Tous les articles par alexiadicioccio

Sunday morning

 Sunday Morning (cc) Alexia DI CIOCCIO (8/12/13)
(cc) Alexia DI CIOCCIO (8/12/13) 

Un dimanche matin, baigné par la lumière pâle et la chaleur timide d’un soleil d’hiver s’immisçant par une fenêtre pour éclairer notre intimité, encore ensommeillée. Bien que la pendule indique midi passé, la journée ne fait que commencer pour les habitantes à peine réveillées. Un petit déjeuner pas encore avalé, la journée est placée sous le signe de la détente et du repos. Les jambes lourdes et fatiguées par leur samedi soir gisent sur le canapé. Elles auront bien du mal à le quitter aujourd’hui. Les quelques pas effectués seront pénibles et lourds. L’intérieur d’un nid chaleureux et coloré, marqué par des fragments d’identité semés à droite à gauche dans cet espace. Des livres, une couverture, un cendrier, du sirop autant de vestiges de la semaine écoulée. Le temps a filé jusqu’à ce dimanche matin, pour se retrouver figé par ce soleil hivernal.

Pour cette photographie, je n’ai pas utilisé de lumière artificielle. C’était un souhait de n’utiliser que celle qui entrait par la fenêtre à ce moment là car elle mettait en valeur les couleurs de la pièce. L’invasion du soleil dans l’appartement a été le moyen de traduire l’entrée de quelqu’un dans cette intimité, de mettre en lumière pour dévoiler. Les objets qui composent la scène suggèrent le passé (la soirée de la vieille) comme le présent : un dimanche sacré, celui du repos. L’ensemble de la scène est net grâce à une vitesse de prise rapide de 1/200s, une ouverture de diaphragme de 4 et l’utilisation d’un objectif grand angle. La multitude d’objets oblige l’œil à analyser l’image plus longuement, à faire une recherche, comme lorsque que l’on découvre petit à petit l’identité et la personnalité d’une personne.

 Alexia DI CIOCCIO

Eden

(cc) Di Cioccio Alexia (24/11/2013)
(cc) Alexia Di Cioccio (24/11/2013)

Petit coin de nature luxuriante, calme et discret. Un lieu loin de l’agitation, du stress et de la vie quotidienne. J’ai décidé de représenter cet endroit car son caractère intimiste et secret m’a inspiré. J’aime son côté brut et naturel, qui n’a pas été modifié par l’homme, composé d’éléments simples, la terre, l’eau, le soleil. On imagine aisément être au centre de ce décor magnifique, pour juste fermer les yeux un instant afin d’entendre la brise courir entre les feuilles des arbres. Regarder en cachette à travers les rideaux de feuilles et découvrir cette scène, être spectateur de la nature, de ce qu’elle a de plus simple et de plus beau à nous offrir. L’inspiration créée par ce lieu émane de sa pureté et de son authenticité, un paradis sur terre.

Ce dessin est la reproduction d’une photographie d’une cascade au cœur de la forêt. Il a été réalisé aux pastels, la première étape a été le remplissage de ma feuille par les formes géométriques que composaient les couleurs dominantes de l’endroit. Par la suite, j’ai superposé d’autres couleurs pour former les détails du paysage, grâce à des palettes de vert et de bleu. Le jaune et le blanc on servit à rendre les effets de lumière, retranscrire l’entrée de celle-ci à travers le feuillage. J’ai tenté de reproduire les reflets des rochers dans l’eau, situés en arrière plan, en utilisant un dégradé de noir, de gris et de marron. Les reflets des cascades dans le lac, eux, permettent de créer une sensation de mouvement. Comme une ondulation de l’eau, cela donne de la vie au dessin.

Alexia DI CIOCCIO

Un matin c’est simple comme bonjour

Le soleil se lève chaque jour à son rythme en prenant son temps, en émergeant peu à peu de la pénombre. Un matin c’est aussi simple que ça, des petits mouvements difficiles qui s’accélèrent progressivement. Tout commence par une musique pour prolonger le rêve, puis un besoin naturel. Rien de mieux qu’un peu d’eau pour réveiller une plante, et qu’elle puisse s’habiller de ses plus belles couleurs. Bien sur on ne peut échapper à la cuisine, mon ventre est là pour me rappeler ce passage obligé. Mais les mauvaises habitudes persistent aussi au petit jour, une cigarette et le temps a filé. Il est temps d’accélérer le pas, rassembler ses affaires, et se diriger vers le monde. Le bruit du verrou nous alerte de  la vague qui va tout à coup nous submerger, à peine la porte ouverte et on plonge dans le brouhaha de la vie. Le claquement de celle-ci nous indique qu’il est impossible de faire marche arrière, la musique douce et le cocon chaleureux paressent déjà lointain.

La musique en fond n’est autre que celle de mon réveil, c’est une douceur dans le matin. Comme tout le monde mon premier réflexe aller aux toilettes, j’ai donc trouvé indispensable d’enregistrer ce moment au même titre que celui de la douche. On peut entendre différentes intensités de pas, elles traduisent mon réveil corporel. L’extrait radiophonique nous rappelle le contexte matinal ; le jus de fruit qui coule, la biscotte qui craque et le bruit de la machine à café celui du petit déjeuner. Le son d’un sucre touillé et la cigarette qui s’allume indiquent  le dernier temps calme. Les mouvements qui suivent sont plus rapides et plus intenses ; pour marquer la fin du matin j’ai choisi un claquement de porte et un changement d’ambiance sonore avec le son stressant d’une rue passante.

DI CIOCCIO Alexia

Marcher sur l’eau

Marcher sur l'eau. (cc) Alexia DI CIOCCIO (20/10/2013)
Marcher sur l’eau. (cc) Alexia DI CIOCCIO (20/10/2013)

L’enfance est sûrement la période de notre vie où nous faisons le plus de rencontres, celles-ci sont simples et désintéressées. Il n’y a pas cette peur du jugement comme à l’âge adulte, la méfiance est réduite. On va vers l’autre pour se faire un ami, pour une durée indéterminée. Qu’importe, le but premier étant de partager un moment avec l’autre. Ces rencontres se font souvent par le jeu, la parole est reléguée au second plan, la communication se fait à travers les mouvements, le corps et le regard. Les lieux publics sont des terrains propices à ces échanges éphémères, se sont des endroits de découverte et d’inconnu, des espaces où les enfants font énormément travailler leur imaginaire.

Sur cette photo on voit trois enfants sur les quais de Bordeaux, jouant dans l’eau. La rencontre est traduite ici par le garçon en arrière plan en train de courir vers ses compagnons qui l’attendent pour poursuivre le jeu. Bien que les deux personnes au premier plan restent sur place, ils sont prêts à partir dès que le troisième les aura rejoints. Dans cette image on ressent le mouvement impulsé par le jeu de ces gamins. On comprend très clairement que l’action se déroule en ville, les immeubles en arrière-plan entourent la scène. Pourtant le miroir d’eau nous fait oublier ce cadre citadin, pour le transformer en un lieu imaginaire où l’on pourrait marcher sur l’eau. Aucun des personnages ne regardent dans le même sens ; ils ne regardent pas dans le vide, mais j’ai la sensation que leur regard porte ailleurs. Ils sont entourés par une multitude de gens qui se promènent, qui les contemplent et évoluent dans le même espace qu’eux. Pourtant quand on observe ces trois petits personnages on a le sentiment qu’ils sont seuls, qu’ils ne voient pas toute cette foule autour d’eux.

Alexia DI CIOCCIO

 

Je me suis fait un prénom

Je me suis fait un prénom. (cc) Alexia Di Cioccio (06/10/2013)
Je me suis fait un prénom. (cc) Alexia Di Cioccio (06/10/2013)

 » Le prénom est la clé de la personne. C’est le cliquetis délicat de sa serrure quand on veut ouvrir sa porte. » Amélie Nothomb

Alexia est un prénom aux multiples caractéristiques, c’est un être haut en couleurs, vif et excentrique. Mais derrière ses excentricités on lui trouve une certaine sensibilité, caractérisé par une grande âme d’enfant, il aime la gaité. Toujours prêt pour de nouvelles aventures, découvertes et rencontres.  Alexia signifie aussi doux rêveur, souvent la tête ailleurs, il aime s’évader. Gourmand et très attaché à l’amitié, il a un grand besoin d’être entouré pour ne pas s’ennuyer. Pour finir ce prénom se partage, il est plutôt répandu mais chacun de ses porteurs est un personnage unique.

Le choix de placer le prénom en haut de la page, tel un titre pour mettre en avant l’importance des lettres qui le compose, le but étant de personnifier le prénom lui même. Pour cela, utilisation d’images neutres afin qu’il ne soit pas seulement assimilé à un visage. Celles-ci traduisent des attributs de ma personnalité. Elles sont composées de couleurs vives et gaies. Côté droit on trouve une glace pour la gourmandise. En dessous d’elle on peut voir une personne vêtu d’un costume coloré; elle représente l’extravagance, mais aussi le fait qu’on peut cacher sa personne derrière des accessoires et des vêtements. La photographie du bas est un rappel l’enfance de par des couleurs. Sur la droite du collage, les paysages illustrent le voyage et l’évasion. La valise au bord de la route caractérise l’aventure, la découverte.Pour finir la photographie dans la maison, permet de mettre un prénoms sur des visages et son partage. On peut voir ma meilleure amie et colocataire qui porte ce même prénom.

Alexia DI CIOCCIO