Tous les articles par juliemorales

Intériorité

P1070292

 

La juxtaposition de ces deux mots « Intérieur » et « Intimité » m’a de suite fait penser aux rêves. Mais comment représenter le rêve en photo quand on n’a rien sous la main : pas d’appareil réflex, pas de lumières, pas de matériaux. Ma toute première idée a été de définir l’espace de mes songes : J’ai donc décidé de prendre cette photo dans ma chambre, sur mon lit. Sachant que je n’ai qu’un appareil compact avec lequel je ne peux régler ni l’ouverture, ni la vitesse, cette photo était pour moi une performance de mise en scène, de cadrage et de lumière (avec les moyens du bord).

 Inspirée par Méliès, j’ai décidé de découper une lune et un soleil dans du carton pour les poser en arrière-plan, sur mes oreillers, il fallait les surélever alors j’ai ajouté des livres (mais pas n’importe lesquels). Puis, j’ai posé mon autel composé de « statuettes mayas, bougies, encens, pierres », au centre du lit. Je m’éloignais de mon intention de départ mais la bougie donnerait un côté spirituel à la photo : l’ambiance exacte qui guide mes méditations et mes rêves. Au premier plan, j’ai rajouté deux petits portraits de Frida Khalo qui se trouvent aussi dans ma chambre. Puis, je me suis rapprochée de ma composition pour jouer avec la profondeur de champ et je me suis mise à hauteur de lit pour prendre la photo de manière intimiste. Je voulais que l’objet central soit la grande statuette maya et qu’elle soit nette, que le tableau de Frida soit un peu flou et qu’il guide notre regard vers l’encens et vers la lune, créant ainsi une ligne de fuite avec ces trois éléments. J’ai cadré de manière à ce que la lumière bleue (provenant de mon diffuseur d’huiles essentielles) arrive au dessus de la tête de la statuette maya, vers la lune et le soleil, contrastant avec l’autre source de lumière jaune issue de la bougie.

J’ai été surprise de voir à quel point cette photo représentait mon intérieur, physique, psychologique et spirituel et non pas seulement mes rêves. Au premier plan, ma « première vie » incarnée par l’autoportrait « Les deux Fridas » de Khalo. Au second plan, mon chemin spirituel représenté par les statuettes mayas. Au troisième plan, la lune et le soleil, la dualité, le couple, le yin et le yang, la vie et la mort, le rêve et la réalité, l’homme et la femme. Dans cette photo, comme dans l’univers, tout fonctionne par pair : lumière bleue et jaune, bougie et encens, deux Fridas, deux statuettes, la lune et le soleil, deux pierres. Ce n’était pas voulu. Les rêves n’ont été qu’un prétexte pour atteindre en photo mon intériorité.

                                                                      Julie Morales

La douceur de vivre

sergio_larrain_3 (1)

Les éléments de cette photo m’ont de suite fait penser à l’Europe des années soixante : la rue pavée, la Vespa, le vélo avec sa cagette posé contre le mur et les robes des femmes jusqu’aux genoux. Mon regard et ma curiosité ont ensuite été invités au premier plan par le journal traînant sur la chaussée. Que faisait-il ici ? Je cherchais alors une histoire autour de l’objet central de cette photo : le journal. Pour moi, il avait été délibérément abandonné sur la voie publique. Quel événement d’actualité avait pu déclencher cet acte ? Un article sur la guerre du Vietnam ou sur la baie des cochons à Cuba ? Non ! Je devais rester en Europe… La légalisation de la contraception orale ? Et pourquoi jeter ce journal pour une si bonne nouvelle ? Ah… Je sais : la polémique après la sortie du film de Fellini La Dolce Vita. Une scène dans une scène au sein de cette photo…

A partir de cette trouvaille, j’ai inventé et écrit une histoire en quatre étapes : Une jeune femme marchant dans la rue entrevoit sur ce journal les bribes d’un article déchiré sur La Dolce Vita. Elle s’en empare. Cette lecture la renvoie rêveuse à une scène mythique de ce film : Sylvia et Marcelo sous la fontaine de Trévi. Mais la réalité ressurgit impudente au son d’une Vespa. Elle poursuit alors son chemin chantonnant joyeusement le thème musical de la Douceur de vivre. Une fois l’histoire écrite, je suis allée en quête du son ! J’ai enregistré mes pas, le bruit du journal et ma voix (lecture du texte et chanson), j’ai téléchargé des ambiances de villes (voiture, Vespa, oiseaux) et oniriques (les clochettes) puis la scène du film. Enfin, grâce à mon scénario écrit, j’ai monté le tout comme un film aveugle (on parle bien de cinéma muet !).

Julie Morales

 

Mon petit vieux

Billet n°3
(cc) Julie Morales (09/11/2013)

Banc : « n.m. Siège allongé pour plusieurs personnes, avec ou sans dossier, en général non rembourré ». Mon banc habite à quelques pas de chez moi, certes il est grand, je peux me reposer contre lui. Il est un peu sec et n’est certainement pas destiné à accueillir plusieurs personnes ! Ce banc m’attend, tous les jours, il est fidèle, toujours égal à lui-même. Depuis le temps, il n’a jamais déserté, et pourtant, il envie parfois le chemin. Chemin : « n.m. Voie de terre, route établie pour mener d’un lieu à un autre ». Mais vers où ? Assise sur mon banc, rêveuse, mon regard se pose généralement sur ce virage, derrière l’arbre. Alors, ma plume chevauche farouchement cette voie et ne s’arrête point…

J’ai d’abord pris en photo ce lieu qui m’inspire. Puis j’ai décidé de commencer par esquisser le banc, puisque c’est l’objet de ce dessin. La perspective ! Comment faire ? J’ai observé cette photo avec des yeux d’enfants, parce que lorsque je dessine, j’ai 6 ans. Ça se voit d’ailleurs ! A cet âge, on copie, j’ai donc utilisé l’art du « pastiche » ! J’ai tenté d’être attentive aux détails, aux proportions, au sens des formes par rapport aux autres, aux ombres. Les couleurs sont celles de l’automne, elles sont « brutes ».  Le paysage n’a pas eu cette chance-là, celle du détail. Trépignant d’impatience, j’ai transformé le troisième plan en un ciel homogène et sans nuages, alors qu’il était à l’origine une forêt d’herbes hautes. Peu importe, qui a vu la photo ?!

Julie Morales

Elle

Photo Billet 2 Julie Morales
(cc) Julie Morales (21/10/13)

Bordeaux et son tram, le soir, c’est tout une histoire… Un espace-temps éphémère, transitoire, où se croisent des personnes regagnant leur habitation ou s’acheminant vers un lieu de fête, peut-être. Qui est cet autre que je vais apercevoir, ce soir, celui que je m’apprête à photographier sans son accord ? Une envie de me poser à l’intérieur du tram, et me voilà face aux portes d’entrée avec cet appareil, disposée à dérober une expression, une situation, un sentiment… Sans vouloir me cacher, au contraire je m’affiche, j’assume mon geste, j’appuie sur le déclencheur, une première, une deuxième, puis une troisième fois et j’observe ces autres qui passent devant moi sans un regard, qui me fixent avec inquisition, qui me jugent ou pas, mais ne me disent rien…

Un mouvement en arc de cercle, en même temps qu’un zigzag formé par les personnes entrant dans le tram, s’oppose aux formes rectilignes de l’arrière plan. Ces dernières apparaissent alors comme une amorce de cadre dans le cadre dans lequel se trouve un troisième cadre, qui n’est autre qu’un carré. Et ce petit carré blanc étrange sur l’affiche du fond théâtralise la scène par son incongruité. Au premier plan un homme disparaît, au second une femme se cache, au troisième et au cinquième deux hommes flous se déplacent dans une direction opposée : tous semblent en mouvement. Une seule personne dans cette photographie paraît être « à l’arrêt », est-ce son regard qui a saisi ma présence ou mon appareil qui s’est emparé de cette rencontre ? Cette jeune fille est nette, son regard nous fixe, elle prend alors toute son existence dans cette scène anonyme. En effet, tout bouge, tout est flou… sauf cette protagoniste.

Julie Morales

 

 

« Julie », une œuvre posthume de Paul Mallaire

« Julie », une œuvre posthume de Paul Mallaire. (cc) Julie Morales (06/10/2013)
« Julie », une œuvre posthume de Paul Mallaire. (cc) Julie Morales (06/10/2013) 

Cette après-midi, en ce triste jour de novembre, nous avons retrouvé le célèbre artiste plasticien, poète et cinéaste Paul Mallaire pendu à son domicile. Son chagrin, quelques jours après la mort accidentelle de Julie : sa muse, sa femme, sa confidente, a outrepassé son amour pour l’art et la vie. Comme pour ne pas laisser de traces, juste avant de se suicider, il a mis le feu à son domicile. Cependant, nous avons réussi à extraire des flammes sa dernière œuvre posthume qui en dit long sur son obsession l’ayant porté aux cieux :

« Julie » était cet enfant délicate peinte par Renoir dont le tableau apparaît en bas au centre de son oeuvre : ingénue, douce, de celle qui nous regarde et que l’on ne voit pas, presque insignifiante, noyée dans son environnement. Les vers de Musset, de Baudelaire, de Mallarmé l’exaltaient : l’existence prenait alors tout son sens. Ils lui collaient à la peau, au corps comme on peut le constater sur la peinture en haut à gauche de Corinne Brenner. Adolescente, elle aimait arborer cette toile : son rapport au corps, à la volupté et à la provocation la fascinait. En outre, Edith Piaf ne la quittait pas : une icône maudite pour cette jeune femme qui parcourait également, amoureuse et blessée, les romans de Rousseau ou ceux de Strindberg, sur la partie droite de ce collage. Pour adoucir ses tourments, déchirée entre passion et raison, elle visionnait en boucle le film Hindou éponyme qui la faisait rêver à un amour vrai, symbolisé par l’expression de cette femme posant la main sur son visage, celui-ci qu’elle ne cessait d’écrire dans ses poésies, celui-là qu’elle a connu dans les bras de Paul Mallaire, celui enfin qui restera éternel.

Julie MORALES