Tous les articles par Dorian D.

Identité Virtuelle

(cc) Dorian D. (08/XII/2013)
(cc) Dorian D. (08/XII/2013)

Peut-être est-ce un excès d’études kubriciennes qui m’a conduit à représenter la déconstruction identitaire. Connaissons-nous vraiment celui que nous sommes ? L’identité est un visage, un masque, qui mue au fil des confrontations à la vie, comme une toile blanche à laquelle un jet de couleurs sans cesse renouvelées donnerait une vie, une personnalité. Ainsi, comme un masque cache un visage, c’est lui qui reflète notre identité, image sur laquelle seule une puissante introspection permet de porter un regard vrai. Dans le flou de l’intimité du réveil, j’ai voulu montrer un “Je suis” mal cerné, à l’instant dénué de toute image. Celle-ci fausse la réalité mais ouvre la voie pour s’y confronter.

Le flou de bougé est obtenu avec un temps d’exposition de l’ordre de quatre secondes. Le diaphragme est ouvert à 1.16 pour compenser le gain de lumière. Malgré ce couple, la différence de luminosité entre l’écran du téléphone et la chambre a induit des blancs brûlés sur l’orchidée et des ombres bouchées à gauche de la photo. J’ai donc corrigé l’exposition de -2EV, ne souhaitant pas monter en ISO pour conserver un grain fin sur ma photo. La balance des blancs est calculée sur le mur, mais en lumière naturelle sur l’écran. Ainsi ai-je pu reproduire la teinte jaunâtre de la lampe de chevet. Le tableau à fond noir est bel et bien sur le mur, j’ai composé l’image en cadrant d’abord la fleur puis le téléphone. Enfin, au risque de créer une image publicitaire, la marque est laissée visible pour représenter la société qui nous standardise et nous dévore…

Dorian D.

Fluctuat Nec Mergitur

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Redonner des Couleurs (cc) Dorian D. (24/11/2013)

Le monde m’a toujours fasciné et déçu, attiré et repoussé, trahi par les “combines” et les désillusions. Pourtant il en né tant de réflexions… J’ai choisi de le représenter tel qu’il m’inspire, par un croquis du mur au fond de mon jardin. Ce mur m’a souvent servi de refuge lorsque j’étais enfant, il a connu tous mes états d’âme, toutes mes joies et toutes mes peines. Il a aussi été un rempart contre la morosité du monde qu’il laisse pourtant entrevoir. Un jour de spleen, j’ai décidé d’y peindre des crayons de couleurs… C’est souvent de la tristesse que jaillit la création.

J’ai voulu montrer la relation au monde qu’entretient un enfant triste et qui s’ennuie au fond d’un jardin. J’ai choisi le format A5 par contrainte de temps, le dessin à la plume étant chronophage. Cette réduction a été rendue possible par l’usage d’une plume dont la pointe ne mesure que quelques dixièmes de millimètres. J’affectionne cet outil tant pour le dessin que l’écriture : l’encre de Chine interdit l’erreur. Cependant, deux difficultés persistantes, dont il faut s’accommoder, résident dans la maîtrise de l’épaisseur du trait et du débit de l’encre. Dans ma recherche artistique j’ai choisi de ne pas utiliser de règle afin d’éviter un résultat trop rigide, trop rectiligne, qui m’aurait déplu. Ainsi, les murs ne sont pas droits et les perspectives sont faussées : peu importe, le monde est ainsi conforme à ma pensée, bancal. Mais j’ai voulu également représenter l’espoir dans ce dessin terne : j’ai allumé le lampadaire…

Dorian D.

Un matin de rêve

Le matin ? Une thématique, celle du rêve, de la perception altérée du monde extérieur. Les sensations, les sentiments, tout est flou, lointain. Les sons se mélangent, l’atmosphère est oppressante. Réalité ou fiction ? La frontière n’est jamais si mince que dans nos chimères. Ce sont ces trois minutes, parfois tant redoutées qui, en brisant le cocon utérin des songes, marquent le passage du noir à la couleur et font disparaitre nos plus sombres démons. Cette production artistique, volontairement tragique a pour vocation de vous replonger dans votre pire cauchemar, mais aussi de rappeler que le matin n’est pas toujours le moment le plus pernicieux de la journée. De Shakespeare à Dali, l’artiste a souvent servi la tragédie, mais la tragédie a également souvent servi l’artiste. A mon avis, c’est seulement lors du pire, que l’on trouve l’aptitude à donner le meilleur.

Du grincement d’une fourchette sur une caisse à outils, en passant par l’écrasement d’une bande de cassette vidéo, divers objets ont été nécessaires à l’enregistrement de cette séquence. Le bruit du train marque le départ du voyage et les infra basses compriment la pensée de  l’auditeur. L’orage ainsi que le crépitement du feu sont les composantes d’une ambiance rassurante, qui se confond peu à peu dans l’inconscient de celui qui rêve. La gradation de la goutte d’eau nous mène progressivement à la sonnerie qui inhibe nos peurs de la nuit.  Au-delà de raconter un cauchemar, j’ai voulu vous céder ma place de conteur ; le pire des rêves révèle peut être la quintessence du réveil.

 

Dorian D.

Photographie introspective

(cc) Dorian D. (20/X/2013)
(cc) Dorian D. (20/X/2013)

La photographie, c’est une représentation objective de l’instant, l’écriture de la lumière. Mais la photographie c’est aussi le huitième art. Le beau est subjectif et la photo est la démonstration originale d’un fait, d’un sentiment, ou encore d’une revendication. Dans la grisaille de cette journée, j’avais choisi de faire une photo mélancolique. Je voulais peindre le spleen. Et pour cela j’ai triché parce qu’une photo d’art ça se conçoit, ça se prépare, ça se pense. Je voulais saisir la nostalgie des sujets, nostalgie dégagée par des regards rendus tristes par l’émotion ressentie à l’observation de cet homme de pierre qui souffre, à la fois immobile et en mouvement, tristes à l’évocation du sens d’humanité perdu à toujours vouloir vivre vite, trop vite.

Au moment de saisir l’image, un chien est entré dans le champ et j’ai dû abandonner mon appareil pour le chasser. C’est alors qu’un enfant de passage prit ma place d’auteur, curieux qu’il était de voir au travers de l’objectif. Je n’ai eu que le temps de saisir mon téléphone et de fixer à jamais cette photo qui n’était pas celle que je souhaitais mais qui reflétait la réalité, l’instantanéité. Elle n’était plus triste mais elle était devenue belle, vivante, et surtout elle était vraie. L’art de la photo, c’est d’abord le regard du photographe et la puissance de ce regard est finalement peut-être dans celui de cet enfant qui est encore un peu ce que je ne suis déjà plus.

 Dorian D.

Un Portrait de Dorian Gray

 

Collage
Un Portrait de Dorian Gray. (cc) Dorian D. (05/10/2013)

Tout projet artistique répond à des règles. Lorsque l’on me commande un collage sur « Moi et mon prénom » je perçois d’abord l’évocation du lien entre ma personnalité et mon identité. Or, je ne crois pas en l’existence de ce lien et je ne saisirai pas l’opportunité de le créer. En fait, la seule histoire que m’inspire mon prénom est celle de Dorian Gray. Je suis convaincu que c’est en jouant avec les règles, en les adaptant et même en les dépassant que naît peut-être l’Art. Le choix de présenter ainsi ma personnalité au travers d’une démarche artistique me paraît alors cohérent.

On perd tous quelque chose à vouloir montrer ce que l’on n’est pas. Le monde et la vie contraignent l’homme à composer, à tenir un rôle ; peu à peu sa personnalité s’abîme, laissant place à un masque invisible. Mais l’espoir de s’extraire de ce système qui nous efface et nous emporte vers l’oubli reste profondément marqué : savoir que des ténèbres jaillira la lumière. Mon prénom évoque cette dualité entre le bien et le mal, l’art qui la transcende, ou le combat d’un homme luttant pour être ce qu’il n’est pas. Au point de perdre son âme. Le mécanisme horloger représente une société qui broie l’humain, pour le rendre invisible ; ainsi que son combat contre la spirale du temps. Le destin est symbolisé par des allumettes collées sur leur point de chute ; alors que la lune opposée au soleil inspire l’attente de jours meilleurs… Post Tenebra, Lucem spero (Après les Ténèbres vient la Lumière).

      Dorian D.