Tous les articles par Emilie.D

A quoi tu penses ?

“A quoi tu penses ?”(cc) Émilie Donès (16/03/2014)
A quoi tu penses ?(cc) Émilie Donès (16/03/2014)

Notre apparence est, malgré ce que l’on en dit, influencée par le regard des autres. Lorsque l’on se retrouve chaque matin devant notre glace, on pense. De quelle façon allons nous façonner notre image et donc notre personnalité ? Notre inconscient prend alors le dessus. On retrace minutieusement l’image que l’on a dans nos pensées, celle qui correspond d’une certaine façon aux modèles de la société que l’on voudrait renvoyer aux autres. Que celle-ci nous corresponde ou non, nous testons. Et un jour ou l’autre, nous trouvons l’image qui nous correspond, celle qui nous représente et qui nous permet de nous sentir nous-même.

Par ce collage, j’ai voulu transmettre toute l’incertitude qui peut être ressentie par chacun. La vie en communauté impose certaines règles qui sont parfois perçues comme des barrières par certains. Afin de m’inspirer, je décide de parcourir sur internet les différents portraits réalisés grâce à la technique du collage. Lors de mes recherches, je tombe sur un collage qui selon moi me ressemble. Alors me vient l’idée de jouer de cette image sur le logiciel Photoshop. Une fois celle-ci importée, je réalise un portrait qui correspond à celui trouver sur le net. J’effectue un jeu de regards afin de créer un lien entre les deux personnages, comme si l’un venait s’inspirer de l’autre. Ici est alors établi un parallèle entre mon image et celle qui me ressemble et que je voudrais à tout prix reproduire. Je découpe alors le portrait original afin de la positionner comme surgissant de mes pensées. J’ajoute ensuite certains éléments permettant de traduire la reproduction d’une image: les lèvres et l’accessoire sur la tête.

Emilie DONES

Mélange de genres

“Mélange de genres”(cc) Émilie Donès (04/03/2014)
“Mélange de genres”(cc) Émilie Donès (04/03/2014)

Du mélange nait la création. Les consignes sont simples “laissez vous aller et vous verrez”. Je me lance au hasard dans ma création. J’ai décidé pour ce billet d’utiliser Photoshop. Cet outil me permettra de modifier les couleurs, la matière et les genres mais surtout d’associer facilement les trois travaux réalisés précédemment. La première photo réalisée servira de base. Je l’insère et la transforme en noir et blanc. S’ajoute ensuite les deux autres photographies en mode incrustation comme pour les lier à la première. Je modifie ensuite les matières et les couleurs grâce aux filtres existants sur le logiciel afin de créer une certaine homogénéité.

J’étais persuadée en commençant ce billet que les photographies de par leur différences, ne pourraient en aucun cas communiquer. En regardant maintenant d’un œil extérieur ma réalisation, j’arrive à déceler un sens certain. Le personnage de dos se place comme spectateur de la première photo. Cette dernière présente un homme, mendiant au milieu d’une foule de passants ne lui prêtant pas la moindre attention. La tristesse de cette situation, soulignée par l’aspect terne de la photographie, pousse la spectatrice à détourner le regard, essayant de s’échapper en suivant la lumière. Cette lumière d’espoir communique alors avec le bras de la danseuse qui considère son corps comme moyen d’évasion.

Emilie Donès.

 

 

“Satisfaction garantie” – séquence 4

Larry Belmont se dirigeait vers l’aéroport lorsqu’il aperçut l’image furtive de Gladys Claffern. Elle avait le type de ces femmes qui semblent faites pour être vues par éclairs fugitifs… Fabriquée avec une parfaite précision: habillée d’un œil infaillible, d’une main sans défaut; trop resplendissante pour pouvoir être regardée en face.
Le léger sourire qui la précédait et le léger parfum qui volait dans son village tenaient lieu de doigts aguicheurs. Larry sentit son pas se rompre: il porta la main à son chapeau et reprit sa marche.
Comme toujours, il ressentait cette même colère vague. Si seulement Claire voulait se faufiler dans la clique Claffern, cela faciliterait tellement les choses. Mais à quoi bon?
Claire! Les rares fois où elle s’était trouvée face à face avec Gladys, la petite sotte était demeurée muette comme une carpe. Il ne se faisaient pas d’illusions. Les essais sur Tony constituaient la grande chance de sa vie, et celle-ci se trouvait entre les mains de Claire. Combien il serait préférable de la savoir entre celles d’une Gladys Claffern!

"Satisfaction garantie" - séquence 4 (cc) Émilie Donès (09/02/2014)
“Satisfaction garantie” – séquence 4 (cc) Émilie Donès (09/02/2014)

Lors de l’étude de la nouvelle, cette séquence a été adaptée pour la rendre “visuelle”, mais aussi en accentuer la dramatique. Elle a donc nécessité quelques modifications. En effet, afin d’accentuer la cohérence du récit et des motivations de Claire, Larry va tenir ces propos lors d’une discussion avec un ami dans son salon. Claire, alors dans la cuisine, surprendra cette discussion et apprendra donc ce que son mari pense vraiment d’elle. A la fin de cette séquence, Larry partira pour l’aéroport en compagnie de son ami qui l’accompagnera en voiture.

Afin de représenter au mieux la séquence qui m’était attribuée, j’ai choisi de la diviser en trois parties, chacune représentée par une vignette. Dans la première, Larry et son ami sont assis sur le canapé du salon. Derrière eux, on peut apercevoir la porte entrouverte de la cuisine. J’ai choisi ici un plan d’ensemble suivi d’un zoom avant sur la porte de la cuisine. Celui-ci doit permettre au spectateur de comprendre peu à peu que l’intérêt principal de la scène réside dans le fait que Claire surprend la conversation. Dans la deuxième illustration, on aperçoit Claire dans la cuisine en gros plan épaule. Ici le plan est serré dans la mesure où l’accent est mis sur le visage de Claire, troublée par les propos qu’elle entend. En fond, les voix étouffées de Larry et son ami seront présentes. Enfin dans la troisième vignette, la caméra se replace dans le salon mais cette fois du point de vue de la cuisine. On revoit la même scène du point de vue inverse dans le but de créer un lien cohérent et une continuité dans le récit. Cette fois, Larry se lève et s’apprête à quitter la maison en direction de l’aéroport. Il coupe court à la discussion car son ami prend la défense de Claire. Dans ce plan, on utilisera un panoramique horizontal afin de suivre l’empressement de Larry.

Émilie Donès.

Emanation

Emanation (cc) Émilie Donès (26/01/2014)
Emanation (cc) Émilie Donès (26/01/2014)

A la tombée du jour. Le temps est maussade, la pluie ne cesse de tomber et l’air est froid. C’est un soir d’hiver, un de ceux que l’on ne préfèrerait pas vivre, un de ceux qui nous rappellent que les beaux jours ne sont pas prêts de faire leur apparition. Appuyée à la rambarde, elle se retrouve face à sa vie. Elle l’imagine comme elle la voit, grise et pluvieuse. Face à elle, un mur. Elle ne voit pas d’issue possible. Dans cette atmosphère étouffante et glaciale, elle se remémore quelques instants particuliers de sa vie et broie du noir, les choses négatives la tirent vers le bas, les choses positives l’emplissent de nostalgie. Elle sait que ce n’est qu’une passade, détourne le regard, ferme les yeux et pense aux meilleurs moments de sa vie, ceux qui lui redonnent le sourire, ceux qui, comme par magie, lui apportent la lumière dont elle a besoin.

Afin d’illustrer au mieux le scénario que j’avais dessiné dans mon esprit, j’ai réalisé le cliché au bout de ma terrasse. Ainsi, la sensation de contemplation est ressentie. Le mur face à moi est recouvert d’arbres noircis par la pluie et l’humidité et figés par le froid. Les branches entremêlées les unes aux autres renvoient à l’aspect brouillé et négatif de l’esprit. Au milieu de cette atmosphère pluvieuse, je me tiens de dos afin que l’on ne me reconnaisse pas, le but étant de laisser chacune des personnes s’identifier au scénario. La tête inclinée sur le côté, je ferme les yeux et emporte mon esprit vers d’autres pensées, des pensées positives, qui représentées par les boules de lumière, vont me tirer vers le haut.

Un fois l’instant immortalisé, je me rends compte que sans l’avoir prévu, j’ai utilisé comme support une échelle de bois. Celle ci symbolise parfaitement le sentiment que je voulais intégrer à ma photographie, l’élévation, l’évasion. Mais en y regardant de plus près, je me rends compte qu’il est possible d’interpréter l’image différemment en imaginant que justement la personne est porteuse de lumière et de bonheur dans un monde maussade. Après la mise en commun des divers travaux réalisés, je me suis aperçue que l’image pouvait être interprétée tout simplement comme représentative d’une part de soleil et de gaieté dans un environnement froid et hivernal, ce dernier aspect étant clairement perçu et laissant certains penser que le cliché avait été réalisé en Norvège.

Emilie Donès.

Love and be loved

« La vérité sort de la bouche des enfants ». Les phrases les plus simples, les plus vraies et les plus spontanées sont bien souvent formulées par les enfants qui nous entourent remplissant ainsi les petits carnets noir dans lesquels nous notons nos meilleurs souvenirs. Lorsque nous, adultes, n’osons parfois pas mettre des mots sur les sentiments que nous ressentons, les enfants eux parviennent à nous toucher en soulevant les aspects réels d’un sentiment qui nous dévore, l’amour. J’ai décidé pour ce billet de retracer l’histoire d’une romance, des prémices à la situation finale. Ponctuée par les voix des enfants, cette écriture sonore nous démontrera que finalement, tout n’est qu’un éternel recommencement.

All you need is love. Ce texte écrit en 1967 par John Lennon et repris un nombre incalculable de fois, illustre parfaitement l’état d’esprit dans lequel se trouvent deux êtres qui s’aiment. Ainsi, j’ai choisi de greffer, la romance, l’histoire que j’ai voulu raconter, à cette chanson. Tout au long des notes, l’histoire va se tracer. Au départ l’être se trouve dans une coquille vide. Représenté par le son continu de l’électrocardiogramme, il est presque mort. Lorsqu’un jour, à la suite d’une rencontre, il s’éveille. Les premiers temps tout est rose, « c’est comme si on avait une flèche dans le coeur ». Puis plus tard, le sentiment s’essouffle, l’être souffre, « c’est comme si on avait une flèche dans le coeur ». Face à la rupture, la souffrance prend le dessus, le souffle est coupé, la vie n’a plus de sens. Jusqu’au jour où l’amour d’une tierce personne, une mère, un frère, une amie, va être ressenti comme une bouffée d’air qui aidera à panser les blessures et petit à petit oublier la douleur.