Tous les articles par camillenivat

Samedi, c’est barbecue!

Espace sonore? J’avais déjà imaginé au préalable un billet son autour de la thématique “un barbecue entre amis”. Je suis donc restée  sur cette lancée. Je souhaitais prendre des sons directs, que j’avais moi-même enregistrés et compléter le tout avec des sons pris sur le net. L’enchaînement des événements a, cependant, changé. En effet,  la scène devait se passer un jour de grand soleil et finalement, le temps, le jour de l’enregistrement, était particulièrement maussade. J’ai donc écrit mon espace sonore comme si la pluie se mettait à tomber au milieu de la prise. Pour ce qui est de l’écriture d’un point de vue de l’endroit d’où vient le son, je n’avais jamais essayé ces manipulations sur Adobe première. J’ai donc du trouver comment faire et même après cela, j’ai eu du mal à rendre réelle mon idée de base. J’ai eu l’impression de ne pas avoir assez de piste pour mener à bien mon concept. Je ne sais donc pas si mon son est réellement compréhensible.

Camille Nivat

Experiment!

Pour ce deuxième billet son, l’idée ne m’est venue  que très tard. Ce n’est que la veille du rendu que j’ai enfin pensé à un concept intéressant. Seul problème, je n’avais plus beaucoup de temps… Je comptais raconter l’histoire d’une expérience: deux personnes, moi et mon frère, seraient confrontées à la routine du dimanche soir de notre enfance. Elles consistaient en une plâtrée de pâte, (que je n’ai pas insérée dans mon billet son) mangée devant l’émission “ca cartoon”. J’ai dû enregistrer moi-même beaucoup de son que je ne trouvais pas sur les sites gratuits Je me suis donc plus confrontée aux problèmes de prise de son, du terrain que pour mon premier billet. Cependant, les bruits issus de banque de son sont toujours présents dans mon travail. Je souhaitais rendre compte de la réalité de la situation tout en insérant des sons dont il est difficile d’établir la source. En effet, nous pouvons entendre des interférence de radio de guerre (son repris de mon premier billet), des grincements étranges. Le mobilier que nous entendons vers la fin de la séquence peut interroger de par le fait qu’il est en intérieur, et qu’il n’a rien à voir avec la situation initiale. L’expérience se transforme en quelque chose qu’il est très difficile à comprendre. Comme si l’expérience n’avait été qu’un rêve ou un cauchemar. La fin de mon billet son consisterait en un mélange psychique, une sorte de son subliminal.

Camille Nivat

Back to the futur

Sujet libre? Au départ, aucune idée ne me venait… Parfois, une bribes de concept fleurissait dans mon esprit. J’essayais mais je n’arrivais pas à recréer concrètement ce que je m’étais imaginé. Mes ébauches n’étaient pas concluante. Je ne trouvais pas l’inspiration. C’est bien plus tard, en regardant le film Retour vers le futur, réalisé par Robert Zemeckis, que j’ai pensé à m’approprier cette histoire, à la réecrire. Dans ce billet, j’allais construire ma machine et raconter ma propre histoire de voyage dans le temps. Pour l’introduction, j’ai utilisé des sons d’outils normaux puisqu’il s’agit du passage qui se passe sur terre. Je n’ai pas ajouter d’effet à la voix du personnage. En revanche, pour la suite de ce billet, il a fallu que je trouve des sons du quotidiens qui puisse être utilisé dans le domaine de la science-fiction. J’ai utilisé des sons de voiture, des captations de certaines répliques de films, d’interférence radio, de micro-onde, pour créer le bruit de la machine qui remonte dans le temps. La voix du personnages a été ralenti et l’effet “réverbération” y a été ajouté. La chute de l’histoire est que la personne n’a pas atterri sur la bonne planète, sans vraiment savoir si elle a réussi à remonter dans le temps. Pour la langue de l’extra-terrestre, je me suis référé au film La soupe au choux.

Camille NIVAT

No explain

(cc) Camille Nivat (24/01/2015)
(cc) Camille Nivat (24/01/2015)

Photographie expérimentale ? Pour faire simple, il faut que j’expérimente… J’ai commencé par vouloir effectuer un travail manuel. J’ai donc imprimé mes trois photographies en format A4. Sans trop savoir où j’allai, je me suis mis à les découper en petits morceaux, puis à les mélanger les uns avec les autres. Je comptais  faire une mosaïque. Mais le résultat ne m’a absolument pas plu. J’étais même déçue de ce que je faisais pendant que je tentais de le réaliser. Il fallait donc que je trouve une autre approche. Je me suis intéressée à Photoshop. Seul problème… Je ne sais pas du tout utiliser ce logiciel. C’est sans doute pour ça que je m’étais, d’abord, tournée vers le bricolage. J’ai dû regarder sur internet comment faire fusionner deux images. Puis, avec mes quelques notions apprises en atelier de photographie, je me suis débrouillée pour ajouter des filtres. Plus simplement, j’ai cliqué un peu partout. Quand un effet ne me plaisait pas je l’annulais. J’ai dû rectifier les contrastes, la luminosité et ajouter quelques – beaucoup – de filtres pour atteindre ce résultat. L’un d’entre eux devait se nommer « contour d’encre ».

Pourquoi me suis-je arrêter à cette image? Tout simplement, parce que la fusion me plaît ainsi. J’avais vraiment envie de m’éloigner des trois photos pour créer quelque chose de totalement nouveau – une nouvelle image. Cependant, un petit problème s’est présenté lorsque j’ai voulu enregistrer ma photographie dans un format adapté. Le rendu n’était pas identique à l’image montrée dans la fenêtre Photoshop. J’ai donc décidé de photographier l’image sur mon écran d’ordinateur afin que les nuances soient celles que j’avais choisies préalablement. A l’instar des nuages dont on essaye de deviner la forme, cette image change d’allure en fonction du regardant. J’y vois, à la fois une vieille dame habillée d’un énorme manteau de fourrure, et la porte d’entrée d’une voie lactée fictive.

Camille Nivat

A poor lonesome cowboy

Le premier billet photo que j’ai réalisé n’était pas, à mes yeux, le meilleur. C’est pourquoi, j’étais quelque peu déçue de devoir créer du son en réponse à ce travail. Cette image représente un groupe de jeunes, qui rythmés par la musique country d’un chanteur de rue, s’est mis à danser. Il faisait nuit ; la place de l’Opéra était presque vide. Quels sons puis-je bien agencer à cette photographie ? Comment puis-je aborder ce son ? Comment puis-je intégrer ma propre voix ? J’aurai bien poussé la chansonnette… Mais encore faut-il savoir chanter ! Puis, l’Idée m’est venue. Et si je me transformais en un animateur radio ? Je serais un envoyé spécial, chargé de commenter un grand concours amateur de danse se déroulant à Bordeaux. En parallèle, j’amènerai des sons issus de mon véritable périple nocturne. En effet, avant de me retrouver sur le parvis de l’Opéra, je m’étais promenée, l’âme vagabonde, dans les rues du centre-ville. J’étais même allée jusqu’à la fête foraine qui s’était installée place des Quinquonces. La grande roue est d’ailleurs visible sur ma photographie. Pour ce billet son, j’ai d’abord fait l’inventaire des sons qu’il me fallait : des ambiances nocturnes de rue, des ambiances de fête foraine, des bruits de pas, des cloches de tramway. Mais aussi de vaisselle, de clefs dans la serrure. Je suis parvenue à capter une grande partie des sons en prise réelle, mais j’ai été contraint pour les autres de prendre des pistes audio sur internet. J’avais, également, besoin de bruits de grésillement radio. Je comptais agencer à ces sons très réalistes, une atmosphère très ambigüe, hors du temps – qui amène l’interrogation. C’est ainsi que j’ai intégré à ce billet des interférences de radios datant de la seconde guerre mondial ou bien encore des bruit d’ouverture de coffre fort. J’ai monté tous ces sons comme si deux histoires se battaient pour prendre toute la place sur la bande sonore : la première véritable et l’autre issu de mon imagination. C’est ainsi que le chanteur de rue country, qui était seul en réalité, s’est trouvé accompagné de musicien dans la bande sonore. Il m’a été difficile, ne m’y connaissant pas très bien en montage son, de travailler les transitions. J’ai dû m’y reprendre à plusieurs fois pour éviter les coupures un peu trop nette. Mais, au final, je suis tout de même parvenue à donner une certaine fluidité à ma création. Listen !

Camille Nivat