Tous les articles par chloehernandez

“Satisfaction garantie” – séquence 17 bis

“Elle avait lancé les invitations et, comme Tony l’avait prévu, elles furent agrées. Il ne lui restait plus à présent qu’à attendre l’ultime soirée. Elle vint en son temps. La maison était méconnaissable au point qu’elle s’y trouvait presque étrangère. Elle la parcourut une dernière fois – toutes les pièces avaient changé d’aspect. Elle-même portait des vêtements qui lui eussent paru invraisemblable autrefois… mais une fois qu’on a osé, ils vous apportent confiance et fierté. Devant le miroir elle essaya une expression d’amusement condescendant et le miroir lui renvoya magistralement sa moue hautaine. Qu’allait dire Larry ?… Curieuse chose, elle ne s’en inquiétait guère. Ce n’est pas lui qui allait apporter des jours d’activités passionnées. C’est au contraire Tony qui les emporterait avec lui. Phénomène étrange entre tous ! Elle tenta de retrouver l’état d’esprit qui était le sien, trois semaines auparavant, et n’y parvint aucunement.”

(cc) Chloé Hernandez (23/03/2014)
(cc) Chloé Hernandez (23/03/2014)

Le storyboard. Comment donner vie à une séquence, traduire le texte en image ? Je devais illustrer le passage ci-dessus et tenter de comprendre comment il nous serait montré au cinéma. Chercher la mise en scène, les plans les plus judicieux, afin de rester fidèle au récit original, mais surtout de rendre possible l’adaptation cinématographique.

J’ai opté pour un travelling latéral nous révélant les pièces de la maison transformée, plutôt que suivre la protagoniste au travers des différents espaces, car je ne pense pas que ce point de vue aurait été intéressant uniquement pour désigner la transformation des lieux. Il aurait au contraire, centré l’action sur le personnage de Claire marchant à travers la maison. Sur la seconde vignette, j’avais imaginé une nouvelle fois un travelling mais vertical cette fois-ci, suivant le corps de Claire – et donc sa propre métamorphose – des pieds jusqu’au menton. Elle est en train d’ajuster ses nouveaux vêtements devant le miroir. Un symbole fort. Elle contemple son reflet de femme digne et fière, capable de rivaliser avec ses voisines. Le travelling s’arrête juste avant de dévoiler le visage de Claire, nous passons au plan suivant. Le gros plan nous présente son reflet dans le miroir, une partie d’elle, de dos, en amorce. J’ai choisi cet angle de vue pour illustrer ce qui était dit dans le texte. Son expression devant le miroir, la contemplation de la “nouvelle” elle, celle qui va accueillir les mégères et qui se sent armée face à l’adversité, grâce à ses nouveaux vêtements.

J’ai imaginé le personnage de Claire, une fois “relooké” par Tony, comme une sorte de “Bree Van de Kampt” (personnage de la série Desperate Housewives), une beauté distinguée des quartiers chics. Je l’ai habillé d’un chemisier de satin bleu pour renforcer le côté “banlieusard” et renforcer la dignité du personnage à arborer des vêtements qu’elle n’osait porter autrefois et qui la rendent fière aujourd’hui.

 Chloé Hernandez

Dark doo wap

(cc) Chloé Hernandez (01/03/2014)
(cc) Chloé Hernandez (01/03/2014)

Superposition, surexposition, incrustation, lumière tamisée, crue, je joue avec les trois photos qui me servent d’ingrédients pour créer cette photo expérimentale. Aucune intention de départ. Je superpose les photos les unes sur les autres. J’ajoute des effets, je mélange, je transforme et je m’arrête. Ce qui apparaît sous mes yeux me plaît, quelque chose commence à se former. Puis je recommence, j’ajoute, je supprime, je modifie certains effets pour trouver “autre chose”. Le plus dur dans ce genre d’exercice, c’est d’aller plus loin, d’oser recouvrir son travail d’une nouvelle couche, d’abandonner une substance pour voir une autre naître. Toucher au côté “sacrale” de son oeuvre en détruisant ce qu’on a créé pour construire de nouveau. Le hasard a sa part de réussite. Il permet aux différents éléments sur la photo de trouver leur harmonie et de créer un ensemble visuel cohérent.

En regardant l’image qui résulte des trois autres photos,  j’ai l’impression d’être confrontée à une photo en cours de développement. Elle dégage un aspect énigmatique, étrange, que l’on a envie de comprendre. Une photo qui peu à peu livre ses secrets, son histoire en se dévoilant.

Chloé Hernandez

Poupée de cire, poupée de feu

(cc) Chloé Hernandez (11/02/2014)
(cc) Chloé Hernandez (11/02/2014)

En regardant le travail d’Alain Fleischer beaucoup d’interrogations me venaient en tête. La photographie conceptuelle gardait pour moi ses mystères. L’idée d’aborder la photographie sous cet angle m’inspirait et m’intriguait. Alain Fleischer utilisait des jouets dans quelques unes de ses œuvres, j’ai donc décidé de reprendre cet objet comme ligne conductrice entre nos travaux.  Mon choix se porta sur une ballerine, dont la possibilité des mouvements me semblait intéressante pour ma composition. J’imaginais le personnage les bras levés et la jambe jetée en arrière, de façon à jouer avec la géométrie des formes.  Concernant l’ambiance, le cadre dans lequel je souhaitais le placer, il me fallait une lumière douce et chaleureuse, presque intime. Quoi de mieux que des bougies ? Chandelles et chauffe-plat ont été placées en cercle autour de la danseuse. Je voulais jouer sur le temps de pause et profiter de l’effet de reproduction et de superposition que les flous de mouvements apportent, dans le but de susciter l’interrogation et amener un aspect mystérieux à la photographie.

Une fois mes éléments placés de façon assez géométrique sur mon support, j’ai installé mon reflex sur un trépied en plongé, plaçant le spectateur au dessus de la scène qui se déroule devant lui. L’unique source de lumière provenait de la lueur des bougies, pour garder cette volonté d’univers doux et préservé. Ma distance focale fixée à 55mm, j’ai basculé mon appareil en mode manuel, fermé au maximum mon diaphragme sur f/22 et réglé le temps de pause à trente secondes. Un temps véritablement long mais nécessaire pour la réalisation de mes envies. Toutes les dix secondes (ou presque), je me suis déplacée avec mon trépied et fait le tour de la table, jusqu’à que la photo se prenne. Les flous de mes mouvements donnaient une certaine allure à la lumière des bougies, qui se transformait en faisceaux lumineux, à la manière du light painting. Chaque changement d’angle de vue accentuait la multiplication des bougies mais aussi de la ballerine, qui apparaissait à différents endroits sur l’image. Cependant, la liaison des faisceaux lumineux semblait à force, créer trop de confusion à l’ensemble visuel. J’ai donc choisi, au lieu de déplacer l’appareil, de simplement faire pivoter l’axe horizontalement et de modifier le zoom pendant la prise de vue. Les rayons lumineux alors sont devenus plus ordonnés et géométriques. En modifiant les déplacements, l’image s’est structurée en accrochant le regard sur des lignes verticales et horizontales.

La photographie conceptuelle relève-t-elle toujours de la réflexion ? Pour ma part l’idée était là, mais je n’avais pas le résultat fini en tête. C’est en effectuant plusieurs clichés et modifiant mes intentions de départ que j’ai pu arriver à ce résultat. Les premières images reflétaient ma première pensée mais la confusion lumineuse commençait à nuire à la photographie. En choisissant de bouger l’angle de vue sans déplacer l’appareil, des mini espaces  géométriques se sont créées dans la photo. Une barrière de lumière, qui emprisonne la danseuse dans un espace limité de l’image. Le flou présent sur le bas de son corps lui donne un aspect fantomatique, telle une âme errante, suivant le chemin de lumière dessiné par les bougies.

Chloé Hernandez

Rendez-vous aux Moulins

(cc) Chloé Hernandez (26/01/14)
Rendez-vous aux Moulins. (cc) Chloé Hernandez (26/01/2014)

« Café les “2 Moulins”. J’y suis souvent à partir de 16h00 ». C’est ce que je peux lire sur le petit écriteau qu’elle tient entre ses mains. Un rendez-vous. Dois-je m’y rendre ? Mais qui est-elle ? Cette inconnue semble vouloir garder l’anonymat, du moins jusqu’à notre rencontre. Elle qui m’envoie ses photos en prenant soin de ne jamais dévoiler son identité en masquant toujours une part de son visage. En assemblant les petits morceaux de papier, j’ai pu reconstituer la dernière photo et découvrir le lieu de rendez-vous. C’est un jeu, elle m’invite à la retrouver. Le meilleur moyen de savoir qui elle est d’aller au café indiqué.

En lisant la consigne, qui consistait à réaliser son portrait en collage, j’ai rapidement pensé à une image de photomaton, déchirée et découpée tel les morceaux d’un puzzle. Naturellement, ce détail m’a fait pensé au film « Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain », qui est l’un de mes films favori. L’une des « intrigues » du film demeure sur l’identité de l’homme qui se photographie et se débarrasse aussitôt des ses clichés. Le personnage d’Amélie reprend le processus du photomaton pour donner rendez-vous à l’homme qu’elle aime et qu’elle n’a jamais réellement rencontré. En guise de citation j’ai donc moi aussi utilisé le principe du photomaton, dans le cas présent il s’agit d’un « photomaton en ligne », pour donner rendez-vous à la personne qui reconstitue le puzzle de ma photo, quelle qu’elle soit. A l’aide d’une feuille de Canson noire, je me suis fabriquée un écriteau avec le texte exacte sur lequel Amélie donne rendez-vous à son amant. Comme je n’avais pas de papier photo, j’ai imprimé et découpé mon portrait afin de le coller sur un papier plus épais. J’ai froissé mon collage avant de le déchirer pour donner à croire que l’expéditeur insistait pour que le destinataire reconstitue la photo. Tel un détective, le destinataire cherche à assembler toute les pièces du puzzle pour résoudre l’énigme.

Chloé HERNANDEZ

 

Le monstre qui n’avait pas de nom

(cc) Chloé Hernandez (12/01/2014)
(cc) Chloé Hernandez (12/01/2014)

“Il était une fois, un monstre qui n’avait pas de nom”. Tel est le début d’un conte pour enfant qui m’inspire le titre de cette photographie. Lorsque j’ai entendu les mots “intérieur” et “intimité”, qui devaient servir de ligne conductrice pour notre travail, je me suis alors demandée ce que représentait pour moi la notion d’intimité. Très vite,  j’ai songé à quelque chose d’enfoui, de profond, quelque chose à l’intérieur de nous et qui nous définit. Mais qui sommes-nous ? D’un point de vue psychanalytique, il est impossible de répondre à cette question. Il y a une opacité qui masque ce qui se trouve au plus profond de nous. J’ai donc souhaité représenter ce qui pouvait se trouver derrière ce voile et qui symboliserait mon intimité. L’image d’un cocon m’est venue, un endroit confiné qui protège et abrite une partie de moi. Une partie que j’ai du mal à nommer, qui se dissimule derrière le voile de mon inconscient. Elle vit là et se tapît dans l’ombre de mes pensées. Cette créature sans nom fait de toute évidence partie de moi, elle y a installé son nid et ne compte pas se déloger.

Pour réaliser la tanière de la créature, il fallait un univers obscur, j’ai donc accroché des bandes noires sur les murs en guise de fond. J’ai confectionné ensuite son nid à l’aide de branchage. Puis, pour les besoins de la photo, j’ai dû me métamorphoser en cette créature, lui donner une apparence concrète afin qu’elle puisse s’exprimer. Elle qui d’ordinaire vit cachée, je devais m’immiscer dans son intimité, la révéler aux yeux de tous.  De longues et interminables minutes de préparation : maquillage, coiffure, lentilles de contact et déguisement contribuent à donner vie au “personnage”. Avec un trépied, j’ai positionné mon réflex en plongée avec un cadrage serré sur le nid. Comme je souhaitais garder un effet assez sombre pour représenter l’antre du monstre, j’ai fermé le diaphragme de mon objectif sur f/6.3 et réglé un temps d’exposition de cinq secondes, permettant l’apparition de quelques éléments, sans trop de luminosité sur la photo. Je me suis ensuite accroupie à côté du nid fixant l’appareil, avant de déclencher la photo grâce au retardateur. Au fur et à mesure que les clichés se prenaient, j’ai décidé de profiter du temps de pause assez long pour me décaler de ma place initiale. Je découvre alors, que le hasard des flous de mouvements apporte du caractère à cette créature, à la fois chétive et impressionnante, en lui donnant un aspect presque irréel.

J’ai choisi de garder une des photos issues de la série des “flous de mouvements” car je trouve l’aspect fantasmagorique de la créature renforcé et curieux. Sur la photo, seul le nid donne l’impression d’être bien présent alors que la bête disparaît, nous laissant dans le doute sur sa réelle présence. Ce n’était pas mon intention de départ, mais je trouve intéressant que le nid et les plumes deviennent les témoins de ce qui vient de se passer. Parce que si ma première volonté était de montrer la présence de cette partie inconnue de moi-même et de la présenter comme une créature étrange et craintive, le résultat en est quelque peu différent. Nous voilà confronter à une créature agressive, une prédatrice qui semble s’être attaqué au nid géant et qui est en posture de réitérer son assaut. L’aspect méfiant que je pensais lui donner a laissé place à une allure dominatrice. Le flou, lui, alimente l’interrogation qui l’entoure : mais qui est-elle ? Protège-t-elle mon inconscient ou au contraire, dois-je craindre sa présence ?

Chloé Hernandez