Tous les articles par gabrielfeuvrier

“Satisfaction garantie” – séquence 20

“Ils avaient fait leur entrée, en groupe, avec un tel luxe d’urbanité… la meute se préparant à la curée… avec leurs yeux scrutateurs auxquels rien n’échappait. Ils avaient vu. Sinon pourquoi Gladys aurait-elle réclamé Larry de sa voix la plus désinvolte ? Et Claire, piquée au vif, d’adopter une attitude de défi que le désespoir rendait encore plus arrogante.
Oui, il est absent. Il sera de retour demain, je suppose. Non, je ne me suis pas ennuyée seule. Pas le moins du monde. Au contraire, j’ai vécu des instants passionnants. Et de leur rire au nez. Pourquoi pas ? Que pourraient-ils faire ? Larry comprendrait le fin mot de l’histoire, si jamais elle venait à ses oreilles. Il saurait que penser de ce qu’ils avaient cru voir.
Mais ils n’avaient aucune envie de rire.
Elle en lut la raison dans les yeux pleins de fureur de Gladys Clafern, dans sa conversation étincelante mais qui sonnait faux, dans son désir de prendre congé de bonne heure.”

Gabriel Feuvrier [23/03/14]
(cc) Gabriel Feuvrier (23/03/2014)
Gabriel Feuvrier [21/03/14]
(cc) Gabriel Feuvrier (23/03/2014)

Le storyboard de la séquence 20 tient compte du peu d’informations présentes dans ce passage et donc de la difficulté de le traduire en images. Le brouillon que j’avais fait contenait 15 plans et procédait d’une certaine interprétation du texte. Après avoir ouvert à ses “amis”, Claire s’excuse et va dans la salle de bain, afin de se rafraîchir et de noyer ses doutes. Les ont-ils vraiment surpris, elle et Tony le robot, alors qu’ils allaient s’embrasser ? Elle rejoint ensuite le salon et s’en suit un échange entre elle et Gladys, dialogue que je retranscrit ici d’une manière davantage cinématographique :

GLADYS : Larry n’est pas là ?

CLAIRE : Non. Il est absent.

GLADYS : Quand revient-il ?

CLAIRE : Je ne sais pas. Demain, je suppose.

GLADYS : Ah. Bien. Ce n’était pas trop difficile d’être toute seule ?

CLAIRE : Pas le moins du monde. Au contraire, j’ai vécu des instants passionnants… Tu sais, je n’ai pas besoin de lui pour m’amuser.

Les plans que je propose dans ce storyboard sont très symétriques, presque mécaniques, un peu à la manière d’un robot. Dès lors, je trouvais intéressant d’imaginer une réalisation très carrée, tout en lignes verticales et horizontales lors des déplacements des personnages. De même, l’opposition entre Gladys et Claire est marquée par le traitement de face de leur échange. Ainsi, le champ et le contre-champ s’opposent de façon symétrique. Claire est à gauche, Gladys à droite. Enfin, pour le dernier plan, j’ai choisi d’interpréter littéralement la phrase “Elle en lut la raison dans les yeux pleins de fureur de Gladys Clafern” en projetant dans l’œil de Gladys la fin de la séquence 19 de son point de vue, comme un flash-back. Voir l’œil de Gladys nous permet de rester dans un présent diégétique tandis que le flash-back nous ramène dans un passé proche, tout en nous offrant un point de vue différent. Rétrécir la pupille (et non pas dilater comme j’ai pu l’indiquer par erreur sur mon storyboard) permet de souligner l’étonnement de Gladys.

Ces plans se s’enchainent pas. Il leur faut des intermédiaires, notamment entre les plans 2 et 3. En effet, on ne voit pas les invités de Claire entrer dans la maison. J’ai dessiné les plans que j’estimais être les plus intéressants et importants. Les deux premiers plans ne sont pas vraiment présents dans le texte. En réalité, il s’agit d’une interprétation des émotions de Claire. J’ai voulu renforcer sa crainte d’avoir été découverte en assombrissant, voir en plongeant dans le noir, l’intégralité du cadre, elle exceptée, comme lorsqu’on se relève trop vite et que notre vue s’obscurcit temporairement. Je pense que le texte aurait mérité un paragraphe supplémentaire pour tous les questionnements et inquiétudes de Claire. Toutefois, il ne s’agit que d’une piste interprétative, traduisant une volonté de renforcer l’attention du spectateur sur les émotions de Claire.

Gabriel Feuvrier

Chiasme photographique

Chiasme
“Chiasme photographique” (cc) Gabriel Feuvrier (05/03/2014)

Cela parait souvent difficile de formuler des idées, de prononcer les mots justes afin de faire entendre précisément la bonne intention. A l’inverse, parfois, il parait impossible d’atteindre une finalité alors même que tous les outils sont disponibles, à portée d’œil ou de main. Expérimenter à partir d’une matière interroge notre esprit de création. Faut-il créer dans un but précis ? Ou bien faut-il chercher un but en créant ou en assemblant des matières ? Après avoir étalé les ressources dont je disposais, c’est-à-dire les trois différentes photos prises au cours de l’année, je ne trouvais pas mon but, ni le sens auquel je suis attaché. Comment donner du sens à ces trois photographies qui n’ont à l’origine pas été prises pour s’assembler, pour s’unir et pour figurer ensemble ? Pourtant, chacune de ces images se répond. Elles s’entrecroisent inévitablement et forment une figure de style. Une sorte de chiasme photographique. Après les avoir grossièrement découpées, j’ai choisi de les coller sur la dernière photo prise. Elle avait un fond noir relativement uni, donc neutre, et presque parfait pour y appliquer d’autres découpages.

Chaque personnage de chaque photo s’oppose. La petite fille rousse au grand chauve baraqué, le sans-abri à la vieille pratiquante. Aucun de se regarde pourtant. Mais chacun se répond, comme un chiasme, c’est-à-dire un croisement d’éléments formant une structure dynamique et progressive. Dans un chiasme, l’opposition n’est pas fermée. Elle est ouverte sur la poursuite d’une réflexion, d’une narration et d’un style, essentiellement poétique. Ce n’est pas un chemin fermé. Au contraire, il permet l’évolution d’un propos. Dans cette photo, l’homme et la femme se répondent, tout comme la jeunesse. L’homme à gauche, d’un certain âge, puis la jeune fille, en dessous ; de l’autre côté, il y a une vieille femme, d’un certain âge également. En dessous, un homme plus jeune. La jeunesse, par le fruit du montage, regarde devant elle, tandis que les deux personnages plus âgés ont le regard légèrement baissé vers le présent, ou le passé. Dans cette photo, chacun se répond, et seule la lumière semble s’imposer comme une barrière déroutante, une ligne de symétrie parfaite qui se trouve être l’unique point de séparation, comme un retour à la ligne après un vers.

Gabriel Feuvrier

Les limites du fanatisme

Gabriel Feuvrier [09/02/2014]
Gabriel Feuvrier [09/02/2014]

Comme j’aime beaucoup raconter ma vie à tout le monde hors d’un contexte qui s’y prête, quand d’autres soucis ou d’autres exigences surviennent, ou quand tout le monde est présent mais personne ne m’écoute, j’ai encore réalisé un billet photo sur un membre de ma famille. Je pourrais en faire cinquante. L’avant-dernière fois, c’est-à-dire lors du billet six, j’avais amoureusement évoqué ma petite sœur. Cette fois-ci, je m’intéresse à mon cousin. Il s’agit d’un vrai cousin, pas d’un pote avec une casquette, bien que ce cousin-là ait une casquette quand même en temps normal. Non, celui-ci est bien un vrai cousin, c’est-à-dire le fils de la sœur de mon père. Nous sommes des fans au sens de fanatiques de Star Wars. Quand je dis fanatique, j’entends des personnes capables de s’aligner les six épisodes en HD de la saga en un week-end et en buvant de la « despé » pour faire plus Mexicain (le blasphématoire épisode VII se tournerait au Nouveau-Mexique) et en mangeant des nachos si succulents qu’ils n’ont absolument rien à faire dans ce paragraphe. Peut-être le suivant s’il s’agissait d’expliquer les traces sur le miroir. A l’issu d’un tel marathon, on a généralement les yeux plus rouges que le sabre de Dark Vador. Mais on se dit naturellement : « oh ! Je vais faire mon billet sur Star Wars ! Non mieux, je vais faire mon billet sur la passion qu’on a pour Star Wars ! Non ! Encore mieux ! Je vais faire mon billet sur la mise en scène de l’expression de mon fanatisme pour Star Wars, et en plus, Mickaël (mon cousin s’appelle Mickaël) tu tiendras un sabrolaser (les fans ne disent pas sabre laser, ils disent sabrolaser, comme Obi-Wan Kenobi dans l’épisode IV). L’idée l’a enchanté. Je voulais qu’on se mette en scène et qu’on s’amuse.

J’ai donc fait quelques essais en me posant des questions plus sérieuses. La consigne nous permettait d’avoir une marge de manœuvre relativement importante. La problématique de la mise en scène était relativement simple. En effet, positionner quelqu’un et lui dire de tenir un manche à balai en guise de sabre, c’est déjà façonner le réel et donc mettre en scène. Le jeu de miroir était plus complexe. En pratique, mon appartement est rempli de miroirs. Dans ma chambre, une large glace couvre toute la largeur de mon mur. En théorie, en revanche, il fallait savoir comment l’utiliser de manière intelligente et pas artificielle. Malheureusement, une mise en garde résonnait dans ma tête pendant que je m’attelais à la tâche. « Le light-painting, c’est un peu facile. » C’était évident… Mais le light-painting dans un miroir, hein ? Ça n’a pas qu’un avantage rhétorique. En réalité, le miroir permet d’absorber une certaine quantité de lumière, de ne faire ressortir que les zones de lumières intéressantes et de dissimuler une partie des autres. Pour le sabre, j’ai mis un manche à balai dans les mains de mon cousin et j’ai tracé la ligne avec la torche de mon téléphone. Mon autre coloc éclairait son visage à l’aide d’une autre torche.

Le résultat ne m’a pas réellement convaincu mais l’exercice était intriguant. Je n’avais jamais fait de light-painting auparavant. La ligne du sabrolaser n’est donc pas très droite. Le bout provoque un flare qui gêne le regard. Néanmoins, les traces de nettoyage du miroir qui me dérangeaient au début se sont révélées utiles. Elles ont accentué le relief de la photo et mis en valeur mon cousin. Son air méchant est souligné par l’éclairage du sabre qui provient en réalité d’une autre source. Celle de la Force.

Gabriel Feuvrier

 

Le chat eau

Gabriel Feuvrier (26.01.2014)
Le chat eau. (cc) Gabriel Feuvrier (26/01/2014)

Au départ, je n’avais aucune intention. Je n’aurais pas su répondre à la question du pourquoi ? Pourquoi j’ai fait ça ? Il fallait faire un collage. Dans mon premier billet, j’évoquais mon inconfort par rapport à cet art. La colle, le papier, le travail plastique, ce n’est pas du tout ma spécialité. Mon niveau est inférieur à celui d’un seul élève d’une classe éveil. Néanmoins, il fallait choisir quelque chose. J’ai choisi cette photo. C’est moi. C’est l’été dans le Sud-Ouest de la France. Nous jouons au ballon avant d’aller faire les ferias de la Madeleine. Ou peut-être est-ce le lendemain. Je ne sais plus. En choisissant cette photo, j’ai eu une pulsion : « Je vais mettre un chat ! C’est drôle les chats ! Ça fait rire tout le monde les chats ! Et puis, c’est moche un chat ». Il n’y a rien eu de plus. Rien de moins. Si ce n’est l’envie de faire un meme.

J’ai choisi la technique du collage numérique car je la maitrise bien plus que le collage manuel, grâce à mon colocataire qui m’a enseigné toutes les techniques graphiques virtuelles. J’ai donc choisi une image de chat sur internet. Il fallait que ce chat soit déjà mouillé de manière à ce qu’on ait l’impression qu’il sorte de l’eau, et que je le jette au loin, comme un ballon soumis à ma volonté et surtout à la gravité. Et puis surtout, ce chat était très moche. Comme tous les chats. J’ai découpé la partie intéressante du chat. La partie moche, donc. Puis je l’ai collé sur ma photo. J’ai ensuite pris soin de gommer les contours de manière à ce que le collage se voie et à donner de la vitesse au chat. L’intérêt était qu’on ne devine pas que ce chat vienne d’autre part que ma main.

Gabriel FEUVRIER

 

Laura

Gabriel Feuvrier (12/01/2014)
(cc) Gabriel Feuvrier (12/01/2014)

Laura est ma petite sœur. Elle a 16 ans et nous avons passé un week-end ensemble à la montagne, pour faire du ski alpin, et surtout pour fêter notre anniversaire. C’est le matin, elle se repose après un copieux petit-déjeuner pris pour tenir durant l’éprouvante matinée de ski qui nous attend. C’est drôle car l’épreuve, c’est surtout de se tenir debout après le repas. Elle somnole, les yeux fermés. J’y vois l’occasion de réaliser la photo que je veux. Je voulais profiter du week-end avec elle pour la mettre en valeur et souligner mon amour pour ce petit bout de choux d’un mètre quatre-vingt. Je voulais la représenter de manière sereine, calme, paisible, c’est-à-dire tout l’inverse de ce qu’elle paraît. Mais paraître, ce n’est pas être. L’objet de mon billet, c’est Elle.

Elle a d’abord refusé que je la prenne en photo pour ne pas que « mes copains » la voit. Elle se repose un peu, vêtue de sa tenue de ski. Je lui demande doucement si je peux la prendre en photo maintenant. Elle prend un air renfrogné mais se prête au jeu. Je n’ai pas beaucoup de place dans la chambre de l’hôtel. Je préfère une focale moyenne fixe, un 50 mm pour un piqué d’image plus intéressant. Je veux peu de profondeur de champ. Pourtant, au loin se dresse un sommet enneigé. Moins loin, c’est la rue et une série de magasins qui ne forment pas grand chose d’intéressant… de prime abord. Peu m’importe car je ne souhaite voir qu’elle. Je renforce l’effet en ouvrant mon diaphragme au maximum, à F1.8. Pour compenser, je choisis un temps d’exposition assez court. Cela me convient d’autant plus que je n’ai pas beaucoup de temps. Il faudra bientôt rejoindre les parents qui nous attendent pour attaquer les pistes. La lumière est matinale, faible, mais ses cheveux roux flamboient comme s’ils étaient à eux seuls une source intarissable de lumière. Le reflet de la lumière de l’appartement dans la vitre fait écho à la couleur de ses cheveux. Je prends quelques clichés. Je recadre progressivement, pour respecter les lignes de fuite et l’encadrement de la fenêtre. Je lui demande de redresser un peu la tête, là, pas trop, de manière à deviner son visage plus que de ne le voir. Par jeu, je lui rajoute un doudou, modèle et source d’inspiration d’un scénario en cours d’écriture. Je prends quelques clichés. Le déclencheur fait du bruit dans la pièce silencieuse. Laura ouvre un oeil. Je ne prends qu’une seule photo supplémentaire.

C’est celle-ci. C’est avant qu’elle ne dise : « c’est bon ? T’as fini ? » Ça casserait la magie si je ne savais qu’en réalité, elle a apprécié l’exercice. En revoyant la série, je suis satisfait par celle-ci. Une autre était peut-être mieux cadrée, mais c’est celle-ci qui m’émeut le plus et qui rend le mieux compte de ce que je voulais exprimer. Les yeux clos, Laura était à la fois paisible et une projection de ma sérénité. L’œil ouvert, elle est devenue ma complice. Derrière elle, les magasins et le sommet enneigé rendu flou forment une véritable montagne. Je suis surpris car je n’avais pas vu cela, ni la première fois, ni la suivante. Ce sont mes camarades qui m’ont éclairé. Je découvre une symétrie entre le premier plan de ma soeur et l’arrière plan de la rue et du sommet. On pourrait y placer Laura, dans l’autre sens. On pourrait finalement placer deux Laura dans cette photo, chacune se posant comme un puzzle, inversée. La lueur de la lampe de l’appartement fait écho à l’oeil bleu de Laura. C’est également un oeil. Les couleurs en sont inversées. La tête imaginaire de la deuxième Laura est bleue. Son oeil est orange. Tout s’inverse. Tout se répond parfaitement.

 

Gabriel Feuvrier