Tous les articles par Adélaïde Michel

L’instantané

L'instantané
(cc) Adélaïde Michel (7/12/2014)

J’étais enfant. Papa travaillait dans l’hôtellerie. Et tous les deux ans un schéma récurrent s’imposait à nous : mettre notre vie en boîte et tout reconstruire ailleurs. Les déménagements à répétition ont fait de moi quelqu’un d’assez instable. Je vis dans une sorte d’immédiateté assez déconcertante. Rarement tournée vers le passé, jamais vraiment orientée vers l’avenir, je n’ai pas de projets à long terme, pas d’idéal de devenir et peu de souvenirs en tête.  Depuis l’enfance, je fais ce rêve récurrent où je me retrouve dans une chambre vide et autour de moi flottent des souvenirs qui ne m’appartiennent plus. Et tandis que j’essaye d’en attraper un maximum, ils m’échappent tous, inévitablement.

Sur cette seule photographie, en réalité, quatre situations. Au premier plan, trois Polaroïds collés sur un miroir montrent une chambre à différents moments, gardant toujours le même angle de vue et le même cadrage. Le miroir sur lequel ils sont placés permet de refléter le reste de la chambre ; ce qu’il reste de la chambre, un lit vide et un carton. La mise au point faite sur les polaroids me permet de laisser apparaitre un second plan flou. Aucune bordure du miroir n’est apparente, donnant ainsi aux trois photos instantanées l’impression d’être suspendues dans le vide.

Et si le décor de la chambre évolue, nous ne savons pas exactement combien de temps peut séparer chaque cliché, instantané. Et ces polaroids sont là, flottants, comme dans mon imaginaire, renvoyant tour à tour l’image de ce qui a existé, ici, avant. Et ce miroir permet de renvoyer l’image de cette même chambre, à cet instant précis, maintenant. Vidée de toute présence et avec pour seuls accessoires un matelas nu et un carton de déménagement, probablement rempli, de souvenirs.

Adélaïde Michel

Jouer cartes sur table

Jouer cartes sur table
(cc) Adélaïde Michel (17/11/2014)

Je me souviens d’avoir très tôt été touchée par le travail de l’artiste contemporain Daniel Spoerri, qui dans ses readymades, collectait, assemblait, collait des objets dans des compositions que l’on qualifiait de « natures morte réelles ». Fixant ainsi le temps, il amenait le spectateur à entreprendre une réflexion sur ces banals objets du quotidien. Loin de moi l’envie d’amener une quelconque réflexion anthropologique, j’ai avant tout composé ma photographie dans un but esthétique : ma grande table basse industrielle serait la base idéale de cette composition, palette témoin de mon quotidien.

L’assemblage s’est fait naturellement. Ces objets faisant parti de mon environnement, représentant des goûts, des intérêts ou des souvenirs, chacun a trouvé sa place dans ce tableau qui se dessinait devant moi. Le choix de prendre la photo en plongée me paraissait évident afin d’insister sur l’idée de composition de cette image et de permettre à chaque élément de ce désordre ordonné de se détacher des autres.

En soumettant cette photographie à l’aval de deux de mes amies, j’ai apprécié que chacune d’entre elles y remarque des détails différents. Je me suis alors rendue compte du potentiel que représentait l’interprétation de cette image. Je l’ai fait suivre à d’autres personnes me connaissant à différents degrés, en leur posant la question suivante « Cette photo me représente, qu’est-ce que tu y comprends? ». Au fond, il n’y a pas une multitude de façons d’interpréter cette photo. Il y a ceux qui connaissent l’histoire de ces objets, et les autres. Ceux qui ne la connaissent pas peuvent tout voir d’une façon plaisante, idéale, me reconnaître un caractère joueur ou enfantin, tandis que les autres voient les choses d’une perspective tout à fait différente, comprennent la multitude de sens cachés et les références à certaines personnes et certains moments de ma vie. Finalement cette double lecture, c’est une manière originale de voir comment l’autre peut nous percevoir, selon ce qu’il sait de nous, à travers des raccourcis faciles, des idées préconçues, et ce qu’on lui laisse entrevoir de notre environnement personnel.

Adélaïde Michel

The Cigarette Duet

The Cigarette Duet
(cc) Adélaïde Michel (20/10/2014)

« Tu n’aurais peut-être pas dû rentrer chez toi seule, en pleine nuit, alors que tu portais une jupe ». C’est sorti de la bouche d’une amie à qui j’ai confié m’être fait agresser jeudi dernier en rentrant de soirée. J’ai levé les yeux au ciel en me demandant pourquoi, en 2014, je dois encore faire attention à ma tenue vestimentaire ou bien veiller à me faire raccompagner par un ami lorsque je sors. Pour ce premier billet, j’ai eu envie de me confronter à la vie nocturne, et tenter de traduire, en un cliché ce que l’on peut y ressentir quand on y est seule, femme et victime de harcèlement de rue.

Bordeaux, Place de la Victoire, un lundi en début de soirée. Les terrasses des bars se vident à mesure que les happy hours prennent fin. C’est l’heure à laquelle les filles n’osent plus sortir seules dans la rue, ou du moins, qu’on le leur déconseille. Je m’assieds sur un large banc, mon appareil photo comme armure. Je vois cette fille débarquer de nulle part. Au loin, j’entends un homme la siffler, des paroles lui sont lancées aussi intrusives que dérangeantes. Elle les ignore, ne leur adresse ni un sourire, ni une insulte, ni un regard. Une démarche dansante. Elle est jolie et élégante. Voilà, mon sujet, c’est elle. Et tandis que j’ai l’impression d’entrer dans un rôle de voyeur, à la scruter du regard, à l’observer pendant de longues minutes, elle s’assied à quelques mètres de moi.

Je prends plusieurs dizaines de photos en gardant, à quelques exceptions près, le même cadrage et les mêmes réglages. Je tente de saisir chacun de ses mouvements. Parfois, des passants se mettront entre elle et moi, d’autre fois encore, des cyclistes derrière elle amèneront un peu de mouvement à la scène. Pourtant, c’est celle-ci que je décide de garder. Elle, assise seule, dans un duo avec sa cigarette. Il y a quelque chose d’élégant dans l’acte de fumer. Porter la cigarette à sa bouche, faire rouler la roue de son briquet, en faire jaillir une première étincelle. Celle dont le visage était dans l’ombre depuis quelques minutes s’illumine enfin à la lueur de son briquet. Ça y est, j’ai ma photo. Elle vient de se faire harceler, mais la seule émotion que je décèle dans ce visage, c’est une certaine sérénité. Le calme après la tempête.

Adélaïde Michel