Chut

La Chute (cc) Morgane Keravran (20/10/2013)

Prendre une photo ayant  comme thème « le regard » semble être une tâche facile. On pourrait croire qu’il n’y a qu’à prendre son appareil photo et arpenter les rues afin de saisir l’image de nos rêves. Mais quand on s’avance un peu, on s’aperçoit que ce qui paraissait n’être qu’une simple histoire de déclencheur est en fait une vraie épreuve. Optimiste, je sors de chez moi et me dirige vers l’inconnu. Soudain, un homme passe devant moi et je veux le prendre en photo, juste pour essayer. Le temps que je sorte l’appareil de mon sac, que je l’allume, que je fasse quelques réglages et l’objet de ma convoitise a déjà disparu. Tant pis, je continue ma quête à la recherche du moment clef. Après une vingtaine de photos prises à la dérobée et floutées par mes hésitations, je me rends compte qu’il m’est très difficile d’obtenir ce que je cherche. J’ai l’impression d’être une sorte d’espion, indiscret et voyeur, mais je n’arrive pas  à faire autrement, je suis incapable d’aller vers les gens et de créer un lien avec eux.

J’ai tout de même réussi à prendre une photo. Je me reposais dans l’herbe lorsque mon attention fut retenue par un cri. Un enfant apprenait à faire du vélo avec son père. J’ai choisi de ne pas me servir de mon appareil tout de suite. J’ai voulu m’intégrer à leur aventure, à ma manière. Même si je ne leur ai pas adressé la parole, j’ai pris le temps d’observer la scène et de m’attacher à ces personnages. Sur cette photo tous les regards, dont le mien, se dirigent vers le garçon. Je fais partie de l’histoire, en hors champs. L’apprenti vacille et tout le monde retient son souffle, conscient de la chute à venir.  L’action est inachevée et en suspens.

Morgane Kerarvran


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.