Tous les articles par gabrielfeuvrier

Le pays silencieux

Une gare, c’est le bordel de la ferraille, de l’électronique, du bruit, des gens, des sons stridents. Toutes ces choses là s’y retrouvent pour former une cacophonie grinçante, aussi insupportable que… Il n’y a pas plus insupportable en réalité. Il faut l’aimer, la gare. Ce n’est pas facile. Il faut l’avoir pris des centaines de fois pour la haïr, cette gare. Il faut la découvrir le matin, tôt, lorsque personne ne l’ouvre parce que personne n’est réveillé. Il faut la retrouver le soir, tard, lorsque tout le monde se tait parce que tout le monde est fatigué de sa journée. C’est à cet instant, à ce moment figé où le passé n’existe plus et l’avenir pas encore, qu’il faut y venir, dans cette gare. La Voix s’y terre, permanente et fidèle. Elle vient accompagner par son chant le va et vient des monstres de fer, qui vont se faire leur petit rail quotidien… Dans cet habituel bazar sonore, on finit par tout oublier, par ne plus rien entendre. Tout devient si normal que plus personne ne parle, plus personne n’entend. Une gare a sa frontière, que l’on franchit toujours pour une raison. C’est un pays silencieux.

J’avais un enregistreur pour cet exercice. Je l’ai tenu en main tout au long de la captation. Contrairement à ce que je pensais, moi qui suis un habitué des trains depuis des années, il y avait très peu de bruit. Le gain était pourtant élevé. Il aurait pu l’être plus, mais c’était prendre le risque que l’on n’entende plus que le contact de ma main tremblante contre l’enregistreur. Je me suis promené avec ma valise.  Malgré moi, j’étais le seul acteur actif de ce paysage. J’ai très peu modifié la réalité de ce que je percevais. S’il fallait avouer une chose, je dirais simplement avoir rajouter le passage d’un train pour dynamiser mon paysage sonore.  Dans cette gare, aucun train ne passe. Ils ne font qu’arriver ou repartir.

Gabriel Feuvrier

Chronique des Ephémères

Photo Sergio

A la réflexion, force est de constater qu’il faut souvent imposer le rôle du son sur un tournage, pour qu’il ne se laisse pas complétement dévorer par l’image. En théorie, on admet qu’il doit y avoir 50/50 entre l’image et le son. Mathématiquement, ce calcul est correct dans la mesure où sur un temps donné, on observe autant qu’on entend. Un exercice purement sonore, pour un novice en la matière, permet de sortir du cadre visuel imposé par la caméra. Lorsque l’on prend un micro, on se rend vite compte que notre manière de penser un projet est déterminé par une forte culture de l’image (que la plupart des gens ont implicitement admis et intégré dans leur vie.) et que, sans éducation au son, on se projette une certaine « image du son ». Pour la Chronique des Éphémères, l’idée était de rester dans une narration relativement classique, tout en intégrant cette narration dans un feuilleton-radio volontairement parodique.

L’intérêt d’un tel procédé est de compenser le manque de moyens techniques. En effet, je n’avais à ma disposition qu’un microphone intégré à un casque, certes de très bonne facture, ce qui empêchait tout autre enregistrement sonore que la voix. Néanmoins, cela ne m’empêche pas d’aller piocher certains sons sur internet ou dans des vieux rushs de tournages précédents afin de tenter de composer une ambiance des plus réalistes possibles. En même temps, j’ai tenté de rendre cette ambiance parodique en me remémorant cette belle période de candeur où j’écoutais France Culture, allongé dans la cour du Lycée, une guitare à la main,  les Dreads aux vents et une fille sur mes genoux qui m’écoutait chantonner le générique Du Grain à moudre de ma voix suave et irrégulière. Sauf que ce fut un gros échec…

Gabriel Feuvrier

Le Lac Rose : paisible paysage

(cc) Gabriel Feuvrier (09/10/2013)
(cc) Gabriel Feuvrier (09/10/2013)

Définir un lieu qui nous inspire, c’est nécessairement mobiliser ses souvenirs et leur attribuer une dimension capitale dans la construction de notre créativité, puis accepter de les personnifier afin de les élever au statut de guide onirique. En d’autres termes, un lieu qui nous inspire est toujours un lieu qu’on a connu, que ce soit dans le monde réel ou dans un monde imaginaire. Lorsque ce souvenir tient dans une photo, il est un élément brut d’un passé figé dans le temps et fixé aussi longtemps que durera son support. Il n’est alors source d’inspiration que parce qu’il est relié à un contexte, une émotion ou une révélation personnelle. Le dessin ci-dessus est la réappropriation d’un souvenir imprimé sur papier glacé. Il s’agit du Lac Retba, surnommé le Lac Rose, situé à quelques kilomètres de la ville de Dakar, au Sénégal. J’ai vécu dans ce pays entre 1998 et 2000 et, de ces deux années, malgré un contexte familial très difficile, le Lac reste mon souvenir le plus apaisant. Il est si salé que j’ai pu y flotter et me perdre dans le silence de sa densité. C’est l’endroit vers lequel je retourne systématiquement lorsque j’ai besoin de me concentrer ou de créer. Considérant le thème de ce billet, il méritait donc au moins un dessin.

Hormis son eau, le Lac rose n’est pas un lieu très coloré. La proximité de l’océan en fait même un endroit assez pâle. Ainsi, il fallait que ma réalisation soit légère, à la fois dans les formes et dans les traits. A ce titre, j’avais le choix, théorique, entre des pastels secs et des crayons de couleur. L’impossibilité de trouver les premiers m’a inévitablement orienté vers les seconds. Les couleurs sont aussi fidèles à mon souvenir que me le permettait la diversité de mes crayons. La barque est un ajout de ma part, afin de replacer le lac dans un contexte humain puisqu’il s’agit tout de même d’un des lieux de production les plus importants du Sénégal. Les hommes et femmes y récoltent le sel et le stockent provisoirement par petits monts sur le rivage du Lac. J’ai volontairement adouci les traits afin d’éviter les « pâtés » et pour tenter de recréer une certaine douceur permettant de retranscrire la torpeur dans laquelle on entre lorsqu’un lieu nous touche tout particulièrement.

Gabriel Feuvrier

L’instant d’un non-regard

(cc) Gabriel Feuvrier (21/10/13)
(cc) Gabriel Feuvrier (21/10/13) 

L’homme aux cheveux blancs et à la chemise propre et repassée est un sans domicile fixe. D’ordinaire, il erre à travers Mont de Marsan avec son chien, son sac et son tee-shirt Iron Maiden. D’ordinaire, cet homme incarne un parfait cliché. Un de ceux qu’on a dans la tête et qui demeurent. Il fallait aller sur le parvis d’une Eglise pour le retrouver, au hasard d’un devoir et d’une promenade, méconnaissable dans son beau costume. Il attendait la fin de la messe dominicale, assis sur une bordure. Il lisait le journal. J’ai su qu’il devait être le personnage principal de ma série à l’instant où j’ai vu ce regard. Il a le même sur toutes les photos. On ne le voit pas très bien. J’aurais pu en prendre une meilleure, pour avoir un meilleur portrait. Mais ce n’est pas un portrait que je voulais. C’était un entre-deux, un moment qui se situe hors du temps, dans un présent figé où rien ne se croise, où il n’y a aucune continuité. Je voulais un instant neutre, où rien ne se croise, pas même un regard, un moment qui n’appartient qu’aux seuls personnages, un moment dans lequel ils pourraient être eux-mêmes, dans leur état le plus naturel. Un moment où l’espace d’un instant, il n’y aurait plus qu’eux à leurs yeux.

Plus tard, ce cliché m’a donné cette impression. Il y en avait une dizaine. Sur tous les autres, les fidèles s’arrêtaient et parlaient à cet homme, lui souriaient, lui tapaient sur l’épaule ou lui donnaient un peu d’argent. Sans le contexte, on ne peut visiblement pas comprendre. Mais sur cette photo, il y a cette vieille femme. Elle souriait sur toutes les autres. Sur celle-là, elle semble simplement passer devant sans le voir… Et elle tire la gueule. Peut-être qu’au fond, tout n’est qu’hypocrisie, peut-être ne veut-elle que passer devant cet homme, sans lui parler. Leur regard ne se croise pas. Au premier plan, en revanche, on distingue deux femmes âgées en pleine discussion. Elles encadrent nos deux personnages qui semblent éternellement figés dans un instant silencieux.

Gabriel Feuvrier

Gabriel est Myope

Gabriel est Myope. (cc) Gabriel Feuvrier (06/10/2013)
Gabriel est Myope. (cc) Gabriel Feuvrier (06/10/2013)

Mon prénom et moi, c’est une grande histoire d’amour. On est ensemble depuis que l’officier d’Etat civil l’a inscrit dans son petit carnet. De ce que j’en sais, Gabriel signifie « Force de Dieu » en hébreu. Si c’est la vérité, alors Dieu est myope et ne sait pas coller sans déborder. La photo rend compte de plusieurs choses. D’abord, je ne suis pas doué pour les arts plastiques ; je déborde toujours, que ce soit avec la colle ou avec les crayons de couleur. Ma petite sœur m’a ri au nez quand je lui ai présenté mon travail. Elle s’est moqué de mon découpage grossier et imprécis.

Ensuite, l’apparence floue de la photo résulte d’un choix assumé. D’une part, c’est la représentation d’une acuité visuelle défaillante. Sans lunettes, c’est ainsi que je vois les choses (c’est encore pire en réalité). D’autre part, le chevauchement des images était trop visible. L’absence de netteté et la légère surexposition ont pour but d’effacer les imperfections plastiques de ce collage. Enfin,  je suis attiré par le ciel. Le collage est composé d’un agréga de « tentative » de découpage de ciels différents sous la forme de nuage. Face à l’échec de mon découpage, j’ai choisi de les serrer entre eux de manière à ne laisser aucun espace libre. Ces ciels sont concentrés, ce qui est paradoxal. En effet, le ciel est à la fois un fantasme et un formidable espace liberté. On ne peut naturellement pas aller dans le ciel. Celui-ci est hors de notre portée et pourtant, on se prend à espérer y demeurer un jour. Contre cette utopie, le personnage nu (est-ce un homme ou une femme ?), tente de réaliser l’impossible dans sa tenue la plus naturelle.

Gabriel FEUVRIER