Tous les articles par juliemorales

Il était une fois une enveloppe…

Billet 6

Faire un billet, c’est toujours une grande histoire. On sait où elle commence mais on ne sait jamais comment elle se termine ni où elle nous conduit. Mélanger trois photos que j’avais prises pour en faire un objet non identifiable, tel était l’enjeu. On m’a soufflé une idée qui, romantique comme je suis, m’a séduite : faire un collage avec ces trois photos de sorte à fabriquer une enveloppe que j’enverrais à mon adresse personnelle. La question étant la suivante : quelle transformation aura subi ce bout de papier, deviendra-t-il une « œuvre d’art » ? Je n’avais cependant pas pensé au fait que cette enveloppe ne puisse point arriver !

J’ai donc décidé d’imprimer mes trois photos en noir et blanc et je les ai découpées de sorte à fabriquer une enveloppe type A4 pliée en trois. J’ai écris mon adresse en vert, j’ai collé un timbre blanc et rouge, puis au dos, j’ai apposé un sceau de cire. Après quelques péripéties, la lettre est arrivée à destination. Quelles transformations avait-elle subies ? Et bien, en haut le cachet de la poste « La poste France » suivi de chiffres, des vagues sur le timbre et en bas des petits traits orange. Au dos, mon cachet de cire avait disparu ! (sous le joug des machines). J’ai ouvert cette enveloppe de sorte à lui donner un format A4 et j’ai colorié en noir l’espace dans lequel j’avais écrit mon adresse. J’y ai vu comme un bustier de femme en haut de la feuille et comme un caleçon d’homme en bas ! Aurais-je fantasmé une “oeuvre d’art” ?!!

Julie Morales

“Satisfaction garantie” – séquence 19 : Ciel, les rideaux !

(Vignette n°1)… A ce moment, la sonnette de la porte d’entrée tinta. Elle se débattit quelques instants, le souffle court ; (vignette n°2) l’instant d’après, il avait disparu et de nouveau la sonnette se faisait entendre. Son grelottement intermittent se renouvelait avec de plus en plus d’insistance. (Vignette n°3) Les rideaux des fenêtres de façade avaient été ouverts. Or, ils étaient fermés un quart d’heure plus tôt. Elle en était certaine. (Vignette n°4) Par conséquent, on les avait vus. Tous avaient dû les voir… et ils avaient tout vu… tout !

Dessin Julie Morales
(cc) Julie Morales (23/03/2014)

Faire un story-board fait appel à deux compétences minimum : la réalisation et le dessin. Cela signifie qu’à partir du scénario, il faut imaginer son découpage en plans et mettre en scène l’événement (valeur de plan, cadrage, mouvement des personnages, mouvement de caméra). Une fois tout cela imaginé, il faut le dessiner ! Sachant qu’entre ces deux compétences demandées, je ne possède que la première (la seconde m’ayant été refusée à la naissance), j’ai donc décidé de privilégier la compréhension. J’ai donc effectué un découpage efficace et ajouté aux dessins des indications pour le chef opérateur, le chef électricien et l’ingénieur du son.

Après avoir lue la nouvelle, j’ai découpé mon texte en quatre plans correspondant à quatre unités de temps distinctes : la scène où ils sont surpris par la sonnette ; la scène où elle se retrouve seule et tourne la tête vers la fenêtre ; un insert sur la fenêtre et un contre-champ sur son visage effrayé lorsqu’elle comprend que les gens ont pu les voir, car les rideaux étaient ouverts. J’ai choisi la lumière comme fil conducteur de ces quatre plans. Ainsi, j’ai d’abord placé la fenêtre puis les personnages, j’ai défini les valeurs de plans et enfin je suis passée à l’aspect pratique. Les modèles de dessin m’ont grandement aidés !

Julie Morales

La vie cachée du poêle

2014-02-07 22.14.39
(cc) Julie Morales (07/02/2014)

Parfois, j’aime faire les choses sans avoir une intention initiale. C’est cette méthode que j’ai appliquée pour ce billet photo. Il me fallait tout de même un objet avec lequel jouer : j’ai alors pensé au poêle qui est dans ma salle à manger.

Une fois le feu allumé, j’ai commencé par prendre les flammes en photo en variant la vitesse, puis l’ouverture, et en changeant d’objectif. J’ai troqué le grand angle contre un objectif de focale moyenne (50 mm). Les reflets sur la vitre de ce poêle m’ont attiré, j’ai fait de nombreuses photos en essayant de trouver le détail esthétique qui me donnerait un déclic : les lumières du mur que l’on percevait en reflet sur la vitre, le crépitement des flammes, les différentes couleurs entre le poêle et les flammes ? Non. J’ai rajouté un grand miroir sur une chaise, je l’ai placé à côté du poêle, puis en face… toujours pas. Enfin, j’ai réglé mon appareil sur une vitesse très lente (1.3), et j’ai fermé complètement mon ouverture (22). J’ai mis mon appareil sur un pied et tout en appuyant sur le déclencheur, j’ai fait un zoom arrière aussi lent que ma prise. L’effet m’a interpellé. J’ai recommencé.

La photo choisie transforme complètement l’objet, j’y vois une sorte d’écran télé à tube cathodique ! On a l’impression que le poêle sort de lui-même car ce cadre jaune est normalement à l’intérieur même de l’objet. Le poêle est totalement déstructuré, sa vitre transparente couvre entièrement le cadre de ma photo, on y voit les reflets des lumières en haut à droite : on dirait qu’il prend vie !

Le troisième œil

Le troisième œil. (cc) Julie Morales (27/01/2014)

La contrainte du temps est à prendre en compte dans ce collage : travaillant tous les soirs et le week-end, je n’avais pas le temps d’y passer des heures mais seulement deux. Donc, à la question « comment faire simple ? », j’y ai d’abord répondu par « mettons une couronne de fruits  à la place de mes cheveux », à la manière du peintre Arcimboldo. Puis, j’ai très vite pensé que ça allait faire kitch. Par hasard, j’ai croisé le travail de Michael Reedy qui crée ses illustrations à partir de photos de corps nus: il les mélange, ensuite et entre autres, aux illustrations anatomiques de ces mêmes corps. Le résultat est impressionnant et très créatif.  J’ai décidé de m’en inspirer.

En tapant dans le moteur de recherche Google image « visage anatomie », un tas d’illustrations de visages sont apparues. J’en ai sélectionné une qui m’a particulièrement plue pour ses yeux bleus et sa belle bouche. J’ai ensuite fouillé dans mes photos numériques pour en trouver une de moi, de face et en gros plan s’il vous plaît ! Mon idée première était de coller un morceau de « muscles » sur une moitié de mon visage et de laisser l’autre intacte mais c’était trop complexe de faire coïncider le tout au niveau de l’échelle de chaque visage. En essayant plusieurs formules, j’ai décidé de jouer avec le regard, puisque que l’on me parle souvent de mes yeux et j’ai recouvert cette partie de mon visage tel un masque. Comme j’avais imprimé plusieurs visages anatomiques à différentes échelles, je me suis ensuite amusée avec tous les yeux que j’avais sous la main et je me suis créée un troisième œil intersidéral ! Comme je souhaitais que le tout soit un peu esthétique, j’ai cherché ce que j’avais autour de moi pour créer un fond bleu et je suis tombée sur une carte du monde ! Parfait ! Cette chose est l’une des créations qui me ressemblent le moins alors même que ma photo se trouve en son centre. Etrange.

                                                                                                                     Julie MORALES

Recueillement

Que peut-il se passer dans une église quand on n’y va pas pour un mariage ni pour un enterrement mais simplement un vendredi soir de décembre ? Le magnétophone en mains, mes achats de Noël sous le bras, je pense à l’église pour une ambiance sonore mais il fait presque nuit, il est tard, je dois rentrer chez moi : « J’aurais bien le temps de faire ce travail ce week-end » marmonnai-je. Hasard ou coïncidence, à deux pas de moi, une église ! Raison ou tentation ? Je pousse la porte et à ma grande surprise, quelques personnes sont assises sur ces bancs en bois, priant, éclairées par des bougies… Je m’assois discrètement, je dépose mes sacs à terre et puis comme par magie, l’église s’illumine et une dizaine de prêtres arrivent en file indienne. Que le spectacle commence !

J’avais prévu cette fois-ci d’enregistrer une ambiance sonore à l’aide d’un Zoom H1. Je ne m’en étais jamais servie, mais ça n’avait pas l’air sorcier. Je me suis assise au fond de l’église, par peur d’être prise en faute. En effet, avec un enregistreur sonore, j’avais l’impression de voler aux gens les sons captés!  Alors qu’avec la caméra, habituée à la manipuler, le geste de filmer me paraît plus franc du fait de la présence même de cet outil: que les gens aiment ou n’aiment pas, ils me voient! Une fois en place, le réel s’est mis en marche tout seul : les cloches se sont mises à sonner, les portes à claquer, les gens à entrer, les autres à prier, les prêtres à chanter… Dix minutes plus tard, je jetai à œil au bon fonctionnement de mon appareil qui m’indiqua « Full Card » ! Oh non… Je ne pouvais pas manquer cela, ça ne se reproduirait jamais : le cinéma parfois c’est comme en amour : c’est une question de moment. En une demi-seconde, je sorti mon IPhone et continuai mon enregistrement coûte que coûte. Cependant, la différence de sons entre le Z1 et l’Iphone était telle que j’ai choisi de conserver au montage seuls les sons enregistrés par le Z1. Une bonne leçon: toujours penser à regarder si la carte mémoire de l’appareil est vide avant de partir en tournage!

                                                                      Julie Morales