Tous les articles par colinecesbron

La question du « je »

Qui suis-je ? (cc) Coline Cesbron. 07/12/13
(cc) Coline Cesbron (07/12/13)

La salle d’eau est l’un des endroits les plus intimes que l’on peut connaître. Dans cette pièce, les miroirs sur les murs poussent à se regarder, se scruter. Ils sont le reflet de nous-mêmes, laissant apparaître un double, parfois méconnu. Considérant que la vingtaine est une période charnière dans la construction de soi, un moment de la vie où l’on devient quelqu’un, je me sens en pleine interrogation sur moi-même. Durant cette phase d’introspection où je me questionne sur ma propre identité, le miroir devient le reflet d’une personne que j’apprends à connaître. Lorsque que je prends un bain, dans cette baignoire surmontée de miroirs, je suis face à mon reflet et me demande : qui suis-je ?

Pour effectuer cette photo j’étais seule, sans trépied. Il m’a donc fallu trouver un support stable sur lequel poser l’appareil photo. Puis, j’ai dû effectuer quelques tests afin de procéder aux réglages. A l’aide du retardateur, j’ai fait plusieurs allers-retours entre la baignoire et l’appareil photo afin de vérifier le résultat à l’écran une fois la photo prise. Après plusieurs essais, cette photo là ressemblait à celle que je désirais. Située en intérieur, j’ai dû ouvrir le diaphragme afin de laisser rentrer la lumière dans le boitier. Ceci m’a également permis d’avoir une photo avec une plus faible profondeur de champ, l’objectif était effectivement que seul le visage reflété dans le miroir soit net. La pièce était déjà relativement lumineuse et l’appareil stabilisé, c’est pourquoi la vitesse d’obturation m’importait peu. En revanche, j’ai réfléchi à l’angle de prise de vue qui devait être assez grand pour que l’on puisse positionner l’appareil en dehors du champ du reflet du miroir.

Coline Cesbron

En pleine méditation

Jardin bouddhiste. (cc) Coline Cesbron (23/11/13)
Jardin bouddhiste (cc) Coline Cesbron (23/11/13)

Mercredi matin, c’est atelier dessin ! Mon cœur ne fait qu’un tour. J’ai toujours rêvé de savoir dessiner, mais rien n’y fait, le coup de crayon n’y est pas ! Ce matin là, je ressens donc un mélange de hâte et d’anxiété. Vais-je réussir à dessiner quelque chose pour mon prochain billet ? Le thème : un lieu qui vous inspire. J’ai plusieurs images sous les yeux, une seule retient mon attention. Rêvant de l’Indonésie, du Sri Lanka et de la Malaisie, je suis attirée par ce jardin bouddhiste : il renforce mes envies de voyage et m’apporte sérénité. « L’enseignement du Bouddha, par la voie de la méditation, vise à procurer un état de parfaite santé mentale, d’équilibre et de tranquillité ». Voilà ce qui est dit.

Je prends donc les pastels secs mis à ma disposition et me lance dans la réalisation du dessin. L’exercice me paraît difficile mais je tente de respecter la méthode proposée : je commence par reproduire les zones de couleurs de l’image : le bleu du ciel, le vert des arbres et l’orangé des édifices. Puis, je m’attaque aux détails afin de donner un peu de relief à ces zones de couleurs. J’essaie de dessiner les pierres, les marches, les statues, le Bouddha… J’éprouve des difficultés à être satisfaite de mon travail mais, pour une première, je me dis finalement que ce n’est pas si mal. Me reste alors à peaufiner mon dessin en travaillant sur les dégradés, les jeux de lumière et les ombres, grâce au fusain. L’exercice a été pour moi un moment de méditation, m’amenant à la conclusion que le dessin, c’est un peu comme la vie : un challenge et un travail sur soi. Mais c’est également un moment de plaisir.

Coline Cesbron

Un réveil en médias

Un matin peut être une réelle épreuve. Le simple bras sorti de la couette et il fait déjà froid, on entend le bruit de la pluie sur le velux, on rêverait de dormir un peu plus longtemps. La touche « répéter le réveil toutes les 5min » sur le portable est une habitude faisant en sorte qu’on court toujours après le tram. L’erreur à ne pas commettre dans ce genre de situation c’est allumer sa télévision. Apprendre les nouvelles du jour, écouter de la musique ou simplement avoir de l’animation dans la pièce : cette bavure peut s’avérer fatale pour un matin serein.

Ici, les éléments d’un matin raté apparaissent les uns après les autres. Le réveil sonne (c’est une reprise de « California Dreamin » par Jose Felliciano), un bâillement, un jus de fruit, le micro-ondes annonce que le thé est chaud, et la journée peut commencer. La zapette en main, histoire d’allumer le petit écran le temps de se préparer : le drame se produit ! Les chaines informationnelles soulèvent des questions politiques, évoquent des prises d’otages et assassinats, on parle d’avortement. Les chaines musicales diffusent des sons insoutenables pour les oreilles. On a quand même le droit à quelques dessins animés comme les Schtroumfs. Puis les chiffres du chômage et la météo (Evelyne Dhéliat parle d’un « beau système dépressionnaire »). Le clou du spectacle : le rire de Cyril Hanouna. Simultanément, nous avons le droit à un condensé de chefs d’œuvres télévisuels, montrant les biens faits de la France et de ses médias. A ce moment là, j’ai simplement envie d’aller me recoucher.

Coline Cesbron

La poupée et la peluche

La poupée et la peluche. (cc) Coline Cesbron (20/10/13)
La poupée et la peluche. (cc) Coline Cesbron (20/10/13)

Il fait beau et encore plutôt bon pour la saison. Certains longent les quais en rollers, d’autres admirent la Garonne assis sur des bancs. Il est environ 16h, c’est un samedi et les enfants sont de sortie. Sur le miroir d’eau, une petite fille pleine d’énergie fait trempette depuis un certain temps, sous le regard averti de son papa qui prend soin de garder en sécurité l’ours en peluche de sa fille. Non loin de là, une jeune femme en robe noire et talons, en pleine séance photo, prend la pose devant l’objectif d’un jeune homme au chapeau. Elle est coquette, on dirait une poupée. Soudain, les deux scènes se rencontrent.

Au premier plan, le jeune homme au chapeau semble pointer son objectif sur la petite fille. Puis on aperçoit la jeune femme en robe et talons au second plan. C’est elle que le photographe ambitionne. La petite fille, n’ayant rien remarqué du tout, courrait vers son papa afin de récupérer sa peluche et coupe innocemment le champ visuel au photographe. Ce qui m’intéressait ici c’était de voir la petite fille au centre, le photographe et la jeune femme de part et d’autre du cadre afin de maintenir l’illusion. Il est possible de reconnaître le papa juste de dos de part son allure et la peluche dans sa main, voir sa tête dans le cadre m’importait donc peu. Le choix du noir et blanc permettait selon moi d’estomper certains détails inutiles de l’image, le lieu étant riche, lumineux et coloré. Ce choix donnait également à la photo un côté authentique et traditionnel qui me plaisait.

Coline Cesbron

Perception en évolution

Perception en évolution. (cc) Coline Cesbron (06/10/2013)
Perception en évolution. (cc) Coline Cesbron (06/10/2013)

En 1990, date de ma naissance, mes parents décident de m’appeler Coline. Le choix de ce prénom est plutôt inhabituel pour l’époque. Mes parents y verront une légère référence à Coline Serreau, après la réalisation de Trois hommes et un couffin en 1985. A l’heure où toutes les petites filles se prénomment Audrey, Elodie ou Marine, les gens écarquillent les yeux lorsque je leur dis mon prénom. « Pardon ? Pauline vous dites ? ». Durant mon enfance, je n’ai pas compris le choix de mes parents. Pourquoi avoir préféré l’originalité à la conformité, je dirais même à la « normalité » ? Aujourd’hui, j’ai grandi et j’aime mon prénom. Je me retrouve très rarement en face d’un homonyme et ne me verrai tout simplement pas m’appeler autrement.

Qu’illustre ce collage selon moi ? C’est l’évolution de la perception que j’ai de mon prénom. On peut y voir deux parties. La première à gauche reflète l’enfance, avec ma date de naissance, un bébé, ainsi qu’un enfant en réflexion sur la normalité. Les anges autour du prénom me font penser à un faire part de naissance. Une flèche dirige le regard à droite vers la deuxième partie, exprimant  le passage à l’âge adulte. Nous y voyons une jeune femme sereine, avec le regard déterminé. Des cœurs et sourires y symbolisent le fait qu’elle affectionne son prénom et le porte avec fierté. Elle me fait penser à moi ! Le nom des gens, c’est le titre d’un film que j’apprécie particulièrement, réalisé par Michel Leclerc et Baya Kasmi en 2010.

Coline CESBRON