Tous les articles par colinecesbron

Monsieur Patate

Monsieur Patate (cc) Coline Cesbron 16/03/14
Monsieur Patate. (cc) Coline Cesbron (16/03/14)

Monsieur Patate est un jouet pour enfant constitué d’une tête plastique en forme de pomme de terre et de plusieurs éléments pouvant la décorer. Ce jouet, provenant des Etats-Unis, fait le bonheur des enfants depuis 1952. J’y ai beaucoup joué étant petite et je crois que, même aujourd’hui, si je croisais un Monsieur Patate je m’amuserais avec. Il paraît que l’on appelle ça le syndrome de Peter Pan… Monsieur Patate est effectivement personnalisable à volonté, c’est ce qui m’a plu et me plait dans ce jouet : pouvoir créer et recréer une multitude de visages par le biais de combinaisons tantôt réalistes, tantôt loufoques : qui ne s’est jamais essayé à placer les yeux à la place du nez et les oreilles à la place de la bouche ?

Pour ce collage, j’ai choisi de représenter l’univers enfantin à travers le Moi actuel. Ce choix reposait sur l’idée d’illustrer la barrière parfois floue entre l’enfance et l’âge adulte. Quelle part d’enfance y-a-t-il en chacun de nous ? J’ai ainsi utilisé Photoshop afin de détourer quelques éléments constituant le visage de Monsieur Patate. J’ai ensuite insérer ces éléments sur mon portrait en les agrandissant ou les rétrécissant si besoin. Le résultat donne le sentiment que mon visage a été utilisé de la même façon que le célèbre jouet. Ainsi, la photo actuelle contraste avec l’aspect plastique des éléments liés à l’enfance, s’intégrant pourtant dans un tout cohérent. L’image illustre donc à la fois la contradiction et le naturel du retour à l’enfance chez l’adulte.

Coline CESBRON

 

J’ai retrouvé un calepin dans mon grenier

J'ai retrouvé un calepin dans mon grenier (cc) Coline Cesbron 01/03/14
J’ai retrouvé un calepin dans mon grenier (cc) Coline Cesbron 01/03/14

Voici une superposition de trois photos : l’une prise sur le miroir d’eau à Bordeaux, une autre effectuée avec la technique du light painting dans un appartement et enfin un autoportrait devant un miroir. Sur Photoshop, j’ai effectué quelques expérimentations. D’abord, j’ai placé les images de telle sorte que chacun des éléments ne se chevauchent pas trop. Puis, j’ai ajouté sur le tout une courbe de transfert de dégradé teinté de rose. J’ai ensuite ajouté à chaque image un filtre «tracé des contours», leur conférant cet effet «dessin».  Et enfin, j’ai joué un petit peu avec la luminosité, le contraste ou la saturation des photos avant d’insérer des effets de dégradés roses dans les coins de l’image.

Le résultat obtenu m’a rapidement fait penser à un croquis, ou plutôt un mélange de croquis, avec des traits de construction apparents. Il semblerait que dans un calepin resté fermé trop longtemps et mis aux oubliettes, trois croquis réalisés au crayon à papier et feutre rose se seraient entremêlés. Chacun aurait déteint les uns sur les autres et le feutre rose abimé les coins de l’image en bavant. Le croquis du bas avec la petite fille sur le miroir d’eau serait un souvenir d’enfance auquel la jeune femme devant le miroir est en train de songer. Les silhouettes roses, elles, semblent être des apparitions spectrales, apportant à l’image un aspect hanté.

Coline Cesbron

 

« Satisfaction garantie » – séquence 7

Sitôt habillée, elle se rendit comme une météore de la chambre à coucher à la cuisine. C’était sa maison, après tout, et si elle n’était pas une maniaque du ménage, elle aimait à voir sa cuisine propre. Il aurait dû attendre qu’elle vint lui donner ses ordres…

Mais lorsqu’elle pénétra dans le sanctuaire où elle procédait à l’élaboration des repas, on aurait pu croire que la fabrique venait de livrer un bloc de cuisine flambant neuf, à l’instant même.

Elle demeura immobile de saisissement, tourna les talons et faillit se jeter dans Tony. Elle poussa un cri.

– Puis-je vous aider ? demanda-t-il.

– Tony… (Elle domina la colère qui venait de succéder à sa frayeur) il faut que vous fassiez du bruit en marchant. Je ne peux pas supporter que vous me tombiez dessus comme un fantôme… Ne vous êtes-vous servi de rien dans la cuisine ?

– Mais si, madame Belmont.

– On ne le dirait pas.

– Je l’ai nettoyée après avoir préparé le déjeuner. N’est-ce pas l’habitude ?

Claire ouvrit de grands yeux. Que pouvait-elle répondre à cela ?

Elle ouvrit le compartiment qui contenait les ustensiles, jeta un regard rapide et distrait sur le métal qui resplendissait à l’intérieur, puis dit avec frémissement dans la voix :

– Très bien. Tout à fait satisfaisant !

Si, à ce moment, il se fût épanoui, si les coins de sa bouche se fussent tant soit peu relevés, elle aurait eu un élan vers lui, elle en avait l’impression. Mais c’est avec un flegme de lord anglais qu’il répondit :

– Je vous remercie, madame Belmont. Vous plairait-il d’entrer dans la salle de séjour ?

Séquence 6 (cc) Coline Cesbron (09/02/2014)
Séquence 6 (cc) Coline Cesbron (09/02/2014)

Pour ce billet dessin, je me suis chargée de la séquence 7 du story-board. Ce travail collectif est basé sur l’adaptation d’une nouvelle écrite par Issac Asimov. Chacun de nous a eu pour mission de dessiner trois croquis par séquence choisie. Dans cette histoire, racontant l’arrivée d’un robot humanoïde chez un couple où la femme est dénigrée par son mari, j’ai fait le choix de dessiner la séquence dans laquelle Claire sort de sa chambre et reste immobile de saisissement devant la propreté de sa cuisine. Elle pense d’abord que Tony ne s’est servi de rien, mais celui-ci lui annonce qu’il a simplement tout rangé et nettoyé derrière lui. Claire est à la fois surprise et en colère, avant d’être finalement satisfaite.

Pour effectuer ce travail, je me suis d’abord entrainée à dessiner des perspectives afin de réaliser le croquis de la cuisine. Puis, j’ai observé quelques dessins de visages sur Internet afin de voir quelles seraient les proportions des visages des personnages que je comptais représenter. J’ai donc regardé des visages de femmes, notamment de femmes surprises, puis des visages de robots humanoïdes (dont les traits sont très lisses et les expressions totalement neutres) : le personnage de Odi dans la série Real Humans m’a aidé à penser Tony. J’ai fait le choix de représenter Claire au niveau de la porte de la cuisine sur le croquis n°1 afin de montrer qu’elle y arrive juste. Le croquis n°2 montre sa stupeur face à l’état quasiment neuf de sa cuisine. Pour le croquis n°3, me sentant limitée dans mes compétences en dessin, j’ai préféré dessiner le visage neutre et sans expression de Tony, se tenant droit devant Claire (qui elle est stupéfaite) afin de représenter le champs/contre-champs de leur dialogue et le contraste de leurs visages respectifs.

Coline Cesbron

Peinture angélique et lumière démoniaque

Peinture angélique et lumière démoniaque (cc) Coline Cesbron 26/01/14
Peinture angélique et lumière démoniaque (cc) Coline Cesbron 26/01/14

Cette semaine, nous avons eu l’occasion de découvrir la manière dont Alain Fleischer utilise le miroir pour créer « l’illusion de l’identité », et celle dont Georges Rousse exploite l’anamorphose  afin de tromper l’œil. C’est en partant de la citation de Georges Méliès – « ce n’est peut être pas un hasard si image est l’anagramme de magie » – que l’objectif de ce billet a été défini : façonner et raconter une histoire de façon magique et onirique. En songeant aux photographies d’Alain Fleischer, j’ai commencé à penser au reflet, à la transparence et à l’illusion. Mais le travail de construction et de sculpture de Georges Rousse me paraissait tout aussi intéressant. J’ai donc choisi de m’inspirer des deux artistes dans leur rapport à l’illusion, l’identité (pour Fleischer), ainsi qu’à la construction et la couleur (pour Rousse). Dans un souci de modernité – et parce que cette technique a toujours suscité ma curiosité – j’ai eu envie d’effectuer une photo en light painting.

Pour cette photo, j’ai plongé mon appartement dans le noir quasi complet. J’ai posé l’appareil sur un trépied avant d’effectuer la mise au point. Il a fallu régler le cadre, je me suis donc positionnée devant l’objectif dans la peau des deux personnages afin de savoir exactement où je devais me placer entre deux intervalles de prise de vue. Les paramètres ont été définis à 30 secondes pour la vitesse d’obturation – je changeais de position à partir de 15 secondes afin que les deux personnages aient le même temps d’exposition – et le diaphragme a été ouvert à 5.6 afin de ne pas laisser rentrer trop de lumière dans le boitier, l’objectif étant que les deux lumières (blanche et rouge) autour des corps ressortent plus que le reste. Sylvain m’a aidée en utilisant la moitié du temps d’obturation pour chacune des deux positions afin de redessiner les contours de mon corps grâce à la lumière de son téléphone.

Cet exercice de light painting a été un moyen de m’essayer à cette technique mais surtout d’aborder le thème de l’identité – sujet qui me tient à cœur. Nous pouvons apercevoir sur cette image un ange et un démon. L’un souriant, en position de prière et portant des ailes blanches. L’autre, se tenant en face, en position agressive et portant une queue de diable rouge. Ces deux « personnages » représentent les multiples personnalités – parfois contradictoires – que nous portons en chacun de nous. Ils peuvent également être l’allégorie du Bien et du Mal, souvent personnifiés au cinéma ou plus largement être les symboles de l’humanité – constamment portée par de multiples débats ou guerres entre des groupes divergents. Cette image marque l’opposition, la contradiction de ce monde et de chacun des éléments qui le composent. De manière plus subjective, on remarquera que sur cette photo le Bien écrase le Mal de par sa taille, reflétant probablement le trait de ma personnalité qui l’emporte le plus sur l’autre.

Coline Cesbron

 

« I have a dream »

Le rêve de Martin Luther King était de voir les Hommes coexister en harmonie et vivre égaux. Son célèbre discours « I have a dream », prononcé le 28 août 1963, fut un message d’espoir dans le monde entier. « En parlant comme il l’a fait, il a éduqué, il a inspiré, il a guidé non pas simplement les gens qui étaient là, mais les gens partout en Amérique ainsi que les générations à venir ».

En écoutant ces petits êtres s’exprimer sur les thèmes de l’amour, la différence et la famille, un mot m’est apparu : tolérance. Je vis dans l’espoir – peut être utopique – que le monde actuel sera fait, un jour, d’humains préoccupés par le respect de l’autre et dont la devise serait : aime ton prochain.

J’ai choisi de commencer cette écriture sonore par un discours puissant et très reconnaissable, comme une sorte d’accroche. Puis, j’ai réduit le volume du discours pour laisser jaillir les remarques d‘enfants les unes après les autres, en conservant la voix de Martin Luther King en fond. L’objectif de ce travail était avant tout de créer à la fois un lien et un contraste entre les deux éléments sonores. Le lien pour l’espoir, l’imagination et le rêve auxquels font référence les mots des enfants et ceux de Martin Luther King. Le contraste pour la distinction entre un discours historique, puissant, engagé et des remarques infantiles légères, simples, parfois sensées ou parfois délirantes. Les applaudissements de fin permettent de clôturer le tout, en apportant une touche de subjectivité à ce travail. Mais la réelle conclusion n’est autre que celle dite par Martin Luther King lui-même : « Je fais toujours ce rêve ».

Coline Cesbron