisir une photographie très colorée, avec des scintillements, des objets brillants. Pour moi la magie est synonyme de paillettes, ampoules lumineuses et strass. Les boules et les guirlandes de Noël qui décorent un sapin reflètent bien pour moi cette idée. C’est aussi l’univers des enfants. Bien que cela intéresse les grandes personnes, la magie est avant tout liée à l’enfance et à l’innocence. L’esprit féerique de la magie nous envoûte et nous ensorcelle.

L’étoile en haut du sapin reflète l’apparition d’une essence divine. Insaisissable, lointaine, elle est hors de notre portée et pourtant on s’y intéresse de près. L’étoile à cinq branches, au sommet du sapin, est un astre qui représente pour les chrétiens l’étoile de Bethléem qui guida les rois mages vers le lieu de naissance de Jésus, le 25 décembre. Quoi qu’il en soit, l’image, quelle qu’elle soit, nous évoque un souvenir, une bribe de vie, en cela, elle est magique. Nous avons tous des albums photos remplis de souvenirs, cachés au fond d’un grand tiroir ou d’une armoire. Quand on les ouvre, on peut passer une après-midi entière à les regarder. La photographie a révolutionné nos vies, les images que nous conservons sont pourtant des moments insaisissables comme l’est l’instant présent. L’image est une marque, une empreinte qui reste dans nos mémoires.

Julie T.

Le blabla de l’amour.

J’ai choisi d’utiliser le thème de l’amour dans ce billet son. L’amour est un sentiment d’affection, d’attirance sentimentale et sexuelle entre deux personnes. C’est un sentiment d’attachement et d’affection mutuelle. L’amour est un sentiment de tendresse. Désir passionné ou amour romantique, l’amour agit comme un facteur important dans les relations sociales. L’amour se découvre souvent à l’adolescence. Mais alors comment les enfants définissent-ils l’amour ? Bisous, fleurs, câlins, autant de tendresses adressées à l’être aimé. C’est quelque chose de beau, de joli, drôle et léger. L’amour fait partie de notre quotidien, qu’il soit dans notre vie ou dans un film que nous regardons.

Pour réaliser ce montage j’ai pris des bouts de phrases qui me semblaient les plus pertinents et rendent compte de la vision des enfants sur l’amour. Les phrases montées sont plutôt courtes. J’ai ajouté une musique douce, un peu nostalgique pour donner une ambiance au thème de l’amour. Le son de guitare se marie avec les propos des enfants qu’ils tiennent sur l’amour. La musique peut susciter de l’émotion. L’amour occupe ainsi une place centrale dans la psychologie humaine, ce qui en fait un des thèmes les plus courants de l’art, et donc de la musique. L’instrumental qui accompagne les paroles d’enfants est mélodique et mélancolique. « L’amour est quelque chose de beau qui peut parfois être moche et faire pleurer ». Cela peut-être triste à la fin d’une relation ou si « on n’a pas d’amoureux » comme le disent les enfants.

Julie T.