Tous les articles par Gaylord

Horoscope

(Photographe: Sergio Larrain)
(Photographe: Sergio Larrain)

Peut-on mélanger amour et Le Gorafi ? Je pense qu’on peut tout tenter lorsque l’intention est claire. La mienne ne l’était pas vraiment. Au début, je ne voulais pas faire rire. Le conducteur du scooter au troisième plan en haut de l’image descend vers nous pour finir six pieds sous terre suite à un enchaînement d’accidents spectaculaire. Faute de temps et m’apercevant que mon histoire était un peu glauque, je l’ai allégée et édulcorée en ajoutant une rencontre. Le conducteur souffrait toujours, percuté par une voiture puis ramené à la vie par une infirmière, sa sauveuse. À peine le temps de sortir les violons que c’était déjà la fin. J’ai donc, pour la troisième version, simplifié mon histoire et fait intervenir les violons au milieu pour conserver une petite touche glauque à la fin. C’est surement celle-ci, ma réelle intention.

Mais pourquoi faire souffrir ce pauvre motard? Parmi tous les éléments de cette photographie, le journal et le scooter me semblaient les plus intéressants pour raconter une histoire. Les autres ont donc servi de contexte, mélangés dans l’ambiance. Pour créer un repère visuel, j’ai ensuite choisi de ne pas sortir du cadre de la photo. Seules l’arrivée de l’homme et la sortie du scooter sont hors champ, marquant ainsi le début et la fin de la scène. Pour mettre en son cette histoire, j’ai enregistré la voix, la musique et quelques bruitages que j’ai montés et mixés avec des sons piochés dans mes banques de sons.

Gaylord Gauvrit

eMatériel

(cc) Gaylord Gauvrit (09/11/2013)
(cc) Gaylord Gauvrit (09/11/2013)

Les yeux à demi ouverts, je prends une grande inspiration, entrouvre la porte et m’engouffre dans cette masse humaine. Je traverse la fumée et les lasers, progresse vers la scène. Je m’installe entre des silhouettes inconnues. Mon corps prend petit à petit le rythme du « kick » comme métronome sensoriel. Mes yeux sont mi-clos, laissant à peine passer quelques reflets de lumière. Mon esprit interprète, déforme les sonorités, les sensations et les formes. La musique m’emporte dans un ailleurs immatériel. Je m’évade de cette boite. Ces rares moments d’extase, de transe et de liberté ont été mes premières sources d’inspirations. Mes premiers chocs sensoriels qui ont forgé mon inconscient esthétique.

Quelle méthode utiliser pour représenter cet espace sensoriel, ce temple de l’électronique détaché du réel ? J’ai mis de côté les outils physiques et les techniques classiques du dessin. J’ai opté pour l’immatériel, un logiciel de création graphique, Autodesk SketchBook, qui offre, sous forme numérique, l’ensemble des outils propre au dessin. Pour faire le lien entre physique et numérique, j’ai utilisé ma tablette tactile, parfaite interface entre l’homme et la machine. J’ai pris appui sur une photographie pour recréer les formes principales. J’ai utilisé des pinceaux, des sprays et des bombes pour travailler les lumières, les reflets et les lasers. En modifiant l’opacité, la diffusion et la largeur de mon pointeur, j’ai finalement réussi à obtenir les différents dégradés de formes et de couleurs.

Gaylord Gauvrit

Rencontre du dernier type

Rencontre du dernier type (cc) Gaylord Gauvrit (19/10/2013)
Rencontre du dernier type (cc) Gaylord Gauvrit (19/10/2013)

Samedi soir, retour de soirée. Je pense à mon billet. Je pense à cette photo que je n’arrive pas à prendre. Pourtant, je l’ai cherché ce regard. J’ai fouillé les ruelles. J’ai une plusieurs idées. Mais je n’ai pas osé m’imposer. Par peur de gêner ou par précaution, je ne me suis mis en travers de personne. J’ai observé, mais n’ai rien capturé. Je n’ai rien à présenter… Samedi soir, 30 minutes plus tard. Je parle à voix haute de mon billet. Au pire, je posterai un aplat noir et expliquerais que je n’ai pas osé. Ça passera et je me rattraperai sur le prochain carnet… Bon, c’est un peu gros quand même. Je vais bien réussir à la prendre cette photo. Je vais bien rencontrer quelqu’un d’intéressant au dernier moment. J’arrête de fixer mes pieds et regarde autour de moi. Oh tiens, un sauveur masqué.

Cette rencontre inespérée, faite au coin d’une ruelle, n’aurait pu mieux tomber. Le regard est en effet saisissant. Tous les éléments sont là. Je suis parfaitement dans le sujet. L’expression du visage n’est pas difficile à capturer et cet homme se prête même au jeu pour me faciliter la tâche. Je l’invite à se rapprocher d’un lampadaire pour obtenir une lumière naturelle. Il me propose naturellement plusieurs poses. Après une série de cinq photos, je le laisse repartir dans l’ombre. Je n’ai sûrement pas La photo, mais j’ai celle-ci. Les réglages ne sont pas optimums, au vu du grain sur l’image, mais une légère retouche sur Photoshop permettra de la lisser. Un cache-misère de dernière minute.

Micmac

Micmac. (cc) Gaylord Gauvrit (06/10/2013)
Micmac. (cc) Gaylord Gauvrit (06/10/2013)

Le prénom est important. Il définit en partie la personnalité. Je le sais puisque je m’appelle Gaylord. Nom tellement peu commun qu’il est rare qu’on le saisisse du premier coup. Je dois donc souvent répéter, insister et les premières conversations sont souvent centrées autour de mon prénom. J’ai du mal à savoir si cela m’a été bénéfique ou pas. Ce qui est sûr c’est que je n’ai sûrement pas eu la même vie qu’un Paul. Différents prénoms, différentes personnalités et différentes expériences, le prénom n’a sûrement pas ce pouvoir, mais l’idée m’a semblé intéressante. Une idée qui pourrait être une base de la création de personnages pour un court métrage.

Le collage ci-dessous représente l’affiche de ce film potentiel. Il met en commun différentes parties de visage des personnages pour en reconstituer un complet. Cet assemblage, véritable micmacs de bandeaux de visages, montre que ce film s’intéresse à l’homme, celui avec un grand H, et qu’il l’observe en détails. Le titre de l’affiche, « Mon Prénom et Moi » est formé à partir des affiches de « Mon Beau-Père et Moi » et « Le Prénom ». J’ai choisi ces films pour leurs textes, mais également pour servir le sens de ma composition. Les deux films sont graphiquement cohérents (un aplat blanc et une couleur rouge) et ils s’intéressent tous les deux aux relations familiales, aux interactions entre les hommes. Pour finir, le personnage principal de « Mon Beau-père et moi » s’appelle Gaylord.

Gaylord Gauvrit