Tous les articles par alisongoizet

Ondes culinaires

Alison Goizet cc 08/12/2013
(cc) Alison Goizet (08/12/2013)

Je crois qu’un des plus grands drames de ma vie est ma totale incapacité à cuisiner. Je profite donc de ce billet pour vous faire part de ce que je me fais subir depuis maintenant trois ans ! Pour ce faire, je vous présente mon meilleur ami, le micro ondes. Je vous laisse imaginer à quel point j’idolâtre cet appareil ! Il est témoin de tellement de choses me concernant : mon penchant pour les féculents, les sucres lents sont importants ; ma tentative de début de semaine de manger équilibré, avec des légumes et des aromates ; ma tête fatiguée qui rentre des cours et qui s’apprête à aller au travail. Puis rien, le frigo est vide et je n’ai pas le temps d’aller faire les courses. « Je n’ai pas le temps », c’est devenue mon expression cette année ! Enfin, mon lapin, qui est traumatisé depuis qu’il a vu le seul endroit de mon appartement où il ne s’était jamais trouvé !

Mon billet est composé de sept photos qui représentent chacune un jour de la semaine. Un trait noir les sépare afin de le montrer. Pour des raisons esthétiques j’ai décidé de les positionner de la façon suivante : 2/3/2. Le cadre est fixe, il reste le même pour toutes les photos. Le plan reste également le même. La lumière du micro ondes forme un spot lumineux sur les éléments intérieurs et focalise notre regard.

Goizet Alison

Une promenade automnale

(cc) Alison Goizet (24/11/2013)
(cc) Alison Goizet (24/11/2013)

L’inspiration peut naître de façons tellement différentes chez moi ! Je remarque tout de même qu’elle apparaît souvent lors de moments d’égarement. Certains lieux y sont propices, la forêt par exemple (certainement mon côté « fille de la campagne » qui ressort). Je m’imagine souvent me promener dans ces forêts que l’automne a teinté de mille couleurs. Du bout des doigts je touche l’écorce rugueuse des arbres et la douceur de ses mousses, oreillers de fortune. Je sens l’odeur de la terre humide et de ses feuilles mortes, tapis de mes rêveries. Je suis émerveillée devant sa majesté et sa générosité, témoin d’une nature sauvage et indomptable. Ce lieu m’inspire car il me ressemble : il est solitaire et imprévisible. Il peut aussi bien être paisible qu’impétueux, mais par dessus tout, changer d’inspiration au rythme des saisons et du temps qui passe.

Mon dessin a été réalisé avec des craies de couleurs chaudes, variant du marron foncé au jaune clair. Tout d’abord, j’ai commencé par poser les bases : les aplats de couleur. Puis, j’ai tracé les contours des différents éléments de la composition. Enfin, j’ai pris soin de dessiner les détails, comme par exemple, les écorces de l’arbre à droite, ou encore les feuilles. Le tronc sombre au premier plan et la couleur bleutée du fond donnent de la profondeur à mon paysage.

Alison Goizet

Le réveil

Le matin me renvoie au moment du réveil. Vous savez, ce moment ou vous émergez de votre sommeil.

Vos yeux s’ouvrent et vous voyez clairement chaque petit détail qui se trouve devant vous. Les images floues et chaotiques de vos rêves ne sont plus qu’un lointain souvenir. Lointain mais tellement proche à la fois.

Un bruit, puis deux, puis une multitude. La rue, c’est la ville que vous entendez. Mais où est donc passé cet endroit merveilleux où je flottais dans mes rêves ? Il s’est évaporé au moment où cette mélodieuse alarme a retenti.

8h20. Vite ! Le temps passe toujours trop vite le matin.

8h30. C’est l’heure de partir.

Le matin est l’effervescence d’un moment qui s’évapore aussi vite qu’il est arrivé. Il s’empare de vous pendant quelques heures, il vous exalte ! Puis, dès que vous prenez conscience qu’il est bel et bien là, vous n’avez qu’une solution : le subir ou le vivre.

Pour réaliser ce travail, j’ai décidé de combiner des enregistrements vocaux ainsi que des bruitages. Pour le premier, il s’agit de ma voix ; pour le deuxième, les pistes sont prélevées d’une banque de données en libre accès sur internet. Je n’ai rajouté aucun effet car je trouvais qu’il n’y en avait pas besoin, ensuite, je l’avoue, n’étant pas très douée et à l’aise avec cet outil qu’est l’ordinateur, je n’ai pas voulu prendre trop de risques.

Alison Goizet

Là Haut

1374205_10201573839539712_2141986524_n
(cc) Alison Goizet (20/10/2013)

– Je me demande qui sont ces gens installés dans ces petites cabines. Qui est assez téméraire pour oser se rapprocher autant du ciel ? Est-ce qu’on a l’impression de voler là haut ? Elle soupire puis baisse la tête et la relève à nouveau. Moi qui suis si grande, je me sens toute petite maintenant ! Son sourire est radieux.

– Pourquoi as-tu l’air si heureuse ?

– Je trouve ça drôle… Des gens qui payent pour tourner en rond ! Comme si la vie ne nous offrait pas assez d’opportunités pour ça ! C’est vrai, on passe notre temps à chercher ce qui pourra nous permettre d’atteindre notre but et une fois qu’on l’a, ce n’est jamais suffisant donc on cherche encore ! Au final, c’est perdu d’avance… C’est peut-être la raison pour laquelle ces gens sont là. Ils ont l’impression, pour une fois, d’avoir choisi de perdre.

Et que se passerait-il si la roue s’arrêtait ? Dans ce cas là, je voudrais être au point le plus haut, je me jetterais dans le vide et d’immense, je deviendrais minuscule. Les gens viendraient atour de moi, certains pleureraient et l’un d’entre eux, le plus sage, dirait :  »le manège s’est arrêté. La roue tourne, c’est fini ».

La photographie a été prise à la foire de Bordeaux par le biais d’un smartphone. Les couleurs ont été retouchées afin de donner un aspect nostalgique. On peut observer plusieurs lignes de fuite, notamment à travers les structures de la roue et la barrière sur laquelle la main de la jeune femme est reposée. La tête relevée du modèle incite à regarder vers le haut et renvoie au titre du billet. L’angle de la prise de vue est conçu de manière à donner une dimension assez haute. Pour finir, le format et le cadre rectangulaire renforcent cette idée d’immensité.

Goizet Alison

Les facettes d’Ali

Les facettes d'Ali. (cc) Alison Goizet (06/10/2013)
Les facettes d’Ali. (cc) Alison Goizet (06/10/2013)

Alison c’est juste un prénom, tout le monde m’appelle Ali de toute façon. Il sonne bien dans la bouche, il me représente bien, moi et mes multiples facettes. Ali la passionnée, Ali la rêveuse, Ali la dévouée, Ali l’insouciante, Ali la rebelle… Ma passion me transcende et chaque films que je vois me renvoient à ma propre personnalité. Quatre amies se faisant des confidences, quatre hommes riant de bon cœur, le lapin loufoque d’Alice aux pays des merveilles, la décadence du Moulin Rouge, le courage d’une super héroïne, la gourmandise d’une glace, la candeur d’un dessin animé ; je suis à la fois la Ali coquette et mystérieuse et la Ali froide et glauque. Et par dessus tout je suis la Ali qui ne comprendra jamais certaines injustices de la vie (l’handicape).

Pour réaliser ce collage, je suis partie de ma passion pour le cinéma et j’ai décidé de coller plusieurs images tirées de films pour me représenter. De plus, j’ai aussi collé une photo de moi car je pense rien n’est plus représentatif pour me dévoiler. J’ai utilisé un papier jaune car cela dévoile la couleur associée à mon prénom et ma perpétuelle envie de chaleur. On peut voir qu’une boule à facette centre toutes les autres images qui rassemblent le côté assez visible de ma personnalité. En bas, à droite, deux images s’opposent et font échos à mon côté clair et obscur. Enfin, en haut, à droite, une image coupée de manière dentée représente ce que je ne pourrais jamais changé dans ma vie.

Alison GOIZET