Tous les articles par florencedelavaud

La rue anti silence

En écoutant le son capturé dans les rues de Bordeaux, je me suis souvenue du morceau d’Edith Piaf, “La rue aux chansons”. Simplement car dans la rue, en ville, le silence n’existe pas. La musique est toujours présente, celle des bruits de pas, des claquements de portes et portières, des voix ou même des cris. J’ai eu envie de créer un montage sonore, articulant ce morceau avec les sons enregistrés.

Mais une question me taraudais : Quelles rencontres sommes nous amenés à faire dans la rue ? Finalement, j’ai choisi d’ajouter des extraits dans lesquels des personnes sont abordées. Recruteurs de dons, dragueurs du dimanche, altercations, voici le genre de rencontres que j’ai eu envie d’illustrer avec ce montage.  “La rue en chanson” intervient à de nombreux moments, parfois de manière contradictoire et cynique. Et en tant que citadine dénuée de double vitrage, ce montage me semble finalement  illustrer le quotidien bruyant et amusant de la rue.

Florence DELAVAUD

 

Nouvelle Sonore

(cc) Segio Larrin

 

Pour conter l’histoire de cette photo signée Sergio Larrain, j’ai voulu écrire un texte  à la tonalité et au format de la nouvelle.  La narration , très courte, doit donc faire écho à ce plan en noir et blanc d’une rue pavée en perspective. L’élément principal, autour duquel j’ai eu envie d’articuler mon histoire, est ce journal déplié et abandonné au milieu de la route. C’est ainsi que j’ai eu l’idée d’un homme qui, dans la précipitation, abandonnerait son journal en pleine rue. Puis est venue plus précisément l’idée d’un retraité qui, à la vue des résultats du loto dans son journal, correspondants à son ticket gagnant, subirait une crise cardiaque.

Après avoir rédigé cette courte histoire, j’ai réalisé quelques enregistrements. Peut être à cause de l’arrivée du froid, de mon incapacité à arrêter de fumer, ou peut être est ce le fait de lire mon propre texte, ma voix me semble inaudible, ne pas coller. Je contacte donc une amie, Morgane Sage, jeune comédienne du conservatoire de théâtre de Bordeaux. Nous enregistrons plusieurs prises, ses intonations sont convaincantes. Après quelques cafouillages, nous recommençons, nous nous replaçons. Ces tests confirment mon idée que le son, c’est beaucoup de tâtonnement, mais aussi, heureusement, beaucoup de plaisir.

Florence Delavaud

Au pays du Soleil Levant

(cc) Florence Delavaud 10/11/2013
(cc) Florence Delavaud (10/11/2013)

Je n’ai jamais vu le paysage qui m’inspire. Pourtant, à travers des photos, peintures et estampes,  je parviens à me le représenter. Entouré par un bras de mer, c’est un volcan toujours actif, souvent recouvert de neige. Il s’agit du Mont Fuji, au Japon, situé au sud de l’île de Honshū. Véritable emblème du pays du soleil levant, il est représenté depuis des millénaires : la plus ancienne image du Mont date du onzième siècle et il a notamment inspiré les impressionnistes occidentaux.

Afin de conserver le trait japonais, j’ai souhaité peindre sur un format type estampe, relativement grand donc. Traditionnellement, celles-ci sont réalisées à partir de gravures sur bois, mais n’ayant ni la patience ni la précision d’un graveur – ni même une plaque de bois sous la main – j’ai opté pour un simple carton. En observant des photographies du volcan, j’ai eu envie de casser la sérénité qu’il dégage par une gigantesque vague paraissant l’absorber. J’ai utilisé différents matériaux : gouache, aquarelle, pastel, stylo. Après avoir vidé tout ce que j’avais en bleu, j’ai eu envie de rajouter, en contrepoint, un soleil orange, au-dessus du Mont. Voici le paysage qui me parle : un mélange de calme et de colère, au pays du soleil levant.

Florence Delavaud

La photo de plus

La photo de plus (cc) Florence Delavaud (16/10/2013)

Lorsque j’ai regardé ma série de photos, j’ai tout de suite su que je conserverais celle-ci. Ma démarche était simple : obtenir un portrait d’une ou plusieurs personnes sans qu’elles regardent l’objectif, avec un mouvement qui dynamise le plan. Le tramway offre un panel de situations intéressantes, cependant, y réaliser un portrait sans être repérée représentait un sacré défi.  Défi raté, puisqu’après avoir essuyé quelques regards suspects, j’ai finalement opté pour l’extérieur du tram. Les premières photos sont catastrophiques : floues et mal cadrées à cause des démarrages brusques et de la traditionnelle cohue de la fin de journée.

Alors que j’allais renoncer, j’ai vu ces trois femmes qui se pressaient chacune dans une direction différente, et j’ai pris ce que le photographe Eliott Erwitt appelle « la photo de plus », celle pour laquelle il faut « insister », et que l’on réalise après maints essais. Au premier plan, la vitre du tramway, parsemée de pluie, est une fenêtre sur l’extérieur. Au second plan se tient cette personne qui s’apprête à rentrer, qui sort son téléphone, replie son parapluie… Elle amène de la couleur et beaucoup de mouvement. Elle forme avec les deux autres un triangle dynamique, et chacune suit sa lancée sans se regarder. C’est ce que je lis sur cette photo et qui me plaît, finalement c’est la simplicité de cette scène de tous les jours qui sera ma « photo de plus ».

Florence Delavaud

Collage d’identité

(cc) Florence Delavaud (06/10/2013)
Colage d’identité. (cc) Florence Delavaud (06/10/2013)

Aussi longtemps que je souvienne, mon prénom m’a toujours semblé démodé. Du latin “florens”, il signifie “florissant, en floraison”. Je n’estime pas qu’il me ressemble, car je n’apprécie pas les fleurs et il me semble bien trop féminin. “Florence”, c’est pourtant le nom d’une incroyable ville Italienne, dotée d’une architecture et d’une histoire opulentes. C’est également ainsi qu’à été nommée la navigatrice Florence Arthaud, femme de caractère qui a remporté notamment la route du rhum. Cette aventurière est la seule Florence connue qui suscite mon admiration. Depuis mon plus jeune âge j’ai également partagé sa passion pour l’océan et la navigation. Finalement, je pense m’être réconciliée avec ce prénom et sa sonorité. Je vais tenter de le représenter par ce collage “d’identité”.

Créer un collage, c’est un peu comme aller au photomaton. On réalise plusieurs essais, on réajuste certains détails, une mèche de cheveux, une expression, une photo, des couleurs, et puis l’on décide de ce qui nous plait le plus. Ce “collage d’identité”, c’est l’expression de ces choix, ces hésitations, et voici le cliché final. J’ai utilisé en fond une photographie de la Bretagne, avec un coucher de soleil et un fou de bassan, un oiseau qui se laisse tomber sur les bancs de poissons à la vitesse d’un train grande vitesse. Petit clin d ‘œil à Florence Arthaud mais aussi  à ma région natale, “toile de fond” de ma vie. Quelques notes de couleur, deux œuvres du Street artist Jeff Aérosol, un croquis personnel, voici des éléments qui, réunis, me paraissent esthétiques et représentatifs.

Florence DELAVAUD