Tous les articles par Gaylord

“Satisfaction garantie” – séquence finale (24)

(cc Gaylord Gauvrit 24/03/14)
(cc) Gaylord Gauvrit (24/03/14)

Adapter une nouvelle pour le cinéma. L’exercice fatidique. L’ultime épreuve où vont se mêler coups de crayon, coups de génie et coups bas à l’encontre de l’intégrité artistique de mes camarades. Premier round : adapter l’ensemble des descriptions pour visualiser l’univers imaginé par Isaac Asimov. Penser les lieux, les personnages et les objets pour donner corps à cette nouvelle, “Satisfaction Garantie”. Deuxième round : adapter le rythme du texte, propre au roman, vers un rythme cinématographique. Raccourcir les dialogues interminables d’Asimov, découper les séquences en plans, penser la mise en scène et l’éclairage. Bim ! premier K.O. face à un véritable travail d’adaptation. On remonte sur le ring et bim ! nouvelle contrainte dans les côtes : il faut adapter la fin de l’histoire pour la rendre plus contemporaine.

L’exercice semble perdu d’avance. La foule se fait entendre, grognant, soufflant et sifflant. Elle monte sur le ring. L’arbitre ne peut contenir leur fureur. Les crayons sifflent au-dessus des têtes, les gommes rebondissent sur les murs et les tailles crayons se taillent. Morgane tue à main nue un pastel dont le sang noir vient se rependre sur ses mains. Julie, rouge de fureur, déclare forfait. Sur le bord du ring, elle compte les blessés. Manon, héroïque, chausse ses patins, roule sur les morts et éclabousse le public de pelures de gomme. D’un coup de bassin assassin, elle me projette contre le sabre laser de Gabriel qui me transperce. Aaaaaargh !

Gabriel: Nooooooon !
Gaylord: Gabrieeeeeeeeeel, arrgh. Qu’est-ce tu foutais encore avec…. arrgh… avec ton sabre laser… ?!
Gabriel (tenant Gaylord dans ses bras): Gaylooooord, je suis désolééééé… Tu connais ma passion pour Star Wars. C’est plus fort que moi.
Gaylord (dans un soupir): Mais pourquoiiiii ? argh. Ah… ahhh… Gabriel ? Gabriel… écoute… argh… dit à Julie Laffont… que j’ai fait de mon mieux… arrgh… pour le storyboard.

Gaylord Gauvrit

Fantômes

(cc Gaylord Gauvrit 09/02/14)
(cc Gaylord Gauvrit 09/02/14)

La photo fige l’action pour immortaliser un instant de vie. Mais lorsque la vie s’arrête c’est la mort qui nous fige à jamais. Peut-être est-ce alors ma propre expérience de la mort, mon traumatisme face à ce corps figé qui m’a poussé vers l’image animée et l’interactivité. Comment alors redonner vie à l’image fixe et ainsi capturer l’action, la vie, l’animation ? Une problématique loin d’être contemporaine puisque c’est elle qui a mené les frères Lumières vers l’invention du cinéma.

Aujourd’hui je souhaite faire le chemin inverse. Capturer l’action cinématographique dans une unique photo. En fixant un espace comme référence visuelle et en superposant plusieurs instants, le temps pourra alors apparaître. J’ai donc choisi un plan fixe de cinéma que j’ai photographié en appliquant un long temps de pose. Par accumulation de segments, différents fantômes des personnages se sont alors imprimés, créant une illusion de mouvement. L’effet est renforcé par le décor et quelques accessoires qui ne bougent pas et permettent ainsi de figer l’espace pour mieux matérialiser le temps.

Cette image est un entre-deux. Fixe et animée elle est l’intersection entre la vie et la mort. Défigurant les personnages elle fait appel au souvenir du spectateur pour qu’il identifie la scène qui s’anime. Elle renforce ainsi l’impact de l’action sans pour autant avoir la force traumatisante de la vraie séquence, cette scène culte du viol dans Irréversible. Elle en résume pourtant l’essence et je pense qu’il serait intéressant de tester le concept sur d’autre séquence culte du cinéma. En améliorant le matériel de prise de vue et en projetant l’image sur grand écran, l’impact pourrais par ailleurs être renforcé.

Gaylord Gauvrit

J’ai fait un GIF

Gaylord Gauvrit - 26/01/14
J’ai fait un GIF. (cc) Gaylord Gauvrit (26/01/2014)

Quel plaisir d’entendre enfin un prof de fac reconnaître l’existence du GIF et l’utilité de Photoshop dans le même cours. Deux mots qui ont directement attisé ma curiosité. Je vais faire un gif! Un gif, c’est stupide, sinon ça aurait existé avant internet. Le seul média où l’absurdité a plus de valeur que toute autre forme d’expression. Que voulez-vous, nous sommes stupide, et seul internet nous a permis d’en prendre conscience. Mon gif est donc un hommage à la figure la plus stupide d’internet, le Nyan Cat. Un chat lâchant derrière lui un arc-en-ciel infini, sur fond de musique entêtante. Ne sous-estimé pas la force de ce chat, de très nombreux internautes ont perdu beaucoup de leur temps à l’observer parcourir la voûte céleste.

L’artiste qui a signé la représentation du Nyan Cat que j’ai utilisé fait surement parti de ceux-la. J’ai récupéré son oeuvre d’art que j’ai détouré, découpé, déformé et replacé pour la faire correspondre avec mes oreilles. Le chat traverse mon esprit, laissant une trainée arc-en-ciel et provoquant en moi une explosion de couleur. Avec mon portable, j’ai réalisé un auto-portrait en m’assurant d’avoir cette expression précise. Cet air stupide que l’on a sous l’emprise de stupéfiant ou devant une vidéo de chat. Quand à l’animation, n’espérez pas que je vous révèle ici le secret. Maîtriser l’art du GIF requiert d’accepter sa stupidité afin de perdre plusieurs heures pour réaliser quelques choses d’inutile.

Gaylord GAUVRIT

 

Vibrato

Vibrato
(cc) Gaylord Gauvrit (12/01/14)

Dans un précédent billet, j’avais déjà exprimé ma passion pour la musique. C’est le lieu où j’aime me perdre pour me reconnecter avec moi-même; un lieu de sensation et d’expression. Depuis plusieurs années déjà je l’utilise comme carnet de bord personnel, comme l’outil le plus pur pour m’exprimer. J’y mélange les instruments et les genres à la recherche d’une vibration sensorielle. Je n’y explique ni ne montre rien, je m’y découvre et m’ouvre sincèrement à qui saura écouter.

A défaut de pouvoir vous montrer le résultat, je vous présente ici l’outil: mon violon. J’ai choisi de vous positionner à ma place car c’est ici, le menton au contact de la caisse de résonance que la vibration est la plus forte. Pour créer cet effet, j’ai pris la photo en tenant naturellement mon instrument et j’ai positionné le plus petit appareil photo à ma disposition, mon téléphone portable, entre mes yeux et ma main. J’ai finalement pris soin de ne pas faire le point sur ma main car le sujet n’est pas là. Il est dans la vibration produite par l’ensemble.

Vous voici donc aux premières loges, dans ma tête. Vous regardez sans distinguer. Ce mur blanc sur lequel tout reste à écrire vous aveugle. Vous êtes prêt à écouter ce que vous vouliez voir. Soudain, l’instrument résonne.

Gaylord Gauvrit

Rencontre avec le Père Noël

Les premiers signes de Noël arrivent: les rues s’illuminent, les magasins ouvrent le dimanche,  mes parents me demandent d’envoyer un mail au Père Noël, ma grand-mère fait ses réserves de Mon-Chéri et le marché de Noël a ouvert ses portes. Quand on me demande où j’aimerais être à cette période, ma réponse est: ici, au bout du marché, sur les genoux du Père Noël. Retourner en enfance pour profiter pleinement de la magie et oublier que je suis au milieu d’un véritable marché.

Le stand photo du Père Noël est le seul endroit du marché où les gens s’arrêtent, regardent et s’émerveillent. Un endroit hors du temps et du brouhaha où je suis resté une heure, laissant les bribes de conversations arrivées à moi. A l’aide de mon enregistreur numérique et de mon micro canon, j’ai ainsi capturé des négociations, des cris, des rires et des larmes. J’ai également surpris le Père Noël partir discrètement uriner derrière le stand, mais bon, j’ai fermé les yeux pour mieux entendre Noël.

Gaylord Gauvrit