Elle

Photo Billet 2 Julie Morales
(cc) Julie Morales (21/10/13)

Bordeaux et son tram, le soir, c’est tout une histoire… Un espace-temps éphémère, transitoire, où se croisent des personnes regagnant leur habitation ou s’acheminant vers un lieu de fête, peut-être. Qui est cet autre que je vais apercevoir, ce soir, celui que je m’apprête à photographier sans son accord ? Une envie de me poser à l’intérieur du tram, et me voilà face aux portes d’entrée avec cet appareil, disposée à dérober une expression, une situation, un sentiment… Sans vouloir me cacher, au contraire je m’affiche, j’assume mon geste, j’appuie sur le déclencheur, une première, une deuxième, puis une troisième fois et j’observe ces autres qui passent devant moi sans un regard, qui me fixent avec inquisition, qui me jugent ou pas, mais ne me disent rien…

Un mouvement en arc de cercle, en même temps qu’un zigzag formé par les personnes entrant dans le tram, s’oppose aux formes rectilignes de l’arrière plan. Ces dernières apparaissent alors comme une amorce de cadre dans le cadre dans lequel se trouve un troisième cadre, qui n’est autre qu’un carré. Et ce petit carré blanc étrange sur l’affiche du fond théâtralise la scène par son incongruité. Au premier plan un homme disparaît, au second une femme se cache, au troisième et au cinquième deux hommes flous se déplacent dans une direction opposée : tous semblent en mouvement. Une seule personne dans cette photographie paraît être « à l’arrêt », est-ce son regard qui a saisi ma présence ou mon appareil qui s’est emparé de cette rencontre ? Cette jeune fille est nette, son regard nous fixe, elle prend alors toute son existence dans cette scène anonyme. En effet, tout bouge, tout est flou… sauf cette protagoniste.

Julie Morales

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.