Tous les articles par elodiechalumeau

Mélange artistique

 

(cc) Elodie Chalumeau (16/03/2014)
Mélange artistique. (cc) Elodie Chalumeau (16/03/2014)
(cc) Elodie Chalumeau (16/03/2014)
(cc) Elodie Chalumeau (16/03/2014)

Entre collage et mosaïque, pop’art et Mondrian, rêve et réalité ou encore entre Petite Sirène et Avatar, j’ai voulu et pensé cette œuvre comme un condensé d’inspirations artistiques au croisement des possibilités. Si le collage est le maître mot de la composition, je souhaitais un résultat concret, propre et soigné mais pas trop plat, vivant et coloré. Ce collage est également le fruit d’un travail sur le parallèle entre la déformation de la réalité et la ressemblance avec l’image originale.

J’ai donc choisi de conserver les couleurs originales de la photo, mais de les accentuer et surtout de les réorganiser à mon goût. Ainsi le bijou devient peau et la peau devient bijou, tandis que la bouche devient cheveux, les cheveux deviennent t-shirt, le t-shirt devient bouche. Seul le jaune est absent de l’image initiale, mais son ajout me semblait nécessaire pour rendre le collage complet, illuminer le la composition et faire ressortir la silhouette. Les plages de couleurs constituées d’images de magazines déchirées et superposées, sont cernées de noir afin de rendre le personnage plus présent et défini.

Elodie CHALUMEAU

Bazar coloré

(cc) Chalumeau Elodie (28/02/2014)
(cc) Chalumeau Elodie (28/02/2014)

Une à une, j’observe mes trois images vues sous les différents filtres de Photoshop, en quête d’inspiration, d’une combinaison qui fonctionne, qui attire et retient l’attention. L’image de l’œil ressort bien sous différentes formes mais ce n’est pas le cas de deux autres photos. J’arrête enfin mon choix sur le filtre esthétique « contour lumineux », que j’applique finalement au trois images de la même manière. Puis je superpose les trois et joue sur la transparence entre elles, la luminosité et la saturation des couleurs. D’autres idées me viennent, je fais d’autres tests, du noir et blanc, des images animées… Mais rien ne me plait autant que cette image à la fois simple et compliquée, pleine de couleurs et de surprises.

L’image finale donne l’impression d’être constituée de néons entremêlés laissant percevoir les formes d’origines, mais en créant également de nouvelles. Ainsi le miroir où se reflètent des vêtements devient une guitare. Les cils ajoutés aux contours d’un pull forment un animal : porc-épic ? Phoenix ? Et chacun peut donc, à force d’observation, découvrir de nouveaux objets, imaginer une histoire. Le point de lecture le plus commun à tous est la silhouette entourée de nuances bleutées qui se découpe au centre de l’image, mais l’œil peut ensuite s’égarer dans toutes les directions.

Elodie Chalumeau

“Satisfaction garantie” – séquence 2

Larry poussait la jeune femme en avant ; elle se retrouva frissonnante dans la salle de séjour. Il était là, la considérant avec une politesse sans défaut, comme s’il appréciait celle qui allait être son hôtesse. Le Dr Susan Calvin était également là, assise toute droite sur sa chaise, perdue dans ses pensées. Elle avait l’air froid et lointain. « Bonjour » balbutia Claire. « Claire, je vous présente Tony, un garçon formidable. Tony, faites connaissance avec ma femme. » La main de Larry étreignit familièrement l’épaule du garçon qui demeura impassible et inexpressif. « Enchanté de vous connaître, Madame Belmont » dit-il. Et Claire de sursauter au son de sa voix, profonde et suave, aussi lisse que ses cheveux et la peau de son visage. « Oh ! mais… vous parlez ! » s’écria-t-elle avant d’avoir pu se retenir. « Pourquoi pas ? Pensiez-vous trouver en moi un muet ? » Claire ne put que sourire faiblement. Elle détourna les yeux, puis l’étudia du coin de l’œil sans en avoir l’air.

(cc) Elodie Chalumeau (14/02/2014)
(cc) Élodie Chalumeau (14/02/2014)

Pour cette partie du story-board de “Satisfaction garantie”, j’ai commencé par découper le texte en trois grandes actions, pouvant chacune être exprimées par une image. Ensuite, j’ai opté pour la représentation de différents angles de prise de vue et valeurs de plan. Tout d’abord un plan d’ensemble, pour la première vignette, permettant de montrer tous les personnages présents dans la scène et le décor dans lequel ils se trouvent. J’ai ensuite dessiné un plan plus serré sur Larry et Tony représentant l’approche et la présentation. Enfin, j’ai fait le choix d’un contre-champ montrant Claire étonnée d’entendre le robot parler. Le point de vue et le cadre resteront identiques durant le reste de la séquence, tandis qu’elle va changer plusieurs fois d’expression.

J’ai décidé de réaliser ce dessin au crayon, en renforçant les lignes principales à l’encre noire, mais en conservant le noir et blanc pour plus de clarté. Dans ce même objectif, j’ai choisi un décor épuré, ainsi que des personnages aux courbes et visages simples, mais me semblant correspondre aux typologies décrites dans la nouvelle adaptée. Pour plus d’exhaustivité encore, j’ai ajouté, à droite de chaque vignette, les caractéristiques principales de l’action en cours, ainsi qu’un plan au sol traduisant la position et les déplacements des protagonistes.

Élodie Chalumeau

C’est écrit dans mes yeux

 

(cc) Elodie Chalumeau (25/01/2014)
(cc) Elodie Chalumeau (25/01/2014)

 

Une image qu’est-ce que c’est ? Un assemblage de couleurs, la représentation d’une réalité, une photo… C’est avant tout ce que l’on perçoit quotidiennement à travers nos yeux. Le photographe fixe ce qui y brille. Le point de départ de l’image et toute sa magie se trouvent donc en un seul endroit précieux : dans la prunelle de nos yeux. Le but de ma photographie est d’immortaliser l’image d’une image dans un œil.

Pour cela il me faut utiliser la photographie macro qui permet d’obtenir en gros plan net le reflet que je souhaite capter. La lumière est extrêmement importante car elle doit être suffisante pour refléter les alentours, sans être éblouissante sinon on ne voit que l’œil lui-même. J’ai choisi un décor extérieur qui offrait le meilleur rendu. Après plusieurs tests j’ai demandé à un complice de prendre la photo de mon propre œil qui offrait un meilleur reflet, de par sa couleur et le contraste qu’il offrait avec le ciel. Et pour parvenir à un résultat satisfaisant j’ai eu à m’allonger au sol.

Ainsi, c’est finalement ma vision du photographe et de l’environnement qui est retranscrite. La mise au point sur le reflet à la surface de l’œil permet d’orienter le regard vers cette image qui raconte l’histoire de la photographie. Une part de mystère subsiste quand à l’identité du photographe, cependant le fait qu’il prenne la photo en plongée lui donne une certaine supériorité qui se ressent dans la photo : est-ce un géant, un homme de pouvoir, un danger ?

Elodie Chalumeau

Et si on parlait d’amour…

 

 

L’amour est universel, mais en avons tous la même idée ? Écoutons s’exprimer les enfants et leur vérité tout en spontanéité. Cette bande sonore a pour ambition d’être une tentative de définition collective de l’Amour. À travers des mots simples, qui viennent à la bouche et à l’esprit de tous, on recrée ce qu’il est à travers une vision et des voix enfantines. Sept grands thèmes composent ce brainstorming sur l’amour : la composition d’un couple, les démonstrations physiques qu’il provoque, la notion du cœur qui tombe amoureux, l’importance de la beauté, le fait qu’il s’agisse d’un sentiment, les questions de bonheur et tristesse et enfin le résultat de l’amour : les bébés. Une courte phrase vient ensuite résumer le tout dans un élan d’innocence, de naïveté et de candeur ; avant de laisser les pessimistes clorent le tout avec une touche d’humour.

Le maitre mot de cette composition est la répétition. Le mot amour revient entre chaque thème pour bien recentrer le sujet, et par trois fois afin de créer un rythme régulier. Les thèmes eux-mêmes sont composés de mots ou de courtes expressions, sortis de leur contexte et ré-agencés par similitude. La phrase finale est construite grâce aux paroles de plusieurs enfants. La composition est agrémentée d’une petite musique gaie et champêtre (Hobbit dans les champs d’Howard Shore), sans parole pour qu’on entende bien ce que disent les enfants, et aussi légère que la définition de l’amour qu’elle accompagne.

Elodie Chalumeau