Tous les articles par alixgrinsell

SOUP

 

Dans un premier temps j’ai imprimé mes photos en plusieurs exemplaires, puis je me suis amusé à découper mon premier billet photographique en lamelles. Au début je voulais créer un effet de différentes dimensions, en découpant de la même manière mes autres photos et faire en sorte que si on est à droite on voit une photo et que si on est à gauche on en voit une autre. Pour cela, il aurait fallu que le travail final soit une performance avec du relief et pas une photographique. J’ai alors décidé de couper les lettres de mon anamorphose et recréer un mots, en l’occurrence « soup » puis j’ai laissé la photo de mon frère en entier pour que le spectateur de ma photo ne voit plus d’image concrète.

J’ai souhaité reprendre l’ambiance du bar pour faire en sorte qu’on pense être la nuit. J’ai donc pris un support rouge afin de rappeler les lumières du comptoir. Après ça j’ai pris une première photo puis je suis passée devant mon bureau où était posée ma photo, mes papiers se sont envolés. En réalité cet effet m’a plut mais pas en photo. C’est pour ça que j’ai posté sur notre site internet mon avant dernière photo et non ma dernière.

Xila

 

 

OUPS ?

Ce week-end, je suis rentrée à Nantes chez mes parents. Mon père avait le souhait depuis un certain temps de faire une anamorphose dans l’entrée de la maison. Cette idée, nous venait de l’artiste Felice Varini, que l’on avait vu dans une galerie sur l’île de Nantes. On a donc placé le mot « oups ?» de manière à ce que quand quelqu’un passe la porte, la première chose qu’il aperçoive soit le mot « oups ». Lorsque la personne fait un pas de plus, elle ne peut plus distinguer le mot dans son intégralité.

Je disposais seulement de 4 lettres et d’un point d’interrogation, j’ai donc essayé de former un mot avec celles-ci, l’onomatopée « oups » en est ressorti. Dans un premier temps, j’ai apposé ces lettres autocollantes sur un couvercle translucide de punaises. Ensuite, j’ai utilisé un vieux projecteur à diapo’ des année 50 et j’ai glissé le couvercle de la boîte de punaises à la place de la de diapo. J’ai utilisé une échelle de peintre pour trouver la hauteur exacte, hauteur 1m 78, hauteur de la vision. J’ai fait une projection sur le mur, au premier plan : une porte entre-ouverte, au second : le mur. Puis j’ai indiqué au sol, avec un feutre l’emplacement exact où la porte doit être ouverte. J’ai pris un crayon de bois pour faire le contour des lettres. Après, j’ai peint l’intérieur des lettres avec de la peinture noire (2 couches). Après séchage j’ai gommé les traits du crayon de bois. Et voilà.

Cependant un problème subsiste. La porte doit toujours être entrouverte pour que l’anamorphose fonctionne. Si on ferme la porte ça donne le mot « ouis ». Et cela ne fonctionne plus du tout. De plus lorsque le porte est ouverte. On voit le mot qu’à un point de vue précis. Mais c’est ce qui rend intrigant cette « œuvre ». De plus ce que je trouve incroyable dans cette photographie, c’est l’impression que le mot “oups” a été rajouté à l’informatique.

 

 Xila

Portrait de famille

Ce weekend , je devais réaliser mon billet photographique sur mes proches, ça tombait à pic : mon grand frère venait passer le weekend à Bordeaux afin de découvrir ma « nouvelle vie ».  Le dimanche après-midi , peu de temps avant qu’il prenne son train,  nous étions dans un bar. J’ai alors décidé de le photographier dans un miroir car pour moi l’image qu’il me renvoie de moi est plus importante que celle que me renvoie les autres. En effet, on est très fusionnel et il paraît que physiquement c’est le même que moi avec de la barbe en plus bien sur !

Premièrement, la décoration de ce bar était très intéressante. Il y avait plusieurs miroirs dont deux qui se faisaient face disposés dans un coin de la pièce. J’ai dans un premier temps essayé de prendre la photographie dans un des deux miroirs qui nous montrait la scène que l’autre miroir reflétait. Mais cela ne me plaisait pas, le miroir n’était pas net et ça faisait une photographie tachetée. Alors j’ai préféré prendre la situation en direct. Le miroir nous montre un autre champ de la situation, et révèle surtout le visage de mon frère ainsi que le barman en second plan scène qu’on n’aurait pas vue s’ il n’y avait pas eu le miroir. C’est ce que je trouvais intéressant dans cette photographie.

Lorsque j’ai regardé la photo, j’ai aperçu le barman dans le reflet du miroir qui faisait sa sieste sur une table haute au fond du bar. C’est le détail que je n’avais pas prévu lorsque j’ai pris ma photographie. Au début, mon intention était que mon frère soit le seul dans le champ de vision de mon appareil photo. Mais le fait que le barman soit là, ne me déplait pas. C’est cet homme qui m’a laissé entière liberté pour prendre cette photo .

Xila

La vie continue…

Ce weekend je suis allée au rassemblement organisé en l’honneur de mon grand-père. Cela fait déjà 10 ans qu’il est décédé. Lorsque Emmanuel Quillet nous a parlé du billet photographique que nous devions réaliser, j’ai tout de suite pensé à une photographie que je souhaitais prendre, connaissant l’événement pour lequel je me rendais en weekend. Le fait de rassembler des vivants autour de la tombe de mon grand-père, 10 ans après sa mort me semblait assez inhabituel comme événement. Je voulais donc « immortaliser » ce moment par une photographie.

Je me suis positionnée à l’opposé du rassemblement, dans le même sens que la tombe, à la place de l’objet : la pierre tombale, afin de montrer vers quoi ou vers qui se dirigeait ce rassemblement. Ma volonté était de prendre ces gens statiques, immobiles, figés. Tout comme les voitures à l’arrière plan. Je me suis mise à l’ombre, les autres étaient au soleil.

Et là qu’elle ne fut pas ma surprise, un enfant s’est mis à courir.   Ce dernier a totalement bouleversé le sentiment “d’immobilité” de la photographie. Ce détail n’était pas prévu, il m’ a échappé mais a magnifié la scène. La descendance est en action  comme pour signifier que la vie continue..

Xila