Tous les articles par jonathanrochier

Une pensée révolue

Une pensée révolue. (cc) Jonathan Rochier
Une pensée révolue. (cc) Jonathan Rochier (16/03/2014)

Grandiose et terrifiante.
J’étais face à elle, ne pouvant plus bouger, respirant de grandes bouffées d’air pour calmer mon cœur qui cognait mes entrailles.
Il m’assourdissait, se mêlant aux violons, créant une arythmie propre aux plus horribles désordres.
Alors que je hissais un mot au-dessus de ce vacarme,
le ciel s’affaissa et se déchira dans son divin craquement.
La seconde me parût appropriée.
L’explosion.
La douce et tétanisante.

Puis tout se mélangea.
Comme si.
Comme si le soleil avait disparu,
découpant en lamelles régulières le plus parfait des décors.
Et puis, le rouge et le noir se croisèrent.
Le noir des mauvais jours.
Et ce rouge qui fait mal aux yeux.
J’entendis le claquement des ciseaux.
Sibilances acérées.
Déchiré.
Fragmenté.
Mes doigts se posèrent sur mon visage,
et je grattai, grattai jusqu’à trouver
ce qui avait pu, caché sous ma peau,
susciter une telle apocalypse.

Mais rien.
Seulement l’eau qui coule et qui sèche.
Bien trop lentement.
Probablement.

Jonathan ROCHIER

Entre corps et lumière

Entre corps et lumière. Jonathan Rochier (cc)

Cette vidéo a deux inspirations que j’ai tirées des derniers billets photos réalisés : le corps et la lumière. J’ai souhaité créer une mise en scène abstraite où les deux se mélangent et interagissent ensemble jusqu’à créer du sens.  Dans l’art abstrait, la peinture semble être vivante, comme en mouvement. Les formes et les changements de lumières s’enchaînent dans cette vidéo et j’ai tenté de retranscrire la même dynamique picturale que dans l’art abstrait. C’est le spectateur qui donne du sens à la création, l’auteur n’affirme pas clairement ses intentions.

J’ai utilisé ma caméra devant laquelle j’ai posé de face une lumière de façon à créer un contre jour pour créer un effet de clair-obscur. J’ai mis de la musique et j’ai effectué des mouvements avec des cassures de rythmes, des accélérations et des ralentissements alternés. Cette démarche m’a permis au montage d’apposer les segments de vidéo les uns à la suite des autres, aléatoirement et de ressentir le rythme que le montage entraînait de lui-même. J’ai choisi une musique assez percussive dont les pulsions sont irrégulières et fréquentes de façon à solliciter les liaison de dynamisme avec le montage image.

“Satisfaction garantie” – séquence 8

A peine eut-elle franchi le seuil de la pièce qu’elle éprouva une nouvelle surprise :
– Vous avez astiqué les meubles ?
– Le travail est à votre convenance Mme Belmont ?
Elle ne put que répondre aigrement :
– Vos pareils auront tôt fait de nous réduire chômage.
– Mais rien ne peut égaler le génie créateur et l’éclectisme d’un cerveau comme le vôtre.
Claire rougit et murmura :
– Mon cerveau ? Vous pouvez le prendre !
Tony s’approcha quelque peu :
– Vous devez être bien malheureuse pour prononcer une telle phrase. Puis-je vous aider?
Un instant, Claire fut sur le point d’éclater de rire. La situation était d’un ridicule achevé : un brosseur de tapis articulé, un laveur de vaisselle, un astiqueur de meubles… qui venait lui offrir ses services comme consolateur et confident…

 (cc) Jonathan Rochier (16/02/2014)
(cc) Jonathan Rochier (16/02/2014)

J’ai souhaité recréer une sorte d’univers graphique steam punk, en rapport avec la portée futuriste du propos de la nouvelle d’Isaac Asimov et de son ancrage narratif. La technologie que nous connaissons aujourd’hui est admise de tous et la projection futuriste que nous livre l’auteur est nécessairement faussée puisqu’elle n’est pas cohérente avec la réalité que nous connaissons. Le style steam punk me paraissait donc tout à fait adapté. Jules Verne, référence de cette esthétique, nous livre une vision futuriste du XIXème, et ses machines permettant de voyager dans le temps et l’espace sont d’un charme singulier de part leur excentricité improbable.

Afin d’adapter ce texte à une dynamique cinématographique, j’ai raccourci certains passages et j’ai épuré les dialogues pour aller à l’essentiel du propos. J’ai également pris des libertés pour la dernière image, il me semble que la gêne ressentie par Claire à ce moment-là est bien plus intéressante que le mépris qu’elle ressent à l’égard de Tony. J’ai donc souhaité accentuer cette émotion et représenter visuellement le malaise par le jeu d’acteur.

Jonathan Rochier

Nos mondes sont multiples

Jonathan Rochier (cc) Nos mondes sont multiples
Jonathan Rochier (cc) Nos mondes sont multiples

D’où germent les idées ? Quelles sont les liaisons mentales qui nous permettent de créer ? Cette photo tente de répondre à ces questions. Elle est la projection de ma réflexion, la matérialisation d’une idée naturellement irrationnelle. Le songe, univers abstrait où les fleurs sont des arbres et le temps, des horloges molles. Tout y est désordonné, disposition propice à la plus grande des créativités. Puis soudain, peut-être par pure coïncidence, une connexion s’établit. L’idée naît, la pensée la construit, le langage la matérialise sous une forme cohérent. Pourtant, de ce fatras d’objets incongrus, rien ne laissait prévoir l’harmonie.

J’ai tenté d’accumuler sur différents plans des objets hétéroclites afin de créer des espaces qui s’imbriquent les uns dans les autres. Pour cela, je disposais chaque élément dans la scène de façon à déconstruire les règles de la composition classique afin que le regard ne s’arrête jamais, qu’il lise cette image de manière cyclique. En alternant les formes circulaires et rectilignes, je voulais évoquer la complexité de la pensée et sa multiplicité.

Il y a mon reflet dans le miroir, c’est la seule image réfléchie par l’intermédiaire d’un dispositif, car ce monde est ma propre projection. Une projection complexe, quasi-psychanalytique. Elle comprend un élément de mon enfance ; le clown ainsi qu’une figurine aux proportions canoniques, représentant l’idéal créatif que je souhaite transgresser. Ce fond noir est une nébuleuse et le tissu blanc, un espace concret auquel je me raccroche pour ne pas sombrer. Cette photo explore le fond de ma réflexion, elle est donc authentique, psychanalytique et surréelle. Bien que ce ne soit pas voulue, un caractère chirurgicale lui est associé. Elle est brute, sans uniformisation, elle est ma conception du monde à travers mon esprit, alors naturellement, des démons surgissent de part et d’autres ainsi qu’une esthétique qui intrigue. Son intérêt ne réside pas dans sa structure mais bien dans son processus créatif, sa genèse.

Pensées infantines

Après avoir écouté quelques extraits des fichiers audios fournis, j’étais émerveillé. Ces enregistrements illustrent superbement la manière de réfléchir qu’ont les enfants, comment construisent-ils leurs opinions et comment leur environnement modèle leur esprit encore maléable. J’ai souhaité représenter dans ce “billet son” ce qu’il se passe dans le cerveau d’un enfant lorsqu’il est confronté à des concepts, des émotions. Comment les mots se brouillent, se mélangent et s’assemblent pour créer d’autres connexions, délirantes, absurdes mais aussi étouffantes. Je crois qu’un enfant ne peut que être perdu par le langage,  les conventions et la (les) morale(s). Comment orchestrer cette cacophonie de réflexions probablement terrifiante. Je crois me souvenir que lorsque j’étais confronté à une situation que je ne comprenais pas, j’étais saisi par une sorte de torpeur comme affolé. Naturellement, je m’agrippais à ce que je connaissais déjà pour tenter de dénouer le sens d’une phrase ou d’une action. Il en était de même lorsque j’étais face à un moment perturbant de mon enfance, ceux qui fondent les piliers fissurés de notre personnalité future. Je crois que je me répétais sans cesse les mêmes mots que j’avais entendu, je me repassais sans cesse les mêmes images. Puis tout devenait confusion et tapage.

Afin de m’approcher de ces sensations que je ressentais quand j’étais enfant, j’ai essayé de recréer la cacophonie qui s’opérait en moi. J’ai voulu créer quelque chose de musical au travers de toutes ces voix car quoi qu’il arrivait, je parvenais toujours à ordonner les choses de façon à ce qu’ils soient logiques à mon sens. Une sorte d’harmonie cacophonique donc. Pour mettre cette idée en exergue, il m’a semblé judicieux d’apposer une musique qui évolue de paire avec la progression de ma pensée d’enfant. Peu à peu le timbre des voix se déforme , comme un téléphone arabe qui donne un nouveau sens aux phrases initiales. Le sens se déconstruit, les voix deviennent surnaturelles, omniscientes, oppressantes jusqu’à former quelque chose d’abstrait : une pensée, celle d’un enfant.