Tous les articles par jeannevidalgiraud

Petite faim

Billet 3
(cc) Jeanne Vidal-Giraud (08/12/14)

C’est quand même génial le hasard. On est dimanche, il fait froid dehors, je me remet difficilement d’une fête d’anniversaire un peu trop arrosée. Je dois bosser, je dois prendre ma photo, faire mon analyse, réviser mes cours. Mais d’abord, le plus important c’est de manger quelque chose. Quelque chose de gras ou de sucré, peut importe tant que ça finit dans mon estomac malmené par les mélanges de la veille. Je me fait réchauffer une part de gâteau. C’est long. Je fais le guet devant mon four et je remarque mon reflet dans la vitre : intéressant!

J’ai donc aussitôt décidé d’attraper mon appareil pour prendre ce fameux cliché. Après plusieurs essais avec différents réglages, j’opte pour une petite profondeur de champs et je fais le point sur la grille du four. Je trouve que cela donne une texture intéressante à la photo. Il y a plusieurs espace dans cette image : mon appartement, l’intérieur du four et le monde extérieur derrière mes fenêtres. On a l’impression que je suis enfermée derrière ce grillage alors que je dispose de tout l’espace que l’on voit derrière moi. J’ai également essayé de travailler la couleur de ma photo. Je souhaitais mettre l’accent sur la lumière du four qui donne un côté chaleureux en opposition avec le reste de la pièce qui est très froid, et mon visage, complètement sombre.

 On peut décortiquer cette photo, y repérer différents niveaux, s’amuser à reconstituer le lieu, imaginer le moment où elle a été prise.  Je pourrais être un personnage de film d’horreur Japonais avec de long cheveux, la peau grisâtre et les orbites vides.  Au final, ce n’est pas très important de savoir qu’il s’agit de moi assise devant mon four, attendant ma part de gâteau, c’est important pour moi mais pas pour les autres. Cette photo peut raconter des milliers de choses, cela dépend de ce que les gens choisissent d’y voir.

Jeanne Vidal-Giraud.

Margot le matin

Margot se maquille
(cc) Jeanne Vidal-Giraud (18/11/14)

Je vis en colocation avec Margot depuis 3 ans. Je savais que c’était elle que j’allais photographier pour ce deuxième billet. Restait à savoir saisir le moment reflétant le mieux cette intimité. Et puis, ça m’a frappé : la salle de bain. C’est le moment incontournable. Tous les matins depuis trois ans, on se prépare, on se maquille, on se raconte nos peines et nos tracas, on se marre beaucoup, on est en retard, on a pas envie d’y aller. Si il y a une chose qui reste constante au fur et à mesure de l’année, c’est ce moment. Et c’est rassurant.

J’ai attendu mardi matin pour prendre ma photo. Quand Margot est allée se préparer je l’ai suivie, et le même quotidien s’est répété, sauf qu’au lieu de me préparer, j’étais dans la douche en train de la photographier depuis derrière la vitre.   J’ai beaucoup travaillé la construction de ma photo, je voulais avoir sa tête et les gouttes d’eau nettes, en laissant le reste flou. Je me suis inspirée de ce que l’on appelle le split-diopter au cinéma, c’est un effet qui existe depuis Murnau et que l’on retrouve souvent chez De Palma. A défaut d’avoir une double-lentille qui permet de faire le point sur deux endroits et d’avoir une zone de flou au milieu, j’ai pris deux photos différentes : une en faisant le point sur les gouttes, et une en faisant le point sur Margot. En superposant les deux, j’ai obtenu le résultat escompté.

Cette image dis beaucoup de moi, car elle résume un moment de mon quotidien. Le fait que la photo soit prise depuis l’intérieur de la douche renforce cette notion d’intimité. La vitre n’agit pas comme une séparation, elle n’est pas la marque d’une quelconque distance, bien au contraire elle illustre une intimité et un lien particulier. Cette photo me donne un sentiment de sécurité, elle fige ce moment de sérénité. Je pense que l’amitié que deux personnes se portent transparaît dans ces moments de routine, dans leurs petites habitudes.

Jeanne Vidal-Giraud

Arrêt Hôtel de ville

photo master
(cc) Jeanne Vidal-Giraud (21/10/14)

Partie faire ma photo sans avoir vraiment réfléchi à l’événement que je souhaitais photographier, je sors du tram et vois ces trois enfants jouant au foot avec une canette au milieu de la foule des gens qui attendent. Je commence à les mitrailler, en pensant que cela fera un cliché sympa. Je n’ai même pas le temps de prendre trois photos que leur mère les appelle car il est l’heure de rentrer. Finis le foot, pas le temps de se dire au revoir, pas le temps de prendre une photo sympa, le tram n’attends pas.

J’aime le mouvement dans cette photo, les gens qui se croisent, qui se pressent à l’entrée du tram. La dynamique des personnages et la composition du cadre est également intéressante. Le petit garçon se retourne vers ses amis et il est séparé d’eux par un gros poteau blanc. Ce qui me plait aussi dans l’esthétique de cette image c’est le reflet sur les vitres du tram, je voulais et je trouvais intéressant d’avoir les gens à la fois de dos et de face. Cela renforce l’impression de fourmillement.

J’ai choisi cette photo car elle est le fruit d’un hasard, elle n’est pas construite contrairement à d’autres photos que j’ai pu prendre ce jour là. Je l’ai prise dans le feu de l’action car mes petit personnages s’échappaient de mon cadre. C’est grâce à eux que ce nouveau cadre prend tout son sens. Je trouve touchante la façon dont ils se regardent. Ils doivent se quitter parce que le tram est là, que maman a dit de se dépêcher et qu’ils n’ont pas vraiment le choix. Cela illustre un moment réel de la vie bordelaise, que tout le monde vit : Quand le tram arrive, la vie s’arrête. Quand le tram arrive, on monte dedans!

Jeanne Vidal-Giraud