Tous les articles par Adélaïde Michel

Diptyque citron

(cc) Adélaïde Michel (27/01/2015)
(cc) Adélaïde Michel (27/01/2015)

J’ai Claude Viallat et Jacques Villeglé à l’esprit. Je suis entourée de livres d’art, de carnets d’inspiration, de papiers déchirés, de croquis sur des coins de feuilles. Pas d’angoisse de la page blanche, je prépare deux supports vierges. Des copies des trois photographies de mes précédents billets sont réduites en lambeaux, déchirées. D’un côté en noir et blanc, de l’autre en couleurs. Et puis j’ai cette envie de jaune. Le personnage du premier billet perd son identité à coup de posca blanc sur le visage. Peinture et éponge viendront créer un motif jaune citron sur fragments en nuances de gris.

Je laisse rarement place au hasard dans ce genre de composition. J’ai l’impression que chaque chose doit être à sa place, tandis que sur la table basse qui me sert d’atelier de fortune c’est plutôt le bazar. J’ai construit les deux volets un à un, tout en souhaitant que chacun réponde à l’autre. Quand je pose la dernière empreinte acrylique, j’ai l’impression d’avoir atteint un certain équilibre. Mes deux parties forment un tout : diptyque citron.

Adélaïde Michel

Le bruit des gens

C’est la première fois que je me suis retrouvée dans cette situation. La page blanche, littéralement, pas une seule idée ne me vient en tête. Le thème de ce billet son me laisse de marbre. « Bonne nuit les petits ». Je passe rarement de bonnes nuits. Je fais constamment des rêves étranges que j’oublie le matin aussitôt. Alors j’ai fouillé des archives de vidéos et sons que j’ai enregistrés la nuit. La plus belle façon de passer nos nuits depuis qu’on à dix-huit ans, c’est entre amis. Celles passées les larmes aux yeux à écouter en boucle le message d’un amoureux.  Celles à faire la fête ou à refaire le monde. À parler de sentiments. À parler de nos rêves, ceux pour le futur, et à finir par s’endormir sur un coin de canapé. Finalement ce billet son se présente comme un pêle-mêle de nos nuits, celles d’une génération qui vivant loin de ses racines, cherche sans cesse à se recréer un cocon.

Jungle urbaine

Image001

Je suis partie d’une histoire de harcèlement de rue dont j’avais été témoin. L’histoire d’une jeune fille en ciré jaune, croisée il y a quelques mois, dont je parlais dans mon billet The Cigarette Duet. J’avais eu l’impression de faire mon devoir, en prenant cinq minutes ma plume féministe pour témoigner — à mon échelle — sur ces histoires de rues.

Cette fois-ci, il a fallu aller plus loin, et loin de moi l’envie de faire passer un message moralisateur, je propose ce conte moderne comme un manifeste contre le sexisme ordinaire. Une femme sur quatre a peur dans la rue, une sur cinq se fait injurier au moins une fois par an. Les anecdotes relatées dans ces deux minutes sonores sont tirées d’expériences vécues par mes amies et moi-même. Marques laissées, remarques encaissées. Quelque chose d’assez personnel en fin de compte, mais qui fera écho, j’en suis convaincue, à beaucoup d’autres femmes. Les bruits des pas rythment des mots que j’ai voulu percutants, les voix se mêlent, des battements de coeur surgissent, j’ai eu l’envie de construire une ambiance inquiétante. Dans cette jungle urbaine, être femme, c’est être proie.

Adélaïde Michel