Tous les articles par chloehernandez

Vacarme sur le track

Un gymnase, une simulation de match, un public, des joueuses, des patins. Je ferme les yeux et écoute ce qui se trouve autour de moi. Vacarme sur le track ! Le roller derby est un sport où la concentration règne. Etant moi-même une joueuse débutante, j’admire le mental de mes aînées qui arrivent à garder leur attention sur le jeu, malgré toute l’agitation et le brouhaha qui les entourent. Car oui, c’est un sport « mélodieux » : le bruit des patins, les cris répétés des coachs et des joueuses, les encouragements de la foule, les coups de sifflet des arbitres, sans oublier les sons parasites qui alimentent la cohue. Ce qui m’a marqué dans ce paysage sonore, c’est le bruit constant de la ventilation du gymnase qui fait office de bruit de fond. Bien évidemment toute personne présente dans la salle entendait son bruit mais sa présence semble être renforcée par l’enregistrement. Il dévoile ce que à quoi l’oreille s’habitue. J’ai voulu retranscrire une ambiance typique d’un entrainement de roller derby, dans un ordre chronologique, et de m’attarder sur les sons qui en résultent.  Les bruits de pas, les respirations, les voix, les roues sur le planché, la résonance du lieu donnent du caractère à la situation.

Peu de pistes ont été retouchées pour ce paysage sonore. J’ai joué avec les volumes, un peu maladroitement, car je ne maîtrise pas encore les astuces du montage sonore. Au départ je voulais filtrer la ventilation du gymnase sur toutes les pistes pour dégager les autres sons. À l’exception d’une piste, j’ai décidé de la laisser telle quelle car elle contribue à cette ambiance et je souhaitais retranscrire les conditions dans lesquels j’avais capté les sons. J’ai enregistré avec mon réflex ce qui n’offre pas le meilleur dispositif pour reproduire une atmosphère. Effectuer cette captation sonore m’a permis d’être plus attentive à ce qui m’entoure et me pousse à réitéré l’exercice pour traduire d’autres environnements.

Chloé Hernandez

Avant l’aube

(cc) Sergio Larrain
(cc) Sergio Larrain

« Avant l’aube. Avant que la ville s’éveille et reprenne vie. Elle vagabonde dans les rues, les joues rosies par le froid, évaluant les minutes qui la séparent de chez elle. La nuit est calme. Personne ne vient à sa rencontre. La nuit est calme, trop calme. » Pour ce billet sonore, nous devons raconter une histoire à partir de la photographie de Sergio Larrain, visible ci-dessus. À peine mes yeux se sont posés sur l’image que l’idée m’est venue. Un corps, ou plutôt des morceaux de chair emballés dans des feuilles de journal. Cette idée lugubre vient du fait que lorsque j’ai regardé la photo sur l’écran de l’ordinateur, je ne me suis pas aperçue de suite que l’action se déroulait en journée. Je décide alors de raconter une histoire qui précède la scène sur la photographie. L’intrigue se déroule donc la nuit, le journal comme témoin de ce qu’il s’est produit. Je commence à rédiger une petite histoire qui devient la trame de mon écriture sonore, dont les premières lignes se trouvent ci-dessus.

Je souhaitais raconter une histoire sans mots, uniquement à l’aide de sons. Avec mon réflex, j’ai filmé les scènes correspondantes à mon récit, en me mettant dans les situations exigées : la nuit, en extérieur, sur un sol pavé, à proximité d’un buisson. Certains bruits ont été captés en intérieur comme celui de l’agression, car il était plus difficile de les effectuer en extérieur. D’autres, proviennent de « soundbank », me permettant d’obtenir tous les bruitages dont j’avais besoin sans les réaliser. Effectivement, je me voyais mal découper un cadavre dans la rue… Le montage et le mixage ont été fait sur le logiciel « Reaper », avec lequel j’ai joué sur les volumes des pistes sonores, afin de produire différents ressentis. L’atmosphère inquiétante du début de la piste varie au fil du récit sonore et change totalement à la fin, lorsque les oiseaux se mettent à chanter, annonçant l’aube d’une nouvelle journée, prometteuse…

Chloé Hernandez

Le chant des couleurs

(cc) Chloé Hernandez (10/11/2013)
(cc) Chloé Hernandez (10/11/2013)

Alberti disait, « un tableau est une fenêtre ouverte sur le monde« . Cette phrase, me vient en tête à chaque fois que je pense à un lieu qui m’inspire. Le lieu qui m’inspire le plus est un lieu qui n’existe pas. Il est imaginaire. C’est un endroit que j’aperçois lorsque je ferme les yeux et que mon esprit divague. C’est un ciel, une vaste entendue colorée. Un passage vers un autre univers. Par une succession de couleurs, le chemin se crée. La dominante orangée éveille en moi l’attraction. La teinte chaleureuse de cette peinture m’évoque un aspect rassurant et bienveillant. Seule la partie de droite est caractérisée par une température de couleurs différente. Peut-être ce vert symbolise-t-il une autre direction à suivre ? Nous indiquant ainsi que le chemin se propage, au delà du cadre, nous conduisant vers d’autres champs de couleurs. Tel le chant hypnotique des sirènes, le centre de la toile m’attire. Il offre comme un puits sans fond, une ouverture vers un lieu inconnu. Je tombe là, aspirée par ce flux de couleurs et me laisse envahir par les émotions qu’il m’apporte.

La peinture acrylique est le médium que j’ai utilisé pour réaliser cette toile. Divers outils m’ont permis d’étendre la peinture. A l’aide d’une éponge, j’ai constitué un fond uni, avant d’effectuer des mouvements circulaires, mélangeant ainsi les couleurs sur le support. Je change d’outil et choisis un pinceau avec lequel je répartis la peinture différemment. A chaque outil, sa gestuelle. Je tamponne, frotte, griffe la matière afin d’obtenir des volumes variés. Je laisse libre cours à mon ressenti. La couleur me guide et les formes se dessinent devant moi. Cette création, purement subjective, reflète cet « endroit », celui dans lequel mes émotions sont les plus fortes et où l’inspiration m’emporte. Il s’agit de ma « fenêtre ouverte sur le monde ».

 Chloé Hernandez

La jeune Rose

(cc) Chloé Hernandez (20/10/2013)

Cela fait plusieurs minutes que je suis ici à scruter les passants. Je photographie, à l’aide de mon téléphone portable, toute personne à proximité.  Grâce à lui je peux agir en toute discrétion.  Je multiplie les photos et attends que « quelque chose » arrive. J’essaye de capter, de traduire une histoire, celle de ces promeneurs du dimanche, qui se rendent je ne sais où. Je suis les mouvements de la masse. Soudain, elle apparaît, révélée par les déplacements des passagers. Elle est là, vêtue de rose, au milieu de la foule qui se précipite à l’intérieur du tramway. Elle semble figée, hors du temps, alors que tout est mouvement autour d’elle. La couleur vive de ses vêtements la sépare du reste du monde. Malgré l’attroupement, elle est isolée. Tandis que tout est monotone, elle apporte chaleur et lumière autour d’elle. C’est la première personne qui remarque ma présence. Elle me fixe, s’interrogeant sur ce que je fais. Peut-être est-elle intriguée par mon attitude statique, qui reflète sa position. Ou tout simplement ai-je attiré son attention, parce que moi aussi, je suis vêtue de rose.

Rester immobile était pour moi le meilleur moyen d’observer et capter ce qui se déroulait devant moi. Je me devais d’être là et de saisir le bon moment. Les portes du tramway se sont ouvertes, les passagers ont commencé à descendre et en quelques secondes je me suis retrouvée submergée par la foule. Je suis restée à ma place en observant le cadre qui évoluait devant moi. La « jeune Rose » se dévoilait au fur et mesure que la foule se déplaçait. On aurait cru qu’elle m’attendait, statique, comme si elle s’était positionnée par rapport aux autres éléments présents sur  la photo. Le hasard a rajouté de la subtilité à la scène : la jeune Rose est l’unique visage que l’on distingue et elle est l’unique regard perceptible dans le cadre. Son regard vif, la couleur de ses vêtements, sont les contrastes qui donnent une force à cette photographie.

Chloé Hernandez

La plante humaine

La plante humaine. (cc) Chloé Hernandez (06/10/2013)
La plante humaine. (cc) Chloé Hernandez (06/10/2013)

Le prénom Chloé tire son origine du nom grec « Khloê » qui se traduit par « jeune pousse », « herbe naissante » ou encore « la verdoyante ». Un prénom féminin qui se veut d’une origine botanique. Mais qu’est ce donc qu’un prénom ? C’est un mot qui désigne et caractérise un être vivant. Même les plantes possèdent des noms. Qu’est-ce qui me distingue alors des végétaux ? Il semblerait que tout nous oppose. Mais nos points communs sont peut-être plus généraux. Mon prénom évoque ce que je suis : un être vivant. Tout comme la plante, j’ai des besoins vitaux. Le soleil, l’eau, l’air et la terre sont indispensables à mon développement et à ma survie. L’humain en dépit des apparences, ne reste pas moins qu’une plante parmi tant d’autres.

Dans ma volonté de faire ressortir les similitudes entre les êtres humains et les plantes, j’ai cherché a constituer un collage qui montrerai la plante à laquelle je pourrais ressembler. Au fil des pages des magazines que je feuillette, je constate que la femme est très souvent désignée par ses membres inférieurs. Les membres élancés des modèles m’évoquent la silhouette d’un branchage. Je décide de conserver l’archétype féminin et de composer une forme qui mentionne la féminité de mon prénom ainsi que son identité végétale.  Les jambes deviennent alors des branches qui se superposent aux quelles j’ai ajouté des mains, symbole de création et de savoir faire. Une petite remarque qui rappelle que la femme ne se limite pas à une paire de jambes. Tout en prolongeant les membres, les doigts apportent une identité propre à la plante. Ils fournissent des empreintes digitales et caractéristiques humaines. Les cheveux font offices de racines et puisent leur origine en dehors du format A3. Les branches dépassent elles aussi du cadre sous entendant qu’elles continueront à se développer. Cette plante humaine a également des yeux mais pas de bouche, car si les végétaux ne parlent pas, ils nous observent.

 Chloé HERNANDEZ