Tous les articles par Dorian D.

Formatage Télévisuel

Formatage Télévisuel. (cc) Dorian D. (23/13/2014)
Formatage Télévisuel. (cc) Dorian D. (23/13/2014)

Les années 30 sont marquées par l’avènement de l’industrie, mais aussi par la télévision qui s’est développée en parallèle. Quel formidable outil formidable pour formater des récepteurs aptes à recevoir une logique de production, non plus artisanale, mais en séries. Aujourd’hui, une multitude de chaines usent de toujours plus de stratégies pour nous garder entre deux émissions. Chacun s’enferme ainsi dans sa petite boite, croyant être protégé par les clichés et préjugés véhiculés par la télévision. Peu à peu, nous ne percevons plus nos pairs par leur individualité, mais par l’image qu’ils représentent.

La photographie originale est complètement recouverte par les logos des chaines de télévision. Je les ai choisi à la fois pour la diversité de leurs thèmes ainsi que de leur origines, mais aussi pour leurs formes rectangulaires. Cet assemblage en mosaïque constitue à la fois les briques de notre univers et le formatage de la société. « S’enfermer dans une boite », allégorie du petit écran par le biais duquel notre perception du monde se voit bouleversée. L’humain est ainsi emprisonné dans sa boite, il est presque impossible de découvrir sa vraie personnalité.

Dorian D.

Décoloration Expérimentale

(cc) Dorian D. (05/III/2014)
(cc) Dorian D. (05/III/2014)

Effet collatéral de mes recherches et de mon analyse de la carrière de Stanley Kubrick, l’idée m’est venue pour ce post de représenter la société sous une forme dénuée de sentiments, comme une humanité à la dérive. J’ai voulu représenter une réalité vide de couleurs et vide de sens, une sorte de réalité virtuelle où l’être cèderait la place au paraître.

Comment procéder pour éliminer les couleurs d’une photo développée ? Adoptant une méthode empirique, j’ai d’abord essayé de doucement gratter la surface du papier mais je n’ai rien enlevé d’autre que la matière elle-même. J’ai ensuite imprimé mes images sur des transparents dans la perspective de mélanger les couleurs en les frottant les uns contre les autres mais je n’ai réussi qu’à effacer l’image et je n’avais plus rien à montrer. J’ai enfin obtenu l’effet recherché en tamponnant les transparents avant séchage sur une même feuille de papier, superposant ainsi toutes mes images. La réalité ainsi représentée a enfin perdu son sens et exprime le chaos.

Alors que je cherche à représenter la déchéance de l’Homme, j’obtiens une vague silhouette de femme tournant le dos à un gigantesque écran, l’ensemble étant plongé dans une atmosphère glauque. Ainsi, peu à peu, une image dénuée d’humanité se dévoile grâce à la multiplication de a superposition des supports visuels. J’ai représenté la vie devenue numérique où le réel glisse doucement vers le virtuel. Je consacrerai mon prochain projet à un stop-motion des images de mon monde.

Dorian D.

“Satisfaction garantie” – séquence 3b : Des doutes quant à Tony…

Claire jeta un regard en dessous à Tony et baissa la voix :

– Et si jamais je le mettais en colère ?

– Inutile de parler à voix basse, dit le Dr Calvin avec calme. Il lui est impossible de se mettre en colère contre vous? [C’est] ce que nous appelons la Première Loi des la Robotique […] “Un robot ne peut porter atteinte à un être humain ni, restant passif, laisser cet être humain exposé au danger.” Tout les robots sont construits ainsi. [Nous avons besoin de] vous et de Tony pour effectuer une première expérience pour notre gouverne, tandis que votre mari se rendra à Washington afin de prendre les arrangements nécessaires pour procéder aux tests légaux.

– Cette opération serait donc illégale ?!

Larry s’éclaircit la gorge :

– Pour l’instant, oui. […] Il ne quittera pas la maison et vous ne devrez le laisser voir de personne. C’est tout… Je resterais bien avec [toi] Claire, mais je connais trop bien les robots. Il nous faut opérer avec la collaboration d’une personne complètement inexpérimentée afin d’obtenir des informations sur les cas les plus difficiles. C’est indispensable.

– Dans ce cas… murmura Claire. (Puis une pensée la frappa soudain:) Mais quelle est sa spécialité ?

– Les travaux domestiques, répondit brièvement le Dr Calvin.

Elle se leva pour prendre congé et ce fut Larry qui la reconduisit jusqu’à la porte d’entrée. Claire demeura tristement en arrière. Elle aperçut son visage dans la glace surmontant la cheminée et détourna hâtivement les yeux. Elle était très lasse de sa petite figure de souris fatiguée, et de sa chevelure floue et sans éclat. Puis elle surprit les yeux de Tony posés sur elle et fut sur le point de sourire, lorsqu’elle se souvint…

Il n’était qu’une machine.

SB1
(cc) Dorian D. (16/02/2014)
SB2
(cc) Dorian D. (16/02/2014)

Un storyboard ? David Hurst, producteur émérite soutien pourtant que cela n’est pas d’une grande utilité en dehors de l’écriture de dessins animés. Qu’importe, le paradoxe n’est-il pas fondateur du sens ? Mon extrait illustre le moment où le Dr Calvin présente le robot humanoïde à Claire Belmont. Les “débats avec la Production” ne permettent pas encore de définir avec précision les caractéristiques physiques de l’humanoïde ; de plus, les facteurs indiciels au sein de la nouvelle sont rares. C’est pourquoi j’ai pris le parti de ne pas croquer son visage. Enfin, plutôt que de réfléchir à une perspective purement artistique de cette adaptation, j’ai souhaité octroyer un caractère professionnel à cette première commande, en intégrant des annotations techniques, une représentation plus précise du décor et un détail de la position des mains de l’humanoïde. Les deux plans représentés se veulent avant tout représentatifs des deux axes de caméra les plus distincts, permettant ainsi une vision globale de l’agencement du futur plateau de tournage.

J’ai fais le choix de dessiner uniquement l’indispensable dans le cadre et de ne pas m’attarder sur des détails absents du scénario. L’utilisation du crayon à papier possède plusieurs atouts. D’abord, l’erreur est permise, la correction l’est donc tout autant, rendant ainsi possible les adaptations en fonction des modifications du scénario. De plus, une gamme de douze crayons plus ou moins gras m’ont permis non seulement une grande variétés de tons gris, mais également une grande rapidité dans l’exécution du dessin monochromatique.

Dorian D.

Un instant magique

6
(cc) Dorian D. (01/II/2014)

 

L’image est un reflet et Melies, précurseur incompris des effets spéciaux, lui a donné un caractère magique. Si les étymologies des termes image et magie sont radicalement différentes et donc que ces anagrammes ne sont que le fruit du hasard, il n’en est pas moins vrai que ces deux mots sont intimement liés. Avec le temps et les progrès apportés par l’avènement du numérique on parle aujourd’hui de la magie de l’image tant il est devenu courant de tromper le spectateur avec des images truquées, celui-ci étant absorbé, dévoré, par le miroir de lui-même. Grâce à un procédé en somme des plus simples, la voie de l’imaginaire est rendue accessible à chacun, qui y voit alors un montage ou image originale Science occulte qui permet d’obtenir des effets merveilleux à l’aide de moyens surnaturels, la magie fait appel au mystère, et rien n’est plus mystérieux qu’une image qui fige le temps.

La première difficulté fut de figer le mouvement de la goutte. J’ai donc opté pour une vitesse de 1/200eme de seconde et une ouverture à 5.3 pour 400 ISO. Afin de palier à l’absence de flash pour éviter les reflets dans l’eau, j’ai utilisé trois spots de studio, le rapport 1:1 en focale 90 mm nécessitant une grande quantité de lumière. Puis je m’en suis remis au mode rafale de mon appareil photo, pouvant ainsi saisir jusqu’à 8 image par seconde. Enfin, la réussite de la réfraction tient à l’ajustement de la distance entre le sujet et le fond, c’est bien là la gestion la plus difficile, dans laquelle excelle notamment le photographe Mark Reugels.

Une semaine plus tard… Je jette un regard sur ma photo et je m’aperçois avec le recul, que dans le développement de l’idée conceptualisée dans l’image, je n’ai pas pris en compte la fragilité de la colonne d’eau qui se forme sous une goutte qui tombe. Peut-on y voir une allégorie de la mince frontière qui sépare le résultat final du procédé qui l’a conduit? Ou peut-être est-ce la représentation du hasard qui, à une infime fraction de seconde près, aurait pu produire une toute autre image ? Il y a une interprétation pour chaque regard, et une pour chaque personne. Finalement, une goutte d’eau sur sa colonne, ça ne tient à rien…

Dorian D.

Life

    “On se rencontre on se demande la main … mais quelle Louise maman ?”. La vie se résume-t-elle à ce chemin encore vierge pour les enfants et qu’ils racontent avec autant de certitude et de criante vérité ? Sommes-nous déjà vieux avant que d’être ? Le chemin est-il déjà si bien balisé que dès le plus jeune âge il nous cerne, nous enferme, nous consomme et nous broie ? Toutes ces questions m’assaillent à l’écoute de ces enfants qui ne savent de la vie que ce qu’on leur en dit, que ce qu’on leur en laisse percevoir, que ce qu’on leur en impose. Et pourtant la vie est si belle si on veut se donner la peine de sortir de la voie, et emprunter quelque chemin de traverse. Cependant, malgré cette magnificence, la fin peut être abrupte et surprenante. Peut-être est-ce là le paradoxe qui donne du sens à notre existence.

    J’ai choisi de créer cette bande-son en assemblant des bribes de mots et de phrases pour en faire une sorte d’histoire de la vie. J’ai sélectionné ces extraits sans chercher à nécessairement en préserver le sens au profit de celui que j’ai donné à mon histoire. D’abord confronté au syndrome de la page blanche, j’ai choisis d’illustrer les propos des enfants par des sons, donnant une trame à la narration. Cette création m’a aussi permis d’aborder l’utilisation du logiciel Adobe Audition. En écrivant ces lignes, je ne sais plus, finalement, si le son sert le propos ou si le propos sert le son. Il a été difficile pour moi de créer avec un corpus imposé, mais je m’y suis accroché car comme disait Goethe, « on peut aussi bâtir quelque chose de beau, avec les pierres du chemin… »

Dorian D.