Tous les articles par camillecoquereau

pétage de cable

Nous sommes entouré par la technologie, aujourd’hui, la communication se passe via internet et les réseaux sociaux. Nous passons une grande partie de notre temps à maintenir des relations sans pour autant voir les gens en face. Ces outils sont de plus en plus nombreux et nous demandent de plus en plus d’attention.

Pour ce billet, j’ai voulu représenter l’étouffement créé par ces nouvelles technologies qui nous obligent à être continuellement connectés et disponibles. En multipliant les sons des divers réseaux sociaux et autres outils de communication du web, j’ai voulu montrer leur nombre grandissant et comment ils entourent le personnage, l’éloignant de la réalité. Jusqu’à ce que le courant le ramène sur Terre.

Camille Coquereau

Silhouette

(cc) Camille Coquereau (27/01/2015)
(cc) Camille Coquereau (27/01/2015)

Après plusieurs tentatives sur Photoshop pour réaliser ce montage, je me rends à l’évidence : je ne maîtrise pas le logiciel. Les idées sont là mais impossible de les réaliser. Je décide donc de faire mon montage à la main. Les trois photos imprimées, je les découpe, les superpose, essaie de mettre en avant certaines couleurs, certaines formes. Sans pour autant chercher un résultat précis, j’expérimente et laisse libre court à mon imagination.

Au final, je tombe sur ce montage. A l’origine, la silhouette du skateur n’est pas sur la photo, seuls sont présents les éléments que l’on aperçoit à travers lui. Mais en jetant les chutes de papier, je tombe sur la silhouette. Je la place alors au dessus du collage pour voir ce que l’on aperçoit à l’intérieur. Un petit garçon, prêt à s’élancer vers l’avant, dans un univers oppressant, est enfermé dans sa propre silhouette.  Quelques clichés plus tard, je tiens ma photo. Pourquoi m’intéresse t-elle ? Car on ne sait pas où regarder, on ne sait pas si les choses se passent à l’intérieur ou à l’extérieur. Comme si deux univers différents se confrontaient pendant un instant.

Camille Coquereau

When the light comes down

En parlant de nuit, on pense au rêve, à l’irréel. Mais c’est aussi la réalité qui ne sort pas au grand jour. Pour mon billet son, j’ai voulu montrer le paradoxe de la nuit devenant cauchemardesque. C’est une histoire que j’ai vécue que j’ai tentée de retranscrire. Celle d’une baby-sitter qui tente de protéger les enfants des disputes de leurs parents, en leur bouchant les oreilles pour qu’ils n’entendent pas. L’ambiance confinée d’une maison où la télé est allumée et les enfants jouent se dégrade lorsque la nuit arrive et que les parents rentrent. Comment souhaiter une « bonne nuit » à des enfants dans ces conditions ?

La plupart des sons viennent de banques de sons libres de droit, j’ai également utilisé ma voix pour la baby-sitter et la voix des enfants. J’ai choisi de mêler l’anglais et le français car cette anecdote vient de mon expérience en tant que jeune fille au pair, dans un pays anglo-saxon. Je ne voulais pas non plus qu’on identifie les propos de la dispute, pour que ce ne soit pas un évènement en particulier. Pour que l’on comprenne que ces incidents ne sont pas si anodins.

Camille Coquereau

Petit champion

(cc) Camille Coquereau (17/01/2015)

Pour mon premier billet photo, j’ai capté l’instant, sans chercher préalablement à construire ma photo. Pour mon premier billet son, c’est l’inverse, j’avais mon idée en tête et je l’ai ensuite réalisée comme je pouvais. Après avoir amassé divers sons sur internet, j’ai enregistré ma voix pour le commentaire audio. J’aurai aimé aller enregistrer de véritables skateurs mais le manque de temps ne me l’a pas permis.  Internet est bien fourni, j’ai vite trouvé mon bonheur.

La partie où je m’enregistre a été la plus laborieuse, entre les problèmes de ton, de cafouillage, d’enregistrement qui ne fonctionne pas… Et puis, entendre sa voix et la travailler n’est pas facile. Pour le montage, je n’ai pas modifié ma voix. J’ai juste essayé de rendre une ambiance de compétition de sport ainsi que l’aspect journalistique.

Qu’est ce qui ressort de cette photo si ce n’est l’étrangeté d’un enfant habillé comme un skateur de haut niveau ? Avec ce direct depuis un championnat de sport, j’ai essayé de rendre son histoire inhabituelle.

Camille COQUEREAU