Tous les articles par Emilie.D

Dansez, sinon nous sommes perdus

Dansez, sinon nous sommes perdus (cc) Émilie Donès (08/12/2013)
(cc) Émilie Donès (08/12/2013)

La danse est une partie de moi. Je danse dès que l’occasion se présente, sans jamais réfléchir, simplement car j’aime être bercée tout au long de la journée. J’ai voulu dans mon billet faire passer un message. Ce dernier est en rapport direct avec le titre “Dansez, sinon nous sommes perdus”, citation de la célèbre chorégraphe allemande Pina Bausch. Ce moyen d’expression est la plus simple façon pour moi d’exprimer ce que je ressens, de me défouler mais également de m’évader. Ainsi, afin de me représenter, j’ai choisi de danser, comme à mon habitude, dans mon appartement, en accompagnant chacun de mes gestes quotidiens. Au milieu de mon environnement habituel, dimanche 20h, je décide d’écouter « Rayuela » de Gotan Project tout en mettant de l’ordre dans mon salon.

Je décide afin de représenter au mieux possible la vision de mon intimité, d’évoluer dans mon appartement, sans modifier quoi que ce soit à la disposition du mobilier et de mes effets personnels. Les lumières sont disposées de façon à représenter au mieux le sentiment chaleureux que je souhaite partager en dansant. Au premier plan, la table basse permet aux personnes visualisant la photo de se positionner en tant que spectateur.  La photographie a été prise avec un Sony Nex 5n équipé d’un objectif 18-55mm que j’ai posé sur un support stable. Après avoir défini l’angle de prise de vue, j’ai utilisé le retardateur afin de me prendre tout seule. Il ne me restait plus qu’à me positionner dans le champ et à danser de manière naturelle en oubliant l’exercice. Par choix esthétique, j’ai choisi de sous-exposer légèrement ma photographie. Parallèlement à cela, j’ai souhaité obtenir un rendu flou permettant d’accentuer l’effet de mouvement. Ainsi, j’ai choisi de travailler avec une lumière de base tamisée tout en tentant de jouer sur le couple vitesse/diaphragme. Un diaphragme plus fermé a permis au capteur de recevoir moins de lumière dans le temps imparti de la prise de vue et une vitesse réduite a permis d’accroitre l’effet de flou que je souhaitais mettre en avant.

Emilie DONES.

La maison aux marguerites

La mais aux marguerites (cc) Émilie Donès (24/11/2013)
La maison aux marguerites (cc) Émilie Donès (24/11/2013)

Il est difficile de déterminer un endroit qui nous inspire vraiment. Tout d’abord, il faut se poser la question de savoir ce que veut dire « inspirer », se figurer un sens totalement personnel du mot. Pour moi, il était clair que je devais dessiner un endroit auquel je suis habituée, afin de pouvoir rendre sur le papier une image chargée de sens, où les détails occupent une place importante. J’ai donc réfléchi à un endroit que j’aime, qui me rassure, m’apporte un sentiment d’apaisement. Bref, un endroit qui me représente. En réfléchissant de cette manière, un lieu en particulier met apparu comme une évidence : cette maison abandonnée. Perdue en pleine campagne, au milieu d’un champ de marguerites, cette maison éclairée par un soleil éblouissant représente les souvenirs de mon enfance, l’endroit où j’aimais me rendre à vélo avec mes cousines.

Afin de rendre le caractère lointain et effacé de mon souvenir, j’ai décidé de réaliser mon dessin au crayon à papier. De cette manière, j’ai essayé de représenter au mieux le souvenir que je garde de cette maison. J’ai tout d’abord tracé les traits les plus importants de l’image présente dans ma mémoire : la maison aux ouvertures sombres, de part l’inactivité du lieu, les deux arbres côte à côte et pourtant si différents, enfin, le point principal de mon souvenir, le champ de marguerites sur la colline. J’ai tenté d’accentuer les zones d’ombres en respectant l’orientation du soleil, telle que l’on pouvait observer au moment où l’on s’y rendait le plus souvent, le début de l’après midi. Moment de la journée où cette atmosphère chaleureuse contrastait avec le vide renvoyé par cette maison sans vie.

Émilie DONES

Dure réalité

Tous les matins ont un goût différent. Nous avons tous en tête une représentation du parfait réveil délicat qui nous permet de commencer une journée du bon pied. Aux portes de l’hiver, à l’heure où quitter les bras de Morphée s’avère une étape difficile, je me replonge, non sans une certaine nostalgie, dans les souvenirs doux que je garde de ces réveils familiaux, qui ont bercé mon enfance. La voix fluette d’une grand mère espagnole, le dynamisme quotidien d’un père qui sifflote, le bruit des vagues que l’on entend du haut de la terrasse, tant de choses qui contrastent avec la dure réalité des matins hivernaux qui riment avec froid et obligations journalières.

Ici est établi le parallèle entre le matin que j’apprécie et celui auquel je suis confrontée quotidiennement. J’ai donc divisé mon montage en deux parties distinctes. Dans un premier temps, j’ai inséré une chanson que ma grand mère m’a chanté tout au long de mon enfance pour accentuer le caractère familial. S’enchaine ensuite une traversée de la maison où se confondent les bruits quotidiens auxquels je suis habituée: mon père sifflant sous la douche, le son de la télé qui accompagne la préparation du repas et enfin l’ouverture de la porte de la terrasse qui me permet de me retrouver à l’extérieur face à la mer et au chant de ses vagues. Cette vision est soudainement coupée par le réveil retentissant qui précède un enchainement d’actions rapides qui illustrent les matins quotidiens. Le rythme dans cette seconde partie est saccadé et soutenu dans le but d’accentuer le sentiment de course journalière.

Emilie DONES

Le chat et l’homme

DSC02246
Le chat et l’homme (cc) Émilie Donès (20/10/2013)

Au milieu de la rue la plus commerçante de la ville, mon regard se pose sur un homme, assis, faisant la manche. Les passants vaquant à leurs achats ne lui prête pas attention. Les seules marques d’attention à son égard viennent du fait qu’il est accompagné d’un chaton qu’il tient en laisse. Là se crée toute la dimension dramatique de la scène. Au moment d’arrêter mon choix sur un cliché, je me rends compte que dans celui-ci, et malgré mes précautions, lui m’a vu et me regarde aussi. La rencontre s’est établie. Le choix de ma photographie aussi.

Ne voulant pas de confusion quant à mes intentions et afin de préserver toute mise en scène, je décide de photographier l’homme discrètement. Je me positionne donc à distance afin de prendre la scène en plan large. De cette manière, j’ai pu relever dans ce cliché 4 plans. Au premier plan, les passants sont indifférents. Au deuxième plan, l’homme est affalé par terre avec son chat. Au troisième plan, des passants sont accroupis dans son dos, non pas préoccupés par sa situation mais pour caresser son chat. Derrière eux se tiennent deux femmes dont les regards semblent également posés sur l’animal. Et enfin au quatrième plan trône une enseigne : Galeries Lafayette, qui accentue le contraste avec la mendicité de l’homme. Alors que je shootais en noir et blanc, j’ai choisi de photographier ici en couleur afin rendre au mieux le caractère contemporain de cette image.

Emilie Donès

Trois

Trois. (cc) Émilie DONES (06/10/2013)
Trois. (cc) Émilie Dones (06/10/2013)

Emilie. Prénom composé de trois syllabes. Trois comme les trois extrémités d’un triangle, comme les trois prénoms que j’aurais éventuellement pu porter, comme la fratrie dans laquelle j’ai grandi : mon frère Stéphane, ma sœur Sophie et moi, Emilie. Je porte ce prénom car ma sœur l’a choisi. Cette dernière souhaitait à la base que je sois un garçon prénommé Julien. Mes parents hésitaient entre Julia et Marine. Finalement ce sera Emilie.

J’ai choisi de me baser sur le chiffre trois, ainsi j’ai structuré mon collage de façon à représenter un triangle, dont la lecture s’effectue de bas en haut. Afin de contraster plus nettement la forme de celui-ci, j’ai utilisé un fond noir. Par ailleurs, j’ai divisé la partie principale de mon collage, la photographie, en trois morceaux distincts. La base est composée de sable car il représente mes racines et de ce fait les fondements de ce que je suis. J’ai ensuite décidé de me représenter avec une photographie que j’ai coupé afin de laisser apparaître une seconde photographie, les pieds de ma sœur courant dans le sable. De cette manière, je me construis sur la base de ma sœur, celle qui est à l’origine du prénom que je porte, et je tends vers celle que je suis. J’ai illustré les hésitations liées à l’histoire du nom que je porte en glissant au milieu du fouillis de lettres trois prénoms pour finalement aboutir à Emilie, symboliquement situé au sommet de l’édifice.

Emilie DONES