Tous les articles par alexiadicioccio

Visage d’une dictature

(cc) Di Cioccio Alexia (16/03/14)
Visage d’une dictature. (cc) Alexia Di Cioccio (16/03/14)

« Un esprit saint dans un corps saint ». Notre société est devenue une dictature de la perfection. Réseaux sociaux , magasins, nous devons constamment être performant. Aucun moment de répit ne nous est accordé, notre vie doit être le reflet du bonheur. Notre corps doit être à cette image, toujours en forme, jamais fatigué, le relâchement n’est pas autorisé. Pourtant l’espèce humaine est loin d’être parfaite, elle est plus qu’imparfaite et nous le prouve tous les jours. Mon portrait représente la contestation de cette mode, bien sur on ne peut échapper à son influence, mais notre nature reprend souvent le dessus. Chaque bonne résolution ne dure jamais très longtemps pour ma part comme manger équilibré, arrêté de fumer, ou diminuer les sorties. Elle est le plus souvent très vite envolée à côté de l’envie de me faire plaisir.

Pour cet exercice j’ai cherché un portrait de moi afin de répondre au sujet. Je me suis aperçue que les portraits de moi seule et surtout sérieuse étaient très rares, voir même inexistants. J’ai retrouvé cette photo de moi en train de faire une bouche de canard avec des chips. J’ai donc toute suite fait le lien avec mon amour débordant pour la nourriture, ma vaine tentative du moment de tenter d’avoir une vie saine en faisant du sport et en mangeant mieux. Afin de retranscrire cela, j’ai choisi de découper cette photo, puis de mettre en arrière plan de la soupe et une boisson aux algues qui ne donne pas du tout envie. Je me suis fait une robe et des bijoux en chocolat, au bout de la paille j’ai mis un verre d’alcool car lorsque que je vois l’aspect de cette chose, mon esprit à plus envie d’un boire un bon cocktail à la place. La position de ma tête donne aussi l’impression que je vais vomir, à cause toute cette pression de la perfection qui pèse sur moi.

Alexia DI CIOCCIO

Un regard sur le monde

(cc) Di Cioccio Alexia (02/03/2014)
(cc) Di Cioccio Alexia (02/03/2014)

Lorsque l’on est enfant,  on se demande souvent ce qu’il y a dans le ciel. Où sont partis ces gens, qui ont, un jour, disparu de notre quotidien ? Il est dit dans certaines mœurs que quelqu’un surveille nos actes, et nos moindres pensées. Cet œil est-il au dessus de nos têtes en train d’analyser nos actions et de les juger ? Peut être est-ce juste le regard bienveillant d’un être cher. Si l’on se libère des grandes théories monothéistes, on peut penser à ces instants où l’on sent un regard se poser sur nous. On a beau chercher ses yeux qui nous fixent parmi la foule, en vain. Sommes- nous trop terre à terre pour ne pas considérer le fait que nous ne serions pas les seuls dans ce monde? La possibilité que d’autres êtres cohabitent avec nous est-elle impensable? Des êtres qui nous verraient, et auraient une vision du monde qui nous entoure différente de la notre.

Afin de réaliser ma photo expérimentale, je me suis tout d’abord concentrée sur mon premier rendu réalisé pour mes billets. Je voyais la possibilité de créer autre chose avec ses enfants qui jouent. Après quelques transformations à l’aide de filtres, je me suis tournée vers mes deux autres photographies. Après plusieurs superpositions et modifications de l’opacité, je n’étais pas satisfaite du résultat. J’ai décidé de me focaliser sur le trait de lumière de l’électrocardiogramme en light painting, trouvant sa forme superposée à la première photo intéressante. Puis j’ai totalement déformé les lignes de la photographie de mon salon, de même pour les couleurs. Après quelques effets, et plusieurs hésitations dans hiérarchisation de mes calques, j’ai vu apparaître comme un œil dans l’image. Un regard caché à l’angle d’une rue, qui observerait les gens dans l’ombre. En étudiant plusieurs fois mon travail, je me suis rendue compte qu’il pouvait être une vision subjective d’une pensée, d’un souvenir. Comme si l’on plongeait dans l’esprit d’une personne pour voir la pensée se matérialiser.

DI CIOCCIO Alexia

“Satisfaction garantie” – séquence 10

Claire, qui se cramponnait à son chapeau pour résister aux fantaisies facétieuses que le vent prenait avec lui , avait ramené de la bibliothèque publique deux épais traités sur l’art domestique. Elle observait Tony lorsqu’il ouvrait l’un deux et se mit à feuilleter. C’était la première fois qu’elle voyait ses doigts s’activer à une besogne exigeant de la délicatesse. ” Je ne comprends pas comment ils peuvent obtenir un pareil résultat”, pensa t-elle, et, poussée par une impulsion subite, elle saisit sa main du robot et l’attira vers elle. Tony ne résista pas et la laissa inerte, pour lui permettre de l’examiner.

– C’est remarquable, dit-elle, même vos ongles ont l’air absolument naturels.

–  C’est voulu, bien sûr, répondit Tony. La peau est constituée d’un plastique souple, et la charpente qui tient lieu de squelette est faite d’un alliage de métaux légers. Cela vous amuse?

– Pas du tout. (Elle leva son visage rougi.) J’éprouve une certaine gêne à jeter indiscret dans vos viscères, si je puis dire. Cela ne me concerne nullement. Vous ne me posez aucunes questions sur mes organes internes.

– Mes empreintes cérébrales ne comportent pas ce genre de curiosité. Je ne puis qu’agir dans la limite de mes possibilités. Claire sentit quelque chose se nouer à l’intérieure de son corps au cours qui suivit. Pourquoi oubliait- elle constamment qu’il n’était qu’une simple machine? Paradoxalement, c’était la machine qui venait de lui rappeler. Elle était à ce point frustrée de toute sympathie qu’elle venait à considérer un robot sans être son égal… parce qu’il lui témoignait de l’intérêt ?

"Satisfaction garantie" - séquence 10 (cc) Alexia Di Cioccio (09/02/14)
“Satisfaction garantie” – séquence 10 (cc) Alexia Di Cioccio (09/02/14)

Pour la réalisation de ce story-board, j’ai décidé de me concentrer sur les interactions entre Claire et Tony. Pour cela, j’ai d’abord réalisé une vignette en plan américain, montrant Claire en train de tenir la main de Tony (le robot). Dans la seconde on voit cette femme la tête légèrement baissée et le visage rougi. Elle examine sa main, encore une fois, en tout en pensant à ce qu’elle vient de lui demander. Le plan opère un zoom avant sur les visages afin de capter leurs expressions. Le robot à délibérément une attitude détachée et un regard vide. Pour faire voir la seule différence entre humain et robot. Cette partie de storyboard fini par un gros plan de Claire, elle est comme égarée, son regard se perd dans le vide. Elle ne sait plus où elle en est, son esprit flotte dans cette maison terne.

Les trois vignettes ont été réalisées au crayon à papier, puis les traits principaux repassés avec un crayon plus gras (6B), afin de faire “ressortir” davantage les personnages, leur attitudes et leurs expressions, mais aussi permettre un meilleur rendu à l’écran une fois les dessins numérisés.

Alexia Di Cioccio

Electro – gène

IMG_8811
(cc) Alexia DI CIOCCIO (26/01/2104)

Le corps, objet d’inspiration sans limite. Ses formes, ses courbes uniques et spéciales, intriguent et passionnent  notre œil. La peinture puis la photo n’ont eu de cesse de le représenter, afin d’en percer ses mystères. Cette enveloppe corporelle, qui est si chère à l’homme et gardienne de son âme. Le photographie est avant tout un moyen de rendre l’image intemporelle, de ce corps qui ne l’est pas et finira par disparaître. Il est une œuvre d’art changeante, offrant de multiples possibilités de le mettre en valeur, de le transformer, ou encore de le décorer.

L’idée de départ, a été de photographier et de mettre en valeur le corps. Pour cela, j’ai décidé de le décorer en peignant dessus des formes imaginaires. Le concept était le décorer comme n’importe quel autre objet, puis de le photographier. La photo permet de capturer une image, garder l’instant magique. J’ai aussi pensé au fait que notre apparence extérieure n’est rien sans ce qui se trouve à l’intérieur. Il fallait susciter  au regard l’envie de transpercer cette barrière, de regarder à l’intérieur. J’ai décidé pour cela, de représenter un électrocardiogramme avec la technique du light painting, qui consiste à créer une forme dans l’espace, par un mouvement avec de la lumière. Afin de réaliser cet effet, j’ai réduit la vitesse d’obturation mais aussi l’ouverture  du diaphragme. La photo a été prise en intérieur avec deux sources de lumière faible mais suffisante pour éclairer la scène.

Il y a ici un contraste entre modernité et archaïsme. L’électrocardiogramme est la représentation de la technologie, les dessins “indigènes” “tribaux” sont eux la vision d’un monde primitif. Le ventre est à lui seul un symbole, dessiner dessus n’est pas anodin, surtout chez la femme. Il est le berceau de la vie, là où tout commence depuis la nuit des temps. La technologie avance sans cesse, pourtant le fondement même de notre existence repose sur une œuvre de la nature. Nul outil de pointe ne peut remplacer le ventre d’une femme afin de donner la vie.

Alexia DI CIOCCIO

Les contes de fée ont bien changé

L’amour, pour certain c’est un sentiment fort, pour d’autre un simple mot. Mais d’où nous vient donc notre vision de l’amour ? Cette chose inqualifiable que l’on touche du bout des doigts, du bout des lèvres sans pour autant arriver à définir précisément si oui ou non on l’a possédé, connu. Quoi donc ? L’amour, le vrai, celui qui vous transporte, qui vous fait perdre dans la tête et  vous coupe le souffle. Ce sentiment qu’on aimerait éternel, comme dans les contes de fées, les histoires de princesses racontées le soir aux enfants pour qu’ils s’endorment paisiblement, le cœur léger et rempli d’espoir. L’enfance, incarnation même de l’innocence et du rêve. Enfin presque, quand on leur demande, ils ont leur idée sur la question. Leur lucidité est frappante et sans détour, eux nous raconte la véritable histoire.  Les contes de fée de notre enfance auraient-ils changés, se sont-ils modernisés, mis au goût du jour ? Les écrivains ont créé des contes de fée 2.0 pour la nouvelle génération?  Ils reflètent peut être notre société, qui les poussent à grandir aussi vite qu’elle. Ils ont jeté le grand amour aux oubliettes,  l’amour moderne c’est leur réalité. L’ironie c’est qu’ils sont plus lucides que leurs parents qui aiment leur lire ces histoires.

En écoutant les enregistrements des questions philosophiques posées aux enfants sur le thème de l’amour, j’ai été étonné par certaines de leurs réponses. En effet quelque soit l’âge des enfants, leur vision du sujet est très complète. Ils ont conscience de ses bons comme de ses mauvais côtés. Je m’attendais à ce que les avis soient plutôt mignons et influencés par les contes de fée. Pourtant cela n’a pas été le cas, beaucoup seraient surpris par l’intelligence et la diversité des connaissances de leurs enfants. J’ai donc choisi pour cette écriture sonore, de mettre en relief le fait que les enfants ne sont pas des êtres innocents. Pour cela, la piste audio est divisée en deux parties. Une première composée d’une musique féerique (Tchaikovsky – la belle au bois dormant), sur laquelle défile des mots doux sur l’amour. Se sont des morceaux de paroles tirés des interviews des enfants. Pour donner un rythme plus lent et calme à cette section, les paroles ont volontairement été séparées par des temps de pauses. Afin de marquer la rupture j’ai utilisé un bruit de  bris de glace  entre les deux thèmes. La deuxième partie est illustrée par une musique électronique plus brutale. Les voix des enfants qu’on entend par dessus le sont aussi  et s’enchainent de manière rapide.

DI CIOCCIO Alexia