Tous les articles par alisongoizet

La mosaïque

Alison Goizet (17/03/2014) cc
La mosaïque. (cc) Alison Goizet (17/03/2014)

Je me suis beaucoup intéressée à l’être humain durant mes différents billets et plus spécialement au visage. Pour ce billet je le met encore une fois en évidence. A travers la déstructuration qu’apporte le découpage des principaux éléments que comportent le visage (yeux, nez, bouche), je veux montrer à quel point l’ordre de ces derniers est important. Par la même occasion, je veux offrir aux observateurs de mon billet une place à l’imagination : et si le nez se trouvait à la place des yeux et vice versa… L’espace entre les morceaux donnent une impression de flottement, comme si un simple courant d’air pouvait les faire changer de place. Mon but ultime est encore une fois de constater à quel point le visage est le reflet le plus passionnant de l’identité humaine.

Afin de réaliser ce collage, j’ai choisi un portrait de moi en gros plan. Je découpais mon visage et les principaux éléments de celui-ci en différentes tailles. Je les ai positionné de façon à la fois anarchique en terme de géométrie et organisé en terme d’anatomie.

Enfin, j’ai laissé le reste de la photo intacte afin de mettre l’accent sur le visage.

Alison GOIZET

 

La face cachée

Alison Goizet (03/03/2014) cc
Alison Goizet (03/03/2014) cc

Et si ce qu’on voyait ou pensait se reflétait sur notre visage ? Tel un miroir, il figerait notre vision subjective du monde. Alors les gens que nous rencontrerions ne nous jugeraient pas sur notre propre apparence mais sur celle qu’ils dégagent. Certains ne surpasseraient même pas cette première image, trop narcissiques pour s’y intéresser. D’autres, au contraire, verraient au delà de la surface. Et si le visage n’était plus qu’un simple support identitaire personnel mais un support universel destiné à montrer avant d’être vu…

Pour réaliser cette photographie, j’ai superposé mes deux précédentes photographies. J’ai dupliqué la première (Là-haut), en baissant l’opacité à 40%. Je ne l’ai laissé se refléter que sur mon visage puisque cela correspondait au sens que je voulait lui donner. Ensuite, j’ai utilisé un effet sumi-e qui donne un effet de contour moins net. De plus, j’ai obscurcie les premières photographies afin qu’elle s’incruste mieux dans le visage.

Goizet Alison

« Satisfaction garantie » – séquence 13 : Il est temps…

– Il est temps de commencer à acheter, dit Tony un matin, et je n’ai pas le droit de quitter la maison. Si je vous fais une liste précise des articles nécessaires, puis-je compter sur vous pour me les procurer ? Nous avons besoin de draperies et de tissus d’ameublement, de papiers de tapisserie, de tapis, de peinture, de vêtements et mille autres choses de moindre importance.

– On ne peut obtenir tous ces articles immédiatement et sans délai, dit Claire sur un ton de doute.

– A peu de chose près, à condition de fouiller la ville de fond en comble et que l’argent ne soit pas un obstacle.

– Mais, Tony, l’argent est certainement un obstacle.

– Pas du tout. Présentez-vous tout d’abord à l’U.S. Robots. Je vous remettrai un billet. Allez voir le Dr Calvin et dites-lui que ces achats font partie de l’expérience.

<p style="text-align: center;">Goizet alison (13/02/2014)
(cc) Alison Goizet (13/02/2014)

Pour mon story-board j’ai dessiné trois vignettes représentatives de l’action décrite dans ce passage de la nouvelle et de la façon dont on pourrait le traduire à l’écran. Dans les deux premières, afin de mettre en images de manière classique le dialogue, j’ai choisi un simple champ/contre-champ. Pour montrer, qu’à présent, Claire et Tony discutent d’égal à égal, j’ai choisi des cadrages quasi identiques. Enfin, dans la troisième vignette, les deux personnages semblent se rapprocher, il apparaissent tout deux sur le même plan et le cadrage est plus serré, donnant ainsi plus d’intimité à la scène…

Dans la première vignette, j’ai donc représenté Tony de face. Il lève un doigt, puis commence à en lever un deuxième pour traduire l’énumération qu’il fait lors de sa première réplique. La deuxième vignette met en scène Claire dans un plan similaire. Elle lève les mains pour exprimer son inquiétude. Enfin, la troisième vignette est un gros plan de leur deux visages de profil. En arrière plan, j’ai dessiné un dollar pour représenter l’enjeu principal du discours. J’ai choisi d’intégrer les dialogues pour compléter l’esthétique « BD » choisi. La mise en couleur, réalisée au feutre, complète ce style tout en donnant des indications sur les costumes et les décors. Elle permet également un rendu plus fini, plus chaleureux et plus agréable à l’œil.

Alison Goizet

Asymétrique

Alison Goizet cc (27/01/2014)
Alison Goizet cc (27/01/2014)

Un œil plus bas que l’autre, une narine plus gonflée que l’autre, une lèvre plus pulpeuse, des cheveux courts, des cheveux longs… Il s’agit de mon visage mais il pourrait s’agir de n’importe lequel. Nous avons tous des petits défauts qui nous obsèdent tant, qu’on tente de les masquer. Est-ce que si je penche légèrement la tête, cela se verra moins ? Ils passent pourtant inaperçu chez la plupart des gens. Sauf que de nos jours la beauté se calcule, comme on calculerait une figure géométrique. L’écart entre les yeux et la bouche doit être supérieur à un tiers de celui entre le haut du front et le menton… J’ai voulu à travers cette photo conceptualiser et revendiquer son asymétrie.

Pour ce faire, j’ai décidé de tracer trois lignes de fuite horizontales, une verticale et un bandeau horizontal en bas sur mon visage, ainsi que sur un support derrière moi. Je les ai faite se rejoindre comme si mon visage était incrusté dedans. Ainsi elles forment un trompe l’œil et donnent un effet de continuité. Je voulais faire un parallèle avec ces quadrillages que l’on met sur Photoshop lorsqu’on veut obtenir une symétrie parfaite. La photo est prise en gros plan afin de concentrer le regard sur le visage. De plus, une de mes lèvres est volontairement déviée afin de dénoncer cette asymétrie que je revendique.

Cette photo me fait également penser aux tracés que les chirurgiens esthétiques font sur leurs patients avant de les opérer. Ils peuvent ainsi mettre en évidence chaque défauts qu’il y a à changer. Le visage est réduit à un support où s’exprime la superficialité humaine. Les traits formaient sur mon visage, ainsi que la continuité que ces derniers forment sur le fond, derrière moi, rappellent également les lignes de vie que les aztèques se peignaient sur eux. Le maquillage prend alors une place symbolique et culturelle.

Goizet Alison

« En ligne : http://www.lemonde.fr/style/article/2012/05/14/la-beaute-une-simple-question-de-mathematiques_1700661_1575563.html (dernière consultation : 27/01/2014) »

 

Malade d’amour

L’amour est une préoccupation universelle, il n’est pas étonnant que les enfants aient leurs mots à dire sur le sujet. Personnellement ce que je trouve fascinant dans l’amour c’est la manière dont on en parle. On « tombe amoureux » comme si on se cassait la  »gueule » ; on a des frissons ou des palpitations… Je me suis donc intéressée à ces symptômes de l’amour. Un amour qui nous rend malade.

Pour ce faire, j’ai posé des paroles d’enfants exposant ces symptômes sur une chanson de Serge Lama « je suis malade », qui dramatise bien les propos.