Tous les articles par camillecoquereau

Dancer in the dark

IMG_5813
(cc) Camille Coquereau (08/12/2014)

Une toupie virevolte sur une mer d’aluminium. Elle tourne inlassablement et se reflète dans cet univers sens dessus dessous. Je voulais créer l’illusion de l’envers et l’endroit qui se chevauchent, des reflets qui attirent les différentes couleurs et les répercutent, du mouvement dans un univers figé, du cadre dans le cadre… Je me perds moi-même à chercher ce que je souhaite montrer, mais c’est pour mieux perdre les spectateurs de l’image. Héritée d’un kinder surprise du calendrier de l’Avent, une toupie en carton a été sélectionnée pour être le personnage principal de cette photographie et tente de remplir son rôle.

Le décor est très vite mis en place. L’aluminium est étalé, le miroir le surplombe et ma lampe de bureau vient baigner ce plateau de sa lumière dorée. La toupie, en costume orangé, se fond aisément dans l’espace grâce à sa teinte. La gymnastique consiste ensuite à faire tourner la toupie et à réussir à la capter en plein élan, avec mon appareil photo compact. Je change plusieurs fois de vitesse d’ouverture, essayant de voir le rendu, pour finalement revenir au choix « auto », allant très bien. Après plusieurs tentatives, pas toutes réussies, j’aperçois ce cliché et avec lui une sorte de split screen, révélant deux angles de prise de vue de la scène se déroulant sous mes yeux.

A l’image d’une danseuse, la toupie tourne adroitement, sans accroc, avec un rythme constant. Mais où est-elle réellement ? Au premier plan, on ne distingue que son corps qui semble reposer au sol, légèrement flou. Au dessus, à l’arrière plan, la toupie  se déploie, créant un cercle parfait autour d’elle, comme une aura qui l’entoure.  Une deuxième vision semble possible, révélant une autre facette de l’objet présenté, telle une double vision fantomatique et irréelle. A chacun de chercher  alors qu’elle est la véritable scène qui se joue sous nos yeux.

Camille Coquereau

Fish Tank

IMG_5720
(cc) Camille Coquereau 16/11/2014

Un téléphone, quelques vêtements, un ordinateur, de la paperasse. Dans cet espace sans âme, appartement meublé tout droit sorti d’un catalogue Ikea, j’apporte ma touche personnelle. Si ce ne sont des objets, ce sont d’abord des gens, qui me contactent depuis Nantes, Lille, Avignon via les réseaux sociaux. Un foulard traine, souvenir d’un voyage fait récemment sur un coup de tête, quelques chaussures aussi, symbole de mes achats compulsifs. Les feuilles de cours se mêlent aux photos et autres éléments du passé qui trainent ici. Et moi dans tout ça ? Je suis spectatrice du monde que je me suis créé, tentant de me trouver une place dans cet univers figé.

Pour cette photo, j’ai utilisé mon appareil photo compact Canon, regrettant de ne pas avoir le superbe appareil Réflex de mon père sous la main. Mais bon, on fait avec ce qu’on a. Trépieds fixé, il faut trouver l’angle de prise de vue. Quand on est à la fois modèle et photographe cela prend du temps. Beaucoup de temps. Les chambres étudiantes regorgent alors de merveilles semblant pourtant insignifiante : une lampe de chevet devient alors un éclairage, une chaise, un autre trépied. Ne préférant pas totalement dérégler mon appareil photo que je maitrise peu, je ne touche pas à la vitesse de prise de vue ou autre. Seul le mode de couleur est sélectionné, ainsi que le retardateur. Très pratique d’ailleurs.

Séance photo terminée, je choisi un cliché. Je n’aime pas spécialement cette photo plus qu’une autre, seulement elle me parle de par sa couleur mais aussi car elle représente ce qui est cet « espace personnel » que je côtoie le plus en ce moment. Dans ce lieu étroit, clôs, je suis le seul élément mobile. J’ai alors l’impression d’être enfermée tel un poisson dans son bocal.  Je passe devant l’objectif, comme si je n’y étais pas invitée, tentant de donner vie à cet espace figé.

Camille Coquereau

Comme des grands

IMG_5555 - Copie

Pessac, « Vibrations urbaines ».  Des jeunes courent, glissent, tombent sur leurs skates, vélos, trottinettes et autres engins à roulettes.  Les rires fusent, ainsi que la musique des concerts en  fond sonore. Sous le soleil étonnamment chaud d’octobre, amateurs et jeunes professionnels se succèdent sur les diverses rampes installées pour le festival. C’est une étrange atmosphère qui règne, loin des soucis de la ville. Ici, les jeunes sont maitres et savent ce qu’ils font contrairement aux parents, assis passivement à observer tout ce cirque. Tous sont là pour leur passion : la glisse et le freestyle, et s’exercent les uns à coté des autres. Pourquoi venir photographier ici ? Pour rendre compte de l’effervescence autour d’une même passion et l’omniprésence de la jeunesse, qui tient les rênes en ce lieu.

Alors que je suis tranquillement installée à regarder les jeunes skaters se battre l’accès à une des rampes, un petit garçon arrive comme une flèche et s’arrête dans mon champ de vision. Recouvert de protections bariolées, il glisse entre les autres sans peur, telle une fusée colorée. C’est sûrement l’un des plus jeunes et il est pourtant très sûr de lui. Son arrivée imprévisible modifie ma vision de la scène que j’observe, et la photo apparaît. A l’origine, c’est le groupe des jeunes en arrière plan qui m’intéressait. Je n’ai pas cherché cette photo, je n’ai pas espéré non plus. L’inattendu est intervenu.

Je trouve d’ailleurs qu’elle est paradoxale, cette photo. Seul au premier plan, du haut de sa rampe, ce petit garçon semble dominer les autres. Le plus jeune apparait comme le plus grand. Son élan est stoppé, son corps est en place pour s’élancer mais sa tête suit une autre direction. Qu’attend t-il ? Pourquoi regarde t-il en arrière ? Il créé un arrêt dans l’image, en opposition à la masse mouvante que forme le groupe de jeunes en arrière plan et apparaît loin du reste du festival. Comme un instant de pause dans la vitesse des diverses descentes.

 Camille Coquereau