Le syndicat a pris des couleurs

(cc) Najib Mabchour (20/10/2013)
Le syndicat a pris des couleurs.(cc) (20/10/2013)

Dès les premières lueurs du jour, nous les croisons : le bleu, le rouge et le vert. Ces couleurs nous sont familières, mais leur visage ne l’est pas. Pourtant, ils déambulent aux quatre coins de la ville du lundi au vendredi. Leur mission nous transmettre les nouvelles informations. Parfois, nous leur accordons un regard, un bonjour ou même un début de conversation. Puis très souvent, nous sommes pris par la frénésie et le stress des transports en commun. À cette heure-là, notre seul objectif, c’est de ne pas arriver en retard. C’est dans ces moments là que nous ne leur accordons plus d’attention ; les regards s’évitent et les sourires disparaissent. Ce qui compte, c’est de leur extirper le journal des mains et de continuer notre rythme effréné. Est-ce peut-être que nous nous sommes levés du mauvais pied ? Ou peut-être que pour nous, ils font simplement partie du décor, telle une pièce de théâtre qui se jouerait chaque matin.

Distributeur de presse gratuite, tel est leur nom. Par cette photo, je désire leur rendre un certain hommage non pas qu’ils soient persécutés, mais parce qu’il y a deux ans, j’ai occupé ce poste. Si j’ai choisi cette photo, ce moment précis, je le connais bien. Une fois la distribution passée, la pression redescend. On en profite pour se retrouver. Peu importe notre couleur, nous partageons nos impressions, des moments d’humanité que nous n’avons pas pu trouver. On se réunit comme des syndicalistes pour discuter de nos conditions de travail, en se disant déjà que tout recommencera demain.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.