Tous les articles par florencedelavaud

“Satisfaction garantie” – séquence 21

“Et en reconduisant ses invités, elle surprit un dernier murmure anonyme et entrecoupé : -…jamais vu un être… d’une telle beauté…”Elle sut alors ce qu’il l’avait permis de les traiter avec  autant de dédaigneux détachement. Quel les loups hurlent donc ! Mais qu’elles sachent, ces péronnelles, qu’elles pouvaient bien être plus jolies que Claire Belmont, et plus riches, et plus imposantes…mais pas une seule d’entre elles -pas une seule-n’avaient une amoureux aussi beau ! Et puis elle se souvint, une fois de plus, que Tony n’était qu’une machine, et elle sentit sa peau se hérisser. – Allez vous en ! Laissez moi ! s’écria-t-elle à l’adresse de sa chambre. Puis elle se jeta sur son lit. Elle ne cessa de pleurer durant toute la nuit. Le lendemain, un peu avant l’aube, alors que les rues étaient désertes, une voiture vint s’arrêter devant la maison et emporta Tony”.

(cc) Florence Delavaud (23/03/2014)
(cc) Florence Delavaud (23/03/2014)

Adapter une nouvelle en images et plus précisément en Storyboard, voici un travail qui me plaît. Cela permet d’imaginer le film, le penser et le concevoir à l’avance. Quel plan vais je utiliser pour matérialiser telle situation, telle expression ? Je deviens un réalisateur dont l’outil n’est pas la caméra mais le crayon et l’imagination. Isaac Asimov est, de plus, un maître de la science fiction, écrivain prolifique et visionnaire. Qu’a t’il vu, lui en tant qu’auteur ?

Le travail d’écriture est finalement le même que celui de ce billet : il s’agit d’esquisser les pièces, les paysages, les personnages, tout est à créer. Je ne sais pas quel matériel utiliser. Plusieurs techniques sont possibles, à condition d’être clair et lisible. J’opte pour le crayon papier, un contour encre noire, un feutre gris, et des crayons de couleurs. Quelques gribouillages plus tard, et plusieurs feuilles arrachées, les idées se mettent finalement en place et le storyboard prend forme.

Florence Delavaud

Agencement Kaleidoscopique

(cc) Florence Delavaud (02/03/2014)
(cc) Florence Delavaud (02/03/2014)

Dans son ouvrage “Critique de la faculté de juger”, Emmanuel Kant dira : “le beau est ce qui plaît universellement, sans concept”. Cette définition se heurte à celle de la photographie conceptuelle, dont l’objectif, à mon avis, est davantage basé sur la démarche que la reproduction d’une esthétique prédéfinie. La démarche ne signifie pas que tout élément est mis en scène, le hasard et l’incertitude ont une place importante dans le résultat final, les aléas climatiques, la lumière… Ce qu’appelle Godard “la mise en scène est danger”. Un danger, ou une opportunité. L’incertitude, voilà le mot qui pourrait définir mon travail de montage photo. Peu habituée à retoucher mes images, je commence par imaginer une manière d’intégrer mes trois photos, de les imbriquer les unes dans les autres. Et c’est étonnamment difficile. Je me remémore un jouet que je possédais petite, le kaléidoscope. L’œil collé a la lentille, le tube de miroir reflétait à l’infini lumières et couleurs. Les images se mêlaient, de manière géométrique.

Sur logiciel, je taillade les photos, je prélève des mains, je les juxtapose, je modifie les couleurs. Je crée un double à l’un de mes personnages, et j’inverse sa silhouette, j’en modifie la teinte. Je retourne l’image, elle me semble géométrique. Mais je ne parviens pas à intégrer ma dernière photo, après maintes tentatives je jette l’éponge. Ce montage rassemble les deux photos précédentes, le personnage est devenu fantomatique, les formes et couleurs se juxtaposent. Enfin, je rajoute un effet de reflet dans l’eau pour accentuer la symétrie tout en brouillant l’image. Voici un site qui permet de modifier les photos en ligne avec de nombreux effets, notamment le kaléidoscope : http://www.tuxpi.com/photo-effects/kaleidoscope

Florence Delavaud

La narcisse et l’inconnue

(cc) Florence Delavaud (09/02/2014)
(cc) Florence Delavaud (09/02/2014)

Image ordinaire, le portrait n’a cessé d’être réinventé depuis l’histoire de la photographie. Portraits de famille, de face, de dos, pour la postérité ou pour laisser un souvenir intime à quelqu’un de cher, la représentation n’a rien d’original. L’autoportrait suscita chez Baudelaire un certain dégoût, précurseur de ceux qui critique notre société de l’image et du réseau social tout puissant : ” société immonde qui se rua, comme un seul Narcisse, pour contempler sa triviale image sur le métal”. Pourtant, pour réaliser un exercice de trompe l’œil, je trouve le portrait fascinant, car il amène un jeu de cache-cache, pose l’éternelle question de l’identité.

Juchée dans la salle de bain, je me tords dans tous les sens, un appareil dans une main, un miroir argenté dans l’autre. Jeu de reflets, je voudrais prendre en photo les miroirs imbriqués les uns dans les autres, en mise en abîme. L’exercice tourne court, c’est trop évident. L’appareil est trop visible, on comprend immédiatement quelle image est l’originale et d’où viennent les reflets. Je fais des essais en fixant un collant sur l’objectif, ce qui amène un effet granuleux à l’image. Mais la luminosité n’est pas suffisante, je renonce et me contorsionne à nouveau.

Finalement, en triant, je choisis une photo énigmatique. La duplication de l’image donne une impression de mouvement, d’autant que l’expression d’une face du miroir à l’autre semble différente. Ce portrait, voilé par le trompe l’œil du miroir, et du collant sur l’objectif, en est t’il toujours un ?  Je découvre non pas un narcisse mais une inconnue.

Florence Delavaud

Stupeur et hullulements

(cc) Florence Delavaud (26/01/2014)
Stupeur et hullulements. (cc) Florence Delavaud (26/01/2014)

La part d’animalité en nous est non négligeable. Les pulsions, la faim, la soif, le besoin de reproduction sont autant de points communs que nous entretenons avec toutes les espèces vivantes. C’est pourquoi j’ai choisi de créer mon portrait en hibou, perché sur une branche, l’air en colère voire effrayant, pour représenter une pulsion colérique qui s’est emparée de moi dimanche. Car au moment au j’ai commencé mes essais de collage, la box internet a choisi de tomber en panne. Un décès fulgurant et sans appel. J’ai abandonné mes ciseaux, de colère, et ai réfléchi à d’autres idées. C’est alors que j’ai imaginé me représenter à ce moment présent, telle quelle : sous l’effet de la stupeur et de l’énervement. Car un autoportrait ne doit pas forcément être flatteur mais réaliste, et là réside toute la difficulté : cela implique de devoir se regarder avec un œil juste.

J’ai allié plusieurs techniques sur ce collage : contour au feutre, aquarelle, pastels secs, découpage de plusieurs supports (flyers, papier cadeau, photomaton, photos provenant d’un guide touristique d’Ukraine). Ma méthode à été circulaire, j’ai commencé par l’épicentre en m’éloignant petit à petit vers les bords de mon carton. La tête du hibou est placée en premier, ainsi que les rayons foudroyants sortant de ses yeux, découpés dans du papier cadeau. L’effet psychédélique fonctionne, et semble foudroyer celui qui regarde le collage. Pour m’identifier au volatile, je découpe un photomaton, et place mes yeux et ma bouche en désordre : je morcelle mon identité. A l’aquarelle, je réalise un fond couleur nuit, choisis quelques photos d’une forêt des Carpates, pour constituer une partie du décors et des ailes de l’animal. Le résultat est inquiétant, la box toujours en panne, je suis toujours énervée, finalement cet autoportrait me convient.

Florence DELAVAUD

Autour d’un café

(cc) Florence Delavaud (11/01/2014)
(cc) Florence Delavaud (11/01/2014)

 

S’il est un moment qui me rappelle l’intimité, c’est celui que l’on passe entre amis ou en famille rassemblés autour d’un café. C’est l’instant propice au partage et aux confidences, pendant lequel on peut se dévoiler.

Pour représenter ce moment, j’ai choisi de photographier l’intérieur d’un café,  et photographier le contenu de la table, les mains, et la fumée s’échappant des tasses. L’image de ces volutes, de la chaleur, rappelle à mon sens le confort, l’idée que l’on est dans un cocon. J’ai installé mon appareil de manière à ce que le point de vue soit au niveau de la table, voulant davantage saisir le mouvement des mains que les visages, et j’ai ensuite réalisé plusieurs essais. Les premiers n’étaient pas très concluants car mon angle de champs était réduit, et la lumière n’était pas suffisante. C’est finalement avec ce rayon de soleil que j’ai obtenu la luminosité que je souhaitais : diffuse, douce, elle traduit une ambiance chaleureuse.

Je trouve cette photo équilibrée, en accord avec mon intention initiale, puisqu’elle représente exactement mon idée de l’intimité. Elle est la seule que j’ai conservée et je que j’ai trouvée réussie.  J’aurais pourtant aimé réaliser un montage de plusieurs photos et de créer une variation sur le même thème, à la manière de Sophie Calle. Ce n’est que partie remise, et j’attends avec impatience le prochain café.

Florence Delavaud